Sitcoms for Aliens

Noiseheads

05/01/2018

Autoproduction

Ils sont trois. L’un est blond aux cheveux longs, l’autre est châtain avec la barbe, et le troisième est quasiment chauve avec la moustache. Toute ressemblance avec des musiciens existants serait évidemment tout à fait fortuite. Et pourtant, ces trois-là ont des points communs, beaucoup, avec certains groupes, beaucoup. Et sont présentés par la presse, spécialement celle de chez eux, comme les sauveurs d’un Rock qui part en couille, les poils à la dérive. On nous a souvent fait le coup du trio de superhéros sans cape promis à une destinée hors du commun, mais d’ordinaire, ce sont plutôt les anglais qui nous la jouent chauvins. Les Américains, sûrs de leur suprématie, sont plus humbles dans la fierté, alors autant dire qu’il y a quand même anguille sous roche du côté de Pensacola en Floride. Et si ces trois olibrius incapables de faire la différence entre la Pop des BLUR et la rage des ALICE IN CHAINS étaient vraiment aptes à nous extirper du marasme dans lequel le Rock si complaisant nous plonge depuis quelques années ? Parce qu’ils refusent les étiquettes en plus, le Grunge, l’Alternatif, pas pour eux, ça, trop restrictif. Et vous savez quoi ? Ils ont raison, parce qu’ils sont beaucoup plus que ça. Ils sont le trait d’union entre le Grunge des 90’s, le Suburban Rock des 2000’s, et la Pop des 60’s, prise d’un coup de folie moderne sans abimer le brushing de mélodies sur la tête. On connaissait l’amour de Kurt Cobain pour les harmonies, les BEATLES et toute la folie mobtop qui allait avec, il va maintenant falloir faire avec celle plus plurielle des NOISEHEADS pour le patrimoine culturel de ces quarante dernières années.

En substance, il y a tout sur ce Sitcoms for Aliens pour vous satisfaire. De cette pochette absolument affreuse qui ressemble au collage du petit Jean-René, six ans et élève de CM1, à l’ambiance délétère d’une décennie qui transformait les désillusions et l’ennui de la génération X en créativité nonchalante ou explosive, les harmonies de Peter, Paul & Mary (une autre obsession de Kurt C.), jusqu’à ce titre qui nous propose un soap de l’espace, transformant Roswell en terrain de jeu pour scénaristes nostalgiques d’Alf et du Muppet Show. Mais ça tombe bien, parce que les NOISEHEADS sont un show, mais n’ont rien de marionnettes, puisqu’ils tirent leurs ficelles eux-mêmes. Du mal à piger le truc. Ecoutez pour voir, ça va mieux. Bien sûr, 1994 paru en 2013 défrichait pas mal de terrain, mais selon ses auteurs, il était encore un peu trop impudique, et trop nu pour accepter de s’afficher avec les oripeaux d’un spectacle pas encore très bien rodé. Leur second effort éponyme lui était trop fardé, et trop embourgeoisé dans ses habitudes qui restaient à définir. Alors finalement, cette série pour extraterrestres est le script qui leur convient le mieux, à cheval (de Troie) entre les deux. Et par extension, pour un second LP, il passe admirablement bien la rampe et confirme tout le bien que les médias pensent de cette assemblée d’iconoclastes hors du temps et des modes. La seule mode à laquelle ils consentent à adhérer, c’est celle de la liberté de ton qui propose de briser la boucle temporelle réunissant les époques, et condamnant les musiciens à tourner en rond dans le labyrinthe de leurs idées. Et des idées ici, il y en a plein, du talent aussi, de la gouaille, des mélodies, des riffs qu’on retient, et un sacré paquet d’influences. Qu’ils nomment eux-mêmes. SOUNDGARDEN, NIRVANA, PEARL JAM, TOADIES, HAMMERBOX, RAGE AGAINST THE MACHINE, NIN, GIN BLOSSOMS, CRASH TEST DUMMIES, BEATLES. Auxquelles vous pouvez éventuellement rajouter les STONE TEMPLE PILOT, les STONE ROSES, GLASSJAW, SPIN DOCTORS, SMASHING PUMPKINS enfin bref, la crème de la crème des réfuteurs de théories trop figées, et trop difficiles pour faire la fine bouche entre musique populaire et élitisme culturel. Et pourtant, tout ça sent la sincérité populiste des faubourgs à plein nez, lorsqu’un après-midi d’ennui débouche sur une première répétition dans le garage des parents (celui du barbu, plus complaisants envers les velléités artistiques de leur bambin), et de fil en aiguille, le premier show au bal de l’école, vite ruiné par un punch un peu trop corsé. Sales brats va.

