Rise Radiant

Caligula's Horse

22/05/2020

Insideout

Cinquième album pour l’un des groupes australiens les plus populaires de la scène Progressive mondiale contemporaine. Formé en 2011, CALIGULA'S HORSE promène donc son cheval depuis presque une décennie maintenant, et après Moments from Ephemeral City (2011), The Tide, the Thief & River's End (2013), Bloom (2015), et In Contact (2017), voici ce que les musiciens considèrent comme leur plus grand achèvement, Rise Radiant. Bien évidemment, la fraîcheur de cette sortie nous empêche toute conclusion hâtive, mais après quelques écoutes de l’œuvre en question, ses auteurs pourraient bien avoir raison. On sait que le premier LP d’un groupe possède toujours un charme particulier dans le cœur des fans, mais ce cinquième chapitre austral pousse toutes les composantes au maximum de leur potentiel pour proposer aux adorateurs du Progressif moderne de quoi s’échiner les neurones et agiter les petons. Toujours aussi portés sur l’alternance entre puissance brute et délicatesse extrême, les membres de CALIGULA'S HORSE signent un manifeste de préciosité qui manie tout aussi bien les tonalités Jazz que la brutalité Djent, ce qui n’est pas la moindre des performances. Difficile d’ailleurs de situer le groupe sur une carte précise, tant leur approche s’ingénie à éviter tous les poncifs des genres qu’ils abordent plus ou moins profondément. Mais Rise Radiant, tout en assumant les caractéristiques des styles que ses auteurs approfondissent au fil des années dégage un parfum d’inédit et de fraîcheur incroyable, dopant l’instrumental qui s’en retrouve rajeuni, sans trahir les enseignements précédents. Pour faire simple, le groupe a encore élargi ses horizons tout en restant les pieds fermement ancrés sur ses terres, et s’apprête à faire un malheur sur les scènes du monde entier lorsque la situation actuelle le permettra. Et en glissant vos oreilles sur « The Tempest », vous comprendrez assez vite l’impact live de ce nouveau répertoire qui ne sacrifie pas la puissance sur l’autel de la précision.

Toujours aussi capable, le quintet (Jim Grey - chant, Sam Vallen & Adrian Goleby - guitares, Dale Prinsse - basse et Josh Griffin - batterie) nous a une fois de plus réservé un catalogue de prouesses individuelles ne lésant pas la cohésion d’ensemble. Produit par Sam Vallen, le soliste de la bande, Rise Radiant possède l’un des sons les plus purs du circuit, qui permet de distinguer tous les actes héroïques des musiciens, suffisamment modestes pour les dissimuler sous une couche de normalité. Et c’est à ça qu’on reconnaît la patte des plus grands instrumentistes, lorsqu’ils sont capables de faire passer des plans hallucinants de dextérité sans que le néophyte ne se sente snobé. A la manière d’un TOTO ou d’un CHICAGO, CALIGULA'S HORSE donne le sentiment d’une simplicité de surface, alors que les plus grands techniciens reconnaîtront la patte de leurs pairs, et le fabuleux « Slow Violence » d’illustrer ce contraste de ses plans rythmiques hallucinants de diversité et de dextérité. Ce titre est en quelque sorte le parangon de la technique des australiens, avec ses finesses incroyables qui ne pénalisent pas la dynamique générale, très dense et prenante. Signant des hymnes alternatifs sous couvert d’un progressif à peine admis, le groupe aligne les croches, les notes fantômes, les glissandos subtils, tout en plaquant d’énormes riffs presque Metalcore, et en tout cas purement Djent, sans se montrer vulgaire ou inabordable. A l’occasion de ce morceau, Sam Vallen nous sert un solo purement grandiose, court et concis mais volubile et empreint de Jazz-Rock, ce qui en dit long sur les capacités d’instrumentistes qui n’ont pas oublié avant tout d’être de bons compositeurs. En deux morceaux seulement, les australiens nous bluffent, et confirment tout le bien que la presse internationale pensent d’eux depuis leurs débuts.

Si l’instrumentation et la composition sont au-dessus de tout soupçon, les arrangements eux aussi sont de première classe, avec de courtes intros très pertinentes, et un agencement des textures particulièrement riche. Toujours prompt à empiler les plans sidérants de facilité, les australiens nous soignent aux petits oignons, Josh Griffin se prenant parfois pour le fils légitime de Simon Phillips et Sean Reinert (« Salt »), avec sa fluidité de jambes et sa dextérité manuelle. Le percussionniste est d’ailleurs souvent le pôle d’attraction des morceaux, imposant un beat d’apparence simplissime pour mieux le truffer de notes fantômes et de fills démoniaques de limpidité. La musique du quintet, toujours aussi complexe et dense ne nie pas les affiliations éventuelles avec les LEPROUS, TESSERACT ou HAKEN, mais on sent aussi en arrière-plan des références plus anciennes, au MARILLION le plus touffu, à KING CRIMSON, YES, et toute la scène des années 70 qui savait rester Rock et Pop malgré une sophistication extrême, et le tracklisting défile comme dans un rêve, chaque morceau apportant sa pierre à un édifice global qui troue le ciel de sa flamboyance. Entre onirisme poétique d’une pureté absolue (« Resonate ») et tempête très concrète d’une puissance incroyable (« Valkyrie », le plus Djent du lot, mais toujours avec cette fluidité typiquement Rock), Rise Radiant se veut plus accessible peut être dans la forme, mais tout aussi profond dans le fond. Les vocaux de Jim Grey et les guitares de Sam Vallen & Adrian Goleby sont totalement en phase, au point de se fondre en une première ligne rythmique et mélodique, presque fusion dans les faits, mais toujours méchamment Metal dans le rendu. Singeant parfois les tics du DREAM THEATER des années 2000, CALIGULA'S HORSE ne manque jamais une occasion de se démarquer, par l’entremise d’un Sam Vallen qui se permet de citer Fredrik Thordendal et Steve Lukather dans un même solo. D’ailleurs, en version clean, le chant de Jim Grey n’est pas sans rappeler les intonations de Joseph Williams, ce qui ne fait que parachever cette comparaison un peu osée sur le papier.

Se lovant au creux de PINK FLOYD ou QUEENSRYCHE pour l’entame du sublime « Autumn », le groupe ose une fin d’album en apothéose, avec les deux morceaux les plus longs et évolutifs. En moins de huit minutes, « Autumn » emprunte à Neal Morse, aux FLOWER KINGS, mais aussi à YES de quoi alimenter ses fantasmes mélodiques, tandis qu’à l’inverse, « The Ascent » développe des trésors d’agressivité et de complexité pour laisser l’auditeur sur une ultime note de sophistication brutale. Véritable écheveau inextricable et pourtant lumineux, ce dernier chapitre est l’acmé d’un disque qui ose encore aller plus loin que les précédents, et qui se pose en chef d’œuvre en devenir. Il vous faudra évidemment de nombreuses écoutes pour en saisir toutes les subtilités, mais après presque dix ans de carrière, CALIGULA'S HORSE se montre sous un jour de plus en plus flatteur, et aborde la maturité avec la fougue d’un adolescent.      

                      

Titres de l’album :

                          01. The Tempest

                          02. Slow Violence

                          03. Salt

                          04. Resonate

                          05. Oceanrise

                          06. Valkyrie

                          07. Autumn

                          08. The Ascent

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/11/2020 à 17:43
90 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35