Vivre comme s'il y avait un espoir. C’est un leitmotiv comme un autre, et même l’un des plus déraisonnables qui soit. En effet, comment vivre dans un monde déshumanisé en se faisant encore des illusions sur la chute d’une histoire écrite depuis longtemps ? Il faut donc une sacrée dose d’abnégation pour encore penser à notre époque que l’homme peut s’extirper de sa condition, et mettre son égoïsme de côté pour inverser la tendance, et laisser autre chose à ses enfants qu’un infâme champ de ruines sur lequel ne poussera que le silence…Mais visiblement, les danois de PARASIGHT n’ont cure de cet épilogue sinistre, et foncent bille en tête et des refrains plein la musette, enrichissant leur discours revendicateur d’une bande instrumentale méchamment Hardcore, dans la plus pure tradition nordique. Il faut dire que le quartet (Nik, Aage, Tvede et KB) à suffisamment roulé sa bosse pour savoir ce qu’il veut, puisque At Leve som Hvis der Var et Håb est déjà son second longue-durée, malgré les vingt-trois modestes minutes qu’il affiche. Mais dans le petit monde du D-beat, ce timing semble parfaitement dans la norme, et lorsqu’un groupe décide d’attaquer de front sans jamais relâcher la pression, il est toujours difficile de la maintenir au-delà de la demi-heure, sans se montrer trop redondant. Et ne nous plaignons pas, puisque l’intensité de ce nouveau-né est à l’image de sa rage, et qu’il cartonne sans discontinuer. Il est évident de fait qu’il aura les défauts de ses qualités, et que les réfractaires à la cause Fastcore/D-beat lui tourneront le dos, puisqu’il n’a que ça à offrir, mais qu’il le présente sous son meilleur jour.

Pas de questions inutiles musicalement parlant, du Speed sans discontinuer, des riffs tronçonnés, quelques mid-tempi qui parviennent à s’imposer à l’arraché, et surtout, des vocaux hurlés, une section rythmique resserrée, pour dix morceaux qui frappent fort et sans détour. On y retrouve la patte la plus locale, cette abrasivité, cette rigueur qui fait aborder la violence sous son aspect le moins bridé, et surtout, cette haine dans des mots qu’on jette à la gueule d’un monde qui ne veut plus comprendre. Monde des affaires, cupidité, racisme, crise des migrants, les causes ne manquent pas et trouvent là un ardent défenseur, qui de son ardeur calme les aigreurs d’évolutionnistes qui aimeraient bien que la situation change, mais pas forcément pour le pire comme d’habitude. Difficile de ne pas succomber à cette succession de salves carton, qui multiplient les pains dans la tronche comme les étudiants de 68’ les pavés sous la plage, et si l’ensemble dégage un parfum très linéaire de redondance excessive, c’est justement l’effet recherché. La variété n’est pas à l’ordre du jour, et ce second jet est à appréhender de la même façon qu’un Land Speed Record de HUSKER DU, ou que n’importe quel chapitre des sagas URSUT ou TOTALITAR. Ethiquement en convergence de l’obstination d’un SLAYER de Reign In Blood et d’un DISCHARGE en nage, PARASIGHT avance, coûte que coûte, et trace sa route à une vitesse affolante, frisant parfois le dépassement dangereusement flagrant, mais ne lâchant jamais la pédale pour faire semblent. Le bitume crame sous les roues de ce discours qui sent bon la révolte, et qui gronde d’un D-beat de première bourre, sombre, rapide, implacable, et finalement, si dense qu’il est même difficile de s’en envoyer l’intégralité sans s’arrêter.

D’aucuns argueront que finalement, tout ça n’est justement que du D-beat, joué avec application, et suffisamment d’implication pour ne pas sombrer dans la médiocrité. Ils auront partiellement raison, mais après tout, lorsqu’on écoute un groupe comme PARASIGHT, on sait exactement ce qu’on vient chercher, ce que At Leve som Hvis der Var et Håb nous offre sans tergiverser. Soit des morceaux qui ne dépassent jamais les trois minutes, et qui se contentent d’un nombre de plans limités, mais bien concentrés. Si le tempo ne brille que très rarement de ses variations, si les intonations vocales restent exhortées et peu nuancées, si les chœurs de stade interviennent à fréquence calibrée, le tout exhale un délicieux parfum de colère essentielle, et nous convainc de ses arguments simples, mais redoutablement bien agencés. Pour un minimum d’innovation, je vous enjoins à vous reporter au lourd et stressé final « Håbløst », proposant une intro bien malsaine, et évitant avec malice de reproduire à la lettre toutes les astuces précédentes. Doté d’une production parfaitement adaptée, ce second LP fait preuve d’une belle maîtrise de jeu, et d’une assurance de feu, et satisfera les plus exigeants amateurs de Hardcore à la scandinave, habitués à l’excellence, et acceptant la norme. Et s’il est vrai que les danois ne la transgressent jamais, ils ne sont pas avares d’énergie, et profitent du temps qui leur est imparti pour tirer leurs cartouches les plus mortelles sur le mur d’indifférence qui guide ce monde vers sa propre tombe. Un manifeste lucide et hautement politique, pour une saine rébellion envers l’ordre établi, celui qui vous assomme de ses fausses promesses, mais qui vous enfume de la fumée de ses usines de peur. Rien d’extraordinaire certes, mais qui a dit qu’une prise de position musicale et radicale devait l’être ?

Après tout, le Punk Hardcore reste sans doute avec le Rap le seul genre à oser dire quelques vérités sans les enrober dans un décorum policé…


Titres de l'album:

  1. Bløder Blod
  2. De Skyder
  3. Kødet er Dødt
  4. Alt Falder Sammen
  5. Grådigheden Selv
  6. Sulten i Seng
  7. Du Glemt
  8. Alt er Noget Lort
  9. ...Som Hvis der Var et Håb
  10. Håbløst

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/03/2018 à 14:09
79 %    364

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !