Rise Radiant

Caligula's Horse

22/05/2020

Insideout

Cinquième album pour l’un des groupes australiens les plus populaires de la scène Progressive mondiale contemporaine. Formé en 2011, CALIGULA'S HORSE promène donc son cheval depuis presque une décennie maintenant, et après Moments from Ephemeral City (2011), The Tide, the Thief & River's End (2013), Bloom (2015), et In Contact (2017), voici ce que les musiciens considèrent comme leur plus grand achèvement, Rise Radiant. Bien évidemment, la fraîcheur de cette sortie nous empêche toute conclusion hâtive, mais après quelques écoutes de l’œuvre en question, ses auteurs pourraient bien avoir raison. On sait que le premier LP d’un groupe possède toujours un charme particulier dans le cœur des fans, mais ce cinquième chapitre austral pousse toutes les composantes au maximum de leur potentiel pour proposer aux adorateurs du Progressif moderne de quoi s’échiner les neurones et agiter les petons. Toujours aussi portés sur l’alternance entre puissance brute et délicatesse extrême, les membres de CALIGULA'S HORSE signent un manifeste de préciosité qui manie tout aussi bien les tonalités Jazz que la brutalité Djent, ce qui n’est pas la moindre des performances. Difficile d’ailleurs de situer le groupe sur une carte précise, tant leur approche s’ingénie à éviter tous les poncifs des genres qu’ils abordent plus ou moins profondément. Mais Rise Radiant, tout en assumant les caractéristiques des styles que ses auteurs approfondissent au fil des années dégage un parfum d’inédit et de fraîcheur incroyable, dopant l’instrumental qui s’en retrouve rajeuni, sans trahir les enseignements précédents. Pour faire simple, le groupe a encore élargi ses horizons tout en restant les pieds fermement ancrés sur ses terres, et s’apprête à faire un malheur sur les scènes du monde entier lorsque la situation actuelle le permettra. Et en glissant vos oreilles sur « The Tempest », vous comprendrez assez vite l’impact live de ce nouveau répertoire qui ne sacrifie pas la puissance sur l’autel de la précision.

Toujours aussi capable, le quintet (Jim Grey - chant, Sam Vallen & Adrian Goleby - guitares, Dale Prinsse - basse et Josh Griffin - batterie) nous a une fois de plus réservé un catalogue de prouesses individuelles ne lésant pas la cohésion d’ensemble. Produit par Sam Vallen, le soliste de la bande, Rise Radiant possède l’un des sons les plus purs du circuit, qui permet de distinguer tous les actes héroïques des musiciens, suffisamment modestes pour les dissimuler sous une couche de normalité. Et c’est à ça qu’on reconnaît la patte des plus grands instrumentistes, lorsqu’ils sont capables de faire passer des plans hallucinants de dextérité sans que le néophyte ne se sente snobé. A la manière d’un TOTO ou d’un CHICAGO, CALIGULA'S HORSE donne le sentiment d’une simplicité de surface, alors que les plus grands techniciens reconnaîtront la patte de leurs pairs, et le fabuleux « Slow Violence » d’illustrer ce contraste de ses plans rythmiques hallucinants de diversité et de dextérité. Ce titre est en quelque sorte le parangon de la technique des australiens, avec ses finesses incroyables qui ne pénalisent pas la dynamique générale, très dense et prenante. Signant des hymnes alternatifs sous couvert d’un progressif à peine admis, le groupe aligne les croches, les notes fantômes, les glissandos subtils, tout en plaquant d’énormes riffs presque Metalcore, et en tout cas purement Djent, sans se montrer vulgaire ou inabordable. A l’occasion de ce morceau, Sam Vallen nous sert un solo purement grandiose, court et concis mais volubile et empreint de Jazz-Rock, ce qui en dit long sur les capacités d’instrumentistes qui n’ont pas oublié avant tout d’être de bons compositeurs. En deux morceaux seulement, les australiens nous bluffent, et confirment tout le bien que la presse internationale pensent d’eux depuis leurs débuts.

Si l’instrumentation et la composition sont au-dessus de tout soupçon, les arrangements eux aussi sont de première classe, avec de courtes intros très pertinentes, et un agencement des textures particulièrement riche. Toujours prompt à empiler les plans sidérants de facilité, les australiens nous soignent aux petits oignons, Josh Griffin se prenant parfois pour le fils légitime de Simon Phillips et Sean Reinert (« Salt »), avec sa fluidité de jambes et sa dextérité manuelle. Le percussionniste est d’ailleurs souvent le pôle d’attraction des morceaux, imposant un beat d’apparence simplissime pour mieux le truffer de notes fantômes et de fills démoniaques de limpidité. La musique du quintet, toujours aussi complexe et dense ne nie pas les affiliations éventuelles avec les LEPROUS, TESSERACT ou HAKEN, mais on sent aussi en arrière-plan des références plus anciennes, au MARILLION le plus touffu, à KING CRIMSON, YES, et toute la scène des années 70 qui savait rester Rock et Pop malgré une sophistication extrême, et le tracklisting défile comme dans un rêve, chaque morceau apportant sa pierre à un édifice global qui troue le ciel de sa flamboyance. Entre onirisme poétique d’une pureté absolue (« Resonate ») et tempête très concrète d’une puissance incroyable (« Valkyrie », le plus Djent du lot, mais toujours avec cette fluidité typiquement Rock), Rise Radiant se veut plus accessible peut être dans la forme, mais tout aussi profond dans le fond. Les vocaux de Jim Grey et les guitares de Sam Vallen & Adrian Goleby sont totalement en phase, au point de se fondre en une première ligne rythmique et mélodique, presque fusion dans les faits, mais toujours méchamment Metal dans le rendu. Singeant parfois les tics du DREAM THEATER des années 2000, CALIGULA'S HORSE ne manque jamais une occasion de se démarquer, par l’entremise d’un Sam Vallen qui se permet de citer Fredrik Thordendal et Steve Lukather dans un même solo. D’ailleurs, en version clean, le chant de Jim Grey n’est pas sans rappeler les intonations de Joseph Williams, ce qui ne fait que parachever cette comparaison un peu osée sur le papier.

Se lovant au creux de PINK FLOYD ou QUEENSRYCHE pour l’entame du sublime « Autumn », le groupe ose une fin d’album en apothéose, avec les deux morceaux les plus longs et évolutifs. En moins de huit minutes, « Autumn » emprunte à Neal Morse, aux FLOWER KINGS, mais aussi à YES de quoi alimenter ses fantasmes mélodiques, tandis qu’à l’inverse, « The Ascent » développe des trésors d’agressivité et de complexité pour laisser l’auditeur sur une ultime note de sophistication brutale. Véritable écheveau inextricable et pourtant lumineux, ce dernier chapitre est l’acmé d’un disque qui ose encore aller plus loin que les précédents, et qui se pose en chef d’œuvre en devenir. Il vous faudra évidemment de nombreuses écoutes pour en saisir toutes les subtilités, mais après presque dix ans de carrière, CALIGULA'S HORSE se montre sous un jour de plus en plus flatteur, et aborde la maturité avec la fougue d’un adolescent.      

                      

Titres de l’album :

                          01. The Tempest

                          02. Slow Violence

                          03. Salt

                          04. Resonate

                          05. Oceanrise

                          06. Valkyrie

                          07. Autumn

                          08. The Ascent

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/11/2020 à 17:43
90 %    139

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57