Sitcoms for Aliens

Noiseheads

05/01/2018

Autoproduction

Ils sont trois. L’un est blond aux cheveux longs, l’autre est châtain avec la barbe, et le troisième est quasiment chauve avec la moustache. Toute ressemblance avec des musiciens existants serait évidemment tout à fait fortuite. Et pourtant, ces trois-là ont des points communs, beaucoup, avec certains groupes, beaucoup. Et sont présentés par la presse, spécialement celle de chez eux, comme les sauveurs d’un Rock qui part en couille, les poils à la dérive. On nous a souvent fait le coup du trio de superhéros sans cape promis à une destinée hors du commun, mais d’ordinaire, ce sont plutôt les anglais qui nous la jouent chauvins. Les Américains, sûrs de leur suprématie, sont plus humbles dans la fierté, alors autant dire qu’il y a quand même anguille sous roche du côté de Pensacola en Floride. Et si ces trois olibrius incapables de faire la différence entre la Pop des BLUR et la rage des ALICE IN CHAINS étaient vraiment aptes à nous extirper du marasme dans lequel le Rock si complaisant nous plonge depuis quelques années ? Parce qu’ils refusent les étiquettes en plus, le Grunge, l’Alternatif, pas pour eux, ça, trop restrictif. Et vous savez quoi ? Ils ont raison, parce qu’ils sont beaucoup plus que ça. Ils sont le trait d’union entre le Grunge des 90’s, le Suburban Rock des 2000’s, et la Pop des 60’s, prise d’un coup de folie moderne sans abimer le brushing de mélodies sur la tête. On connaissait l’amour de Kurt Cobain pour les harmonies, les BEATLES et toute la folie mobtop qui allait avec, il va maintenant falloir faire avec celle plus plurielle des NOISEHEADS pour le patrimoine culturel de ces quarante dernières années.

En substance, il y a tout sur ce Sitcoms for Aliens pour vous satisfaire. De cette pochette absolument affreuse qui ressemble au collage du petit Jean-René, six ans et élève de CM1, à l’ambiance délétère d’une décennie qui transformait les désillusions et l’ennui de la génération X en créativité nonchalante ou explosive, les harmonies de Peter, Paul & Mary (une autre obsession de Kurt C.), jusqu’à ce titre qui nous propose un soap de l’espace, transformant Roswell en terrain de jeu pour scénaristes nostalgiques d’Alf et du Muppet Show. Mais ça tombe bien, parce que les NOISEHEADS sont un show, mais n’ont rien de marionnettes, puisqu’ils tirent leurs ficelles eux-mêmes. Du mal à piger le truc. Ecoutez pour voir, ça va mieux. Bien sûr, 1994 paru en 2013 défrichait pas mal de terrain, mais selon ses auteurs, il était encore un peu trop impudique, et trop nu pour accepter de s’afficher avec les oripeaux d’un spectacle pas encore très bien rodé. Leur second effort éponyme lui était trop fardé, et trop embourgeoisé dans ses habitudes qui restaient à définir. Alors finalement, cette série pour extraterrestres est le script qui leur convient le mieux, à cheval (de Troie) entre les deux. Et par extension, pour un second LP, il passe admirablement bien la rampe et confirme tout le bien que les médias pensent de cette assemblée d’iconoclastes hors du temps et des modes. La seule mode à laquelle ils consentent à adhérer, c’est celle de la liberté de ton qui propose de briser la boucle temporelle réunissant les époques, et condamnant les musiciens à tourner en rond dans le labyrinthe de leurs idées. Et des idées ici, il y en a plein, du talent aussi, de la gouaille, des mélodies, des riffs qu’on retient, et un sacré paquet d’influences. Qu’ils nomment eux-mêmes. SOUNDGARDEN, NIRVANA, PEARL JAM, TOADIES, HAMMERBOX, RAGE AGAINST THE MACHINE, NIN, GIN BLOSSOMS, CRASH TEST DUMMIES, BEATLES. Auxquelles vous pouvez éventuellement rajouter les STONE TEMPLE PILOT, les STONE ROSES, GLASSJAW, SPIN DOCTORS, SMASHING PUMPKINS enfin bref, la crème de la crème des réfuteurs de théories trop figées, et trop difficiles pour faire la fine bouche entre musique populaire et élitisme culturel. Et pourtant, tout ça sent la sincérité populiste des faubourgs à plein nez, lorsqu’un après-midi d’ennui débouche sur une première répétition dans le garage des parents (celui du barbu, plus complaisants envers les velléités artistiques de leur bambin), et de fil en aiguille, le premier show au bal de l’école, vite ruiné par un punch un peu trop corsé. Sales brats va.

