Petroleum

Burnt Umber

12/03/2021

Ellie Promotion

Nouveau venu dans l’écurie de l’omnipotente Ellie Promotion, BURNT UMBER est l’archétype du groupe bien dans son époque, et sachant exactement ce qu’il veut. En proposant une musique en convergence de diverses influences, le quintet impose donc sa patte, et peut se reposer sur plusieurs atouts pour séduire le public. Formé à la base par deux musiciens expérimentés, le batteur J-War (THE WAY I AM, FURYKANE) et la chanteuse Abby, BURNT UMBER s’est reposé sur les compétences instrumentales et créatives du duo pour prendre forme, et accoucher d’une grosse bordée de morceaux constituant l’essentiel de ce premier album intrigant et charmeur. Petroleum vient donc apporter la viabilité professionnelle dont le projet avait besoin pour décoller, et c’est aujourd’hui sous la forme d’un quintet que le combo se présente à vous. Et en bénéficiant d’une solide distribution assurée par Season of Mist, Petroleum a toutes les chances de s’imposer en cette période trouble interdisant toute promotion live pour n’autoriser que des sorties physiques et/ou digitale.

Après avoir assuré la mise en place et la mise en toute, J-War et Abby ont pu compter sur le soutien de trois nouveaux comparses pour compléter leur duo, et c’est ainsi que le groupe a ouvert ses portes à Massi (MASSIVE RACCOON GUERILLA), Wince (SKINSITIVE) et Mickaël (THE WAY I AM). BURNT UMBER est donc aujourd’hui une entité solide, et les quatorze morceaux de ce premier jet sont autant de témoignages de la rage et de la passion d’un groupe qui ne supporte ni barrière, ni interdiction.

Les arguments promotionnels sont assez clairs, et posent le groupe en convergence de deux optiques. D’un côté, le Rock anglais des RADIOHEAD, COLDPLAY et PORCUPINE TREE, de l’autre, l’urgence électrique et alternative des américains d’EVANESCENCE, 30 SECONDS TO MARS ou les DEFTONES. En écoutant les chansons proposées par ce premier jet, vous ne serez peut-être pas d’accord avec toutes ces comparaisons, et je vous approuverai. D’une part, parce qu’il est évident que les mentions de RADIOHEAD ou COLDPAY sont complètement hors-contexte, d’autre part, parce que le groupe possède sa propre identité. Sur une trame classique en médiane du Metal alternatif et d’une Post-Pop éclairée, le quintet brode des thèmes classiques, que le monde de la musique connaît bien, avec cette opposition entre contemplation mélodique et puissance rythmique. Car lorsque la frappe de J-War domine les morceaux, on peut sentir l’écho mat de sa puissance manuelle jusque dans notre colonne vertébrale. Mais l’atout principal de BURNT UMBER se cache dans la gorge de sa chanteuse, formidable de lyrisme et d’émotion, qui renvoie bien des concurrentes symphoniques dans les cordes. Alors que les vocalistes classiques nous les cassent avec leurs arias insupportables ou leur vibrato peu naturel, alors que les leadeuses alternatives ne disposent souvent que d’un petit filet de voix leur permettant des cris souvent timides, Abby se joue des rôles et refuse de se laisser enfermer dans une interprétation trop rigide.

L’album étant basé sur l’amour, Petroleum avait donc besoin impérativement d’une interprétation investie pour se montrer crédible. Et le talent d’Abby pour suggérer des sentiments complémentaires et contradictoires permet aux morceaux les plus marqués de décoller, à l’image de ce superbe « Epidemic » qui fait montre d’une variété vocale et instrumentale assez bluffante. Loin du groupe lambda misant toutes ses chances sur l’opposition entre couplets calmes et refrains rageurs, les BURNT UMBER enrichissent leur champ musical de cocottes de guitares, d’arrangements évanescents et électroniques, pour proposer des textures riches et complexes évoquant avec acuité toute relation amoureuse passionnée.

S’il est évident d’un autre côté que la masse d’informations entraîne parfois une redondance de propos, avec des thèmes qui se ressemblent beaucoup, Petroleum ose la scission à mi-parcours pour aborder les choses sous un angle plus nuancé, introduisant des nappes de claviers, des accords en son clair, et une amertume de ton assez sombre. En s’appuyant sur une production étonnement claire et ample, les musiciens jouent leur va-tout et développent toutes leurs qualités en moins de cinquante minutes. Bien sûr, l’entame repose sur une imposition de puissance assez manifeste, mais même l’introduction de « Tree of Sorrow » joue au chat et à la souris avec la franchise, et louvoie, mélodise pour soudainement exploser d’une rage vocale assez convaincante. Avec des riffs pas si classiques qu’ils n’en ont l’air, le triptyque d’intro pose les jalons, et prône la pluralité sans se perdre en route. Entre Post-Pop et Rock moderne, les BURNT UMBER sonnent aussi professionnels que décomplexés, et jouent crânement leur jeu sans se soucier d’éventuelles influences un peu trop flagrantes.

Résultat, ces influences ne le sont pas, et c’est la personnalité du groupe qui en ressort grandie. En refusant les longues suites un peu roboratives, le quintet se concentre sur l’essentiel, et nous propose des harmonies vraiment séduisantes, mettant en relief une véritable intelligence de composition. Mais d’un autre côté, la reprise du « Calling You » de Jevetta Steele, scie radiophonique à l’époque se voit éclairé d’une lumière nouvelle, conférant à ce classique une patine plus sensible et intimiste.

Le reste, répertorie original, est donc suffisamment varié pour séduire tous les publics. Spécialement lorsque le quintet lâche la bride pour se rapprocher d’une Pop-Rock survitaminée via le trépidant « Love Philter » qui va enivrer les plus jeunes. A l’inverse, le final ambitieux et atmosphérique de « The Hourglass » brosse avec précision le tableau d’une vie régie par ce sablier temporel nous rapprochant toujours plus près d’une fin inéluctable.

Difficile de croire que Petroleum n’est qu’un premier jet, tant ses prises de position sont fermes et définitives. Dommage que le groupe ne puisse défendre son répertoire sur scène, ses morceaux étant taillés pour le live. Mais avec une telle carte de visite dans la poche, les BURNT UMBER, une fois la pandémie passée, n’auront aucun mal à persuader des promoteurs de l’importance de leur présence sur une affiche quelconque.        

        

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Tree of Sorrow

02. I Will Miss U

03. Rainy Sunday

04. Petroleum

05. Six Feet Underwater

06. Drowning

07. Epidemic

08. The Gap

09. I Feel Guilty

10. Stolen Pic

11. Calling You

12. Love Philter

13. X Chromosome

14. The Hourglass


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/03/2021 à 17:25
80 %    220

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51