The Sexual Side of the Moon

C.a.r.n.e.

06/08/2021

Autoproduction

Bon, d’accord, la lune à des cratères, donc des sortes d’orifices, elle a la blancheur bleuâtre des fesses de vampires de la nuit, des aspérités, et garde un côté mystérieux de satellite que l’homme est loin d’avoir apprivoisé. De là à lui prêter un côté sexuel, il faut quand même avoir l’imagination débordante. Mais les mexicains de C.A.R.N.E. semblent suffisamment lubriques pour sexualiser n’importe quoi, y compris un joint de culasse ou un balai à chiottes, comme en témoignaient leur deux premiers longue-durée, The Taste of Latex et Sexy Fat. Donc, en suivant leur point de vue, tout est sexy, même les latrines de bar de Mexico-City, ou les bourrelets d’une vieille prostituée à la peau plissée par les va-et-vient incessants à l’arrière d’une camionnette de fortune.

C.A.R.N.E. se sont trois gus pas vraiment portés sur l’étiquette et le bon goût, mais qui ont quand même celui de partager leurs délires avec nous. Formé à l’orée du nouveau siècle, cette formation en trio de Mexico-City peut s’enorgueillir d’un titre qu’ils ont eux-mêmes inventé, le Depraved Grind Gore, comme si les japonais et leur obsession pour les fèces ne nous suffisaient pas. Du Death/Grind donc, mais joué gore pour s’amuser un peu avec le pipi et autre écoulements séminaux et gastriques, qui visiblement, leur donnent la trique. Vingt-et-un an d’existence, la majorité absolue aux Etats-Unis, bien que ces trois marsouins devaient déjà être suivis par des psys durant leur adolescence. Complètement fascinés par les dépravations en tout genre, les mexicains nous proposent donc leur troisième passage aux chiottes/en studio, avec ce The Sexual Side of the Moon.

Gageons qu’ils perçoivent le satellite de la terre comme un cul géant avec un gigantesque trou de balle, qu’ils aimeraient bien remplir de leur phallus disproportionné (avis qui n’engage que l’auteur de cette chronique). Dans un registre assez formel mais efficace, les C.A.R.N.E. malgré un chant évidemment traité pour sonner comme des régurgitations après un régime tacos/téquila jouent quand même une musique suffisamment créative pour être intéressante. Loin des délires en blasts incessants des meneurs de la fronde Grind/Gore, cet album privilégie les riffs bon enfant et les interventions vocales d’égouts, tout en prenant soin de laisser une feuille de pécu pour s’essuyer.  

De fait, on ne sort pas de l’écoute de cet album de la merde plein les oreilles, puisque la guitare de Mark sait trousser quelques riffs bien Death de derrière les fagots. De son côté, Hugore et ses cymbales qui vrillent les tympans fait preuve de flair et de cowbell pour nous enthousiasmer de sa frappe, et pour permettre à la voix pas si ignoble que ça de Mero de tapisser le tout de bile et de morceaux de jambon. Plus Death que réellement Gore, ce troisième méfait est donc suffisamment créatif et intelligent pour vous sortir les doigts du cul et les rapprocher du nez de votre infortuné voisin de table.

Loin d’une farce de fin de banquet,  The Sexual Side of the Moon sonne donc comme un véritable album, composé avec panache et interprété avec flair, comme un chien qui vous renifle le cul avant d’essayer de vous grimper dans une impasse. Quelques fantaisies de guitare en feedback, des morceaux qui cavalent comme de pauvres vierges qu’on veut sodomiser sous la pleine lune (« Seres Lascivos »), de l’épaisseur dans la tradition, quelques influences CARCASS qui dépassent, mais une vraie joie de jouer une musique barbare et primaire, et aussi appétissante qu’un tampon abandonné sur une cuvette dégueulasse.  

Loin des sempiternelles tranches de vie immondes de quelques secondes, cet album privilégie une compilation d’intros et d’effets bien placés, et de parties instrumentales assez jouissives. Et comme le son empeste le quatre-pistes enterré au fond d’une cave, la sensation n’en est que plus agréable, comme de découvrir de vieux ossements en agrandissant votre garage. C’est parfois assez rigolo et rigolard (« Inorganicos y Perversos »), et la langue espagnole se prête bien à cet exercice de débauche absolue qui n’a pas grand-chose à envier aux pisse-parties allemandes.

Un peu cousin hydrocéphale de BRUJERIA, un peu pervers qui mate par le trou de la serrure avant de jouir sur la poignée de porte, C.A.R.N.E. est le genre d’invité qui va obligatoirement foutre le bordel et frotter sa quéquette sur les convives féminines avant de loucher sur l’anus du pauvre greffier. On pourra reprocher une blague un peu longue pour le genre, mais des titres aussi efficaces que « Camino al Ruido No Estructurado » ou le final monstrueux de « Abducido, Violado, Hibridado » font plus facilement passer la pilule par le gros colon, et on termine l’écoute maculé de tâches suspectes, et l’âme légèrement violée.    

De là à vouloir enculer la lune, il y a un pas que Neil Armstrong n’aurait jamais franchi pour l’humanité.

            

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Sexual Side of the Moon

02. Open Your Legs

03. Venirte en Suenos

04. Seres Lascivos

05. Inorganicos y Perversos

06. El Otro Plano

07. Camino al Ruido No Estructurado

08. Noches de Climax y Tormento

09. Depraved Species

10. Body C.U.N.T.

11. Abducido, Violado, Hibridado


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/11/2022 à 17:06
70 %    50

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51