Et là, finalement, vous comprenez que je n’ai pas dévoilé grand-chose de ce nouvel album qui risque en effet de casser la baraque pour peu que ces trois-là dénichent un contrat idoine. Et c’est à dessein, parce que je n’ai pas envie de trop en dire et vous gâcher la surprise d’une des musiques les plus vivantes de ces cinq ou six dernières années. Allez, je vous avoue qu’en tant qu’entame, « Wait. » est certainement le hit que Billy Corgan n’a jamais pu composer avec Courtney Love parce que le premier est trop fier et imbu de lui-même et la seconde trop concernée par sa prochaine opération de chirurgie propice à lui donner un air encore plus…alien. Je peux aussi vous confier que « I Bleed » est une jolie transposition de l’univers des NO FX dans le monde en vase clos des SONIC YOUTH. Avec en plus un refrain nasillard sous hélium qui vous contamine un été comme un amour adolescent pas consommé. Et qui laisse avec une impression bizarre de nervosité. Et que « Enter Starship » arrive comme un cheveu STONE TEMPLE PILOT sur la soupe BLUR, histoire d’adoucir de Pop le relevé bien salé d’une épaisseur psychédélique Grunge. Un peu comme si les AFGHAN WHIGS enlevaient leur perruque pour embrasser la culture Junk revival des années 2000, acceptant les refrains des MONKEES comme seule alternative à la vacuité ambiante. Que « Homecoming » célèbre le retour de fac en weekend d’un étudiant ayant un peu trop abusé du Blues N’Gum des ENUFF Z’NUFF entre deux devoirs de littérature anglaise bâclés pour cause de fête à ne pas manquer. Que « ‘72 » est le plus bel hommage à 1991 qui puisse exister. Que les accents OASIS de « Ballad Of Me, Myself, and I » nous réconcilie avec la vague Néo-Pop rétro de la même décennie, sans nous obliger à serrer la main à Noel et Liam, nous permettant ainsi de nous replonger l’espace d’un clin d’œil dans le sublime Purple des STONE TEMPLE PILOT. Chant goguenard mais réellement investi, basse en circonvolutions, et refrain qui pétille de distorsion comme un Dr Pepper bien frais qui gicle sur le gazon bien vert. La Floride, patrie de la joie et de l’harmonie ? Dit comme ça, ça sonne comme un slogan immobilier, et pourtant, c’est la vérité. Surprenant, pour le moins.

Mais le moins, c’est le plus de ce trio qui joue à la fausse économie pour truffer ses chansons d’arrangements instrumentaux plus intelligents que la moyenne. Un trio qui n’a pas oublié les BREEDERS, ni SUM 41 (« Who ? »), qui défie l’intimisme sur le terrain de Liz Phair (« Friend »), qui bride l’électricité d’une pudeur Pop presque énamourée (« Still Alive »), et qui finit acoustico-intime comme aux plus grandes heures de NIRVANA, sans pour autant se réclamer d’un « Something In The Way », dont il emprunte pourtant tout le « Farewell and Goodnight » que Corgan et Iha avait subtilement dérobé en pensant au « Good Night » de Ringo. Et puis tout s’arrête, comme une nuit que le réveil achève d’une réalité qu’on n’a pas forcément envie de confronter à ses rêves colorés…Next Big Thing ? Je pense que les NOISEHEADS sont déjà énormes, mais que peu de gens sont vraiment au courant. Alors, le rôle de Sitcoms for Aliens sera de dégager ces putains de branleurs de leur télé, et de leur arracher leur smartphone à la volée. Pour leur faire comprendre que les 90’s, sous couvert d’une indifférence de surface, incarnaient sans doute la décade la plus passionnée de « vrai », digérant la débâcle d’eighties qui avaient placé l’arrogance au-dessus de l’honnêteté. Ils sont trois. L’un est blond aux cheveux longs, l’autre est châtain avec la barbe, et le troisième est quasiment chauve avec la moustache. Toute ressemblance avec des musiciens existants serait évidemment tout à fait fortuite. Parce que ces mecs-là ne ressemblent à personne.


