Degradation Renewal

Winter Deluge

24/04/2020

Osmose Productions

On connaît quoi au juste de la Nouvelle-Zélande ? Une équipe de rugby fameuse, le kiwi, Elizabeth II, les maoris, le kapa haka, Peter Jackson, Jane Campion, ULCERATE et quelques autres, et je crois bien que c’est tout. Autant dire que ce coin-là n’est pas réputé pour ses exactions Black Metal, et pourtant, il va bien falloir revoir nos conceptions. Car l’extrême, assez logiquement, y est présent comme dans n’importe quelle région du globe, et donc le Black y trouve un écho ferme et définitif. Cet écho est mis en lumière aujourd’hui par nos amis d’Osmose, qui se proposent de relayer la nouvelle sortie d’un quintet local, WINTER DELUGE. N’ayant jamais entendu parler de ce groupe avant de me pencher sur son cas, j’ai découvert un ensemble existant depuis pas mal de temps et ayant déjà pris celui de sortir deux longue-durée. Formé en 2006 du côté d’Auckland, WINTER DELUGE est né du désir des frères Nathan Baylis, aka Autumus, et Aaron Baylis, aka Arzryth de jouer une musique sans concessions, entièrement dédiée au nihilisme harmonique le plus pur et dur. En quinze ans de carrière, seuls les deux frères restent fidèles au poste, puisque le groupe a connu quelques changements de line-up, mais avec l’expérience acquise sur scène en Australie et Nouvelle-Zélande (en ouverture d’ANGELCORPSE, AURA NOIR, DESTROYER 666, MARDUK, NOCTURNAL GRAVES et WATAIN), l’ensemble revient plus remonté que jamais avec un format court qui nous donne un aperçu de la direction à venir. Après vérification des deux œuvres antérieures, il semblerait que cette direction soit toujours la même, celle d’un BM franc et massif, ne tergiversant pas, n’ayant aucune prétention avant-gardiste ou expérimentale, et délibérément basée sur les fondements européens du genre.

Cinq morceaux, c’est peu lorsqu’on ne connaît pas un univers, mais dans le cas de Degradation Renewal, c’est amplement suffisant pour juger de l’efficience du massacre, puisque tel est le mot le plus idoine. Les cinq musiciens (Aaron Baylis - guitare, Nathan Baylis - batterie, Mort - guitare, Thomas Meissner - chant et Tommy Gibson - basse) ne manquant pas de rendre hommage à tous les groupes avec lesquels ils ont pu tourner, et c’est ainsi que le fan de BM traditionnel et implacable se sentira vite à la messe noire. On trouve de tout dans cette musique, mais surtout la franchise du MARDUK le plus impitoyable, la brutalité du DESTROYER 666 le plus implacable, le tout servi froid comme un petit déjeuner allemand et roboratif comme un en-cas 1349 servi sur le pouce. Au menu donc, de la brutalité, outrancière, de la violence, entière, pour vingt minutes d’agression sonore, qui ne se dément pas. Pas grand-chose d’original à attendre donc de cet EP, mais une puissance à décorner les démons, avec en exergue une section rythmique à l’abattage monstrueux, et une basse proéminente, chose plutôt rare dans le circuit. On se prend à se souvenir des boucheries que furent Hellfire, Heaven Shall Burn et autres, bien que le son d’ensemble évoque plus l’Allemagne la moins corruptible, mais dès l’entame de « Mass Graves », les choses sont claires. A peine deux minutes et trente-et-une secondes de Black lancé à plein régime, avec blasts à fond les ballons, ambiance délicatement grandiloquente, riffs circulaires, et chant dans la grande tradition scandinave, pour un ballet d’outrance ininterrompu. De quoi soulager ses nerfs en cette époque de confinement, mais aussi d’apprécier de nombreux breaks qui viennent émailler l’écoute.

Du solide donc, de la concision, pas de grosse surprise, mais un défouloir magnifique dans son formalisme. Avec une énorme production typique d’outre-Rhin, les néo-zélandais rentrent dans le lard, accumulent les plans, enfilent les idées à la vitesse de la lumière, et déchaînent les enfers sans se poser trop de questions. Pas trop, mais quelques-unes quand même pour éviter le conformisme de vingt minutes de blasts, avec des ralentissements efficaces qui permettent de temporiser, mais pas d’atténuer, les versions plus pesantes n’étant pas moins dangereuses que les versions supersoniques. « What we Leave Behind » est à ce titre le gros morceau de l’EP, avec son alternance de blasts et d’un tempo martelé, dans la grande tradition de l’ambivalence d’un MARDUK aussi amer que bestial. Certes, les riffs sont empruntés, mais ils se télescopent avec tant d’énergie qu’ils créent un trou noir aspirant tout sur son passage, tandis que le chant rauque et granuleux de Thomas Meissner harangue l’auditeur avec une fermeté vénéneuse. « Architects of Extinction » continue le travail de sape, mais ose un mid tempo entraînant qui contraste avec les BPM en folie, et le tout à de faux-airs d’orgie célébrée à la gloire d’un BM historique, qui trouve encore aujourd’hui son cortège de fans fidèles. Il faut dire que l’application de WINTER DELUGE laisse admiratif, même si on se demande ce que tout ça pourrait donner sur un futur LP, le genre extrême jusqu’au bout ayant parfois du mal à tenir la distance. Mais en version EP, tout est très digeste, et s’avale d’un trait pour mieux laisser les oreilles en feu. Belle démonstration de force de ces cinq musiciens incorruptibles, aussi convaincants en terrain lourd qu’en vol en piqué, et au final Degradation Renewal reste un bel exercice de style classique.              

                                                                                                  

Titres de l’album :

                     01. Mass Graves

                     02. Cold War

                     03. What we Leave Behind

                     04. Architects of Extinction

                     05. Within the Remnants of Humanity

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/10/2020 à 17:22
78 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52

Gargan

Z'avaient leur pass pour le concert, donc il y a - quand même ! - une présomption de compatibilité républicaine. Difficile parfois de savoir où bien placer le curseur ...

21/09/2021, 21:28