Il semblerait que la scène Indienne se réveille depuis quelques années, au point de représenter un point de convergence en Asie. Difficile à croire il y a quelques années, le style Metal n’étant pas prépondérant, mais en jetant un coup d’œil aux sites référençant les divers groupes nationaux actifs, on se rend compte que le pays n’a plus à rougir de la concurrence.

Entre les DEVOID, MORTAR, CHAOS, BEHEADED CARNAGE et autres THEORIZED ou SCEPTRE, le Thrash connaît un beau succès local, et peut encore compter sur un nouveau représentant, qui a choisi de le diluer dans un Heavy assez fourni.

Les SPEEDTRIP ont donc opté pour un nom idoine et bien calé, puisque leur musique nous embarque dans une bonne secouée, qui si elle reste encore de proportions raisonnables et d’un son un peu amateur, risque fort de se perfectionner avec le temps pour atteindre un équilibre stable permanent.   

SPEEDTRIP, mais ne vous attendez surtout pas à une speederie intense et peu réfléchie pour autant. Ces cinq-là sont de véritables amoureux de la vague Heavy/Speed/Thrash aux fortes réminiscences des années 80, que l’Inde avait observé d’un regard lointain.

Mais Sylvester Joe (batterie), Rakeeb et Govindan (guitares), Lohith (basse) et Kaushik (chant), ne comptent pas faire preuve du même statisme, et se sont donc investis dans la réalisation d’un premier LP en DIY, qu’ils distribuent comme ils le peuvent via les plateformes légales de téléchargement, et en version physique en passant par la case Mahatobar Distribution.

Acheter, c’est conseillé, mais cet album initial vaut-il la monnaie dont vous pourriez vous débarrasser pour l’acquérir ? Admettons tout de go que l’entreprise n’est pas dénuée de quelques défauts, mais quel premier LP n’en a pas ? Si le style est assez étrange et à cheval entre plusieurs tendances, l’investissement et la hargne des musiciens font plaisir à entendre, et donnent à ce Trapped in a Maze tout l’enthousiasme dont il a besoin pour vous séduire.  

Ce qu’on retient surtout à la première écoute, c’est le chant si particulier de Kaushik qui hurle vraiment comme un damné, en restant coincé dans des intonations aigues hystériques, propres à faire passer Paul Baloff ou Robert Gonnella pour des clones de Peter Steele qui s’ignoraient encore. Sa voix est incroyablement écorchée et éructée, mais permet de transcender des passages parfois assez standards, qui soudain se transforment en hymnes de brutalité possédée.

Sans démériter, les autres musiciens se contentent de jouer carré, et de piquer des plans à droite et à gauche pour meubler des morceaux qui restent relativement conventionnels dans une gamme Heavy/Speed/Thrash traditionnelle.    

Les guitares ne sont pas toujours enflammées ou vraiment inspirées, et se laissent souvent porter par des saccades médiums qui collent de près aux dogmes d’il y a trente ans, au point parfois de se mélanger les cordes entre le Doom, le Heavy, et l’épique amateur pas totalement maîtrisé (« My Evil Urge », qui pourtant, très bizarrement, parvient à convaincre sans vraiment avancer d’arguments).

Mais c’est justement ce non-choix qui me plaît tant chez ces originaires de Bangalore, qui justement ont pris le risque de se laisser flotter entre les courants, sans que l’on puisse vraiment les situer. Si quelques idées sont encore approximatives, et si certaines ambiances manquent encore de certitudes et de profondeur, ce côté DIY louchant parfois vers la qualité démo est très attachant, et doit certainement s’affirmer en live, où la réputation du groupe n’est plus à faire dans leur pays.   

Difficile toutefois de situer le quintette en jouant le jeu des comparaisons, même si les noms de MORTAL SIN ou FORBIDDEN peuvent être glissés dans la discussion sans paraitre déplacés. On pense aussi à la transition entre Heavy Speed et Thrash américaine des années 83/85, lorsque les rythmiques hésitaient encore à lâcher le paquet, et les guitares à abandonner leurs tics Heavy trop prononcés.

Mais comme je le soulignais, c’est souvent le chant de Kaushik qui vient sauver des compos qui parfois pataugent dans le néant (« Six Days In Hell », on ne pige pas vraiment où tout ça veut en venir avec tous ces breaks qui s’amoncèlent, mais les hurlements repartant de plus belle, on finit par ne plus se poser de question), oui qui explose les standards Heavy/Speed les moins exigeants (« Kiss of The Black Mamba », rythmique up sur fond de riffs rabâchés, pour un démarquage à peine voilé de la troisième vague Speed/Thrash US de 90/91).

Heureusement, quelques virages un peu plus serrés permettent à l’entreprise de décoller, et c’est finalement quand le groupe durcit le ton qu’il est le plus béton, même si la production laisse geindre une paire de guitares réclamant un mix un peu plus conséquent (« House of Horrors », presque digne d’un EXODUS en vacances).

Le final éponyme vaut aussi son pesant de décibels, avec toujours cette basse qui joue les trouble-fête et qui renforce l’impact d’une batterie à l’écho un peu mat. On pourrait même parler à l’occasion d’une sorte de Techno-Thrash un peu primaire, misant plus sur la multiplicité des breaks que sur la démonstration technique pour s’y affilier.

Nous avons même droit de temps à autres à quelques inflexions vocales bien rauques, qui certes ne durent pas vraiment longtemps (« Wasteland »), mais qui permettent de détourner l’attention quelques instants.

En définitive, et aussi Metal soit cette réalisation, il n’est pas impossible de la rapprocher d’un effort un peu Core sur les bords, sans tomber dans les certitudes crossover, pourtant manifestes par endroits (« We All Gotta Bleed »). Alors, que dire d’un premier album somme toute encore un peu maladroit, mais garant d’une implication réelle ?

Que le travail de maturation pour les SPEEDTRIP n’est pas encore achevé, et que le papillon est encore dans sa chrysalide. Pas vraiment Speed contrairement à ce que son nom semble indiquer, ce quintette indien a encore quelques années devant lui pour développer son véritable style, que nous aurons peut-être la chance de découvrir à l’occasion d’un second LP.


Titres de l'album:

  1. Kiss of the Black Mamba
  2. House of Horrors
  3. Firts Blood
  4. Wasteland
  5. My Evil Urge
  6. Six Days In Hell
  7. We All Gotta Bleed
  8. Trapped In a Maze

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/08/2017 à 17:57
68 %    335

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense