Seven Bowls of Wrath

Soulskinner

11/11/2020

Xtreem Music

Vingt-trois ans de carrière pour les grecs de SOULSKINNER, dont trois sous pavillon TERRA TENEBRAE, c’est un beau parcours qui mérite tous les honneurs, d’autant que les musiciens n’ont jamais vraiment dévié de leur trajectoire brutale et mélodique. Durant ces longues années, de nombreux changements de line-up ont ralenti la progression du combo, qui ne compte plus aujourd’hui qu’un seul membre d’origine, le guitariste Bill Zobolas. Il est aujourd’hui entouré par Spyros Triantafyllou à la guitare depuis 2014, Kostas Analytis à la basse depuis 2015, Marios Lampouridis au chant depuis 2018 et George Canavaris à la batterie depuis 2019. Un line-up assez frais donc, avec deux nouveaux membres depuis le précédent LP Descent to Abaddon enregistré en 2017, et Seven Bowls of Wrath intronise donc Marios Lampouridis au micro, pour un nouvel effort qui se place dans une directe continuité. Pas de surprise, le quintet hellène pratique donc toujours ce Death Metal brutal mais hautement mélodique, assez proche de ce que la Suède prônait dans les années 90, soit un classique mélange de brutalité et de finesse qui fait la force de ce groupe au passé/passif remarquable sur la scène européenne. Hébergés par les espagnols d’X-Treem Music, les athéniens se sont donc senti en confiance, et nous ont concocté un panaché de leur longue carrière, avec quelques clins d’œil appuyés à leur passé, mais aussi une méchante envie d’aller de l’avant pour passer un stade supérieur. Enregistré et mixé par Bill Zobolas aux Red7 Studios, masterisé par Achilleas Kalantzis au Suncord Audiolab, à Ioannina, Seven Bowls of Wrath est donc une solide affaire de Metal extrême, empruntant au Heavy Metal, au Doom, au Death mélancolique, pour ne pas se contenter d’une charge unilatérale de quarante minutes.

Décoré d’un splendide artwork de Juanjo Castellano, ce cinquième chapitre sous le nom de SOULSKINNER est encore une fois une réussite flagrante, qui associe immédiateté du propos et grandiloquence de fond. Et c’est après une longue intro nous mettant dans le bain que nous plongeons dans le volcan en éruption, via le déluge de lave en blasts de « Night ». Cette nuit nous plonge dans les cauchemars d’un groupe qui ne conçoit que ses nuits noires, et le niveau hallucinant des musiciens permet aux compositions toutes les audaces, des accélérations brutales mais précises jusqu’à ces breaks dignes d’OPETH ou MY DYING BRIDE, majestueux, impériaux, mais aussi légèrement Doom. Mais avec des instrumentistes au background aussi chargé (la bande affiche des implications dans des groupes comme DYING RACE, NECRANTHEMON, REX INFERNUS, OBSECRATION, WOLFCRY, ABYSSUS, CARNAL GARDEN, CRYPTIC REALMS, NECROSIS, GRAVEBANE, NECRORGASM, KINETIC, ACEPTIC GOITRE, INCINERATION, MALLEDICTION, WASTEFALL, et VALET PARN), il était inutile de s’attendre à autre chose qu’un produit professionnel, ce que les premiers morceaux de l’album confirment assez rapidement. Sans changer quoi que ce soit à son optique, le groupe continue donc son chemin en se basant sur ses propres singularités, cette façon de plaquer des riffs lancinants sur des rythmes divers, souvent ultrarapides, mais aussi lents comme une fin de vie,  et ce mélange d’atmosphère confère à ce nouvel LP une aura particulière, comme une ode sanglante à une vie de combat.

Rien de bien novateur dans le fond et la forme, mais du sérieux, de l’application et une poésie morbide qui donne envie de se plonger dans un avenir brumeux et incertain. On visualise bien en écoutant cette musique une lande désolée, aux hautes herbes, et une vieille bâtisse en arrière-plan, comme un pan de l’histoire grecque transposée dans une Angleterre complice. « The Principles Of Truth » et ses six minutes nous aide grandement à fixer des images sur la musique, combinant avec flair les atouts les plus naturels de DISSECTION, d’OBITUARY et des premiers PARADISE LOST, ce qui nous offre donc une combinaison entre le Death le plus abordable et le gothique authentique, cocktail agréable en oreilles qui permet au chanteur une certaine théâtralité dans son approche de conteur au timbre grave. Tout n’est pas indispensable évidemment, certains plans datent un peu, mais lorsque le groupe se rapproche d’un Black Metal de tradition, la sensation est réaliste et prenante, et « Eternal » de brouiller les pistes entre les styles, grâce à une habile collaboration entre la rythmique et les guitares. Capable d’imposer le lyrisme aussi facilement que l’efficacité la plus directe, Seven Bowls of Wrath est donc une affaire de pluralité, avec des inserts rapides et brefs (« Regeneration Of The Soul »), et des chapitres plus développés comme ce majestueux et ample « Primitive Light » qui retrouve l’amertume de l’extrême anglais de l’orée des nineties.

Impeccablement produit, animé d’intentions diverses, ce nouvel épitre à la gloire d’un Death Metal qui ne se contente pas d’en être est une réussite, même si la voix monocorde de Marios Lampouridis gâche un peu le plaisir arrivé aux deux tiers du métrage. Un peu plus de modulation aurait permis aux titres les plus ambiancés de sonner plus ouverts, tandis que son timbre sied parfaitement aux attaques les plus féroces. Et avec quelques chœurs placés judicieusement, des agencements solides et des enchaînements fluides, ce nouveau travail des grecs de SOULSKINNER permet de rompre habilement avec les trois ans de silence imposés depuis Descent to Abaddon, et de reprendre contact avec une fanbase qui sera certainement très satisfaite du résultat. Une démarque parfois habile du MORBID ANGEL de tradition, retranscrit dans une poésie amère à l’européenne, mais des passages vraiment forts, un sens de l’à-propos quand il le faut, et une alternance de chansons qui ne jouent heureusement pas dans la même cour inutilement. Un album que je recommande aux amateurs de Death varié et noir comme une nuit sans lune, mais mélodique comme une dernière rose mourant à l’automne.

                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Tetraktys

02. Night

03. The Principles Of Truth

04. Eternal

05. Regeneration Of The Soul

06. Primitive Light

07. Seven Bowls Of Wrath

08. Angel Of Darkness

09. The Destroyer Of Worlds

10. The Death Seal


Facebook officiel


par mortne2001 le 03/05/2022 à 15:20
78 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02