Rise

Tom Keifer

13/09/2019

Cleopatra Records

On l’aime bien Tom en fait. On l’aime comme on aime Bret Michaels, Kip Winger, Ted Poley…Parce qu’il fait partie de notre histoire, de notre vécu, parce que quelque part, il est en partie responsable de notre éducation musicale. Parce qu’on savait que CINDERELLA c’était lui et personne d’autre. Parce qu’il était, et est toujours peut-être la meilleure synthèse possible entre Mick Jagger et Steven Tyler, avec cette touche bluesy en plus qui exsude de ses moues lippues au possible. Parce que comme beaucoup de musiciens, le sort ne l’a pas épargné, parce qu’il a bien cru perdre sa voix plusieurs fois, mais qu’il est toujours revenu sur le devant de la scène. En 2019, l’homme et le musicien bénéficient tous deux d’un énorme capital sympathie, à cause de ce parcours semé d’embûches, mais aussi parce qu’on les sait encore capables d’enregistrer des albums sinon impeccables, du moins touchants. Et Rise, au titre en aveu et à la pochette sombre comme un dessin de Jeremy dans le clip de PEARL JAM ne fait pas exception à cette règle de tendresse. Pourtant, dans les faits, il pourrait s’agir du disque le plus Heavy et ténébreux que le brun frisotté a enregistré de sa vie. On y sent un sentiment d’urgence, de revanche à prendre sur la vie, de retard à rattraper et de colère à faire sentir. Mais on y sent aussi une sacré cohésion entre tous les membres de son groupe qu’il a vraiment envie de mettre en avant, et de trimbaler avec lui pendant les exercices promo. On y sent également une sorte de traduction/transposition de tout ce qu’il a pu proposer du temps de son heure de gloire, des choses essentielles traduites dans un vocabulaire plus dur, plus direct et plus noir. Le Blues c’est sa vie certes, mais il semblerait que le Heavy le soit aussi maintenant. Et de fait, ce Rise l’est. Incroyablement, virilement, de manière assez troublante mais sans opportunisme. Et malgré son côté inégal, malgré son côté un peu retour facile après six ans d’absence, on adore sa liberté de ton, et sa communion. On apprend en vieillissant, et on s’entoure. De musique, et d’amour.

Dans le Kiefer Band, toujours les mêmes. Savannah Keifer, Tony Higbee, Billy Mercer, Kendra Chantelle, Jarred Pope et Kory Myers qui soutiennent leur leader du mieux qu’ils le peuvent. Et après des années à se faire opérer, à se demander s’il allait retrouver son timbre unique, éraillé, Tom se lâche enfin et se décide à nous offrir un digne successeur à son premier LP solo, The Way Life Goes. Premier LP qui avait d’ailleurs dégagé une sorte de consensus autour de ses qualités, et qui trouve aujourd’hui une continuité dans la rupture assez intéressante en soi. Toujours concerné par la cause Hard Rock, Rise semble se tendre plus, comme un arc prêt à lâcher ses flèches dans le cœur du destin, et apparaît comme le soleil après la pluie qui n’en veut pas trop aux nuages de rester encore un peu. On le sent dès l’attaque de « Touching the Divine », qui malgré une intro assez abordable lâche un énorme Rock N’Roll comme seul Tom et quelques autres savent encore le faire. La voix est bien là, elle rassure, soutenue par des chœurs, le tout est simple, basé sur un refrain immédiat et des couplets qui baignent dans la demi-teinte, mais la musique est bonne, et l’atmosphère sympathique. Mais Tom, sommé d’écrire pour une fois des lyrics qui tiennent la route se sent défié, remis en question, et ose donc des choses plus inhabituelles et coutumière du Néo Hard Rock de ces dernières années, celui ayant accepté le legs Néo Metal sans trop discuter et capable de transformer le Southern Rock d’avant en Rock plombé de maintenant. On sent que « The Death of Me » s’amuse beaucoup à triturer le riff de « Night Songs », pour le rendre encore plus méchant, mais personne n’es dupe, l’intention est la même, seul le résultat change. Et Rise, en tant que constat d’une renaissance annoncée, découvre et redécouvre les sensations de base. La colère, le ressentiment, la douleur, la nostalgie, mais aussi la joie et la sincérité.

