Faustbreaker

Klynt

20/05/2017

Autoproduction

Il y a les groupes qui en font trop, en se prenant au sérieux (HAMMERFALL, SABATON, too many to mention), ce qui n’arrange pas leurs affaires. Il y a ceux qui en font trop, mais qui assument leur second degré (STEEL PANTHER, et d’autres), ce qui n’arrange pas forcément leurs affaires non plus. Et puis il y a ceux qui assument tous les débordements, exactions, exagérations, déviances possibles, et qui s’en tirent avec les honneurs, grâce à une technique et une maîtrise instrumentale au-dessus de tout soupçon, ainsi qu’une créativité et un humour qui ne souffrent d’aucune comparaison.

Je pourrais parler des NANOWAR, de nos ULTRA VOMIT à nous, et citer encore quelques exemples de combos qui parviennent à combiner musicalité et pastiche avec une grâce digne d’un sketch des Monty Python mis en musique par Devin Townsend.

A cette liste, il semble possible d’ajouter une troupe venue d’Autriche, qui depuis ses débuts n’hésite pas à appuyer là où ça fait evil, avec une ironie très personnelle, mais un réel amour du style dont ils pourfendent les travers les plus évidents.

Cette troupe porte un nom, KLYNT, et se gausse de nous irriter depuis maintenant sept ans de sa ville natale de Graz.

KLYNT, ce sont quatre musiciens (Alex – batterie, Dadu – chant, Flavius – guitare et Lexi – basse), déjà responsables d’un EP introductif qui mettait les majeurs tendus au poing (Epic As Fuck, un peu leur devise), et d’un premier LP aussi symphonique que percussif (Of Klynt and Man, 2012). Ce sont aussi quatre potes qui ne rechignent pas à sourire en secouant leur tignasse, et qui nous proposent donc depuis leurs débuts un Metal incendiaire qui se veut aussi emphatique qu’une séance de gonflette de Joey DeMaio. D’ailleurs, on ne reprend pas par hasard le séminal tube radiophonique de BON JOVI (« Runaway », évidemment) pour le transformer en hymne guerrier de chevaliers en quête de leur belle dans les montagnes de la terre du milieu permanentée.

Et puis, un simple coup d’œil aux photographies disponibles vous en dira plus long que n’importe quel discours, et vous comprendrez bien vite que les autrichiens aiment autant se fendre la poire que vous éclater la tronche à grand coups de riffs aiguisés et de rythmique allumées.

Là est donc le but du jeu, jeu qui est très agréable en leur compagnie, puisque jamais la galéjade ne prend le pas sur l’artistique, qui reste collé à des principes figés. Jouer la meilleure musique possible sans être dupes de slogans à l’emporte-pièce et de soli flamboyants qui embrasent votre imaginaire.

Comment dès lors, emprunter aux cadors du Power/True/Evil Metal leurs pires tics/meilleurs trucs sans passer pour une bande de trublions de fond de classe ?

D’une, il faut savoir jouer, de deux, savoir composer, et de trois, savoir écrire sans se tâcher. Et ces trois préceptes sont parfaitement respectés sur Faustbreaker, à la pochette payant autant son tribut aux lumineuses 80’s qu’à la saga Sharknado, revue et corrigée par Luca Turilli.

Dès lors, le manège tourne à toute vitesse, et mélange les genres dans un ballet étourdissant de grandiloquence et de puissance. En mixant le Power le plus prononcé, le Thrash le moins élancé, et le Heavy le plus enclumé, les KLYNT relèvent le défi étrange de parodier sans parodier, puisqu’il est impossible à l’écoute des pistes pour un non-anglophone de comprendre les tenants et aboutissants. Mais ces mecs aiment le Metal, impossible de le nier, et nous entraînent dans un univers epic as fuck dont il est très difficile de s’extraire sans un effort surhumain.

La faute à des titres évolutifs et percutants, qui ménage le chou de riffs tranchants et la chèvre de rythmiques écrasantes, le tout survolé par un berger vociférant ses invectives avec une belle voix de baryton.

Niveau instrumental, les autrichiens maîtrisent leur sujet sur le bout des cordes et des baguettes, et livrent une performance hallucinante qui tient la dragée haute aux plus grands accomplissements lyriques (« Allegiance Of Wolves », petite pépite progressive au son gigantesque et au verbe dantesque).

