Bomb Thrower

Dark Horse

24/02/2017

Autoproduction

Direction l’Australie pour y retrouver l’un des fers de lance de la scène D-beat/Darkcore locale, en la (les) personne(s) du quatuor DARK HORSE, qui agite l’underground local et mondial de ses soubresauts violents depuis 2011, sans aucune intention de ralentir la cadence.

Quatre musiciens qui ont décidément tout compris à la violence instrumentale nuancée mais certainement pas expurgée de ses caractéristiques les plus véhéments, et qui osent avec leur deuxième LP Bomb Thrower pousser les choses encore plus loin tout en affinant leur optique.

Le concept vous paraît abstrait ?

Il est pourtant viable, et depuis Sick Of The Living, High On Death, les cousins Australiens ont affiné leur approche pour la rendre encore plus effective, changeant de poste au gré des besoins, mais gardant le cap sur un Hardcore vraiment sombre et dur qui fait des victimes, et ne prend surtout pas le temps de panser leurs plaies.

Il faut dire que tourner avec des pointures du sadisme extrême comme TRAGEDY, THE SUBHUMANS, IRON REAGAN, PUNCH ou POISON IDEA n’a pas dû les rendre plus dociles, bien au contraire, et profitant d’une énorme production signée Jason Fuller aux studios Goatsound à Melbourne et d’un mixage soigné par Jack des ENORMOUS DOOR aux Etats-Unis, les DARK HORSE se montrent donc sous leur meilleur jour, celui de nuits éclairées par des lights de concert, ceux-là même qui les plongent dans un halo de brutalité maitrisée ou bien complètement débridée.

Et c’est justement cette ambivalence de ton qui rend les quatre musiciens si puissants et malins (Fran - batterie, Kieren - basse, Romano - guitare et Dennis - chant), et qui transforme Bomb Thrower en véritable pluie de bombes très intelligemment dispersée pour faire encore plus de dégâts irréversibles.

Abattage digne des meilleurs combos de D-beat scandinaves, pulsions Grind absolument et formellement américaines, et ambiance Hardcore austral, tels sont les arguments étayés par ce second LP qui renforce le capital confiance accumulé depuis des années passées sur les stage du monde entier, et qui confirme non seulement la bonne santé de la scène locale, mais le leadership indirect de ces maniaques du Core qui en utilisent tous les codes, et spécialement les plus véhéments.

Les principaux intéressés le confirment, pas de grand changement depuis le premier jet, juste un peaufinage du son qui leur permet d’être encore plus efficaces, et des morceaux toujours taillés pour le live, rendant hommage à des références incontournables, de DISCHARGE à EXPLOITED en passant par TRAGEDY, NAPALM DEATH, BOLT THROWER, LOCK UP et autres CRIPPLED BASTARDS.

Des morceaux qui d’ailleurs ne traînent pas en route et font exploser les enceintes au son d’un Darkcore vraiment explosif, qui n’a besoin que d’une ou deux minutes pour mettre le feu à la platine, à quelques rares exceptions près qui osent le timing plus délié. D’ailleurs, les deux interventions les plus développées sont placées immédiatement à la suite l’une de l’autre, et proposent des vues un peu différentes, mais tout aussi compactes.

D’abord, la boucherie intégrale « Fingerprint » qui impose une cadence Crust et D-beat affolante de détermination, dans la plus droite lignée des exactions scandinaves les plus échevelées, et juste avant, un impressionnant et sombre « Howling Our Triumph » et son intro sinueuse et délictueuse qui démontre que les DARK HORSE ne sont pas que des brutes Core épaisses incapables de moduler sur un Heavy vraiment compressé.

Mais au-delà de ces figures de styles, les Australiens se concentrent surtout sur des pamphlets salement énervés, qui manipulent la vitesse du Crust pour l’alléger d’un D-beat vraiment corsé, à l’image sonore de ce « No Impact » qui en laisse pourtant de profonds sur le pare-brise de votre résistance auditive, ou de l’épidermique « The Downing », qui cavale d’un Thrashcore impitoyable frisant la crise de nerfs Grind sans jamais le céder à l’affolement décomplexé.

Intro bien soupesée qui trompe d’un son rachitique pour soudain s’éparpiller façon D-beat acharné (« Pulling Teeth From Nothing », avec ses clins d’œil appuyés à la pugnacité urbaine des AGNOSTIC FRONT), lacération Crust qui met les choses aux poings (« Hope Was Your Mistake », mais on espérait rien d’autre que ça), guitares en dents de scie qui jouent la saccade sur fond de rythmique enclume et chant qui vole dans les plumes (« To Hell With It »), duo basse/batterie en pleine orgie (« Stop The Rot », plus rapide et c’est le Grind trompeur qui en ressort vainqueur), et délivrance tant attendue sous la forme de blasts entendus (« Terminal Capacity », petites trouvailles rythmiques et final en Thrash cathartique), Bomb Thrower ne s’embarrasse pas de principes mais en profite pour en lâcher quelques-uns qui permettent aux Australiens de se poser en chantres d’une alternance violence/ultraviolence, damant le pion à bien des formations plus incrustées dans le style, mais dépassées en termes de créativité brutale non larvée.

Avec sa succession de morceaux bourrins mais suffisamment fins et de titres en coup de trique, ce second LP fait preuve d’une maîtrise soupçonnée dès le premier effort, mais peaufine son optique en la radicalisant, ce qui créé un paradoxe très intéressant.

En effet, les DARK HORSE prouvent qu’on peut être encore plus agressif tout en restant attentif, et soignent leurs plans pour les rendre encore plus percutants.

Une façon de se plonger dans les racines du Crust et du D-beat pour leur offrir une floraison plus atypique, mais en même temps plus puriste, et de mélanger le Hardcore et le Metal d’un coup de cuillère Dark souple et fluide.

Du rugueux agile, de la solidité élastique, et de l’inspiration classique, mais novatrice. Un menu détonant et piquant qui transforme ce Bomb Thrower en bombardier furtif capable de voler en piqué et de tout raser sans apparaître sur les radars de l’armée.

Ou en cheval noir qui traverse les déserts Australiens sans marquer le pas, mais en gérant sa course pour arriver à destination tout en traumatisant au passage les inconscients qui auront croisé sa route.


Titres de l'album:

  1. Pulling Teeth From Nothing
  2. Hope Was Your Mistake
  3. To Hell With It
  4. No Impact
  5. The Downing
  6. Howling Our Triumph
  7. Fingerprint
  8. Drilling For Hard Truths
  9. Bomb Thrower
  10. Stop The Rot
  11. Terminal Capacity
  12. Apparently There's More

Site officiel


par mortne2001 le 05/04/2017 à 17:55
75 %    908

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lu
@120.18.223.210
07/04/2017, 23:39:59
This is great!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51