Once Upon a Time

Cryptex

08/05/2020

Steamhammer Spv

Si vous avez lu Da Vinci Code de Dan Brown, le concept du cryptex doit vous être connu. Souvenez-vous, cet espèce de petit objet renfermant un papyrus secret qui se dissout au contact du vinaire s’il est forcé, et que Robert Langdon parvient à ouvrir pour enfin trouver le St Graal. Le néologisme inventé viendrait de la contraction des mots cryptologie et codex, mais la trouvaille n’est pas dénuée de sens pour peu qu’on la résume à son statut de mini coffre-fort inviolable. Le mystère donc, le jeu de pistes, la connaissance d’une légende ou d’une partie de l’histoire, mais surtout, quelque chose qu’on se transmet de génération en génération, pour qu’un secret reste bien gardé. Cette analogie est parfaite au moment de parler de CRYPTEX, groupe étrange venu d’Allemagne, et accusant plus d’une décennie d’existence. Les albums du trio ont en effet cette patine opaque qui les rend si précieux, mais aussi difficile d’accès pour le néophyte découvrant leur art par hasard, ou le chaland préférant les choses plus marquées et précises. Il est donc très difficile de situer la musique de ces musiciens au long cours qui ont décidé un jour de ne pas choisir entre Rock, Pop, Progressif, expérimental, alternatif, pour proposer un mélange délicieux, sucré mais corsé, alambiqué mais simple d’aspect, et reposant sur deux éléments majeurs : la dextérité technique et une imagination débridée. Nous sommes donc loin des produits proposés habituellement par SPV/Steamhammer, et très loin d’un Heavy Metal de base ou d’un Power Metal classique. Ici, la folie créative est à l’honneur, la sensibilité est exacerbée, et la démence douce et contagieuse, et certains morceaux proposent une échappatoire magique à la réalité de la production qui privilégie souvent une normalité confortable.

Fondé en 2009, CRYPTEX est avant tout un trio d’iconoclastes (Simon Moskon - chant/claviers/basse, Marc Andrejkovits - guitare/basse et Andre Jean Henri Mertens - guitare), qui en une poignée d’albums ont défini les non-limites de leur propre monde. Si les auteurs jugent leur second album un peu formel et osons leur propre terme, « constipé », leur premier album reste un modèle de naturel pour eux, naturel qu’ils ont souhaité retrouver avec cet Once Upon a Time. Avec l’aide du batteur Simon Schröder, les trois comparses ont cherché le son parfait pour illustrer leur démarche 2020, et l’ont visiblement trouvé selon ce que j’ai écouté sur ces treize morceaux riches aux textures profondes et complexes. En résumant l’affaire à un Metal progressif expurgé de toute prétention trop arty, on peut facilement dessiner les contours d’un disque qui se propose de traiter la mélodie et le rythme différemment, de façon plus instinctive et spontanée. Toutefois, ce travail est réfléchi n’en doutez pas. Chaque arrangement est à sa place, mais cette musique sonne organique, comme le fruit d’une collaboration entre trois poètes musicaux se laissant guider par leurs humeurs. C’est ainsi que l’on passe d’une contemplation de clavier à une fièvre de guitare, sans que la transition ne choque. L’aspect un peu poppy de l’affaire pourra sans doute rebuter les puristes, mais ces instants, loin d’être déplacés confèrent à l’ensemble une énergie incroyable, à l’image du souple « Haunted » qui évoque un mariage entre PLACEBO, MARILLION et THE TEA PARTY. Pas étonnant dès lors que le groupe ait pu tourner et jouer avec Alice COOPER, PAIN OF SALVATION, THRESHOLD, et quitter leur Allemagne natale pour jouer aux Etats-Unis. Leur musique leur permet de s’adapter à tous les contextes, à tous les styles, sans paraître trop générique ou le cul entre deux chaises. On reste admiratif face à cette façon presque opératique de traiter une harmonie simple et pure, qui entre leurs mains devient un signal lancé du paradis de la musique, une corde tendue entre le ciel et la terre.

