Il parait que les choses empirent. Economiquement, socialement, idéologiquement, environnementalement. Les signaux d’alarmes se succèdent, tirés par des biologistes, des économistes, des climatologues, des sociologues, et on dirait que tout le monde s’en cogne. C’est bien quand même de savoir qu’on va droit dans le mur sans que ça ne choque qui que ce soit. Et le pire, c’est qu’il y a un bail qu’on a été prévenus, mais finalement, tout le monde fait comme si personne n’avait rien dit à personne.

Alors oui, les choses empirent. Things get worse. It gets really worse. GETS WORSE ???

Alors, tout va mieux, et notre destin va peut-être s’améliorer. Ou pas. Mais musicalement en tout cas, on va s’en prendre une bonne, et s’affaler dans les coussins Powerviolence comme les clochards de la vie sur les cartons entassés. Et vous savez quoi ? Apprendre que c’est le bordel de la bouche même et des instruments de ces quatre-là est presque un plaisir en soi. Non, c’en est un, et depuis un bail maintenant.

Et ce ne sont pas les fans des WEEKEND NACHOS ou de THE AFTERNOON GENTLEMEN qui vont me contredire.

Ou, plus probant. Les fans de GETS WORSE tout simplement, parce que dignes d’un gourou du 21ème siècle, les bougres ont de plus en plus de disciples.

Leeds, UK, c’est de la que tout est parti il y a quelques années avec une sale démo crânienne, publié en 2012. Depuis, Tom (chant/guitare), Rich (batterie), Benj (chant/guitare) et Paul (chant/basse) ont bousculé bien des neurones au passage, et semé les graines de l’accord Powerviolence ultime via des réalisations toujours plus régulières, en solo comme en split.

Year Of The Bastard, Negative, le split avec FISSURE (pas nets eux non plus), celui avec HENRY FONDA, et puis White Horse, Yellow Belly, The Blues et Blacked Out, quatre EP impeccables, que l’on retrouve ici assemblés pour nous faire croire à un nouvel acte de lutte longue durée. Mais le leurre ne marche pas longtemps, et on se rend vite compte de l’astuce, qui finalement, passe comme une lettre à la porte. Ou à la poste. Les lettres que les originaires de Leeds envoient arrivent toujours aussi vite, à une vitesse respectable d’un Powerviolence qui synthétise tout ce que l’Angleterre a su offrir en la matière. Cet héritage Core et Grind qu’ils ont pérennisé depuis la fin des sacro-saintes années 80, et qui trouve encore écho dans les blasts et riffs au rasoir d’aujourd’hui.

Alors évidemment, pour les intimes et les habitués, les mutines et les flingués, cette compilation prend des airs de truc indispensable, d’autant plus qu’elle est distribué par les bons soins de Dead Heroes, ce label Tchèque qui trie sur le volet pour mieux repeindre de brutalité. Presque une trentaine de titres pour une superbe que le quatuor affiche avec encore plus d’emphase, emballés sous une pochette encore une fois magnifique, et débordant de véhémence qui ose. Qui ose un sax qui s’époumone façon Lost Boys sur le séminal « Berk Jerker » histoire de montrer qu’ils sont plus ouverts qu’une simple bande de brutes lambda.

Dispo en version vinyle multicolore et noir, cette pièce est une véritable aventure Powerviolence menée tambour battant qui résume un parcours sans faute. On y retrouve donc les quatre 7’’ du gang, assemblés et collés comme des triple croches à la grosse caisse, et qui défilent en maintenant la pression sur les artères. Ça joue évidemment très vite, mais aussi super lentement, glauque et joyeux, triste et heureux. En gros, c’est une quintessence même pas assumée, puisque les mecs ont toujours joué naturel, en hurlant à plusieurs comme bon leur semble, mais en décochant aussi des riffs hautement mémorisables (« Cause For Regret »).

La durée des pistes est variable, tout comme l’inspiration, qui parfois côtoie le Crust/D-beat le plus aux abois (« Black Hole »), ou le fun Grind le plus heurté et décomplexé (« Trashboat »).

Pas étonnant dès lors que les GETS WORSE soient considérés comme les chefs de chantier de la scène Néo Powerviolence mondiale, puisqu’ils ont tout pigé au truc. De la brutalité outrancière, pas mal d’humour, de la technique discernable, et une exubérance fatale qui transforme le moindre de leur morceau en hymne fatal, que tout le monde pourra beugler en cœur. Et comme en termes de production, la messe est dite, cette compilation s’affirme en tant que métonymie, et partie pour un tout, qui sublime le style et en synthétise les meilleurs aspects.

Le seul souci, est qu’il devient très difficile d’en parler, pour ne rien dire, sans se répéter. Alors, écoutons, et laissons ces anglais nous guider.

A vous de voir ensuite si vous êtes capable de gober la pilule directement, ou si un petit aménagement s’impose. Mais même en format très long de plus de quarante minutes, elle s’avale sans problème et ne reste pas coincée dans la gorge. La faute à des machins malins comme « Riff Tannen », qui s’embourbe dans la pesanteur et les cris de douleur, ou « Long Tooth », qui après une poignée de samples emprunte exactement le même chemin, en nous traînant de force sans un marigot Sludgecore vraiment éprouvant et suintant.

Alors évidemment, les accros à la musicalité vont encore râler parce qu’on encense un groupe qui a érigé le bruit en tant que dogme, mais franchement, je n’en ai rien à carrer. Moi les GETS WORSE, je les adore depuis les débuts, et ce Struggle vous permettra enfin d’avoir presque tout ce qu’ils ont sorti, sans avoir à télécharger ou acheter du vinyle sans vous arrêter. Presque une entreprise de salubrité publique pour tous les fans d’extrême atypique, et surtout, un must pour découvrir des musiciens beaucoup plus doués qu’ils n’en ont l’air. Quatre chapitres essentiels dans une seule anthologie, on achète et puis on dit bonne nuit.

Une nuit noire et agitée, mais qui vous laisse vous réveiller en pleine forme et apaisé. Ou excité selon votre caractère.

Alors, les choses vont-elles empirer ?

Pas sûr, moi je les vois plutôt s’arranger. Pendant quarante minutes au moins. 

Bandcamp officiel

Bandcamp album label



par mortne2001 le 05/08/2017 à 17:51
80 %    400

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon