Bomb Thrower

Dark Horse

24/02/2017

Autoproduction

Direction l’Australie pour y retrouver l’un des fers de lance de la scène D-beat/Darkcore locale, en la (les) personne(s) du quatuor DARK HORSE, qui agite l’underground local et mondial de ses soubresauts violents depuis 2011, sans aucune intention de ralentir la cadence.

Quatre musiciens qui ont décidément tout compris à la violence instrumentale nuancée mais certainement pas expurgée de ses caractéristiques les plus véhéments, et qui osent avec leur deuxième LP Bomb Thrower pousser les choses encore plus loin tout en affinant leur optique.

Le concept vous paraît abstrait ?

Il est pourtant viable, et depuis Sick Of The Living, High On Death, les cousins Australiens ont affiné leur approche pour la rendre encore plus effective, changeant de poste au gré des besoins, mais gardant le cap sur un Hardcore vraiment sombre et dur qui fait des victimes, et ne prend surtout pas le temps de panser leurs plaies.

Il faut dire que tourner avec des pointures du sadisme extrême comme TRAGEDY, THE SUBHUMANS, IRON REAGAN, PUNCH ou POISON IDEA n’a pas dû les rendre plus dociles, bien au contraire, et profitant d’une énorme production signée Jason Fuller aux studios Goatsound à Melbourne et d’un mixage soigné par Jack des ENORMOUS DOOR aux Etats-Unis, les DARK HORSE se montrent donc sous leur meilleur jour, celui de nuits éclairées par des lights de concert, ceux-là même qui les plongent dans un halo de brutalité maitrisée ou bien complètement débridée.

Et c’est justement cette ambivalence de ton qui rend les quatre musiciens si puissants et malins (Fran - batterie, Kieren - basse, Romano - guitare et Dennis - chant), et qui transforme Bomb Thrower en véritable pluie de bombes très intelligemment dispersée pour faire encore plus de dégâts irréversibles.

Abattage digne des meilleurs combos de D-beat scandinaves, pulsions Grind absolument et formellement américaines, et ambiance Hardcore austral, tels sont les arguments étayés par ce second LP qui renforce le capital confiance accumulé depuis des années passées sur les stage du monde entier, et qui confirme non seulement la bonne santé de la scène locale, mais le leadership indirect de ces maniaques du Core qui en utilisent tous les codes, et spécialement les plus véhéments.

Les principaux intéressés le confirment, pas de grand changement depuis le premier jet, juste un peaufinage du son qui leur permet d’être encore plus efficaces, et des morceaux toujours taillés pour le live, rendant hommage à des références incontournables, de DISCHARGE à EXPLOITED en passant par TRAGEDY, NAPALM DEATH, BOLT THROWER, LOCK UP et autres CRIPPLED BASTARDS.

Des morceaux qui d’ailleurs ne traînent pas en route et font exploser les enceintes au son d’un Darkcore vraiment explosif, qui n’a besoin que d’une ou deux minutes pour mettre le feu à la platine, à quelques rares exceptions près qui osent le timing plus délié. D’ailleurs, les deux interventions les plus développées sont placées immédiatement à la suite l’une de l’autre, et proposent des vues un peu différentes, mais tout aussi compactes.

D’abord, la boucherie intégrale « Fingerprint » qui impose une cadence Crust et D-beat affolante de détermination, dans la plus droite lignée des exactions scandinaves les plus échevelées, et juste avant, un impressionnant et sombre « Howling Our Triumph » et son intro sinueuse et délictueuse qui démontre que les DARK HORSE ne sont pas que des brutes Core épaisses incapables de moduler sur un Heavy vraiment compressé.

Mais au-delà de ces figures de styles, les Australiens se concentrent surtout sur des pamphlets salement énervés, qui manipulent la vitesse du Crust pour l’alléger d’un D-beat vraiment corsé, à l’image sonore de ce « No Impact » qui en laisse pourtant de profonds sur le pare-brise de votre résistance auditive, ou de l’épidermique « The Downing », qui cavale d’un Thrashcore impitoyable frisant la crise de nerfs Grind sans jamais le céder à l’affolement décomplexé.

