Altered Beast

Perpetratör

31/01/2018

Caverna Abismal

Petit cours d’éducation musicale lusophone ce matin. Lorsque votre passion pour le Thrash allemand prend le dessus, inutile de résister, l’envie étant plus forte que tout. C’est certainement ce que doivent penser ces quatre musiciens (Rick - chant/basse, Paulão & Marouco - guitares et Ângelo Sexo - batterie/session), qui depuis 2008 laissent voguer leur inspiration du côté de la Ruhr des années 80, centre d’intérêt autant qu’obsession qui se manifeste autour d’une expression brutale qui ma foi, se montre plus que jouissive. Leur histoire a débuté comme des centaines d’autres, par une anecdote tout à fait personnelle, que nous narre Rick, le frontman de cette formation pas farouche pour deux sous. Profitant d’un après-midi chômé, l’homme a abusé d’un matériel informatique fraichement installé sur son PC pour trousser une composition vite fait, à laquelle il ajouta quelques pistes de batterie le lendemain, histoire de se faire la main. De ce point de départ naquit le projet PERPETRATÖR, qui de son nom et de son son ne cache en rien ses motivations nostalgiques, évoquant avec énergie l’époque où le Thrash germain dominait l’Europe, via la suprématie des SODOM, KREATOR, LIVING DEATH, HOLY MOSES et autres DESTRUCTION. Ce projet s’est articulé autour de valeurs sures de la scène Metal portugaise, puisque les mecs n’en sont pas à leur coup d’essai, traînant leur guêtres dans le milieu et sur les côtés depuis la fin des années 80 et le début des années 90. Membres ou ex-membres de formations aussi diverses et underground que FILII NIGRANTIUM INFERNALIUM, RAVENSIRE, THE FIRSTBORN ou OMISSION, les quatre originaires de Lisbonne ne font pas dans le détail et visent plutôt le carton plein, et laissant parler des rythmiques salement atomiques, des riffs qui tranchent dans le lard, et des vocaux typiques, assez proches des tonalités d’un Schmier bien énervé.

Le résultat ? Un second LP, très attendu, et distribué par les locaux de Caverna Abismal, qui connaissent bien la chanson de l’extrême pour en faire régulièrement la promotion toutes les semaines. Mais l’enthousiasme du label est amplement justifié, au vu de l’énergie déployée, et en tant que révérence d’une époque de violence, Altered Beast se pose là, et alterne coups de boutoirs et saccades dans le noir, pour nous faire headbanguer comme des damnés toute la journée. Et il est certain que l’allant dont font preuve les PERPETRATÖR est plutôt contagieux et convaincant, puisqu’en quarante minutes, les maniaques font le tour de la question du Thrash qui claque, légèrement blackisé par des intentions démenées, qui s’articulent autour de constructions simples mais pertinentes. La sauvagerie n’empêche nullement quelques préciosités d’interprétation, et loin de passer pour de simples bourrins en quête d’expiation, Rick et les siens se montrent décidément très malins, en ne choisissant que les meilleurs morceaux de la boucherie d’outre-Rhin, ceux-là même que les DESTRUCTION traient de bon matin pour trousser des albums vraiment chafouin. On flirte même avec la violence la plus drue en quelques occasions, lâchant même quelques blasts hors ton, sur le phénoménal et hystérique « A Fleeting Passage Through Hell », l’un des plus dynamiques et épidermiques de la livraison. En comparaison d’un Thermonuclear Epiphany encore un peu gauche et publié il y a trois ans, Altered Beast s’est professionnalisé, sent le peaufiné, et nous laisse écrasé sous une chape de plomb Thrash que rien ne vient alléger, puisqu’on sent même en arrière-plan quelques accointances de scène et de langue avec les frères brésiliens de la fin des années 80, lorsque la débauche se veut plus bestiale et radicale (« Terminal Possession », au staccato dément de précision).

