Spleen Angel

Argile

15/04/2024

Holy Records

Spleen Angel d’ARGILE est mon Grand Œuvre

 

C’est évidemment un constat de Philippe Courtois de l’Argilière, le mieux placé pour parler de ses créations, qui depuis les années 90, peuplent les rêves étranges des misanthropes et des esthètes glacés d’un Metal extrême racé, peaufiné, richement décoré, mais toujours étrangement ambiancé.

ARGILE, tout le monde le sait, est donc le projet annexe des membres de MISANTHROPE depuis des années. Un projet qui s’est concentré sur une trilogie sombre entamée avec The Monotonous Moment of a Monologue il y a plus de vingt ans, et poursuivie par Monumental Monolith il y a un peu moins de quinze ans. Un projet évidement centré sur les obsessions musicales de ses auteurs, Jean-Jacques Moréac (basse), Anthony Scemama (guitare), Gaël Féret (batterie) et Philippe Courtois de l’Argilière (chant), entre grandiloquence esthétique et violence sourde, pour assurer une cohérence qui ne manque pas de s’exprimer dès les premières notes de cette conclusion qu’est Spleen Angel.

Il s’est passé quelque chose de vraiment unique et surnaturel lors de la composition et de l’enregistrement de notre Spleen Angel (Jean-Jacques Moréac)

On ne peut qu’abonder dans le sens du bassiste qui décrit avec sincérité et acuité un long processus, entièrement créatif et surtout, débordant d’imagination pour repousser les limites de ce side-project qui finalement, revêt la même importance que le groupe principal des quatre musiciens.

Difficile en effet de ne pas voir en cette heure et ces dix-sept minutes une cathédrale sonore, érigée à la gloire du Dieu de l’emphase. Si le propos est toujours aussi décalé et dissonant, ARGILE ne peut se départir de ce sens de la mélodie qui a toujours fait partie de l’ADN des musiciens, trop soigneux pour se contenter d’une charge virale sans queue ni tête. Mais on sent les influences évidentes qui remontent à la surface, et spécialement celle de CELTIC FROST, qui crève les tympans sur le catchy « BlueWine (Lips of Doom) ». L’intérêt de ce nouvel album en forme de conclusion est justement de mixer tous les groupes qui ont compté pour Philippe et les siens, et il est même possible de voir en Spleen Angel la tête de gondole de Holy Records, label indissociable de l’histoire de MISANTHROPE.

Enregistré et mixé par Frédéric Gervais au studio Henosis, flanqué du magnifique Effet de Lune de Jules-Eugène Lenepveu, Spleen Angel est un bel objet, dont la beauté de l’écrin égale celle de son contenu. Avec une durée évidemment déraisonnable, ce nouveau chapitre (dernier?) de la saga ARGILE est difficile d’accès, et peut rebuter les plus timorés ou les moins fans. Mais la richesse des riffs, qui alternent entre le Doom de l’école PARADISE LOST/MY DYING BRIDE, la complexité des structures qui citent l’écurie Peaceville et le cheptel Relapse (par intermittence seulement), et la beauté des arrangements qui brillent comme les dorures d’un château en ruines, autorisent une écoute confortable, même si l’attention est requise à tout moment. Il serait en effet dommage de perdre de vue l’objectif initial, et surtout, la densité du propos. Avec plusieurs morceaux s’étalant sur de longues minutes, ce troisième né impose son discours, mais ne force jamais la main. On se laisse happer avec plaisir dans ce monde décadent, morbide mais noble, et on savoure les quelques chœurs qui installent une ambiance délétère, entre le moisi des années et les voix désincarnées d’esprits hantant les lieux depuis les années 90.

Produit de son époque, et achèvement indiscutable, Spleen Angel ne se gêne pas pour paraphraser les incunables Into the Pandemonium et Lost Paradise, combinant les caprices de Tom Warrior et les envolées lyriques de Milton. Entre lettres mises en avant et culture extrême populaire, ARGILE est un colosse éduqué, aux manières sans ambages mais respectueuses de l’étiquette, et l’envoutement progressif de l’auditeur nimbe de mystère cette entreprise artistique, qui souvent contemple le néant pour en faire sortir les vices les plus cachés.

Il serait malhonnête de nier que cet album est la sensation de cette année 2024. Loin des circuits fermés, des facilités old-school, ARGILE prouve que ses chevilles et articulations sont solides, et que son cri est toujours aussi tétanisant. Les plaintes vocales, les imbrications logiques mais tendues, et les progressions millimétrées transforment un morceau comme « Zephyr Penitent » en pièce tragique héritée du théâtre grec, et si quelques interventions plus techniques viennent hausser le ton d’une optique NWOBHM, le fond reste ancré dans les inévitables nineties.

Impossible de s’ennuyer une seule seconde. La barre a été fixée haute, et le challenge relevé avec une insolence qui force l’admiration. La douceur pastorale de « Scorpion's Bites », l’efficacité sobre de « Giant Titan Mysteries », pure tranche de Metal solide et gothique, les percussions électroniques de « Macabrïeta » offrent au centre de l’album une intensité stable, évitant la perte de régime dans les tours les plus difficiles.

Jouant la carte de la diversité, comme toujours, Philippe Courtois de l’Argilière a soigné chaque aspect de ce bébé qui pèse relativement lourd. Et si l’allusion à Lautréamont permet de lâcher quelques licks plus punchy (« Maldoror »), c’est simplement parce que les musiciens n’aiment rien tant que confronter leur culture littéraire à leurs envies musicales plus directes.        

Plus intelligent qu’intellectuel, restant entre les balises de l’extrême populaire et séduisant, ARGILE ne peut toutefois changer sa nature, et s’embourbe dans un Doom sépulcral, sublimé par une voix caverneuse et des guitares mélancoliques (« Rex Imperator Funeral »). Sublime de son entame à son épilogue, Spleen Angel fera certainement partie des plus beaux efforts de cette année 2024. Le travail accompli a été titanesque, mais le résultat en valait la peine.

« From Golgotha to Pandaemonium » s’évanouit en prenant soin de combiner la gravité du Death Metal, la sévérité d’un Black allusif, et bien sur la préciosité du Metal le plus noble. Cet au-revoir est le plus beau point final dont nous pouvions rêver, et laisse un goût fort dans les oreilles.

ARGILE, aux côtés de son maître MISANTHROPE revient la tête haute, coiffée d’une perruque noire comme le jais. Une révérence ne sera pas de trop pour accueillir la noblesse, de retour dans ses appartements de luxe. Le respect se mérite, et peut être remis en cause constamment. L’exactitude du propos est donc toujours la politesse des rois.   

 

   

Titres de l’album:

01. Mineral StyxMata

02. Resurrection of the Flesh

03. BlueWine (Lips of Doom)

04. Momentum of Regret

05. Zephyr Penitent

06. Scorpion's Bites

07. Giant Titan Mysteries

08. Macabrïeta

09. Maldoror

10. Rex Imperator Funeral

11. Spectrum Symphony

12. From Golgotha to Pandaemonium


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/03/2024 à 17:50
90 %    653

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
@90.78.58.53
02/04/2024, 15:41:05

Faut se les enquiller, ces 77 minutes mais j'avoue avoir bien apprécié ce que j'ai écouté.

Mérite d'autres écoutes.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35