Intro bien soupesée qui trompe d’un son rachitique pour soudain s’éparpiller façon D-beat acharné (« Pulling Teeth From Nothing », avec ses clins d’œil appuyés à la pugnacité urbaine des AGNOSTIC FRONT), lacération Crust qui met les choses aux poings (« Hope Was Your Mistake », mais on espérait rien d’autre que ça), guitares en dents de scie qui jouent la saccade sur fond de rythmique enclume et chant qui vole dans les plumes (« To Hell With It »), duo basse/batterie en pleine orgie (« Stop The Rot », plus rapide et c’est le Grind trompeur qui en ressort vainqueur), et délivrance tant attendue sous la forme de blasts entendus (« Terminal Capacity », petites trouvailles rythmiques et final en Thrash cathartique), Bomb Thrower ne s’embarrasse pas de principes mais en profite pour en lâcher quelques-uns qui permettent aux Australiens de se poser en chantres d’une alternance violence/ultraviolence, damant le pion à bien des formations plus incrustées dans le style, mais dépassées en termes de créativité brutale non larvée.

Avec sa succession de morceaux bourrins mais suffisamment fins et de titres en coup de trique, ce second LP fait preuve d’une maîtrise soupçonnée dès le premier effort, mais peaufine son optique en la radicalisant, ce qui créé un paradoxe très intéressant.

En effet, les DARK HORSE prouvent qu’on peut être encore plus agressif tout en restant attentif, et soignent leurs plans pour les rendre encore plus percutants.

Une façon de se plonger dans les racines du Crust et du D-beat pour leur offrir une floraison plus atypique, mais en même temps plus puriste, et de mélanger le Hardcore et le Metal d’un coup de cuillère Dark souple et fluide.

Du rugueux agile, de la solidité élastique, et de l’inspiration classique, mais novatrice. Un menu détonant et piquant qui transforme ce Bomb Thrower en bombardier furtif capable de voler en piqué et de tout raser sans apparaître sur les radars de l’armée.

Ou en cheval noir qui traverse les déserts Australiens sans marquer le pas, mais en gérant sa course pour arriver à destination tout en traumatisant au passage les inconscients qui auront croisé sa route.


Titres de l'album:

  1. Pulling Teeth From Nothing
  2. Hope Was Your Mistake
  3. To Hell With It
  4. No Impact
  5. The Downing
  6. Howling Our Triumph
  7. Fingerprint
  8. Drilling For Hard Truths
  9. Bomb Thrower
  10. Stop The Rot
  11. Terminal Capacity
  12. Apparently There's More

Site officiel


par mortne2001 le 05/04/2017 à 17:55
75 %    636

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lu
@120.18.223.210
07/04/2017, 23:39:59
This is great!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16

Jus de cadavre

C'est bien qu'il y ai de temps en temps des albums qui rappellent aux gens ce que c'est le Black Metal. Comment c'est sensé sonner. Sans compromis, nihiliste, violent, sombre et dérangeant.Une autre tuerie de 2020 (oubliée dans mon top tiens !). Et (...)

14/01/2021, 20:33

Jus de cadavre

Une des baffes de 2020. Y a pas à chier la scène Death Metal nord-américaine a su se renouveler et nous propose des trucs de plus en plus sauvages et violents tout en gardant les pieds dans la tradition. Et ça moi ça me plait !Excellent.

14/01/2021, 20:21

Saddam Mustaine

Peter Tagtgren pour le remplacer j'avais pensé, ça serait un delire c'est sur.

14/01/2021, 18:58

Saddam Mustaine

Clairement, on oublie presque qu'il est arrivé qu'en 2001 apres 3 albums de Nightwish, il était encré dans le groupe.

14/01/2021, 18:57

metalrunner

Un très bon groupe l Angelcorpsemorbidangel Français 

14/01/2021, 17:48

Steelvore 666

Génial !!!!!!!

14/01/2021, 12:25

Chemikill

Ça le fait ! 

14/01/2021, 11:09

JTDP

@jus : hmm...je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi. D'accord parce que oui, là son message, ça sent clairement le mec qui va pas bien. Je pense aussi que lorsque les choses se seront tassées il reviendra. Mais de toute faç(...)

13/01/2021, 23:42

Jus de cadavre

"Je suis le seul à n'avoir pas tout compris à son message ? J'ai relu l'original en anglais et c'est pareil, on dirait un remake de Kamoulox..."Oui le message d'origine en anglais est chelou, c'est pour ça que je pense q(...)

13/01/2021, 18:41

Bones

Show business.5% show.95 % business.Les groupes nous apportent passion, art, divertissement... mais il ne faut pas se voiler la face, autour d'eux gravite un business et une industrie qui souhaitent se gaver, comme autour de n'importe quelle activité humaine.(...)

13/01/2021, 18:11