Depuis leur retour aux affaires en 2008 avec le magistral Communion, les grecs de SEPTICFLESH sont devenus LA référence incontournable en matière de metal extrême symphonique. Les albums suivants (The Great Mass en 2011 et Titan en 2014) n'ont fait que renforcer cette domination et ce n'est pas avec Codex Omega que les choses vont changer.

Titan, malgré ses grandes et nombreuses qualités, frôlaient parfois l'indigestion avec cette opulence metallo-symphonique digne d'un Michael Bay en grande forme et le groupe a visiblement rectifié le tir avec Codex Omega.

Certes l'orchestre FILMharmonic de Prague et ses chœurs sont toujours aussi présents dans le mix et font désormais partie de l'ADN du groupe mais il est cette fois-ci utilisé plus judicieusement et transcende les compositions une fois de plus flamboyantes du groupe. 

La patte SEPTICFLESH est reconnaissable dès les premières notes de Dante's Inferno qui ouvre l'album de fort belle manière avec cette composition à la rythmique martiale et menaçante et la qualité des titres ira crescendo au fil de l'album. 

Comme indiqué précédemment, l'apport de l'orchestre apporte un souffle épique rarement atteint dans le domaine (Portrait Of A Headless Man, Enemy Of Truth, Dark Art...) et propulse une nouvelle fois le groupe vers le firmament que l'on croyait pourtant déjà atteint avec leurs précédentes offrandes.

Véritable symphonie extrême, Codex Omega est définitivement la nouvelle pierre angulaire d'un genre riche, complexe et incontournable. SEPTICFLESH garde une nouvelle fois son trône précieusement et il n'est visiblement pas prêt de le céder.

Titres de l'album :

  1. Dante's Inferno
  2. 3rd Testament (Codex Omega)
  3. Portrait Of A Headless Man
  4. Martyr
  5. Enemy Of Truth
  6. Dark Art
  7. Our Church, Below The Sea
  8. Faceless Queen
  9. The Gospels Of Fear
  10. Trinity

Page Facebook officielle


par JérémBVL le 17/09/2017 à 07:30
90 %    229

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Orphan
@194.51.144.51
04/10/2017 à 12:41:25
Mention spécial à Faceless Queen

Cet album est dantesque.
Depuis Sumerian daemons je n'avais pas autant accroché à un album de Septic.

Ajouter un commentaire


Infected Union

Embrace The Beast

The Weight

The Weight

Kidnapped

Crunch CS

Nosotros Los Muertos

Nosotros Los Muertos

Frozen Graves

Frozen Graves

Betrayed

The Unbeliever

Bucium

Miorița

Profane Order

Tightened Noose of Sanctimony

Midnight City

Не умрем

Phantasm

Three Men Make a Tiger

Jarun

Sporysz

Primero Muerto

Dividen Para Gobernar

The Animal In Me

Helping Won't Help

Obskuritatem

U Kraljevstvu Mrtvih...

In Shadows And Dust

A Fleur de Peau

Blackest Sin

Blood Eagle

Wargame

Dead Skaters Brigade

Steel Shock

For Metal To Battle

Malakhim

Demo I

Eternal Torment

Blind to Reality

Septicflesh + Inquisition @ CCO

Bocchi / 17/01/2018
Black Metal

Gods Of Violence Tour

Simony / 15/01/2018
Death Metal

VAMACARA STUDIO

youpimatin / 05/01/2018
Vacamara Studio

Interview du groupe SKELETHAL

Jus de cadavre / 02/01/2018
Death Metal

Interview Samuel SANTIAGO (BLACK MARCH)

youpimatin / 30/12/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Inquisition + Septic Flesh

18/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Arch Enemy + Wintersun

18/01 : Le Transbordeur, Lyon (69)

Loudblast + Teska

19/01 : La Carene, Brest (29)

Inquisition + Septic Flesh

19/01 : Le Chabada, Angers (49)

Fleshdoll + Anamorh + Ascendance

20/01 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Inquisition + Septic Flesh

20/01 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

36 Crazyfists + All Hail The Yeti + '68

23/01 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Voilà encore un pays qui aurait bien besoin d'une bonne baffe laïque dans la tronche.


Un bien bon premier live report ;)
Septic ne m'a jamais attiré mais vu les presta live ça me plairait sûrement sur scène.
Concernant Inquisition là c'est autre chose ! Tuerie ce groupe ! Hélas vu qu'une fois en live et au Hellfest en plus... et pas dans un état de grande fraîc(...)


Achat obligatoire. J'ai beau regretter le côté plus extrême des débuts (Bitter ist's dem Tod zu dienen ou Her von welken Nächten faisant partie de mes classiques), Dornenreich reste un groupe de très grande classe et qui a le mérite de ne pas laisser indifférent.


Va falloir du temps pour l'assimiler, mais il y a de bonnes choses dessus (j'adore Forgive me, où on retrouve bien la patte COC). Et surtout je suis vraiment content du retour de Pepper Keenan, un peu trop cannibalisé par Down ces dernières années à mon goût.


Yes ! J'ai revu Kreator il y a presque un an dans le Midi (cf. les archives), c'était une grosse fessée.