Cette matinée sera décidément placée sous le signe de l’éloignement de la zone de confort, puisque j’aborde maintenant le cas d’un groupe venu des Pays-Bas et pratiquant une musique très éloignée de mes obsessions habituelles. Entendons-nous bien, je n’ai rien de particulier à reprocher à un ensemble se plaçant sous des auspices Death mélodiques, mais je dois avouer que le genre a commencé et achevé de m’intéresser avec la vague scandinave du genre et des groupes comme AT THE GATES et SOILWORK. Sans vraiment savoir pourquoi cette excroissance ne m’intéresse pas plus qu’un vieux croissant rassis posé par erreur sur la table du petit déjeuner, je concède une aversion particulière pour les mélodies faciles intégrées à un contexte de violence, plus particulièrement lorsque les artistes impliqués se réclament d’un niveau technique leur permettant de s’affilier à la vague Techno-Death. Vague qui ceci dit en passant fait plus preuve de fausses ambitions que de réelle création, et se contentant la plupart du temps d’accumuler les plans percutants en les agrémentant de quelques fantaisies individuelles sans vraiment chercher à construire une ambiance élaborée et véritablement prenante. Mais c’est l’esprit affranchi de toute contrainte que j’ai écouté le premier longue-durée des bataves de THE INVICT, et sans y trouver une épiphanie musicale susceptible de me faire revoir mes préjugés, j’ay ai vu une sorte de compromis intéressant entre plusieurs vecteurs de jeu, et surtout, un travail de variation digne de mériter votre attention, puisque outre un réel désir de s’extirper d’un carcan un peu trop ferme, ces hollandais ont le mérite de proposer de véritables chansons, et non de simples inserts démonstratifs parfaitement rébarbatifs. Peu d’informations circulant à leur sujet en dehors de leurs pages officielles, je ne peux que préciser que ce quatuor (Teun van den Boom - chant, Bas Peters van Nijenhof - guitare, Jesse van der Roest - basse et Tim Driessen - batterie) vient de 's-Hertogenbosch, au nord du Brabant, qu’il fut créé en 2013, et qu’il a déjà publié un premier EP, This Cracking Shelter en août 2015 comme carte de visite tout à fait probante.

Après avoir travaillé sa copie et pris son temps pour imposer sa vision des choses, le quatuor nous en revient donc avec une bordée de morceaux dans sa musette, et sans faire tomber les barrières de style, parvient à nous convaincre du bien-fondé de sa démarche en piochant dans divers sous-genres de quoi faire bouillir sa marmite de violence. Ce soleil qui ne se lève jamais fait donc partie d’une catégorie d’entrées en matière parfaitement convaincantes, mixant l’équilibre d’un Death technique à l’efficacité d’un Groove Metal performant, taillant dans le gras du Metal de quoi se rapprocher d’un Hardcore vraiment teigneux, mais résolument épais. Et caché sous une superbe pochette bi chromique se cache donc un LP totalement crédible, quoi que encore très proche de ses racines, mais non dénué de quelques surprises. Premier constat, le groupe n’a pas cherché la déstabilisation créative, mais bien l’efficacité effective. Même si certains morceaux contiennent leur lot de brisures rythmiques, de riffs déviants et de breaks hypnotiques, le but avoué est de faire mal, de frapper fort, et de laisser le souvenir d’un groupe en plein effort. On ne peut reprocher à des musiciens de préférer l’efficience à l’inventivité, et si quelques plans suggèrent des écoutes répétées d’influences marquées, le tout dégage un sentiment d’urgence et de fraîcheur qui fait plaisir à entendre. Certes, j’en conviens, en moins de quarante minutes pour se tailler une réputation, pas le temps de se poser des questions, mais même avec ces impératifs d’évidence en tête, THE INVICT séduit de sa pluralité, échappant à toute catégorisation trop restrictive, et en jouant au chat et à la souris avec toutes les formes de Death contemporaines. Et si « My Shrine », lancé en éclaireur joue le jeu d’un Néo-Death scandinave très marqué, sa puissance assez convaincante lui permet d’imposer quelques blasts bienvenus pour se rapprocher d’un Death à tendance BM assez séduisant, et évidemment très percutant. Son global pertinent et grave, d’une lourdeur conséquente, mais permettant à chaque instrumentiste de s’exprimer librement (même si la basse semble avoir été occultée au mix et que la double grosse caisse triggée n’est pas franchement inventive), pour une traduction contemporaine d’un langage 90’s assumé, accepté en citant des références avouées (GOJIRA, MESHUGGAH, DEVILDRIVER, LAMB OF GOD, beau résumé).

Bien sûr, tout ceci reste encore un peu formel, et subtilement timoré. Mais en associant la fluidité d’un groove Metal vraiment syncopé et la rigueur d’un Death rigide et imposant, les hollandais parviennent à trouver un équilibre sinon fascinant, tout du moins intéressant, ce que des compositions comme « King Nothing » et ses successions d’idées et « Blacklist » prouvent de leur allant puissant et de leurs parties instrumentales peaufinées. On sent que le groupe a bossé pour en arriver là, et que la précision n’est pas le fruit d’un hasard heureux, même si l’on souhaiterait parfois que le quatuor dilue un peu son propos dans des considérations plus nuancées. D’autant plus qu’il en est tout à fait capable, lorsque le pilotage automatique bascule de la position « agression » à « modulation », sur un titre comme « A Sun That Never Sets », qui cherche enfin dans les mélodies amères et la pesanteur une échappatoire à sa logique outrancière. C’est certainement dans ces instants-là que les THE INVICT montrent tout leur potentiel, et laissent espérer un avenir moins prévisible, et « Reduced to Ash & Dust » de confirmer cette impression et de transformer la seconde partie de l’album en épilogue poisseux et nauséeux, sans évidemment trop s’éloigner de l’impact cherché initialement. Mais à trop empiler les plans chocs et les idées claquantes, le groupe risque de se fondre dans la masse, et de rejoindre les rangs déjà très chargés des suiveurs de tendance, alors même qu’on réalise assez vite qu’il a les arguments pour s’extirper d’une condition trop bien tracée. Néanmoins, et aussi formels soient-ils, les titres les plus costauds ne manquent pas de charme brutal, et amène avec un certain flair la transition opérée à mi- œuvre, passant d’une véhémence de tous les instants à des réflexions plus posées et maîtrisées.

On en sent d’ailleurs de légers prémices sur le terriblement concassant « Our Dying Chance », qui ose enfin le mid-tempo gluant et les harmonies déviantes, et qui s’avère l’un des plus accrocheurs du lot. En travaillant plus sur ce décrescendo glauque et sombre, les hollandais ont largement de quoi concocter une suite assez intrigante à leur carrière, et j’attends avec une certaine impatience la suite des opérations. Pour le moment, et puisque le présent importe plus qu’un hypothétique futur, A Sun That Never Sets reste une carte de visite qui intrigue, et incite à ouvrir les portes violemment, sans se vouloir simple exutoire pour headbanger en mal de rupture des cervicales.     

   

Titres de l’album :

                          1.My Shrine

                          2.King Nothing

                          3.Blacklist

                          4.Floating Arrows

                          5.Our Dying Chance

                          6.A Sun That Never Sets

                          7.Reduced to Ash & Dust

                          8.Deliverance

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 22/12/2018 à 14:41
78 %    300

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D