Double Trouble

Robbie Lablanc

16/04/2021

Escape Music

Robbie LaBLANC n’est pas exactement ce que l’on peut appeler un bleu, puisqu’il traine son talent énorme depuis de longues années…et même depuis son enfance avec son frère, lorsqu’il apprenait la musique au son des BEATLES et de…Trini LOPEZ. Chacun ses influences, ce qui n’a pas empêché le musicien de se sevrer à la fontaine Americana des CCR, pour ensuite mener une carrière exemplaire constellé de collaborations fameuses. On retrouve le nom de l’américain aux côtés de ceux de Michael Bolton, Felix Cavaliere des THE RASCALS, mais surtout au générique de plusieurs groupes auxquels il a participé/qu’il a fondés et qui ont laissé une trace durable dans le cœur des amoureux d’une musique clairement mélodique mais énergique. Et c’est aujourd’hui sous son propre nom que le musicien s’en revient à nous, pour nous enchanter de sa vision rétrograde des années Billboard, lorsque le Hard-Rock/Rock mélodique se taillait la part du lion sur les ondes.

Après nous avoir présenté BLANC FACES et EAST TEMPLE AVENUE, après avoir chanté sur trois albums de FIND ME, Robbie s’est dit qu’il était temps de se faire connaitre par lui-même, et a signé un deal avec la référence Escape Music pour concevoir un album totalement sous influences seventies et eighties. En combinant la force du Classic Rock tendance radiophonique des années 70 et la fluidité mélodique romantique de l’AOR des années 80, Robbie signe donc une œuvre dans l’air du temps, jouant la carte old-school avec une sincérité que les NIGHT FLIGHT ORCHESTRA pourraient lui envier, mais à contrario de certains de ses projets, Double Trouble ne s’englue pas dans les claviers sentimentaux et fait la part belle à une énorme énergie, qui irradie de ses rayons ce chant unique que les fans adorent.

Autant l’admettre, ce premier album en solo qui a tout d’une escapade est une réussite totale, pour la simple et bonne raison que Robbie est un véritable orfèvre du genre, et qu’il a su s’entourer de pointures pour mener à bien sa mission. C’est ainsi qu’on retrouve aux côtés du chanteur des cadors comme Tommy Denander (Michael JACKSON, KISS, Alice COOPER, DEEP PURPLE, Anastacia, guitare et claviers, mais surtout auteur/compositeur de génie), et trois autres intervenants (Brian Anthony - basse, Michael Lange - batterie et Steve Overland - chœurs), pour mener à bien une opération simple : nous ramener des décennies en arrière lorsque le son west-coast était la norme d’un succès inévitable.

Sans égrener les influences possibles de ce projet en solitaire, autant dire que des noms comme JOURNEY, ECLIPSE, W.E.T, Michael McDONALD, Joseph Williams et TOTO font partie du vocabulaire musical employé. On constate cette facette plus nuancée et héritée de l’art précieux des STEELY DAN sur le smooth « Pure », qui sonne plus californien de l’orée des années 80 qu’un featuring de Steve Lukather en studio. Mais rassurez-vous, la douceur et la volupté ne sont pas les seules émotions exprimées ici, puisque le chanteur américain a pris soin d’élaborer un répertoire suffisamment varié pour concerner les amateurs de Hard mélodique, de Hard FM et de Rock plus accessible. Loin de ses interventions les plus MOR, Double Trouble présente le visage le plus agressif de Robbie LaBLANC, dont le costume Richard MARX taillé sur Rush Street va à merveille. Il est clair que l’association avec Tommy Denander fonctionne à merveille sur cet album immaculé, mais transpercé de fulgurances Hard tranchantes, comme le démontre le très SURVIVOR/FOREIGNER de début de carrière « Only Human ». De tout pour tous, tel est le leitmotiv de cet album, qui ne bouffe toutefois pas à tous les râteliers. L’inspiration est clairement californienne, autant qu’une roller-skateuse en bikini rose fluo, et « Start The Motor Running » ose même quelques allusions à la vague du Sunset, avec ses chœurs Pop et son ambiance légèrement Glam Rock sur les bords. Tout est taillé dans le Rock, mais un Rock consensuel de qualité, avec des refrains qui s’incrustent dans le crane comme des hits de DEF LEPPARD ou JOURNEY, et si les parties de guitare de Tommy sont évidemment extraordinaires, c’est bien le timbre de voix magique de Robbie qui marque les esprits, l’homme étant capable de suggérer toutes les émotions possibles.