Enregistré, mixé et masterisé par Paulão le guitariste entre 2013 et 2017, ce deuxième LP a largement eu le temps d’arriver à maturité, en gardant une fraicheur qui fait plaisir à écouter. On y retrouve une vitesse d’exécution parfois déraisonnable mais tout à fait appréciable, des vocaux rageurs et des guitares qui découpent avec ferveur, soit un mélange explosif de tout ce que le style compte comme influences fondamentales. Mais c’est vraiment l’investissement des musiciens qui laisse pantois, à tel point qu’en écoutant ce disque, on a le sentiment de les voir on stage, face à une foule en furie prête à devenir maboule au moindre enchainement de soli. La bestialité est toujours à portée d’oreilles, même si celle-ci est gardée sous contrôle, et « Jungle War » de proposer une hybridation entre le Thrash/Black sud-américain et les instincts les plus déviants des DESTRUCTION, pour une hystérie connective qui nous vrille les neurones et nous laisse aphone. Mais à vrai dire, dès l’introduction venteuse de « Altar of The Skull » qui dégénère vite en quadrille Thrash mené tambour battant, on sait très bien ce qui nous attend, et qui se montre très alléchant. Impossible de résister à l’exubérance d’un groupe qui a tout compris à l’outrance, en qui en joue le jeu en toute allégeance, retrouvant les pulsions homériques d’une scène US et teutonne qui à l’époque se tiraient la bourre pour savoir qui faisait le plus de bruit. Niveau technique plus qu’appréciable, basse qui refuse de se cantonner au simple rôle de morceau de scotch entre la guitare et la batterie, et surtout, festival de riffs en tous genres, qui s’accordent très bien d’un chant sournois et narquois, qui reste aux abois, et qui mord dès que s’approche de trop près sa proie.

C’est complètement jouissif, souvent à la limite d’un Thrashcore joué à la vie à la mort (« Extreme Barbarity », les DEATHROW de « Pledge To Die » apprécieront la citation), parfois plus ambitieux mais pas moins teigneux (« Hellthrasher », légèrement crusty sur les bords, mais honorant un riff rock n’roll que les TANK et AT WAR n’auraient pas renié), et finalement, très heureux dans sa concrétisation d’une vision nostalgique d’une musique qui n’a jamais quitté notre cœur depuis ses années les plus épiques. Les  PERPETRATÖR se montrent orfèvres en la matière, et nous troussent onze hymnes de fer, pour s’imposer dans la vague revival qui revend ses places de plus en plus chères, mais qui d’un autre côté ne filtre pas le grain de l’ivraie. Ici, c’est un sain étourdissement qui vous attend, de ceux qu’on encaissait il y a trente ans sans broncher, et qui donnait envie d’y retourner, tant le plaisir procuré valait cent fois le mal de tête causé. D’ailleurs, loin d’être de gentils massacreurs d’harmonie, les portugais terminent même leur attaque sur un brin de lyrisme, via les interventions vocales du nucléaire « Black Sacristy » signées Flávio Lino, qui évoque une version contaminée d’une rencontre près d’un réacteur qui fuit entre DESTRUCTION et HELLOWEEN. Inutile donc de chercher le moindre point faible sur Altered Beast, puisqu’il n’est que force et folie, démence et puissance, et qu’il nous abreuve de son Thrash sans marquer le moindre silence, mais sans jamais manquer d’inspiration ou d’urgence. Les portugais sont donc remontés comme des pendules, et se croient calife à la place du calife, prenant la place d’un DESTRUCTION que le temps a rendu moins grognon.


Titres de l'album:

  1. Altar of the Skull
  2. Extreme Barbarity
  3. The Doors Of Perception
  4. Fires of Sacrifice
  5. Lethal Manhunt
  6. A Fleeting Passage Through Hell
  7. Terminal Possession
  8. Jungle War
  9. Let Sleeping Dogs Lie
  10. Hellthrasher
  11. Black Sacristy

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/01/2018 à 17:23
88 %    447

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17