Titres de l'album:

  1. Prelude
  2. Wiat.
  3. I, Bleed
  4. Enter Starship
  5. Homecoming
  6. '72
  7. Ballad of Me, Myself, and I
  8. Drown Me
  9. Who?
  10. Friend
  11. I Still Alive
  12. Here

Site officiel


par mortne2001 le 20/01/2018 à 14:30
90 %    453

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Pendrak + Insane Order + Nervous Impulse + Unsu 04/07 : La Brat Cave, Lille (59)
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43

Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48

loka

Pas terrible. Ultra polissé et des parties mélodiques inutiles et embarrassantes....

03/07/2020, 08:45

Simony

Pour en revenir au bouquin, je pense que les photos doivent dégager une certaine atmosphère bien plaisante. Je me laisserai peut-être tenté... on verra

02/07/2020, 22:15

Saddam Mustaine

Si j'ai trouvé ça.

"Je te le dis franchement, j’ai voulu tuer cet enfoiré à la fin. Imagine que quelqu’un que tu penses être ton ami rentre chez lui et trouve un autre ami qui s’est suicidé, et décide de prendre des photos de son cadavre. Qui de sensé aurait pu faire une c(...)

02/07/2020, 20:00

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

J'ai pas le film sous la main donc je sais pas perso.

02/07/2020, 19:46

Humungus

"Based on truth and lies"... ... ...

02/07/2020, 14:25

youpimatin

"When the Moment of Death Arrives" est une reprise de Sentenced, le tout 1er titre de "Shadows of the Past" sorti en 1992.

02/07/2020, 10:32

Pomah

Marrant tout de même, il est indiqué sur plusieurs sites que c'est le prod. de Tormentor qui est vendu un fragment du crane de Dead, pour 3.500 boules. Je ne trouve rien sur le fait que ce soit Necrobutcher qui confirme t'es dires. Cela dit les preuves sur net parfois ...

02/07/2020, 03:55

Pomah

Hahahaa "mon ptit gars", un peu de respect tout de même, Je suis surement pas ton petit gars ;). j'en ai rien a foutre que le gars revende des bout d'os de poulet. "Renseigne toi", je viens de te dire que c'est ce que je vais faire, MON propre opinion, y'a de quoi que tu comprends pas dans ce que j(...)

02/07/2020, 03:13

Satan

@ : Un jugement de valeur arbitraire? Ce sont des faits mon petit gars, pas une invention de mon esprit farfelu. Je récidive : renseigne-toi. Qui plus est, ce Mr a dit et répété pendant des années qu'il avait été outré par le collier collectant les os de Dead, alors que l'année passée il f(...)

01/07/2020, 21:57

Pomah

Maybe, mais je préfère me faire mon opinion moi même que de suivre bêtement un jugement de valeur très arbitraire.

01/07/2020, 00:01

Satan

L'indice est : "Helvete".

30/06/2020, 22:17

Satan

@ Pomah : Si tu te renseignais un peu, tu trouveras exactement ce que je mentionne dans des interviews récentes du Mr.

30/06/2020, 22:16

RBD

Vu en 2012, bon souvenir, le report a été exhumé il y a quelque temps si vous suivez...

30/06/2020, 20:14

Saddam Mustaine

Les mecs de Darkthrone qui rencontrent Euronymous ?

C'est là qu'ils laissent le Death pour faire du Black.

30/06/2020, 18:53