Plus qu’un simple album, Double Trouble est un genre de catalogue, une de ces compilations des années 80 qu’on peut trouver sur Youtube, et qui exhume des pépites du passé que beaucoup ont oublié, et des inédits qui n’auraient pas dû l’être. Robbie sait se montrer allusif à tous les acteurs de l’époque, se souvenant même du talent hors-norme d’un Huey LEWIS sur le bondissant « Never Let a Good Thing Go ».

Alors, ça déroule, ça roule, ça déboule, et l’atmosphère est décidément très cool, comme un après-midi passé sur la cote, avec en fond sonore le best-of radiophonique des années 82/83, le tout traité d’un son plus moderne et conséquent. On craque complètement pour la facilité de « Voodoo Woman », qui nous envoute des aiguilles de son refrain, ou pour la rigueur d’époque de « Temptation », plaisir coupable que rien ne viendra punir. Les chœurs, les chorus, les soli, tout est en place, tout est parfait, mais garde cette spontanéité dont les albums d’époque étaient le témoignage. Album tout sourire, Double Trouble ne déchaine pas le chaos, mais propose une fête en l’honneur du Rock Us le plus typique, avec ses claviers catchy et ses couplets de velours (« My Lips Are Sealed »), sans jamais perdre de vue l’efficacité d’une complémentarité entre synthés et guitare (« Better Man »).

Escape Music à fait une sacrée affaire en signant Robbie LaBLANC qui signe là l’œuvre la plus probante de sa longue carrière. Entre nostalgie synthétique à rendre accro un fan de Hardcore (« The Sound Of The City »), Up Tempo bouncy à la Footloose qui rend les baskets maboules (« Play The Game »), Pop revue et corrigée (« Just Say The Word »), le répertoire est sublime, et la sensation délicieuse. Alors évidemment, rien de neuf, mais du vieux remis à la sauce électrique, des mélodies imparables, et une attitude très humble face à l’histoire. On pourrait même faire de nouveau la fête à HALL & OATES en écoutant « Here Today, Gone Tomorrow », pour séduire cette belle blonde et ses patins à roulettes en bikini rose fluo.

  

                                                

Titres de l’album:

01. Only Human

02. Start The Motor Running

03. Never Let a Good Thing Go

04. Voodoo Woman

05. Pure

06. Temptation

07. My Lips Are Sealed

08. Better Man

09. The Sound Of The City

10. Play The Game

11. Just Say The Word

12. Here Today, Gone Tomorrow

13. Don't Do Love


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/05/2021 à 15:18
88 %    169

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26

Totoro

@Tranbite : j'ai découvert Eskimo Callboy il y a 2 mois... et j'adore ! Je pourrais les détester car ça peut être de très mauvais goût, le groupe bouffe à tous les râteliers et on y retrouve pas mal de clichés du Metalcore et d(...)

16/01/2022, 20:12

Buck Dancer

Du Meshuggah. Attendons la suite. 

16/01/2022, 12:49

Simony

Oui tout à fait les titres présentés sur cet EP montrent la facette atmosphérique du groupe.

15/01/2022, 17:43

adaf

quel clown

15/01/2022, 15:04

Buck Dancer

Instrumental et atmosphérique, je crois. Rien de death. 

15/01/2022, 12:21

Humungus

Buck Dancer + 1.

15/01/2022, 10:40

Humungus

@Seb : Une formation qui reste depuis ses débuts sur un même niveau de qualité artistique.(sic)

15/01/2022, 10:39

Buck Dancer

De mon côté j'accroche pas trop. Comme plus impersonnelle que le premier album. Mais à réécouter m. 

14/01/2022, 22:04

RBD

Nul ne s'en étonnera. Par contre, vont-ils repousser à l'année qui suit comme tout le monde pour faire simple ?

14/01/2022, 18:26

Seb

Quelle daube ...

14/01/2022, 16:22

Oliv

Oui et il y aura 3 Hellfest l'année prochaine

14/01/2022, 09:44