Yawning Depths

Thorn

04/02/2022

Chaos Records

Depuis quelques jours, les matinées sont brouillées. Le temps est sombre, la brume règne en maîtresse d’une nuit qui refuse de mourir, et les gouttes d’eau tombent comme les larmes des arbres contemplant ce désolant spectacle. Désolé pour cette poésie de bas étage, mais l’humeur n’est pas à l’exubérance, et il est donc normal de choisir des œuvres en phase avec l’environnement et ses manifestations. De ce point de vue, le choix de chroniquer le second album du projet américain THORN semble être le bon, puisque ce concept né en 2020 se complaît dans la gravité, la grossièreté rythmique et les émanations vocales brumeuses à l’haleine chargée.

Brennen Westermeyer, l’homme qui se cache derrière le nom de THORN est un multi-instrumentiste capable, mais surtout obsédé par les sonorités les plus glauques et abrasives de la scène Death des années 2000. The Encompassing Nothing, moyen format, exposait son point de vue, plus largement développé sur le premier long Crawling Worship. A peine quelques mois de confinement et d’attente frustrante plus tard, Brennen reprend sa plume et sa guitare pour nous offrir l’un des albums les plus plombés de cette année 2022, à peine née,  mais déjà braillarde et aigrie.

La pochette, sublime et dessinée par DrollMeadow se met en adéquation avec ce titre évoquant les bâillements d’un enfer qu’on devine assez peu complaisant avec les pêcheurs que nous sommes tous. Les profondeurs de la terre, les abysses personnels et les purgatoires de fortune sont donc les obsessions de cet américain privilégiant les fréquences les plus basses pour exprimer son ressenti et son désespoir, et les morceaux formant cette courte symphonie sont tous symptomatiques d’un Death/Doom tel qu’on pouvait le concevoir dans les années 90. Et qui depuis, a été repris à son compte par des labels comme Transcending Obscurity, Amor Fati, et autres fossoyeurs de Metal mainstream.

Alors, qu’attendre de ces huit titres qui une fois mis bout à bout ne dépassent même pas la demi-heure de jeu ? Des options fermes et moisies, des traces au fond du slip laissées par une crise anale d’INCANTATION, mais aussi quelques réflexes conditionnés Indus dignes de MEATHOOK SEED, plus proche de son côté morbide que de sa personnalité plus rigide. On pourrait aussi parler d’autres références moins évidentes, mais tout ceci serait très subjectif. Car la principale qualité de ce second LP est d’avoir trouvé l’exact équilibre entre Doom et Death un dosage très difficile, au point que les deux composantes se retrouvent fondues dans un même brouet.

« Hellmouth » et son léger feedback d’intro pose les bases, mais trompe de sa vitesse. Le Death est encore suffisamment énervé pour ne pas voir sa colère assombrie par un Doom trop prononcé, et le chaos se taille une place de choix, en attendant la suite des évènements. Les arrangements sont aussi précis que les riffs sont rouillés, mais on sent immédiatement que la lumière ne filtrera pas par les persiennes. Le reste du déroulé ralentit la cadence au fur et à mesure, mais loin d’un ragoût aux gros morceaux de gras, Yawning Depths est diablement précis en bouche, savoureux dans sa quête de viande avariée encore consommable par les plus téméraires, et laisse un sentiment durable de mort sous le palais, impeccablement produit pour sonner comme un cri de joie lancé du fond des abysses.

A dire vrai, plus l’album avance, plus le sentiment de désespoir inévitable colle aux basques, au point de parfois nous immobiliser sur le goudron d’un destin funeste. Ainsi, « Lapis Lazuli » nous condamne au surplace, avec sa guitare lancinante et son beat martelé, tandis que « Unknown Body of Light » a tout du dernier sursaut avant la fin. Cette fin qui soulage arrive via le final « Graven Moonglow », guère plus heureux que le reste du tracklisting, et lorsque le silence s’impose enfin, on trouve un repos bien mérité après avoir subi les assauts d’un bâillement atroce du précipice qui nous attend patiemment.

On sent que tout ceci n’a pas été conçu pour rassurer ou réjouir, mais on comprend aussi que même seul, on peut exprimer des sentiments collectifs. Comme celui qui consiste à craindre le matin de trop, celui qui nous chantera l’oraison d’une vie futile qui trouve son terme dans le brouillard d’un champ en jachère.  

          

                                                                                                                                                                                                  

Titres de l’album:

01. Hellmouth

02. Yawning Depths

03. Cavernous Shrines

04. Noxious Existence

05. Judgement's Throne

06. Lapis Lazuli

07. Unknown Body of Light

08. Graven Moonglow


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/10/2022 à 17:18
78 %    76

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51