Et là, finalement, vous comprenez que je n’ai pas dévoilé grand-chose de ce nouvel album qui risque en effet de casser la baraque pour peu que ces trois-là dénichent un contrat idoine. Et c’est à dessein, parce que je n’ai pas envie de trop en dire et vous gâcher la surprise d’une des musiques les plus vivantes de ces cinq ou six dernières années. Allez, je vous avoue qu’en tant qu’entame, « Wait. » est certainement le hit que Billy Corgan n’a jamais pu composer avec Courtney Love parce que le premier est trop fier et imbu de lui-même et la seconde trop concernée par sa prochaine opération de chirurgie propice à lui donner un air encore plus…alien. Je peux aussi vous confier que « I Bleed » est une jolie transposition de l’univers des NO FX dans le monde en vase clos des SONIC YOUTH. Avec en plus un refrain nasillard sous hélium qui vous contamine un été comme un amour adolescent pas consommé. Et qui laisse avec une impression bizarre de nervosité. Et que « Enter Starship » arrive comme un cheveu STONE TEMPLE PILOT sur la soupe BLUR, histoire d’adoucir de Pop le relevé bien salé d’une épaisseur psychédélique Grunge. Un peu comme si les AFGHAN WHIGS enlevaient leur perruque pour embrasser la culture Junk revival des années 2000, acceptant les refrains des MONKEES comme seule alternative à la vacuité ambiante. Que « Homecoming » célèbre le retour de fac en weekend d’un étudiant ayant un peu trop abusé du Blues N’Gum des ENUFF Z’NUFF entre deux devoirs de littérature anglaise bâclés pour cause de fête à ne pas manquer. Que « ‘72 » est le plus bel hommage à 1991 qui puisse exister. Que les accents OASIS de « Ballad Of Me, Myself, and I » nous réconcilie avec la vague Néo-Pop rétro de la même décennie, sans nous obliger à serrer la main à Noel et Liam, nous permettant ainsi de nous replonger l’espace d’un clin d’œil dans le sublime Purple des STONE TEMPLE PILOT. Chant goguenard mais réellement investi, basse en circonvolutions, et refrain qui pétille de distorsion comme un Dr Pepper bien frais qui gicle sur le gazon bien vert. La Floride, patrie de la joie et de l’harmonie ? Dit comme ça, ça sonne comme un slogan immobilier, et pourtant, c’est la vérité. Surprenant, pour le moins.

Mais le moins, c’est le plus de ce trio qui joue à la fausse économie pour truffer ses chansons d’arrangements instrumentaux plus intelligents que la moyenne. Un trio qui n’a pas oublié les BREEDERS, ni SUM 41 (« Who ? »), qui défie l’intimisme sur le terrain de Liz Phair (« Friend »), qui bride l’électricité d’une pudeur Pop presque énamourée (« Still Alive »), et qui finit acoustico-intime comme aux plus grandes heures de NIRVANA, sans pour autant se réclamer d’un « Something In The Way », dont il emprunte pourtant tout le « Farewell and Goodnight » que Corgan et Iha avait subtilement dérobé en pensant au « Good Night » de Ringo. Et puis tout s’arrête, comme une nuit que le réveil achève d’une réalité qu’on n’a pas forcément envie de confronter à ses rêves colorés…Next Big Thing ? Je pense que les NOISEHEADS sont déjà énormes, mais que peu de gens sont vraiment au courant. Alors, le rôle de Sitcoms for Aliens sera de dégager ces putains de branleurs de leur télé, et de leur arracher leur smartphone à la volée. Pour leur faire comprendre que les 90’s, sous couvert d’une indifférence de surface, incarnaient sans doute la décade la plus passionnée de « vrai », digérant la débâcle d’eighties qui avaient placé l’arrogance au-dessus de l’honnêteté. Ils sont trois. L’un est blond aux cheveux longs, l’autre est châtain avec la barbe, et le troisième est quasiment chauve avec la moustache. Toute ressemblance avec des musiciens existants serait évidemment tout à fait fortuite. Parce que ces mecs-là ne ressemblent à personne.


Titres de l'album:

  1. Prelude
  2. Wiat.
  3. I, Bleed
  4. Enter Starship
  5. Homecoming
  6. '72
  7. Ballad of Me, Myself, and I
  8. Drown Me
  9. Who?
  10. Friend
  11. I Still Alive
  12. Here

Site officiel


par mortne2001 le 20/01/2018 à 14:30
90 %    707

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46