Abraxas

Alkhemia

29/03/2024

Malpermesita Records

EN FINIR, AZZIARD, MALCUIDANT, THE NEGATION, NIRNAETH, LORD KETIL.

Voilà pour les références. Une ville d’origine, Lille, et des musiciens évidemment. James Spar au chant, "Le Prince" à la guitare, A.S.A à la basse, Marbas à la guitare et Alex Josien à la batterie. Un nouvel arrivant dans le cercle très fermé du Black atmosphérique et qui frappe un grand coup avec son premier album, baptisé comme l’œuvre de SANTANA, Abraxas.

           

ALKHEMIA nous renvoie donc à une partie de la mythologie hébraïque, avec cette signification plutôt obscure.

Terme gnostique, utilisé notamment par Basilide, qui désigne les 365 émanations du dieu suprême.

 

Difficile de cerner le concept sans lire des livres complets en décrivant les origines et les extensions, mais admettons que les lillois se frottent à l’infini et à la grandeur, ce que les cinq compositions de ce premier album soulignent de leur majesté et de leur violence.

On le sait depuis très longtemps, le BM français est l’un des plus créatifs et compétitifs du marché mondial. Et avec l’addition de cette nouvelle entrée, la compétition risque de devenir de plus en plus rude. En provoquant la violence d’une sacrée dose de mélodies et de déviations, ALKHEMIA se range directement aux côtés des plus grands, évoquant évidemment le passé de ses musiciens, mais aussi celui de légendes comme DISSECTION, OPHTALAMIA, IMMORTAL, ALCEST, et autres points d’ancrage plus ou moins fidèles à l’esprit.

Abraxas ne joue évidemment pas la simplicité. Avec ses quarante minutes décomposées en cinq longs chapitres, ce premier album marque des ambitions qu’on devine déjà grandioses, et une volonté de s’extirper de la masse de la facilité pour aller défier les Dieux de l’ombre et autres créatures nocturnes. Armé d’un chant traditionnel et d’un instrumental très riche, le quintet part à la conquête d’un public exigeant, qui réclame des ambiances, des arrangements, et une inspiration multiple. Les éléments de base d’un Black Metal presque progressif, et certainement évolutif. Et « Homoprescence » d’entamer la prise de contact en plus de neuf minutes, pour ne rien oublier des présentations en bonne et due forme.

Guitares en avant, déluge de blasts, riffs congelés mais rythmique réchauffée, on nage en pleine préciosité, et les nombreuses pauses et cassures de dynamiser une musique déjà très dense, la production ayant adopté l’approche « mur du son » si chère à tous les groupes insistant sur leur puissance et leurs nuances. 

Evitons la bio promotionnelle qui tente d’allécher les fans de MGLA, GROZA, ou NAGLFAR. On peut comprendre le désir d’ouvrir des perspectives, mais ALKHEMIA n’a nul besoin d’être comparé à des entités réputées via des formules faciles, puisque son art est déjà très personnel, et balisé par ces deux compositions centrales « Toxicon » et « Transhumanization ». Onze minutes en deux mini-suites peaufinées jusqu’à l’extrême, pour prouver que sous les atours précieux se cachent des intentions malfaisantes, avec des clins d’œil adressés aux racines d’un style qui depuis son émergence n’a de cesse de muter pour survivre.

Mais le gros morceau de l’album, judicieusement placé en pénultième position est bien évidemment le monstre emphatique « Primaveal Pantheon » qui en onze minutes résume non seulement les capacités de ces musiciens déjà très affirmés, mais aussi quelques décennies de Black Metal qui ne se contente plus depuis longtemps de ses racines ou de ses dogmes initiaux. Et parvenir à rendre cette musique viscérale et bestiale aussi sophistiquée sans perdre en rudesse, ou y injecter une bonne dose de mélodies sans braver l’interdit Post Black est une gageure relevée avec succès, qui permet à Abraxas de se placer illico en tête de liste des sorties les plus importantes de ce mois de mars 2024.

Efficacité/ingéniosité, complexité/franchise. Les deux groupes d’opposition sont parfaitement équilibrés, d’autant que le quintet refuse les effets et arrangements faciles. Tout au plus avons-nous droit à des intermèdes acoustiques du plus bel effet, insérés avec logique au creux des morceaux les plus ambitieux.

Ce mot - ambitieux - revient souvent dans les descriptions offertes sur ce premier album décidément très mature. Certes, le parcours déjà bien étoffé des participants permet de justifier cette justesse de ton, et ces accents personnels. L’amertume, l’intelligence d’agencement, le refus des convenances trop évidentes sans verser dans l’élitisme déplacé, rappellent que James Spar et sa bande ont déjà largement roulé leur bosse, mais la confrontation des capacités individuelles résulte en un chaos musical fertile, qui détourne le Heavy et détoure le Black pour donner naissance à un crossover gigantesque, bouillonnant, et fascinant.

A la manière d’un BATHORY théâtral fusionnant ses concepts avec ceux plus terre-à-terre d’IMMORTAL, ALKHEMIA nous traîne dans la misère d’une époque sans perspectives, et nous assène le coup fatal. « Reminiscence Quintessence », le morceau lâché en éclaireur achève donc ce voyage avec beaucoup d’intensité, pour nous laisser un sentiment de chemins ouverts, que l’on empruntera au gré de nos humeurs.

Celle d’Abraxas est si versatile…Lumineuse mais obscure, violente mais poétique, rugueuse mais parfois douce comme de la soie. Une pause dans une époque qui fuit trop vite, et qui laisse ses blessés sur le bord de la route. Avec en épitaphe, une mélodie qui tourne comme des charognards autour d’un moribond.

  

              

Titres de l’album:

01. Homoprescence

02. Toxicon

03. Transhumanization

04. Primaveal Pantheon

05. Reminiscence Quintessence


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/03/2024 à 17:21
88 %    149

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35