D’un autre côté, ne prenez pas cet album pour une petite chose fragile qu’il convient de manipuler avec précaution. Once Upon a Time, comme tout conte de fée qui se respecte recèle aussi des moments d’agressivité et de tension, et lorsque la guitare lâche ses riffs, elle ne fait pas semblant. J’en veux pour preuve le monstrueux et élastique « Body Language », qui mélange QUEENSRYCHE, DREAM THEATER, YES et OOMPH !, et qui propose un refrain dantesque, laissant un lick énorme rebondir sur une rythmique en trampoline. La brièveté des morceaux n’entame en rien leur richesse, et il n’est pas rare de trouver deux ou trois plans porteurs pour quatre minutes d’agencement, sans que la cohésion n’en pâtisse. La voix de Simon Moskon, particulière mais attachante permet à l’instrumental de partir un peu où il veut, mais jamais n’importe où. Certes, cet instrumental est plus Rock que Metal dans le fond, mais un peu d’ouverture d’esprit n’a jamais fait de mal à personne, d’autant plus que lorsque le côté métallique se réveille, il ne le fait pas à moitié comme sur le refrain aux tonalités subtilement orientales de « Two Horned Crown ». Il y a donc de tout sur cet album, susceptible de séduire le plus grand nombre, mais surtout, les amoureux d’une musique affranchie de tout carcan. Parfois, l’optique du groupe s’affilie à une forme simplifiée de PORCUPINE TREE matinée de Devin TOWNSEND orchestral (« Reptiles »), et de temps à autres, elle s’éloigne radicalement du Rock pour fricoter avec une Pop anglaise délicieuse et ludique (« I Don’t Know Why », petit plaisir coupable au clavier taquin). Tous ces aspects différents et complémentaires confèrent à l’œuvre une personnalité unique, sorte de conte pour les oreilles, qui s’écoute comme on lit une histoire merveilleuse à ses enfants. Sauf qu’ici, le propos n’est pas d’endormir, mais bien d’éveiller à d’autres possibilités, de proposer quelque chose de différent, de plus cristallin mais pas mièvre pour autant (« I See It In Your Eyes »), et lorsque la voix termine sa narration sur « Leaving », l’aventure se termine, laissant un souvenir impérissable dans les mémoires.

Rarement musique n’aura sonné aussi libre et naturelle, et le talent des allemands éclate au grand jour par l’entremise de Once Upon a Time, fable pour grands enfants encore capables de croire que la musique n’est pas une affaire de style, mais de culot et de sincérité. Une œuvre fascinante, qui demande plusieurs écoutes pour être apprécié dans sa globalité et ses détails, et une très belle surprise dans l’actualité musicale. Ici, pas de nostalgie bon marché, pas de conformisme rassurant, mais de la curiosité saine, et une aventure hors du commun.   

          

Titres de l’album :

01. Once Upon A Time

02. Because The Reason Is You

03. Bloodmoon

04. Body Language

05. Two Horned Crown

06. Haunted

07. Reptiles

08. I Don’t Know Why

09. The Promise Keeper

10. I See It In Your Eyes

11. A Mo(u)rning

12. Leaving

13. Closer


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/12/2020 à 18:30
88 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34

Gargan

Je pense de plus en plus que la critique "des lois archaïques" est un faux-nez du libéralisme (celui qui ne te veux vraiment pas du bien si tu ne fais pas partie des 1%). 

27/02/2021, 18:27

Simony

Perso, je reste mesuré sur la non menace que représente les lois religieuses archaïques de son pays. Loi anti-avortement, répression et censure envers les artistes qui ne respectent pas les lois sur le blasphème, et ça ce n'est que ce que nous, bons Fr(...)

27/02/2021, 17:56

KaneIsBack

Ce mec a toujours été une trompette...

27/02/2021, 17:33

Buck Dancer

En plus il demande un don....Je fais mon rebelle mais c'est vous qui payez l'amande. Il se fout du monde sur ce coup là. 

27/02/2021, 16:35

MorbidOM

Quel rebelle !Sinon, désolé mon grand je n'ai pas l'impression que "lois religieuses archaïques de ton pays" soient la plus grande menace pour notre liberté (en tout cas à l'Ouest mais même à l'Est j'(...)

27/02/2021, 15:58