J’ai bien pigé. Vous n’êtes pas trop du genre à aller dans le jardin pour chercher des œufs en suivant les cloches des yeux. Ok, je respecte ça.

Alors, du coup, si vous préférez aller dans des ruelles borgnes chercher des noises en suivant les malfaisants du coin de l’œil (bientôt au beurre noir, c’est meilleur avec du poisson), j’ai peut-être une solution pour vous. Certainement même.

Sûrement.

Ecoutez donc le nouvel EP des ADVENT, ça devrait plus ou moins faire le même effet, surtout si vous ne vous y attendez pas.

ADVENT, c’est un peu l’acmé du Hardcore métallisé in your face and balls, qui use et abuse de toutes les ficelles et sous-liens du style pour vous mettre à genoux avant de vous en coller un bon coup. Un truc solide qui se veut aussi Beatdown que Downtempo, mais qui garde prise avec une efficacité redoutable, aussi percutante qu’un uppercut en pleine gueule un dimanche à la sortie de la messe.

Mais un peu d’histoire n’ayant jamais fait de mal à personne, abordons donc un peu leur passé.

Ces quatre originaires de Winston-Salem/Greensboro (Joe Musten – chant, Jichael Rich – guitare, Johnny Smrdel – basse et Jordan McGee – batterie) sont en fait pour les trois quarts d’entre eux d’anciens BELOVED, groupe Post/Emo disparu corps et âme depuis longtemps.

Après avoir réajusté son style, en le voulant moins dilué et plus direct, le quatuor a sorti deux albums, avant de se séparer peu de temps après, en 2009. Mais le désir d’aller encore un peu de l’avant fut plus fort que tout, et fraichement réunis, ils se sont lancés dans une entreprise de reprise de contact avec la réalité Hardcore de 2017, se proposant de synthétiser au sein d’un même EP tous les sous-courants en vogue pour offrir un produit en phase avec son époque et ses convictions.

Le résultat ?

Une énorme calotte derrière la tête, qui tâte autant de la rudesse du Hardcore le plus traditionnel que de la fluidité massive d’un Metalcore décomplexé.

Le tout, joué avec l’énergie écrasante d’un combo de Beatdown qui sait aussi regarder dans d’autres directions, et pas seulement vers le bas.

ADVENT est donc un concentré de puissance brute, qui traite tous les aspects de sa musique avec le même radicalisme et la même implication. Il est d’ailleurs assez rare de tomber sur un gang du cru qui ose proposer un EP de quatre morceaux pour dix-huit minutes, la tendance générale étant à la brièveté et la concision, ce qui représente en même temps leur point fort et leur talon d’Achille. Car s’il est indéniable que leurs morceaux sont terriblement efficaces, ils sont tous plus ou moins conçus sur le même modèle, ce qui au regard de la durée globale du EP n’est pas forcément handicapant, mais qui pourrait le devenir dans le cas d’un LP à venir.

Première constatation à l’écoute de ce Pain & Suffering qui mérite décidément bien son appellation, sa production. J’ai rarement entendu un son aussi massif et ample, qui laisse chaque instrument occuper sa place sans avoir à sacrifier quelques décibels. Relativement peu compressé et très aéré, ce son autorise une frappe dantesque à la batterie qui en profite pour se montrer à l’aise sur tous les tempi, même si la tendance globale et au mid et au down.

La guitare est aussi brillante et tranchante qu’une lame de couteau sortie à minuit dans une rue louche, et le chant de Joe Musten lie le tout d’une belle conviction hargneuse, soutenu par des chœurs discrets, mais efficaces.

Musicalement, il est évident que les Américains se placent d’eux-mêmes en convergence d’une multitude de références, que je vous laisserai trouver comme les œufs de Pâques que vous n’êtes pas censés chercher.

Au gré des titres, on pense à une kyrielle d’influences possibles, puisque le visage Hardcore présenté par les ADVENT sur Pain & Suffering est assez mouvant, oscillant entre Punk-Hardcore hargneux et violent et Downbeat plombé et éprouvant, multipliant les breaks et changements de cap, d’une façon systématique comme je l’ai déjà expliqué.

Mais il est évident que sur une vingtaine de minutes, le mélange détonant et explosif fonctionne à plein régime, et trouve son point culminant lors de l’épilogue « BrickXBrick », détalant sur plus de cinq minutes, et explosant enfin d’une rage Crust/D-beat épidermique, trouvant même son exutoire dans quelques blasts lâchés en toute non-discrétion.

Les trois autres morceaux sont loin de jouer les faire-valoir ou d’incarner une sorte de préparation pour épiphanie de clôture en râle majeur, et placent chacun leur pions avec discernement, mais surtout, dans un élan de colère remarquable qui ne prend pas son temps pour se présenter sur la ligne.

Ligne que « Wind From The Valley » franchit d’ailleurs dès ses premières secondes, pour se disperser façon cendres fumantes d’un Hardcore décomplexé qui connait ses racines.

« Weight Of The World » semble en effet le porter sur ses épaules d’Atlas Hardcore aux muscles saillants, multipliant les cassures, les bifurcations de vitesse, et les concassages de double grosse caisse exténuants.

« Shadow of Death », guère rassurant, démarre en toute gravité de ton, et à contrario, se la joue slow avant de lâcher les gaz, qui vous enfument les naseaux histoire de vous étouffer bien costaud.

Bilan largement positif pour cette réunion, puisque les ADVENT démontrent avec Pain & Suffering qu’ils ont encore des choses à dire et du Hardcore à laisser couler dans nos veines. Certes, le propos abrasif tombe parfois dans le radotage de vieux Coreux qui bafouille son message, mais considérons cet EP comme une remise en jambes en attendant un plus long effort sur la durée.

Qui se devra d’être plus varié, sous peine de se paraphraser assez vite. Ce qui serait dommage, puisqu’on a déjà compris là où ces brutes Core voulaient en venir.


Titres de l'album:

  1. Wind from the Valley
  2. Weight of the World
  3. Shadow of Death
  4. BrickXBrick

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/05/2017 à 14:20
72 %    417

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !