L’été est bien là, et il fait chaud. Et pour tout bon thrasheur qui se respecte, la tenue idoine va bientôt devenir indispensable. On va donc ressortir les shorts, baskets, marcels et bandanas de rigueur, et éventuellement les skates pour les plus cascadeurs d’entre nous. C’est d’usage, et de saison évidemment, mais autant l’habit ne fait pas le moine, autant le mosheur fait la saison. Et quelle plus belle occasion que cette chaleur intenable pour animer les mosh-pit du monde entier, sentir la sueur et la vilaine odeur de pied ? Ne manque plus à tout cet attirail qu’un argument majeur, la bande-son idéale d’une période estivale qu’on va sans doute passer à écumer les festivals et autres salles. Mais là encore, en appui de la météo, j’ai exactement ce qu’il vous faut. Si le Crossover reste votre musique préférée depuis les premiers SUICIDAL et D.R.I, alors soyez heureux mes aïeux. Et inutile pour ça d’espérer un nouvel album des POWER TRIP, un nouvel EP des NEGATIVE SELF, ou même des inédits de la bande à Mike Muir, puisque c’est du côté du Brésil que vient le messie, sous la forme d’un quatuor dont les origines ne remontent pas à hier. Excusez votre serviteur pour l’ignorance, mais je découvre aujourd’hui les imparables CXFXCX (Renato - chant, Felipe 'JR' & Joka - guitares, Gabas - basse et Deniz - batterie), qui de leur ville de Canoas animent les fêtes de quartier depuis 1991, sans avoir réussi à traverser les années 90 en laissant une quelconque trace discographique. Et au jugé de leur second longue-durée, je dirais que c’est vraiment dommage, tant l’énergie old-school dont font preuve ces diables est contagieuse, et digne des meilleurs pamphlets du genre.           

     

Presque trente ans d’existence, c’est un fait qui mérite d’être noté. Mais il aura fallu au gang presque vingt années de patience pour enfin signer leur premier LP, Ninguém te Controla, paru en 2010. Huit ans supplémentaires auront été nécessaires pour lui donner une suite légitime, sous la forme des treize morceaux de cet inépuisable Assuma a Culpa, véritable manifeste de Thrash empestant le Hardcore de rue, mais épiphanie musicale pour tous ceux qui aiment leur Thrash dru et velu. Ici, pas question d’aller puiser en dehors de la Californie de quoi dévaler les trottoirs, puisqu’à l’instar des NEGATIVE SELF, c’est Venice qui fait loi, et Mike qui est fait roi. Inutile de jouer la sourde oreille et de faire semblant de ne pas remarquer les similitudes qui existent entre cet album et le classique How Will I Laugh Tomorrow, puisque les ressemblances vont vous sauter aux ouïes dès les premières secondes. Mais là où les brésiliens se distinguent des suédois, c’est qu’ils ne confinent pas l’hommage au plagiat. Les originaires de Stockholm, aussi savoureux soient-ils ont tendance à pousser l’emprunt dans ses dernières limites, alors que nos amis brésiliens jouent leur propre musique, qui régulièrement s’éloigne de leur référence majeure pour piocher dans l’héritage national. Mélange d’américanisme forcené et de sud-américanisme héréditaire, ce second LP est une mine de tubes Crossover, qui lâchent constamment la vapeur pour nous faire transpirer, et force est de reconnaître que sur la durée, on frise le sans-faute grâce à des inflexions plus personnelles que la moyenne. En témoigne le terriblement groovy « O Mundo Assombrado Pelos Demônios », qui ressemble à s’y méprendre à des vacances passées en Californie par les OVERDOSE, et qui rebondit comme un malade sur le trampoline Hardcore pour retomber dans la marmite Groove Metal. Certes, le cas est isolé, et la plupart des chapitres respectent au backflip près les dogmes énoncés par le ST des premières années, celui qui n’était pas encore près d’abandonner son Hardcore au Metal pour séduire les masses. Mais on retrouve aussi les soli de Rocky à chaque coin de morceau, et si la basse ne cherche aucunement à singer celle de Trujillo, elle cimente les liens entre la batterie et les guitares pour assurer à l’ensemble une assise solide. Du Crossover, et c’est tout ? Oui, mais tellement bien joué qu’on apprécie ce qu’on a sans chercher à traquer ce qui manque.

