En France, nous avons les FURIES, en Espagne, ils ont les LIZZIES. Alors, je vous rassure tout de suite, rien à voir avec les délires opératico-horrifiques des LIZZY BORDEN américains, encore moins avec la série pour ados Lizzie McGuire, car nous parlons bien ici de pur Hard-Rock, tel qu’il fut conçu à l’orée du virement vers un Heavy Metal qu’on nomma autrefois la New Wave of British Heavy Metal. Sauf que ces ibères ne sont pas vraiment Heavy Metal, bien qu’ils se dotent de l’imagerie, de l’iconographie, mais aussi des pseudos qui font peur dans le noir. Fondé en 2010 du côté de Madrid par Patricia Strutter (guitare) et Motorcycle Marina (basse), ce quatuor presque exclusivement féminin (le presque étant incarné par Dani Vera, batteur pour la troupe depuis l’année dernière) a pris son temps pour développer son ton, et a patiemment élaboré un certain nombre de hors d’œuvres, avant de faire le saut de l’ange pour un premier longue-durée. S’en sont donc suivis une première démo en 2012, nommé fort à propos Heavy Metal Warriors, puis un premier EP en 2013, End Of Time, avant que l’année 2016 ne voit éclore le premier album de la bande, un Good Luck fort remarqué, suffisamment en tout cas pour s’attirer les faveurs d’un label suédois, The Sign Records. Fallait-il d’ailleurs y voir un signe ? Absolument, puisque ce premier jet était plutôt du genre spontané mais professionnel, et permit aux espagnols d’occuper un peu le devant de la scène histoire de renforcer leur fanbase. Et gageons que deux ans plus tard et autant de temps passé sur scène, ces mêmes fans seront ravis d’apprendre que leur nouveau groupe favori a remis le couvert, via cet On This Ice, qui loin de glisser sur de la glace fine, a sérieusement tendance à brûler le bitume au guidon d’une bonne grosse cylindrée.

Sans changer une recette qui gagne, le quatuor (les trois énoncés plus haut, plus Elena Zodiac au chant) a renforcé ses positions, et campe toujours dessus. A savoir, jouer un Hard-Rock sans fioritures mais pas si bas du front que ça, et agrémenter ses riffs francs de mélodies purement NWOBHM. Et si la pochette de ce second chapitre est digne de figurer dans le top des œuvres les plus brouillonnes de notre musique favorite (en gros, un combat de catch digne de Cherrie Curry se crêpant le chignon avec Tina Turner, le tout dessiné par un nostalgique des dessins des années 80 faits d’une seule main), son contenu est autrement plus sérieux, et digne d’intérêt. Avec une assise simple et des structures directes, les LIZZIES nous brossent donc un portrait nostalgique, et abordent le cas de quelques female fronted bands d’il y a trente ans, les ROCK GODDESS en tête, avec un brin de sauvagerie à la GIRLSCHOOL, l’ombre d’AC/DC et de MOTORHEAD en moins. A savoir, des chansons qui en sont vraiment, et pas de simples prétextes à tester une distorsion bien grasse, et qui alignent un nombre conséquent d’idées, sans se prendre la tête. Des musiciens capables, un minimum de créativité harmonique, pour des tubes parfois imparables, que Fabienne Shine aurait pu chanter en compagnie des THIN LIZZY (« Real Fighter »). Produit par Ola Ersfjord (TRIBULATION, PRIMORDIAL, NIGHT, HONEYMOON DISEASE) et masterisé par Magnus Lindberg, On This Ice est donc une affaire hispanico-suédoise, qui allie la frondeur ibère et la rigueur scandinave, pour un résultat qui frise le sans-faute.

 

Certes, et pour être franc, vous ne trouverez rien ici qui n’ait été déjà entendu un certain nombre de fois, mais le tout est joué avec tellement de conviction et de talent qu’on en excuse les emprunts parfois un peu flagrants. Entre des tierces qui semblent directement exhumées des bandes des héros de la NWOBHM (AXE, MAIDEN, ANVIL BITCH, SATAN), des riffs qui paraissent provenir d’un vieux grimoire rédigé par les héros de la génération 79/80, un son casher qui vous projette des années en arrière, et une ambiance qui tire parfois sur le Heavy Doom pour retrouver le parfum des sabbats d’antan (« Final Sentence »), tout est fait pour recréer les conditions dans lesquelles les LPs les plus fameux des eighties ont été gravés, citant même la génération précédente des BLACK SABBATH et CACTUS, en les noyant dans des arrangements de la décennie suivante. Mais comme je le disais, loin d’accumuler les gimmicks immédiatement identifiables, les LIZZIES ont pris soin de composer de vrais morceaux, et qui plus est suffisamment variés pour ne pas sombrer dans la redite. Tout y passe, du Hard-Rock light au Heavy appuyé, en passant par le Rock plus abordable et les accélérations contrôlées, pour un résultat final qui tient presque la dragée haute à Good Luck, premier-né qui a semble-t-il porté chance à nos madrilènes. Et dès l’intro envoutante de « Like An Animal », le ton est donné, le synthé présent mais pas imposé, pour une entame d’album très réussie qui débouche sur un pur tube vintage, qu’on croirait presque chapardé dans le coffre-fort des SHAKIN’ STREET. La voix très puissante d’Elena fait le jeu, tandis que Patricia dégaine ses riffs les plus aguicheurs et francs pour mieux nous emmêler dans ses six-cordes. Si la rythmique se contente la plupart du temps de marquer le tempo, la batterie sait s’amuser de quelques fioritures, que le son très bouché et mat met admirablement bien en valeur. Cohésion, fraîcheur, unisson, et « No Law City » de confirmer l’excellente impression en se jouant d’une mise en jambes terriblement Synth-Wave, pour finalement accoucher d’un thème en convergence entre Hard, Pop et New-Wave, histoire de montrer que les espagnols en ont derrière la tête et connaissent les vocables.

Très peu de fautes de goût sur ce second album, qui joue la carte de la sécurité tout en prenant quelques risques. On s’expose binaire sur le très efficace « I’m Paranoid », plus ACCEPT que SABBATH, avant de s’exhiber mélodique via le bronzage au néon de « Playing With Death », aux accents très ROCK GODDESS de milieu de carrière, avant que les frangines Turner ne jettent les gants. Textes directs et sans ambages, pour une virée débridée à la suédoise (« Talk Shit And Get Hit »), petit brûlot collégial à la limite d’un Power-Punk incroyablement accrocheur (« Rosa Maria », un peu MAID OF ACE, mais toujours joué avec une énergie Rock), modulations plus génériques pour hit atypique (« World Eyes On Me », l’un des morceaux les plus ambiancés du lot), et résultat en forme de triomphe pour les LIZZIES, qui avec On This Ice ne risquent pas de récolter des razzies. Sans forcer, gagnant en maturité sans perdre leur esprit d’adolescents assumés, les madrilènes signent une belle réussite, avec des morceaux dont la qualité artistique est inversement proportionnelle à la finesse du trait de cette somptueusement hideuse pochette. Du Hard et du Heavy à l’ancienne pour demain, et aujourd’hui, un LP à apprécier les yeux fermés, mais les oreilles grandes ouvertes. Thin LIZZIES, but big party !    


Titres de l'album :

                           1.Like An Animal

                           2.No Law City

                           3.I'm Paranoid

                           4.Playing With Death

                           5.Real Fighter

                           6.Talk Shit And Get Hit

                           7.Final Sentence

                           8.Rosa María

                           9.World Eyes On Me

                           10.Love Is Hard

                          11.The Crown

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 25/10/2018 à 16:49
85 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Transit Method

Mother of Red Light

Hypnotic Drive

Road Rage

Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Aaaaaaahhh !!!
L'un des rares groupes français qui me file la gaule sans tiquer sur le chant francophone !
J'ai une paire de vinyles de ce groupe essentiel, mais vu que je n'ai que leur première galette en CD, cela sera donc un achat obligatoire pour moi. Pis à ce prix là en plus... (...)


Avec CES basses massives mon brave... ... ..


Tu m'as ému mon ami (oui, comme tu m'as ému, je t'appelle mon ami).
Tu avoues ta malhonnêteté en assumant de ne pas parler des années post Vulcain (l'album) et tu fais bien... Pas la peine de parler des mauvais souvenirs quand on en a autant de bons et ça évite d’évoquer ces années (...)


C'est ce que j'ai fait quand vu çà hier soir... J'en avait presque oublié cet album, avec cette basse massive.

Par contre jamais été fan de soulskinner...


Tout bonnement un de mes groupes de référence en matière de Black Metal.
Enorme perte.
Foutez vous un p'tit "Crossing the fiery path" en son honneur bordel !


En effet Mr Bungle n'en sera pas, ce qui du coup rend l'affiche bien moins alléchante voire même sans réel intérêt notable (la plupart des groupes pouvant être vus ailleurs).


Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...