On ne va pas se le cacher. Si vous étiez déjà fan de Hard Rock dans les années 80, vous aviez trois fantasmes féminins. Le premier, la belle et germaine Dorothée Pesch, égérie du Heavy à l’Allemande, blonde comme une gretchen de film des années 60. La seconde, la multicolore mais plutôt blonde aussi Lita Ford, ex-RUNAWAYS, que les photos promo de la période Lita mettaient parfaitement en valeur. Et la troisième évidemment, et la moins avare de poses et moues sexy, la canadienne Lee AARON, sortie de nulle part, mais ayant conquis notre cœur de midinette avec ses trois premiers albums, empreints d’un Hard Rock assez formel, mais pas désagréable à entendre. Je crois que mon plus vieux souvenir de Lee est cette double page pleine de classe parue dans Hard Rock magazine, qui ne laissait planer aucun mystère sur les détails de l’anatomie intime de la belle. Pensant sans doute qu’avec son passif de modèle léger, la belle n’allait voir aucun inconvénient à voir son entrejambes en close-up, le magazine avait payé cher son inélégance, et s’était attiré les foudres de la musicienne qui n’appréciait pas plus que ça qu’on la considère comme un objet sexuel. Je condamne évidemment ce genre de procédé (d’autant plus que la photo était d’une vulgarité sans nom), mais je comprends plus ou moins le fond de la pensée. En étant honnête, AARON en tant que chanteuse et malgré une voix puissante ne tenait pas la comparaison avec les deux autres artistes précitées, et son Metal générique laissait à penser qu’elle n’avait construit sa carrière que sur son physique. Et l’histoire d’amour qui lie le Metal à Lee a toujours été chaotique, et constellé d’épisodes d’adultère, la canadienne s’éloignant souvent de la puissance pour tenter des choses plus Pop, voire Jazz. Mais depuis quelques années, quatre ou cinq, elle a décidé de revenir à ses premiers amours et de se rapprocher d’un Rock dur, à la plus grande joie de ses fans les plus virils. J’ai d’ailleurs chroniqué lors de sa sortie l’excellent Fire and Gasoline, qui montrait le visage souriant d’une musicienne enfin heureuse de renouer avec la puissance et la distorsion. Séduit par ce comeback inopiné, j’en avais dit le plus grand bien après avoir tapé du pied sur l’accrocheur « Tom Boy » et son clip rigolo, et c’est donc avec curiosité que je me suis penché sur ce Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany, bien que les albums en concert les plus récents ne soient pas ma tasse de thé.

Il faut dire qu’en ayant fait mon éducation live avec des LP historiques de la trempe du mortel Live at The Star Club de Jerry Lee LEWIS, Live Bullet de Bob SEGER, Made in Japan, Live After Death, et autres Decade of Agression, je ne suis que peu enclin à supporter des divagations approximatives, ou des performances erratiques et anecdotiques. Et comme je n’ai jamais été assez amoureux de la canadienne pour m’enfiler toute sa discographie ou vénérer la moindre de ses sorties, je restais plutôt dubitatif sur le côté crucial de ce LP. Certes, c’est le premier du genre dans sa carrière, et il couvre évidemment une période assez étendue, mais n’ayant pas posé mes oreilles sur Metal Queen, Call of the Wild ou Lee Aaron depuis des lustres, je n’éprouvais pas forcément le besoin d’y revenir dans des conditions de concert. Mais Metalville, label allemand, a usé d’assez d’arguments convaincants pour me forcer la main, et autant jouer la franchise, je n’ai pas forcément été déçu de l’expérience. La maison de disque et l’artiste n’ont d’ailleurs pas lésiné sur les points de détail susceptibles de nous persuader de l’intérêt de la chose. « Garanti sans overdub, sans retouches, et suintant d’une sueur Rock N’Roll pure et sincère », Power, Soul, Rock N' Roll fait tout ce qu’il peut pour honorer son nom de baptême, et nous présente une chanteuse au sommet de son art, à l’aise dans tous les registres, qu’ils soient Pop, Rock, Metal, Jazzy, Blues…Très en voix, la belle Lee en donne pour son argent au public d’outre-Rhin, évite évidemment les allusions à la partie la plus discutable et soft de sa discographie, se concentrant sur ses efforts les plus musclés histoire de ne pas trop détonner. On retrouve donc sur ce disque quelques classiques de l’histoire de Lee, dont l’immanquable hymne « Metal Queen », le plus abordable « Barely Holdin' On », qui en concert et sublimé par un backing band digne de ce nom atteint quelques sommets d’émotion tout en évitant la mièvrerie, « Some Girls Do », et son boogie bien pilonné à la AEROSMITH, le plus dansant et chaloupé « Whatcha Do to My Body », soit la plus parfaite synthèse d’un parcours qui n’a pas toujours tenu ses promesses, mais qui a eu le mérite de prôner l’éclectisme, et de rester en adéquation avec les passions de la belle. Lee ne s’est donc jamais trahie, a essayé des choses différentes, mais a fini par revenir au Rock, son essence même, et Power, Soul, Rock N' Roll le prouve en un peu plus d’une heure, capté sur deux dates différentes. La première, à Nuremberg, dans l’intimité d’une salle, et la seconde, au Bang Your Head festival de Balingen, devant 20.000 fans déchaînés de voir leur queen ouvrir les festivités en 2017. Et comme pour mieux affirmer son allégeance et sa fidélité à un public Rock qui ne souhaite que la voir hurler, feuler, et surtout, revenir dans le giron d’un Hard Rock qu’elle n’aurait jamais dû quitter, la canadienne commence le set par une surprenante reprise du « Mistreated » de DEEP PURPLE. Certes, nous n’atteignons pas la quintessence des versions les plus poignantes de ce morceau au Blues dégoulinant, mais le fait d’avoir placé son live sous des auspices aussi puristes en dit long sur la volonté de reconquête de la musicienne.

Accompagnée sur scène par un trio de vieux briscards aguerris, soit Sean Kelly à la guitare, Dave Reimer à la basse, et John Cody à la batterie (Nelly Furtado, Bryan Adams, BTO, pour n’en citer qu’une poignée), Lee AARON se sent terriblement à l’aise, et peu lâcher ses morceaux avec confiance, profitant des soli toujours impeccables de Kelly (celui sur « Mistreated » n’est pas sans rappeler John Sykes), et d’une rythmique polyvalente qui s’adapte à chaque genre. Nous avons donc droit très tôt à l’hymne teen n’jumpy « Tom Boy » et son droit à la différence, qui finalement, gagne facilement sa place au panthéon des morceaux les plus réussis de la canadienne. D’ailleurs, son enchaînement à « Rock Candy » est tout à fait logique, et on se rend compte que le virage Rock opéré il y a quelques années est tout à fait crédible et même largement plus intéressant que ce que la musicienne a pu sortir dans les années 80. Durant cette tournée promotionnelle de 2017, on sent le groupe affûté, prêt à en découdre, et les morceaux ont tous cette aura qui les sauvent d’une interprétation stérile et consensuelle. Bon son, équipe qui y croit, chanteuse qui donne tout ce qu’elle a, Power, Soul, Rock N' Roll est donc un joli cadeau à l’adresse du public allemand, l’un des plus fidèles au Hard Rock classique d’antan. Précisons que le CD s’accompagne d’un superbe DVD live au Bang Your Head festival, qui mérite le détour, et en définitive, cette nouvelle sortie et ce premier témoignage en concert de Lee AARON est bien plus qu’une simple anecdote. C’est l’assurance de se replonger dans son adolescence, et d’en sortir toujours adulte, moins obnubilé par les jolis posters, et avec plus de recul sur la qualité de la musique. Et celle de Power, Soul, Rock N' Roll est plutôt fameuse.            

           

Titres de l’album :

                           1. Mistreated

                           2. Tomboy

                           3. Rock Candy

                           4. Metal Queen

                           5. Fire And Gasoline

                           6. Powerline

                           7. I'm A Woman

                           8. Some Girls Do

                           9. Sex With Love

                           10. Barely Holdin' On

                           11. Whatcha Do to My Body

                           12. Diamond Baby

                           13. Hot To Be Rocked

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/09/2019 à 17:44
80 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Fanthrash

Kill the Phoenix

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Simony / 08/10/2019
Stoner Doom Metal

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.


Le clip donne le mal de mer. Quant au reste...


Mouais...

Je retourne m'écouter Burn my Eyes.


Bof... Le début sous influences hardcore se laisse écouter, mais dès que le tempo ralentit, c'est un peu la catastrophe.


Il a oublié Struck a Nerve le père et d'autre titre.


Pourquoi ne pas avoir gardé Kontos et Logan...


Ce festival est risible depuis l'épisode World Of Warcraft


Quelqu'un peut compter pour moi le nombre de "fucking fuck fucker"? Il me manque des doigts.


C'est vraiment bon...


Putain !!!
GORGON en live quoi !
Si c'était pas si loin de chez moi bordel...
Je croise les doigts pour qu'ils fomentent une prochaine tournée les bougres... ... ...


pop corn time !


Et pas un mot sur l'hommage à Chirac par Fange ?


Hallucinant live report . un torchon ! traiter le public de "beauf" venu soutenir des groupes avec presque 20 ans de carrière, ça c'est bof


Effectivement, pas très convaincu par ce report.

Je suis au moins d'accord sur un point : un chanteur français qui s'adresse en Anglais à un public parisien c'est con comme un film de Luc Besson.

Après j'ai ausssi pas les mêmes "goûts" que le chroniqueur, par exemple (...)


Sans vouloir être condescendant, j'aimerai bien connaître l'âge et le parcours musical du chroniqueur.
C'est assez récent d'associer stage diving et apéro metal quand même. C'est pourtant une pratique très courante depuis des décennies dans le metal extreme et n'a rien d'une pratique f(...)


Bravo, quel professionnalisme. J'espère que vous avez payé votre place pour écrire un tel torche-cul, parce que si vous avez été accrédité, honte à vous