Déambulons donc dans les arcanes si nébuleuses de l’underground mondial pour se repaître de sonorités étranges et d’ensembles à la musique aussi hermétique que le graphisme de leur artwork. Il y avait longtemps que je ne m’étais pas fait les dents sur une vilaine démo bien cachée dans les tréfonds du net, et je dois avouer que ma trouvaille du jour avait quand même peu de chances d’être exhumée.

Il faut quand même dire qu’elle y était bien cachée….

Direction donc mon Vk préféré, celui qui propose des sorties toutes plus confidentielles les unes que les autres, pour y dénicher une troupe d’Américains qui n’ont pas dû voir le soleil depuis longtemps du fin fond de leur cave…

Examinons. Un Bandcamp des plus sommaire avec cette unique démo en menu déroulant, une page Facebook suivie par une quarantaine de personne, aucune bio, pas plus d’indications de style, mais une jaquette superbe qui orne cette production digitale aussi brutale qu’elle n’est bruyante.

Je vous livre de fait le peu d’infos à ma disposition, à savoir que les ou le ZETSUMETSU sont/est Américain(s), venant de Pittsfield Charter Township (sorte de gouvernement local typique du Michigan), et que ce groupe ou projet propose donc sa première réalisation sous la forme de cette démo numéro 1, qui étale de belles qualités bruitistes, aussi lourdes et éprouvantes que rapides et crispantes.

Le son est à la hauteur d’une première maquette dans le style choisi, qui n’est d’ailleurs pas vraiment défini. Si son/ses auteur(s), par provocation sans doute, le définissent/définit comme « de la merde », pas d’inquiétude à avoir. Il y a des choses à retirer de cette première tentative qui justement essaie de relier le Black le plus lo-fi à l’Ambient le plus sombre et enfoui, tout en amalgamant le tout d’une attitude un peu Noisy Doom parfois assez bien sentie.

Vous l’aurez compris, la musique des ZETSUMETSU n’en est pas vraiment, et évoque tout autant les délires sadiques d’ABRUPTUM, les longues plaintes glauques d’ENCOFFINATION, que les constructions libres et effrayantes de GNAW THEIR TONGUES, soit un bilan en forme de refus total de toute musicalité.

Trois morceaux seulement, mais qui sont largement susceptibles de vous laisser entrevoir le potentiel du projet, si tant est que cette aventure ne connaisse une suite.

Mais ZETSUMETSU, malgré son mépris affiché pour toute forme de séduction musicale, n’est pas dénué d’intérêt. Cette premier démo dégage un charme très étrange, rédhibitoire pour le commun des mortels exigeant un minimum de musicalité et de finalité, mais assez envoutant pour tous les bruitistes nihilistes qui ne crachent pas sur un absolu abstrait décomplexé.

Si l’on en croit leurs indications évasives, on trouve dans les trois pistes de cette Démo I du Doom (beaucoup), du Sludge (un peu), et du Grind (un petit peu), le tout abordé sous un angle de BM lo-fi et de Dark Ambient noyé dans les effets de distorsion extrême et d’arrangements synthétiques poisseux.

C’est bordélique, dissonant, pas forcément logique, mais viscéral, énigmatique, et relativement opaque. On peut bien évidemment trouver ça très futile et anecdotique, voire redondant dans ce refus d’évoluer, mais il est difficile en douze minutes de cloisonnement de proposer des variations, si tant est que telle fut la volonté des auteurs.

Alors entre le brouhaha assumé de l’ouverture macabre de « Sudden Death » qui mérite bien son nom et le parallèle avec les premières démos inécoutables d’ABRUPTUM, le chaos total et assourdissant du terrifiant « Deranged », qui effectivement soulève quelques questions sur la santé mentale du/des musicien(s), et le final terrassant de « Rotten Womb » qui compile les idées étalées par mégarde sur les deux premières interventions, le bilan est lourd et gluant, et sonne comme une union post mortem entre un Funeral Doom d’extrême onction et un Black/Grind tétanisant et froid comme un linceul à même la peau.

Loin d’être inintéressante, cette première démo est encore un peu brève pour juger du potentiel d’un projet assez trouble, mais étalées sur un longue durée, ces idées monolithiques et faussement figées pourraient découler sur un postulat glaçant apte à défier les figures de proue de l’extrême fort peu remises en question ces derniers temps.

Mais en collant à l’esprit sans compromission de l’underground, ZETSUMETSU s’affirme comme une force en présence, et nous donne l’envie de rester collés à leur actualité.

 Pourvu qu’ils ne se perdent pas dans les limbes avant de proposer quelque chose de nouveau. Et de putride si possible.


Titres de l'album:

  1. Sudden Death
  2. Deranged
  3. Rotten Womb

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/12/2016 à 15:45
60 %    417

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense