Il y a les groupes qui en font trop, en se prenant au sérieux (HAMMERFALL, SABATON, too many to mention), ce qui n’arrange pas leurs affaires. Il y a ceux qui en font trop, mais qui assument leur second degré (STEEL PANTHER, et d’autres), ce qui n’arrange pas forcément leurs affaires non plus. Et puis il y a ceux qui assument tous les débordements, exactions, exagérations, déviances possibles, et qui s’en tirent avec les honneurs, grâce à une technique et une maîtrise instrumentale au-dessus de tout soupçon, ainsi qu’une créativité et un humour qui ne souffrent d’aucune comparaison.

Je pourrais parler des NANOWAR, de nos ULTRA VOMIT à nous, et citer encore quelques exemples de combos qui parviennent à combiner musicalité et pastiche avec une grâce digne d’un sketch des Monty Python mis en musique par Devin Townsend.

A cette liste, il semble possible d’ajouter une troupe venue d’Autriche, qui depuis ses débuts n’hésite pas à appuyer là où ça fait evil, avec une ironie très personnelle, mais un réel amour du style dont ils pourfendent les travers les plus évidents.

Cette troupe porte un nom, KLYNT, et se gausse de nous irriter depuis maintenant sept ans de sa ville natale de Graz.

KLYNT, ce sont quatre musiciens (Alex – batterie, Dadu – chant, Flavius – guitare et Lexi – basse), déjà responsables d’un EP introductif qui mettait les majeurs tendus au poing (Epic As Fuck, un peu leur devise), et d’un premier LP aussi symphonique que percussif (Of Klynt and Man, 2012). Ce sont aussi quatre potes qui ne rechignent pas à sourire en secouant leur tignasse, et qui nous proposent donc depuis leurs débuts un Metal incendiaire qui se veut aussi emphatique qu’une séance de gonflette de Joey DeMaio. D’ailleurs, on ne reprend pas par hasard le séminal tube radiophonique de BON JOVI (« Runaway », évidemment) pour le transformer en hymne guerrier de chevaliers en quête de leur belle dans les montagnes de la terre du milieu permanentée.

Et puis, un simple coup d’œil aux photographies disponibles vous en dira plus long que n’importe quel discours, et vous comprendrez bien vite que les autrichiens aiment autant se fendre la poire que vous éclater la tronche à grand coups de riffs aiguisés et de rythmique allumées.

Là est donc le but du jeu, jeu qui est très agréable en leur compagnie, puisque jamais la galéjade ne prend le pas sur l’artistique, qui reste collé à des principes figés. Jouer la meilleure musique possible sans être dupes de slogans à l’emporte-pièce et de soli flamboyants qui embrasent votre imaginaire.

Comment dès lors, emprunter aux cadors du Power/True/Evil Metal leurs pires tics/meilleurs trucs sans passer pour une bande de trublions de fond de classe ?

D’une, il faut savoir jouer, de deux, savoir composer, et de trois, savoir écrire sans se tâcher. Et ces trois préceptes sont parfaitement respectés sur Faustbreaker, à la pochette payant autant son tribut aux lumineuses 80’s qu’à la saga Sharknado, revue et corrigée par Luca Turilli.

Dès lors, le manège tourne à toute vitesse, et mélange les genres dans un ballet étourdissant de grandiloquence et de puissance. En mixant le Power le plus prononcé, le Thrash le moins élancé, et le Heavy le plus enclumé, les KLYNT relèvent le défi étrange de parodier sans parodier, puisqu’il est impossible à l’écoute des pistes pour un non-anglophone de comprendre les tenants et aboutissants. Mais ces mecs aiment le Metal, impossible de le nier, et nous entraînent dans un univers epic as fuck dont il est très difficile de s’extraire sans un effort surhumain.

La faute à des titres évolutifs et percutants, qui ménage le chou de riffs tranchants et la chèvre de rythmiques écrasantes, le tout survolé par un berger vociférant ses invectives avec une belle voix de baryton.

Niveau instrumental, les autrichiens maîtrisent leur sujet sur le bout des cordes et des baguettes, et livrent une performance hallucinante qui tient la dragée haute aux plus grands accomplissements lyriques (« Allegiance Of Wolves », petite pépite progressive au son gigantesque et au verbe dantesque).

En version courte, la donne est violente et salement Heavy/Thrash (« Thrashotron », mix entre BULLDOZER, MANILLA ROAD et SAVATAGE), et en version longue, elle se veut plus agencée, mais tout aussi tonitruante et salée (« Epicness Initiated... GOOOSH MODE! », et son intro profonde à la SPINAL TAP qui dégénère en Heavy Power de première bourre, un peu comme si un MAIDEN survitaminé taillait la route aux côtés des SONATA ARCTICA sans ouvrir la bouche, instrumental oblige).

De l’application, mais aussi des variations, car les bougres sont loin de se contenter d’une seule auge pour manger. Ainsi, ils taquinent aussi le Heavy Acceptien bien bourrin (« Uuberfeist »), la ballade aux accents Folk qui tire les larmes au terme d’un été indien (« To Absent Friends », et ses accents Vincent Price/Peter Steele), le Power enivrant qui se veut plan de bataille géant (« Deadly Prey », en hommage au magnifique Ultime Combat de 1987 avec Cameron Mitchell, chef d’œuvre du septième art bien sûr…), sans oublier les boutades de fin de banquet qui misent plus sur le Thrash en bouquet que sur les blagues fatiguées (« Thrash FM », bonne tornade qui referme la porte avec fracas).

En gros, un passage en revue de tout ce qui constitue et a constitué le Heavy depuis qu’on a fondu pour lui, et qui toise de sa superbe morgue les donneurs de leçon un peu trop sérieux dans leur accumulation de clichés.

Et puis sincèrement, des trucs aussi accrocheurs que « Kitsune » sont franchement irrésistibles, alors, on est prêt à pardonner quelques écarts de justesse dans la voix, et des systématismes parfois un peu flagrants. Si tout n’est pas forcément pertinent ou marrant, l’ensemble dégage une bonne humeur contagieuse, et la plupart des titres sont franchement bien troussés, et cumulent thèmes bétons et arrangements tout bon.

Dans leur rôle de clowns bardés de clous, les KLYNT sont plus crédibles et attendrissants que tous ces barbares se la jouant premier degré, et qui confondent verveine froide et pisse de dragon. Et puis sincèrement, un disque aussi Metal que drôle n’est pas du tout venant. Il n’est pas chose aisée de faire sourire en faisant headbanger, alors envoyez-vous une bonne tranche de Faustbreaker la nuit tombée.

Ça devrait peupler vos rêves de créatures somptueuses et de sorciers maléfiques.

Ou l’inverse.


Titres de l'album:

  1. Faustbreaker
  2. Thrashotron
  3. Operation-Enmarteration
  4. Deadly Prey
  5. Allegiance of Wolves
  6. Uuberfeist
  7. To Absent Friends
  8. Kitsune
  9. Epicness Initiated... GOOOSH MODE!
  10. Thrash FM

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/07/2017 à 18:09
74 %    303

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)