En version courte, la donne est violente et salement Heavy/Thrash (« Thrashotron », mix entre BULLDOZER, MANILLA ROAD et SAVATAGE), et en version longue, elle se veut plus agencée, mais tout aussi tonitruante et salée (« Epicness Initiated... GOOOSH MODE! », et son intro profonde à la SPINAL TAP qui dégénère en Heavy Power de première bourre, un peu comme si un MAIDEN survitaminé taillait la route aux côtés des SONATA ARCTICA sans ouvrir la bouche, instrumental oblige).

De l’application, mais aussi des variations, car les bougres sont loin de se contenter d’une seule auge pour manger. Ainsi, ils taquinent aussi le Heavy Acceptien bien bourrin (« Uuberfeist »), la ballade aux accents Folk qui tire les larmes au terme d’un été indien (« To Absent Friends », et ses accents Vincent Price/Peter Steele), le Power enivrant qui se veut plan de bataille géant (« Deadly Prey », en hommage au magnifique Ultime Combat de 1987 avec Cameron Mitchell, chef d’œuvre du septième art bien sûr…), sans oublier les boutades de fin de banquet qui misent plus sur le Thrash en bouquet que sur les blagues fatiguées (« Thrash FM », bonne tornade qui referme la porte avec fracas).

En gros, un passage en revue de tout ce qui constitue et a constitué le Heavy depuis qu’on a fondu pour lui, et qui toise de sa superbe morgue les donneurs de leçon un peu trop sérieux dans leur accumulation de clichés.

Et puis sincèrement, des trucs aussi accrocheurs que « Kitsune » sont franchement irrésistibles, alors, on est prêt à pardonner quelques écarts de justesse dans la voix, et des systématismes parfois un peu flagrants. Si tout n’est pas forcément pertinent ou marrant, l’ensemble dégage une bonne humeur contagieuse, et la plupart des titres sont franchement bien troussés, et cumulent thèmes bétons et arrangements tout bon.

Dans leur rôle de clowns bardés de clous, les KLYNT sont plus crédibles et attendrissants que tous ces barbares se la jouant premier degré, et qui confondent verveine froide et pisse de dragon. Et puis sincèrement, un disque aussi Metal que drôle n’est pas du tout venant. Il n’est pas chose aisée de faire sourire en faisant headbanger, alors envoyez-vous une bonne tranche de Faustbreaker la nuit tombée.

Ça devrait peupler vos rêves de créatures somptueuses et de sorciers maléfiques.

Ou l’inverse.


Titres de l'album:

  1. Faustbreaker
  2. Thrashotron
  3. Operation-Enmarteration
  4. Deadly Prey
  5. Allegiance of Wolves
  6. Uuberfeist
  7. To Absent Friends
  8. Kitsune
  9. Epicness Initiated... GOOOSH MODE!
  10. Thrash FM

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/07/2017 à 18:09
74 %    667

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Black Bomb A + Leng Tch'e + Catalyst 11/12 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Noté pour le 10 décembre et ce premier extrait en écoute ! 

03/12/2021, 14:12

Humungus

J'allais le dire !

03/12/2021, 11:53

Simony

Très bon ce titre... une démo qui promet !

03/12/2021, 09:05

Humungus

Merci Damien.Y'a déjà des noms de groupes prévus ?

03/12/2021, 06:18

Humungus

"On retrouve à la guitare chez CRYSTAL THRONE le Youtubeur français Max Yme"Mon dieu comme cela donne déjà envie... ... ...

02/12/2021, 22:05

Gerggg

Tour à fait d’accord avec grinder92, ras le cul des pisses froid qui pleurent tout le tempset sinon pour les groupes qui se réinventent on peut peut être citer death les Beatles et the Curej’en mets même un 4ème pour énerver les ra(...)

02/12/2021, 17:40

Jus de cadavre

"Malheureusement, il semblerait que le public soit déjà retombé dans ses mauvaises habitudes d'avant COVID, se plaindre sur les réseaux mais manquer de continuité et de logique dans ses actes ! On ne vous le dira jamais assez, si vous ne vous bougez pa(...)

02/12/2021, 15:29

Arioch91

J'adore MaxYme et sa chaîne YouTube.Il égratigne les groupes et musiciens sans vergogne mais avec beaucoup de mauvaise foi.Rien que de lire les commentaires des pisses froid qui prennent tout au 1er degré me fait hurler de rire.En revanche, Crystal Th(...)

02/12/2021, 14:41

Damien

prochaine date le dimanche 20 mars 2022 ;-)

02/12/2021, 14:09

grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11