« Si la HM-2 et la Suède sont vos obsessions, si la mort est une passion, alors BURIAL REMAINS sera votre oraison ».

Voilà qui ferait un excellent argument promotionnel, et qui par ailleurs pourrait servir de chronique éclair à l’usage de maniaques du Death Metal de tonton Nils. Car oui, avouons-le derechef, les BURIAL REMAINS  se croient toujours à l’âge de pierre scandinave du Metal de la mort, sauf qu’à contrario de la plupart des bleusailles, ils n’en sont pas. On retrouve en effet au casting de ce « nouveau » groupe, des figures bien connues de la scène extrême, puisque figurent au générique bruyant Sven au chant (FLESHCRAWL), Wim à la guitare (GRIM FATE, BOAL), Philippus à la guitare et à la basse (DIMAEON, BOAL) et Danny à la batterie (DISINTEGRATE, DIMAEON), soit un all-star-cast de premier choix pour une boucherie qui ne l’est pas moins. Et avec de tels artistes de la feuille à l’instrumentation et l’interprétation, le cador Mortuus Art de SADISTIK FOREST à l’artwork,  Jonny Pettersson de WOMBBATH au mixage et au mastering, et un invité de prestige comme Ralf Hauber (REVEL IN FLESH, HEADS FOR THE DEAD) venu pousser quelques grognements, le résultat se doit d’être probant. Et il l’est, les mecs connaissant leur métier par cœur, et embrassant la cause nostalgique de tout leur amour dégoulinant de tripes froides. Froid, le terme est bien choisi, comme un hiver s’abattant sur un cimetière suédois, un matin de janvier, alors que votre nez ne s’arrête pas de couler. Je parlais donc de HM-2 et de côtes nordiques, et à juste titre, puisque Trinity of Deception n’est rien de moins qu’une sorte de faux inédit de l’époque, qui aurait pu s’il était sorti en 91/92 faire la nique à bien des formations locales, lui qui rassemble des musiciens hollandais et allemands. Certes, nous connaissons MORGOTH, mais c’est plutôt de l’autre côté qu’il faut regarder, et loucher vers les CARNAGE, ENTOMBED, GRAVE et surtout DISMEMBER, puisque ces sept titres en reprennent les grands principes.

Doté donc d’un son à dépoiler la grande faucheuse, amplifié par une énergie qui le confine au sacerdoce, ce premier jet est de ceux qui s’imposent non sur la durée, mais sur l’immédiateté, puisqu’avec ses vingt-cinq minutes au compteur, Trinity of Deception n’est pas du genre à jouer l’incrustation. Mais c’est tant mieux, parce que cette gigantesque baffe se déguste sur le pouce, avec tous les autres doigts cassés, et ce grâce à une science du riff qui le confine au mimétisme, et un certain flair vocal que les années passées dans FLESHCRAWL ont affiné chez le sieur Sven. Rythmique implacable qui alterne les évidentes figures imposées et autres fills bien appuyés, basse noyée dans un mix qui la considère comme un simple support grave, le tout est un massacre organisé, et bien planifié, qui a les limites des défauts de ses qualités. Bien sûr, les fondus de l’agonie de l’époque seront aux anges face à cette démonstration de barbarie gelée, les accros au vintage feront reluire leurs exemplaires de Left Hand Path, Like An Ever Flowing Stream ou Into The Grave, mais les plus pointilleux des passéistes regretteront que de tels exemples ne servent qu’à illustrer le leur, sans chercher à transcender leurs capacités à imiter le passé. C’est donc le principal reproche que l’on pourra formuler à l’égard de ce supergroupe, qui donne tout ce qu’il a, mais pas plus, et qui nous permet de retrouver des sensations qui nous avaient frigorifiés à l’époque. Est-ce suffisant ? En prenant le concept comme un plaisir pas coupable, ou comme une récréation, largement, d’autant que je ne suis pas sûr que BURIAL REMAINS ait d’autres prétentions, mais en regardant d’un peu plus près, on pourrait légitimement se montrer plus chafouin.

D’une, parce qu’avec à peine vingt-cinq minutes de musique, on pouvait espérer un peu plus qu’un excellent fac-similé. De deux, parce qu’au regard du pedigree des clampins impliqués, on pouvait se dire qu’ils allaient certes regarder en arrière, mais avec des intentions moins figées. De trois, que malgré sa qualité, ce pamphlet ne rivalise pas avec l’audace des originaux qui eux avaient inventé une approche et un son. Mais au regard de la densité de la production nostalgique actuelle, il est toujours bon de constater que les vieux de la vieille s’y mettent aussi pour essayer de donner une leçon à la nouvelle génération, et après tout, un peu de rab’ de morbide est toujours bon à prendre. D’autant que les choses sont claires dès la première seconde de « Crucifixion of the Vanquished », et jusqu’à la dernière de « Tormentor », alors, inutile de se plaindre d’une quelconque publicité mensongère ou d’une usurpation éhontée. Sauf que tout s’enchaîne, que les enfers se déchaînent, et que finalement, on a déjà entendu tout ça avant, et presque de la même façon. Avec une playlist spéciale Suède et un enchaînement de morceaux des quatre références précitées, passés aléatoirement, le résultat eut été pratiquement le même, ce qui transforme la performance en imitation parfaite, mais classique, et très scolaire. Un album qui ne peut rivaliser avec le premier FREITOT, pour prendre un exemple bien de chez nous, et qui se contente d’explorer la surface, sans essayer de creuser plus profond. Dommage, mais reste le son de tronçonneuse, les invectives de l’ère glaciaire bien haineuses, et une impression de déjà entendu pas désagréable. Et en faisant abstraction de tout ce qu’on sait déjà, on apprécie ce qu’on nous donne.              

  

   

Titres de l’album :

                           1.Crucifixion of the Vanquished

                           2.They Crawl

                           3.Trinity of Deception

                           4.March of the Undead

                           5.Burn With Me

                           6.Days of Dread

                           7.Tormentor

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/09/2019 à 18:03
75 %    199

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...