Il ne faut d’ailleurs pas attendre bien longtemps pour que l’émotion s’invite aux agapes de la convalescence, et « Waiting on the Demons » de retrouver les émotions crue du « What’s Up » des 4 NON BLONDES, avec ces guitares devant tout au LYNYRD, mais acceptant leur époque comme extension d’une légende Rock qui ne mourra jamais. Certains diront que c’est dans ces moments-là que Tom se met à nu et présente la facette la plus attachante de sa personnalité, et je ne saurais les contredire, ayant toujours aimé les héros lorsqu’ils pansent leurs plaies. Et ces plaies apparaissent parfois à vif, sous la forme d’une cicatrice Heavy et électronique, avec un « Hype » au format presque Pop qui s’incruste dans l’air du temps. Un peu comme si Tom se rappelait des tentatives de ses anciens comparses de scène pour rester à flots dans les années 90, osant les rythmiques plus synthétiques et les poses figées par les canons de promotion blasés. Mais rien n’est vraiment surprenant sur cette seconde échappée en presque solitaire, puisque tous les morceaux sont issus de l’ADN d’un mec qui traine ses basques dans le business depuis assez longtemps pour qu’on pense le connaître. On y retrouve du Rock, évidemment, traité plus générique que Hard malgré un son mordant, le Rock de « Breaking Down », celui de « All Amped Up », boosté par un up tempo à la AC/DC et une ambiance moody à la Rocks d’AEROSMITH, les modèles de toujours, et puis un peu des STONES en arrière-plan, celui de « Untitled », en direct clin d’œil à la nouvelle génération des GRETA VAN FLEET qui pille les coffres des légendes 70’s, celles-là même que Kiefer a toujours vénérées…On y trouve aussi des choses plus musclées, mais aussi des instants, fugaces, sur lesquels le guerrier nous rappelle qu’il a aussi un cœur, et que la Soul, le Blues ont toujours fait partie des seuls modes d’expression d’une nostalgie un peu amère…Alors, on savoure des deux oreilles la fragilité de « Taste for the Pain », avec son piano et ses cordes presque tragiques, mais réellement humbles et sincères.

Tom le dit lui-même, pour enregistrer l’album de Rock parfait, il faut le foirer. Et il est certain que la plupart des chefs d’œuvres musicaux de l’histoire résultent d’un accident, d’un handicap, d’un destin capricieux. Son deuxième effort en solo est loin d’être parfait, il est même parfois erratique, très inégal, pas franchement nivelé, mais honnête, direct et venant des tripes. Sa production est trop bombastic, et se satisfait plus des simples virées Hard-Rock que des longues tirades Heavy. La preuve, « Life Was Here » est certainement le plus abrasif du lot, avec son riff classique qui dévale les pentes et son chant qui nous ramène enfin trente ans en arrière. Et si Keifer termine le tout sur une assertion que personne ne viendra contredire (« You Believe in Me »), il le fait en mode mineur, acoustique, comme pour mieux dire, « je vais mieux ». Si tu vas mieux Tom, j’en suis ravi. Continue comme ça. Puisque après tout, ton histoire, c’est aussi la nôtre. Et on aime voir les gens qu’on aime aller mieux.

     

Titres de l’album :

                           1. Touching the Divine

                           2. The Death of Me

                           3. Waiting on the Demons

                           4. Hype

                           5. Untitled

                           6. Rise

                           7. All Amped Up

                           8. Breaking Down

                           9. Taste for the Pain

                           10. Life Was Here

                           11. You Believe in Me

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/12/2019 à 17:54
78 %    458

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


jefflonger
@86.227.210.218
22/12/2019, 16:02:02
Ca fait du bien de re entendre la voix de Tom Keifer, je suis agréablement surpris. Merci pour la découverte

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16

Wildben

Et en ce 27 septembre, comme tous les ans, une grosse pensée pour Cliff Burton... et un petit Orion dans les esgourdes.

27/09/2020, 12:38

Gargan

Y'avait une captation live sans public d'Enslaved il y a peu (incapable de retrouver le lien sur YT) avec une mise en scène assez sobre et atmo, ça valait vraiment le coup. Mais pour un groupe de death ou de thrash, je peux comprendre que ça coince.

27/09/2020, 11:50

LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19