At Leve som Hvis der Var et Håb

Parasight

09/03/2018

Indisciplinarian

Vivre comme s'il y avait un espoir. C’est un leitmotiv comme un autre, et même l’un des plus déraisonnables qui soit. En effet, comment vivre dans un monde déshumanisé en se faisant encore des illusions sur la chute d’une histoire écrite depuis longtemps ? Il faut donc une sacrée dose d’abnégation pour encore penser à notre époque que l’homme peut s’extirper de sa condition, et mettre son égoïsme de côté pour inverser la tendance, et laisser autre chose à ses enfants qu’un infâme champ de ruines sur lequel ne poussera que le silence…Mais visiblement, les danois de PARASIGHT n’ont cure de cet épilogue sinistre, et foncent bille en tête et des refrains plein la musette, enrichissant leur discours revendicateur d’une bande instrumentale méchamment Hardcore, dans la plus pure tradition nordique. Il faut dire que le quartet (Nik, Aage, Tvede et KB) à suffisamment roulé sa bosse pour savoir ce qu’il veut, puisque At Leve som Hvis der Var et Håb est déjà son second longue-durée, malgré les vingt-trois modestes minutes qu’il affiche. Mais dans le petit monde du D-beat, ce timing semble parfaitement dans la norme, et lorsqu’un groupe décide d’attaquer de front sans jamais relâcher la pression, il est toujours difficile de la maintenir au-delà de la demi-heure, sans se montrer trop redondant. Et ne nous plaignons pas, puisque l’intensité de ce nouveau-né est à l’image de sa rage, et qu’il cartonne sans discontinuer. Il est évident de fait qu’il aura les défauts de ses qualités, et que les réfractaires à la cause Fastcore/D-beat lui tourneront le dos, puisqu’il n’a que ça à offrir, mais qu’il le présente sous son meilleur jour.

Pas de questions inutiles musicalement parlant, du Speed sans discontinuer, des riffs tronçonnés, quelques mid-tempi qui parviennent à s’imposer à l’arraché, et surtout, des vocaux hurlés, une section rythmique resserrée, pour dix morceaux qui frappent fort et sans détour. On y retrouve la patte la plus locale, cette abrasivité, cette rigueur qui fait aborder la violence sous son aspect le moins bridé, et surtout, cette haine dans des mots qu’on jette à la gueule d’un monde qui ne veut plus comprendre. Monde des affaires, cupidité, racisme, crise des migrants, les causes ne manquent pas et trouvent là un ardent défenseur, qui de son ardeur calme les aigreurs d’évolutionnistes qui aimeraient bien que la situation change, mais pas forcément pour le pire comme d’habitude. Difficile de ne pas succomber à cette succession de salves carton, qui multiplient les pains dans la tronche comme les étudiants de 68’ les pavés sous la plage, et si l’ensemble dégage un parfum très linéaire de redondance excessive, c’est justement l’effet recherché. La variété n’est pas à l’ordre du jour, et ce second jet est à appréhender de la même façon qu’un Land Speed Record de HUSKER DU, ou que n’importe quel chapitre des sagas URSUT ou TOTALITAR. Ethiquement en convergence de l’obstination d’un SLAYER de Reign In Blood et d’un DISCHARGE en nage, PARASIGHT avance, coûte que coûte, et trace sa route à une vitesse affolante, frisant parfois le dépassement dangereusement flagrant, mais ne lâchant jamais la pédale pour faire semblent. Le bitume crame sous les roues de ce discours qui sent bon la révolte, et qui gronde d’un D-beat de première bourre, sombre, rapide, implacable, et finalement, si dense qu’il est même difficile de s’en envoyer l’intégralité sans s’arrêter.

D’aucuns argueront que finalement, tout ça n’est justement que du D-beat, joué avec application, et suffisamment d’implication pour ne pas sombrer dans la médiocrité. Ils auront partiellement raison, mais après tout, lorsqu’on écoute un groupe comme PARASIGHT, on sait exactement ce qu’on vient chercher, ce que At Leve som Hvis der Var et Håb nous offre sans tergiverser. Soit des morceaux qui ne dépassent jamais les trois minutes, et qui se contentent d’un nombre de plans limités, mais bien concentrés. Si le tempo ne brille que très rarement de ses variations, si les intonations vocales restent exhortées et peu nuancées, si les chœurs de stade interviennent à fréquence calibrée, le tout exhale un délicieux parfum de colère essentielle, et nous convainc de ses arguments simples, mais redoutablement bien agencés. Pour un minimum d’innovation, je vous enjoins à vous reporter au lourd et stressé final « Håbløst », proposant une intro bien malsaine, et évitant avec malice de reproduire à la lettre toutes les astuces précédentes. Doté d’une production parfaitement adaptée, ce second LP fait preuve d’une belle maîtrise de jeu, et d’une assurance de feu, et satisfera les plus exigeants amateurs de Hardcore à la scandinave, habitués à l’excellence, et acceptant la norme. Et s’il est vrai que les danois ne la transgressent jamais, ils ne sont pas avares d’énergie, et profitent du temps qui leur est imparti pour tirer leurs cartouches les plus mortelles sur le mur d’indifférence qui guide ce monde vers sa propre tombe. Un manifeste lucide et hautement politique, pour une saine rébellion envers l’ordre établi, celui qui vous assomme de ses fausses promesses, mais qui vous enfume de la fumée de ses usines de peur. Rien d’extraordinaire certes, mais qui a dit qu’une prise de position musicale et radicale devait l’être ?

Après tout, le Punk Hardcore reste sans doute avec le Rap le seul genre à oser dire quelques vérités sans les enrober dans un décorum policé…


Titres de l'album:

  1. Bløder Blod
  2. De Skyder
  3. Kødet er Dødt
  4. Alt Falder Sammen
  5. Grådigheden Selv
  6. Sulten i Seng
  7. Du Glemt
  8. Alt er Noget Lort
  9. ...Som Hvis der Var et Håb
  10. Håbløst

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/03/2018 à 14:09
79 %    480

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03

Humungus

Pas mal du tout VAISSEAU.Classique dans l'ensemble mais bien torché.Par contre, L'Apache, je ne vois pas ce que cela à de Doom... Hormis la pochette bien sûr (superbe au demeurant).

19/01/2021, 13:26

JTDP

J'avoue. Ecouté distraitement il y a quelques jours, je suis pressé de me replonger dedans, tant il m'avait déjà bien accroché !

19/01/2021, 12:39