Distant Shores

Edge Of The Blade

26/11/2021

Aor Heaven

Chassez le naturel, il revient au galop. Cette maxime passe-partout est pourtant toujours aussi vraie, encore plus lorsqu’elle est appliquée au projet anglais EDGE OF THE BLADE. Cette association de mercenaires fondée il y a quelques années désirait au départ s’éloigner de son champ d’action habituel, et a donc très logiquement sorti un premier album en 2015, fortement empreint de formalisme Heavy moderne, avec des influences allant jusqu’à ALTER BRIDGE. Mais que voulez-vous, lorsqu’on a évolué dans des groupes comme AFTER HOURS ou SHY, on ne peut pas aller conte sa nature, ni lutter contre son amour pour la mélodie, et c’est donc très rapidement que EDGE OF THE BLADE s’est de nouveau blotti dans la couverture des harmonies, à l’occasion d’un second album beaucoup plus proche de son identité.

Aujourd’hui, alors que le groupe fête quelques années d’existence, il s’arroge le droit de confirmer les bonnes impressions dégagées par son second LP, Feels Like Home, lâché il y a quatre ans, et auquel Distant Shores donne une suite tout à fait honorable. Pour ceux ne connaissant pas le concept, EDGE OF THE BLADE est né de la rencontre entre deux pointures du Rock mélodique anglais, John Francis, chanteur de UK AFTER HOURS, et Alan Kelly, batteur de SHY et multi-instrumentiste au sein de 7HY une habile digression sur son groupe d’origine. Les deux hommes sont aujourd’hui soutenus par le guitariste volubile Miguel Angel Lopez, et le trio a donc retroussé ses manches pour composer un album à la hauteur des attentes des fans.

En résultent onze nouvelles compositions, qui permettent encore une fois aux deux leaders d’évoluer en terrain familier. Inutile donc de vous attendre à l’ouverture d’esprit contemporaine de The Ghosts Of Humans, qui acceptait les évolutions musicales de son époque, mais bien à un album traditionnel de Hard mélodique, précis, ciselé, mais suffisamment spontané pour faire fondre les amateurs de belles balades lacrymales et de burners souples.

Immédiatement, et même si la voix unique de John Francis reste reconnaissable entre mille, on pense aux légendes JOURNEY, FOREIGNER, mais aussi aux deux groupes des meneurs, AFTER HOURS et SHY, et à pas mal de produits Frontiers ou AOR Heaven, le label des anglais. Mais le soin apporté par le duo à la composition permet à celles-ci de se détacher d’un ensemble homogène, mais pas trop pour ne pas lasser. Chaque tube en est donc un par lui-même, entre Pop-Rock musclée et Hard Rock poli aux entournures, le tout emballé dans une production clean, mais juste assez âpre pour ne pas donner de diabète.

La bonne idée qui se dégage de cet album est cette brièveté des titres, qui restent souvent dans des balises plus que raisonnables, passant même parfois sous la sacro-sainte barre des trois minutes. Ainsi, malgré ses onze entrées, Distant Shores reste très digeste et passe comme dans un rêve durant une période de sommeil paradoxal. Le meilleur exemple en reste l’ouverture « Killing Me », qui n’est pas sans évoquer le JOURNEY le plus électrique des nineties et des années 2000, avec ce riff mordant, et ces sextolets qui auraient parfaitement fait le jeu de Neal Schon, Introduction toute en distorsion, timbre de voix légèrement voilé de John Francis, frappe assurée d’Alan Kelly, déluge de notes de Miguel Angel Lopez, l’ambiance n’est pas à la relaxation, mais bien au lever de poings au ciel. On prend acte de cette volonté de rester fidèle à une certaine vision anglaise de la question mélodique, et le savoir-faire des musiciens est assez impressionnant pour ne pas se laisser déborder par la prévisibilité. Quelques notes de basse slappées sur « Feel The Fire », un beat bondissant, quelques fills malins, des cassures de synthés ludiques, et le pari est déjà remporté en deux titres seulement, ce qui en dit long sur la volonté des musiciens.   

Mais comme tout album flanqué du sceau de l’AOR, Distant Shores nous entraîne sur les rives du romantisme et de la délicatesse, via quelques chansons plus volontiers caressantes. A l’image du subtil « Lonely Too », symptomatique d’une philosophie en vogue dans les eighties, ou du tendre mais puissant et sincère « Love Me Again » que le JOURNEY des seventies n’aurait pas pu sublimer de façon plus convaincante.

De tout donc, des allusions au Rock le plus radiophonique d’il y a trente ans, l’acceptation du durcissement de ton des nineties, du professionnalisme, de la spontanéité, mais aussi des arrangements peaufinés, des combinaisons de voix envoutantes, et des morceaux qui se veulent point de rencontre de tous les styles harmoniques les plus puissants (« Wait Forever »). Concentré sur la concision, le trio se laisse parfois porter par l’ambition, à l’occasion d’un plus développé « How Long », qui durant cinq minutes nous suggère une union entre le DEF LEPPARD moderne et le SHY le plus traditionnel.

Beaucoup d’envie donc, quelques pauses pour offrir à madame un bouquet de roses rouges (« Back To You »), de petits bijoux AOR comme on en fait trop rarement (« It's The Love »), et un final Soft Rock de toute beauté (« Every Beat Of My Heart »), qui nous propose une conclusion heureuse en mode petit matin souriant près de sa dulcinée.

Beaucoup d’expérience donc dans ce troisième album de EDGE OF THE BLADE, mais aussi beaucoup de fraîcheur, des dents vraiment blanches, des sourires musicaux de circonstance, mais aussi une virilité assumée, pour rester humain, quoi qu’il arrive. Une sacrée confirmation pour un projet d’envergure, qui a l’humilité de ne pas dépasser certaines limites. 

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Killing Me

02. Feel The Fire

03. Angels Fear To Tread

04. Lonely Too

05. Life Is For Living

06. Love Me Again

07. Wait Forever

08. How Long

09. Back To You

10. It's The Love

11. Every Beat Of My Heart


Facebook officiel


par mortne2001 le 12/07/2022 à 15:18
80 %    377

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49