The Sexual Side of the Moon

C.a.r.n.e.

06/08/2021

Autoproduction

Bon, d’accord, la lune à des cratères, donc des sortes d’orifices, elle a la blancheur bleuâtre des fesses de vampires de la nuit, des aspérités, et garde un côté mystérieux de satellite que l’homme est loin d’avoir apprivoisé. De là à lui prêter un côté sexuel, il faut quand même avoir l’imagination débordante. Mais les mexicains de C.A.R.N.E. semblent suffisamment lubriques pour sexualiser n’importe quoi, y compris un joint de culasse ou un balai à chiottes, comme en témoignaient leur deux premiers longue-durée, The Taste of Latex et Sexy Fat. Donc, en suivant leur point de vue, tout est sexy, même les latrines de bar de Mexico-City, ou les bourrelets d’une vieille prostituée à la peau plissée par les va-et-vient incessants à l’arrière d’une camionnette de fortune.

C.A.R.N.E. se sont trois gus pas vraiment portés sur l’étiquette et le bon goût, mais qui ont quand même celui de partager leurs délires avec nous. Formé à l’orée du nouveau siècle, cette formation en trio de Mexico-City peut s’enorgueillir d’un titre qu’ils ont eux-mêmes inventé, le Depraved Grind Gore, comme si les japonais et leur obsession pour les fèces ne nous suffisaient pas. Du Death/Grind donc, mais joué gore pour s’amuser un peu avec le pipi et autre écoulements séminaux et gastriques, qui visiblement, leur donnent la trique. Vingt-et-un an d’existence, la majorité absolue aux Etats-Unis, bien que ces trois marsouins devaient déjà être suivis par des psys durant leur adolescence. Complètement fascinés par les dépravations en tout genre, les mexicains nous proposent donc leur troisième passage aux chiottes/en studio, avec ce The Sexual Side of the Moon.

Gageons qu’ils perçoivent le satellite de la terre comme un cul géant avec un gigantesque trou de balle, qu’ils aimeraient bien remplir de leur phallus disproportionné (avis qui n’engage que l’auteur de cette chronique). Dans un registre assez formel mais efficace, les C.A.R.N.E. malgré un chant évidemment traité pour sonner comme des régurgitations après un régime tacos/téquila jouent quand même une musique suffisamment créative pour être intéressante. Loin des délires en blasts incessants des meneurs de la fronde Grind/Gore, cet album privilégie les riffs bon enfant et les interventions vocales d’égouts, tout en prenant soin de laisser une feuille de pécu pour s’essuyer.  

De fait, on ne sort pas de l’écoute de cet album de la merde plein les oreilles, puisque la guitare de Mark sait trousser quelques riffs bien Death de derrière les fagots. De son côté, Hugore et ses cymbales qui vrillent les tympans fait preuve de flair et de cowbell pour nous enthousiasmer de sa frappe, et pour permettre à la voix pas si ignoble que ça de Mero de tapisser le tout de bile et de morceaux de jambon. Plus Death que réellement Gore, ce troisième méfait est donc suffisamment créatif et intelligent pour vous sortir les doigts du cul et les rapprocher du nez de votre infortuné voisin de table.

Loin d’une farce de fin de banquet,  The Sexual Side of the Moon sonne donc comme un véritable album, composé avec panache et interprété avec flair, comme un chien qui vous renifle le cul avant d’essayer de vous grimper dans une impasse. Quelques fantaisies de guitare en feedback, des morceaux qui cavalent comme de pauvres vierges qu’on veut sodomiser sous la pleine lune (« Seres Lascivos »), de l’épaisseur dans la tradition, quelques influences CARCASS qui dépassent, mais une vraie joie de jouer une musique barbare et primaire, et aussi appétissante qu’un tampon abandonné sur une cuvette dégueulasse.  

Loin des sempiternelles tranches de vie immondes de quelques secondes, cet album privilégie une compilation d’intros et d’effets bien placés, et de parties instrumentales assez jouissives. Et comme le son empeste le quatre-pistes enterré au fond d’une cave, la sensation n’en est que plus agréable, comme de découvrir de vieux ossements en agrandissant votre garage. C’est parfois assez rigolo et rigolard (« Inorganicos y Perversos »), et la langue espagnole se prête bien à cet exercice de débauche absolue qui n’a pas grand-chose à envier aux pisse-parties allemandes.

Un peu cousin hydrocéphale de BRUJERIA, un peu pervers qui mate par le trou de la serrure avant de jouir sur la poignée de porte, C.A.R.N.E. est le genre d’invité qui va obligatoirement foutre le bordel et frotter sa quéquette sur les convives féminines avant de loucher sur l’anus du pauvre greffier. On pourra reprocher une blague un peu longue pour le genre, mais des titres aussi efficaces que « Camino al Ruido No Estructurado » ou le final monstrueux de « Abducido, Violado, Hibridado » font plus facilement passer la pilule par le gros colon, et on termine l’écoute maculé de tâches suspectes, et l’âme légèrement violée.    

De là à vouloir enculer la lune, il y a un pas que Neil Armstrong n’aurait jamais franchi pour l’humanité.

            

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Sexual Side of the Moon

02. Open Your Legs

03. Venirte en Suenos

04. Seres Lascivos

05. Inorganicos y Perversos

06. El Otro Plano

07. Camino al Ruido No Estructurado

08. Noches de Climax y Tormento

09. Depraved Species

10. Body C.U.N.T.

11. Abducido, Violado, Hibridado


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/11/2022 à 17:06
70 %    434

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01