Double Trouble

Robbie Lablanc

16/04/2021

Escape Music

Robbie LaBLANC n’est pas exactement ce que l’on peut appeler un bleu, puisqu’il traine son talent énorme depuis de longues années…et même depuis son enfance avec son frère, lorsqu’il apprenait la musique au son des BEATLES et de…Trini LOPEZ. Chacun ses influences, ce qui n’a pas empêché le musicien de se sevrer à la fontaine Americana des CCR, pour ensuite mener une carrière exemplaire constellé de collaborations fameuses. On retrouve le nom de l’américain aux côtés de ceux de Michael Bolton, Felix Cavaliere des THE RASCALS, mais surtout au générique de plusieurs groupes auxquels il a participé/qu’il a fondés et qui ont laissé une trace durable dans le cœur des amoureux d’une musique clairement mélodique mais énergique. Et c’est aujourd’hui sous son propre nom que le musicien s’en revient à nous, pour nous enchanter de sa vision rétrograde des années Billboard, lorsque le Hard-Rock/Rock mélodique se taillait la part du lion sur les ondes.

Après nous avoir présenté BLANC FACES et EAST TEMPLE AVENUE, après avoir chanté sur trois albums de FIND ME, Robbie s’est dit qu’il était temps de se faire connaitre par lui-même, et a signé un deal avec la référence Escape Music pour concevoir un album totalement sous influences seventies et eighties. En combinant la force du Classic Rock tendance radiophonique des années 70 et la fluidité mélodique romantique de l’AOR des années 80, Robbie signe donc une œuvre dans l’air du temps, jouant la carte old-school avec une sincérité que les NIGHT FLIGHT ORCHESTRA pourraient lui envier, mais à contrario de certains de ses projets, Double Trouble ne s’englue pas dans les claviers sentimentaux et fait la part belle à une énorme énergie, qui irradie de ses rayons ce chant unique que les fans adorent.

Autant l’admettre, ce premier album en solo qui a tout d’une escapade est une réussite totale, pour la simple et bonne raison que Robbie est un véritable orfèvre du genre, et qu’il a su s’entourer de pointures pour mener à bien sa mission. C’est ainsi qu’on retrouve aux côtés du chanteur des cadors comme Tommy Denander (Michael JACKSON, KISS, Alice COOPER, DEEP PURPLE, Anastacia, guitare et claviers, mais surtout auteur/compositeur de génie), et trois autres intervenants (Brian Anthony - basse, Michael Lange - batterie et Steve Overland - chœurs), pour mener à bien une opération simple : nous ramener des décennies en arrière lorsque le son west-coast était la norme d’un succès inévitable.

Sans égrener les influences possibles de ce projet en solitaire, autant dire que des noms comme JOURNEY, ECLIPSE, W.E.T, Michael McDONALD, Joseph Williams et TOTO font partie du vocabulaire musical employé. On constate cette facette plus nuancée et héritée de l’art précieux des STEELY DAN sur le smooth « Pure », qui sonne plus californien de l’orée des années 80 qu’un featuring de Steve Lukather en studio. Mais rassurez-vous, la douceur et la volupté ne sont pas les seules émotions exprimées ici, puisque le chanteur américain a pris soin d’élaborer un répertoire suffisamment varié pour concerner les amateurs de Hard mélodique, de Hard FM et de Rock plus accessible. Loin de ses interventions les plus MOR, Double Trouble présente le visage le plus agressif de Robbie LaBLANC, dont le costume Richard MARX taillé sur Rush Street va à merveille. Il est clair que l’association avec Tommy Denander fonctionne à merveille sur cet album immaculé, mais transpercé de fulgurances Hard tranchantes, comme le démontre le très SURVIVOR/FOREIGNER de début de carrière « Only Human ». De tout pour tous, tel est le leitmotiv de cet album, qui ne bouffe toutefois pas à tous les râteliers. L’inspiration est clairement californienne, autant qu’une roller-skateuse en bikini rose fluo, et « Start The Motor Running » ose même quelques allusions à la vague du Sunset, avec ses chœurs Pop et son ambiance légèrement Glam Rock sur les bords. Tout est taillé dans le Rock, mais un Rock consensuel de qualité, avec des refrains qui s’incrustent dans le crane comme des hits de DEF LEPPARD ou JOURNEY, et si les parties de guitare de Tommy sont évidemment extraordinaires, c’est bien le timbre de voix magique de Robbie qui marque les esprits, l’homme étant capable de suggérer toutes les émotions possibles.

Plus qu’un simple album, Double Trouble est un genre de catalogue, une de ces compilations des années 80 qu’on peut trouver sur Youtube, et qui exhume des pépites du passé que beaucoup ont oublié, et des inédits qui n’auraient pas dû l’être. Robbie sait se montrer allusif à tous les acteurs de l’époque, se souvenant même du talent hors-norme d’un Huey LEWIS sur le bondissant « Never Let a Good Thing Go ».

Alors, ça déroule, ça roule, ça déboule, et l’atmosphère est décidément très cool, comme un après-midi passé sur la cote, avec en fond sonore le best-of radiophonique des années 82/83, le tout traité d’un son plus moderne et conséquent. On craque complètement pour la facilité de « Voodoo Woman », qui nous envoute des aiguilles de son refrain, ou pour la rigueur d’époque de « Temptation », plaisir coupable que rien ne viendra punir. Les chœurs, les chorus, les soli, tout est en place, tout est parfait, mais garde cette spontanéité dont les albums d’époque étaient le témoignage. Album tout sourire, Double Trouble ne déchaine pas le chaos, mais propose une fête en l’honneur du Rock Us le plus typique, avec ses claviers catchy et ses couplets de velours (« My Lips Are Sealed »), sans jamais perdre de vue l’efficacité d’une complémentarité entre synthés et guitare (« Better Man »).

Escape Music à fait une sacrée affaire en signant Robbie LaBLANC qui signe là l’œuvre la plus probante de sa longue carrière. Entre nostalgie synthétique à rendre accro un fan de Hardcore (« The Sound Of The City »), Up Tempo bouncy à la Footloose qui rend les baskets maboules (« Play The Game »), Pop revue et corrigée (« Just Say The Word »), le répertoire est sublime, et la sensation délicieuse. Alors évidemment, rien de neuf, mais du vieux remis à la sauce électrique, des mélodies imparables, et une attitude très humble face à l’histoire. On pourrait même faire de nouveau la fête à HALL & OATES en écoutant « Here Today, Gone Tomorrow », pour séduire cette belle blonde et ses patins à roulettes en bikini rose fluo.

  

                                                

Titres de l’album:

01. Only Human

02. Start The Motor Running

03. Never Let a Good Thing Go

04. Voodoo Woman

05. Pure

06. Temptation

07. My Lips Are Sealed

08. Better Man

09. The Sound Of The City

10. Play The Game

11. Just Say The Word

12. Here Today, Gone Tomorrow

13. Don't Do Love


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/05/2021 à 15:18
88 %    247

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11