The Cannibal Instinct

Bloodspot

21/03/2021

Reaper Entertainment

Imaginez la puissance du Thrash, la fluidité du Groove, la rage du Hardcore et la bestialité du Death réunies dans un même artefact, qui une fois en votre possession vous assure d’une domination mondiale sans partage. Une sorte de rune magique, trouvée par un pèlerin sur le chemin non de Compostelle, mais du Walhalla extrême, vous garantissant une peur suscitée chez les adversaires, et de quoi vous donner le dessus dans n‘importe quel combat. Et bien cette rune existe, et elle a été dénichée dans un vide-grenier par les allemands de BLOODSPOT qui avec leur quatrième album en font la démonstration impressionnante. Il y avait longtemps que les originaires de Limburg cherchaient cette relique précieuse, depuis le début de leur carrière en 2006, dans une quête qui a continué jusqu’en 2016 et la parution de leur troisième et critique album To The Marrow. Absents de la scène depuis cinq ans, nous commencions à nous inquiéter du sort de ce quintet hors-normes, au rayonnement beaucoup plus modeste que sa réputation ne le méritait. Mais c’était simplement pour faire face à l’adversité et pour apprendre à utiliser cette rune que les musiciens s’étaient retirés, et alors que la planète s’apprête à faire face à leur comeback, aucune défense ne saurait nous protéger de leur colère.

Plus simplement, il est tout bonnement hallucinant que le groupe ne bénéficie que d’une fanbase aussi réduite après quinze ans de parcours et trois albums impeccables. Leur manquait-il un peu de chance pour enfin s’affirmer, ou un petit surplus d’énergie pour écraser la concurrence sans avoir à la dénigrer ? Les deux possibilités sont à envisager, mais admettons aussi que le combo n’a pas eu de chance avec ses combattants, dont certains ont rendu les armes après ce mythique troisième album.  

Soudé autour des deux membres d’origine Björn Grontzki (batterie) et Daniel "Howdie" Geberzahn (guitare), BLOODSPOT, peut s’appuyer depuis 2012 et By the Horns sur le chant féroce de Peter "Pete" Kunz, et depuis 2017 sur les riffs et soli de Phil Unger, et la basse énorme de Flo. Unis comme jamais, les musiciens avaient totalement conscience qu’ils jouaient leur va-tout avec The Cannibal Instinct, et qu’ils n’avaient pas le droit à l’erreur. En résulte un album plus nuancé qu’à l’ordinaire, plus ambitieux aussi, constellé de petits détails techniques et d’arrangements plongeant dans l’ambiance, et de prouesses collectives bluffantes. Le groupe se montre donc très enthousiaste à propos de ce quatrième chapitre de son histoire, et n’hésite pas à le déclarer à qui veut bien l’entendre :

The Cannibal Instinct est une parfaite image du groupe et de son identité. C’est un album chargé d’émotion et de sensibilité, avec un soin particulier apporté aux détails, et qui malgré toute sa colère, sa tristesse et sa lourdeur projette beaucoup d’espoir. Nous espérons que cet album vous tiendra compagnie durant ces temps obscurs, et qu’il nous réunira une fois cette époque sombre derrière nous.  

 

Je retiendrai donc plusieurs choses de ce communiqué assez touchant. D’une, si l’identité actuelle de BLOODSPOT est définie par ces onze morceaux, alors le groupe va devenir énorme. De deux, je suis d’accord avec les musiciens pour affirmer qu’un espoir naît de l’écoute de cette œuvre, pourtant fondamentalement sombre et violente. Ensuite, il est évident que dès que le quintet pourra retrouver ses fans en tournée, les retrouvailles risquent d’être euphoriques. Le nouveau répertoire est en effet taillé pour les scènes, petites ou de festivals, et les accès de colère promettent de sérieuses séquences de headbanging dans la foule. Le groupe n’a jamais sonné aussi cohérent et décidé dans la brutalité, et n’a jamais aménagé autant d’espaces de variation sans trahir sa fureur originelle. Si certains morceaux font encore preuve de formalisme Thrash en vogue depuis les années 2000, d’autres développent des textures et des ambiances nuancées, à l’image du triptyque « The Cannibal Instinct », décomposé en trois passages distincts. On découvre alors une autre facette de la personnalité des allemands, décidément très à l’aise avec toutes les options. Si les mélodies sont maladives, si le chant est parfois mixé très en retrait pour symboliser une ire ancienne émergeant des entrailles de la terre (« The Cure », effrayant mais fascinant), c’est pour proposer un bel équilibre avec les morceaux plus classiques comme l’entame surpuissante de « The Testament ».

Toujours conscients que le métissage musical est la seule échappatoire possible, les cinq musiciens foncent donc dans le tas avec une rare clairvoyance, alternant les charges brutales et les moments de réflexion et d’introspection. Mais comme ils le précisent avec beaucoup de lucidité, cette fois-ci, chaque détail a été étudié avec soin pour parfaitement s’intégrer au concept. Ainsi, la basse maousse de « Our Workers' Back » fond le Death et le Thrash dans une furie Hardcore, tandis que le plus lapidaire « Potzblitz » propose un relooking de SLAYER à travers son prisme PANTERA des années 90.        

Fluidité, envie, énergie débridée, le résultat est tout bonnement hallucinant d’efficience. On se prend de passion immodérée pour des burners comme « Vielfrass » et « Death By Dinosaur », crises de démence comme on les aime depuis « Necrophobic », mais on apprécie aussi les modulations spectaculaires de « Ain't No Gallows High Enough » qui prend son temps pour imposer son propos lourd et glauque. Doté d’un mixage parfait, The Cannibal Instinct prend aux tripes comme à l’âme, et développe des arguments irréfutables. BLOODSPOT est donc au sommet de sa forme et de son inspiration, et signe là son album le plus efficace et créatif dans l’outrance. Pas un temps mort, des accélérations fulgurantes qui laissent sur place (« I Beg To Differ »), et surtout, de la variété dans la composition qui nous évite le pilonnage systématique et redondant.

Cinq ans d’absence parfaitement excusés par ces onze morceaux tous aussi percutants les uns que les autres, et la preuve que cette fichue rune mythique, une fois entre de bonnes mains, apporte le pouvoir et la connaissance. Et je suis très heureux que les BLOODSPOT l’aient trouvée avant les autres.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Testament

02. Our Workers' Back

03. Potzblitz

04. The Cannibal

05. The Cure

06. The Flood

07. Vielfrass

08. Death By Dinosaur

09. Ain't No Gallows High Enough

10. I Beg To Differ

11. Deadline Story


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/04/2021 à 15:23
85 %    157

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31

Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26