Et autant dire qu’il ne manque pas grand-chose. D’une, un son, énorme, aux graves qui brillent et répercutent la lumière, et qui donne aux guitares la profondeur idoine. De deux, le talent, individuel et collectif. De trois, quelques audaces fugaces, lors de moments imprévisibles comme sur le brûlot « O Lutador », qui commence Funky pour continuer Thrashy, dans la veine d’un MORDRED qui reprendrait à son compte du Carlinhos Brown. Et puis cette exubérance globale, cette joie de jouer, ces chœurs enjoués, ce rythme qui même en version mid fait trépider, ces accès de rage Punk qui font décoller les quelques secondes imparties à des missiles Rock N’Thrash intrépides (« Agore »), et ce professionnalisme dans la passion qui détourne des hymnes pour en faire des pulsions (« Ignorância Artificial »). En gros, le genre d’album qu’on écoute pour découvrir, qu’on réécoute pour analyser, et vers lequel on revient pour se faire du bien. Presque un cas d’école du Crossover des années 80 transposé dans une époque qui en a cruellement besoin, Assuma a Culpa est une plongée dans le passé qui fait trembler le présent, et qui nous comble de son équilibre parfait entre clin d’œil et intime recueil (« Sempre Tente Lutar », plus gluant que ce riff, c’est un chewing-gum dans les tifs). Pas une seconde ne passe sans qu’un détail ne nous saute aux oreilles, un petit arrangement en intro, de l’héroïsme dans le solo, de l’audace dans l’assaut, et d’accélérations en soudaines transpositions (« Defenda-Se », le « Trip At The Brain » brésilien repris par un BIOHAZARD local), d’accalmies en folie Thrashcore (« Seja a Cena », inutile de résister, vos cheveux vont hélicoptérer), et de binaires groovy qui vont vraiment provoquer le Muir sur son propre « Send Me Your Money » (« Que Fim Levou », là j’avoue, ils sont allés jusqu’au bout), tout est fait pour vous enthousiasmer, vous stimuler, et vous persuader que le mélange entre Thrash et Hardcore est toujours le meilleur cocktail pour tout exploser.

Alors, certes, je l’admets, comme dans le cas des NEGATIVE SELF, le respect tourne parfois à la copie prononcée. Mais après tout, qui s’en soucie tant que le flacon nous donne l’ivresse dont nous avons besoin ? Alors, une seule chose à faire. Aller chercher votre short, vos baskets, votre bandana et votre skate, et jetez-vous ce second LP des CXFXCX. Et passez l’été à dévaler les trottoirs comme des tarés. C’est toujours mieux qu’aller glander au camping pour finir des bières tièdes déjà entamées.                    

       

Titres de l'album:

                            1.Assuma a culpa      

                            2.Ignorância artificial

                            3.Ninguém vai te parar         

                            4.Sempre tente lutar  

                            5.Agora         

                            6.Fazer por merecer

                            7.O mundo assombrado pelos demônios

                            8.Defenda-se

                            9.O lutador

                           10.Seja a cena

                           11.Que fim levou

                           12.Inquebrável

                           13.O que você vai deixar pra trás

Facebook officiel 

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 18/07/2018 à 17:52
85 %    538

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Trasher
@201.21.39.75
19/07/2018 à 02:35:35
CxFxCx!

Humungus
membre enregistré
19/07/2018 à 05:26:45
OUCH !!! !!! !!!
Quelle belle découverte bordel !!!
Merci mortne2001...
Du pur S.T. dans le texte ce truc putain !
Un million de fois mieux que NEGATIVE SELF en ce qui me concerne.

PS : "Un cas d’école du Crossover des années 80 transposé dans une époque qui en a cruellement besoin"...
Que dire de plus ?

Ajouter un commentaire


Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !


Wow ! c'est massif, j'adore. Merci pour cette découverte !
Achat indispensable.


Sordide...
Bon je pense qu'on peut affirmer sans trop prendre de risque que sa carrière d'illustrateur vient de prendre une belle bastos dans les orteils. :-D

En tout cas, RIP papa Fournier
(et pas celui d'Hibernatus, hein !)


Excellente chronique pour un excellent album, en effet ! :-)


Ah bah bon dieu!!!


Peu féru de Black symphonique j'ai quand même essayé car intrigué... J'ai aussitôt relayé et recommandé aux amis plus amateurs que moi. C'est vraiment très bon.


Un excellent souvenir. Dommage que seule la ré-édition de No Comment soit trouvable facilement pour le commun des mortels. L'album mériterait vraiment une 2ème chance, ne serait-ce que par une mise à dispo sur Bandamp ou toute autre plateforme de distri numérique.


Globalement d'accord avec Jus de Cadavre; j'ajouterai juste un autre paramètre qui est l'attitude du public. Serez-vous individuellement prêts à participer à des bains de foules (et moshpits si affinités) dans 2 mois et demi? Moi je n'en suis pas sûr, et sans être paranoïaque, je ne pense ê(...)


Tant qu'on est dans les docu, je vous conseil de mon coté "Los Punks" sur la scène punk hispanique de Los Angeles. Très intéressant, même pour les non fan de punk (c'est mon cas).


J'ai fait une rapide visionnage, en diagonale, ça a l'air vraiment excellent !
Beaucoup d'acteurs de la scène, d'anecdotes et même de découvertes à faire.

Ca n'a rien à voir avec le Grindcore mais j'en profite pour conseiller à tous le docu de RAT SKATE intitulé "Born in t(...)


Qu'importe le confinement je pense. La question est plus : en aura t'ont fini avec l'épidémie dans 2 mois ? La réponse est non (à moins d'un traitement miracle trouvé entre temps... mais ça...). Donc les rassemblements (d'autant plus de plusieurs milliers de personnes) ne seront pas autorisés(...)


Pour moi le hellfest aura lieu si on sort du confinement au plus tard le 15 mai.


Je vais pouvoir travailler mon anglais !


Merci beaucoup pour le lien !
Visionnage obligatoire.


aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !