Resident Human

Wheel

26/03/2021

Odyssey Music Network

Lorsque le très (euphémisme) attendu Fear Inoculum de TOOL est sorti en été 2019, la réaction des fans a été dithyrambique, et le concert de louanges chanté par les webzines et magazines internationaux a sonné faux aux oreilles des détracteurs. Complètement hermétiques à cette musique qu’ils jugeaient pompeuse, clinique, stérile et prétentieuse, ces mêmes détracteurs balayaient d’un revers de manche la philosophie art-Rock, et justifiaient les nombreuses textures empilées par James et les siens par une faiblesse de fond, et une forme excessivement travaillée, comme si le propos même du concept leur échappait. La formule physique de l’album vendue à des prix exorbitants appuyait leurs théories, et l’un dans l’autre, je ne peux pas leur en vouloir d’avoir rejeté cet album dans les limbes du Metal Progressif. Il est vrai que la musique du quatuor peut sonner extrêmement superficielle, et qu’il est parfois difficile de se laisser convaincre par son apparente beauté épurée. Alors, lorsque l’ensemble Anglo-finlandais WHEEL a publié son premier long la même année, ces réfractaires à l’admiration générale ont trouvé un exutoire beaucoup plus pertinent selon leurs goûts. Il est certain que les chansons qu’on trouvait sur Moving Backwards, quoique très influencées par TOOL, développaient une énergie bien plus conséquente, et des idées moins contemplatives. Alors, WHEEL a commencé à fédérer tous les déçus d’un TOOL qui avait pris trop de temps à progresser, et c’est sans surprise que son deuxième album a été attendu de pied ferme depuis deux ans.

Le groupe l’avoue sans honte, Moving Backwards a été enregistré par frustration, mais aussi par envie de jouer une musique que ses musiciens avaient envie d’écouter. L’ombre de 10.000 Days planait donc bas au-dessus de ce premier effort, et l’influence du passé/passif de TOOL est toujours aussi présente sur ce Resident Human. Le quatuor, résumé à l’essentiel, tourne autour de la complémentarité développée entre James Lascelles (guitare/chant), et Jussi Turunen (guitare), dont les riffs et mélodies sont soutenus par la rythmique incroyable formée par Aki “Conan” Virta à la basse et Santeri Saksala à la batterie. Les quatre musiciens sont évidemment des virtuoses dans leur créneau respectif, mais développent ensemble une osmose incroyable, à l’image de TOOL, dont ils agrémentent la finesse de montées en puissance aptes à convaincre les moins timorés des fans de Progressif moderne. Car c’est bien de ça dont il s’agit, d’une approche moderne qui ne tourne pas le dos aux dogmes les plus traditionnels, mais qui fait avancer les choses à un rythme soutenu.

Notons en premier lieu avant d’avancer dans l’analyse, le travail incroyable accompli par l’axe basse/batterie qui permet à ce second longue-durée d’être en mouvement constant, et d’éviter le slow-motion développé par Fear Inoculum qui avait tant rebuté les puristes. Et pourtant, avec une entame aussi ambitieuse et contrastée que « Dissipating », WHEEL a pris des risques énormes. Quasiment douze minutes de musique à l’économie, basée sur la philosophie gilmourienne du « less is more », une intro maousse à reléguer « Shine on You Crazy Diamond Part I » dans les albums photo Pop de l’époque, et une structure qui se développe à pas de fourmis, avec des harmonies qui s’évaporent dans l’air, et une basse gironde en circonvolutions. Un chant sobre mais juste, profond, sensible, des guitares qui soudain lâchent la vapeur, mais sur des instants très brefs, tous les ingrédients étaient en place pour rappeler au bon souvenir de TOOL et ses longues suites si rébarbatives pour les allergiques. Mais la beauté de l’ensemble, sa quiétude pastorale, cet écho sur la voix et ces effets traditionnels utilisés avec beaucoup d’intelligence nous font immédiatement sentir que le propos du groupe est autre qu’une contemplation bouddhiste au rabais pour nostalgiques de Katmandu. On peut même penser à un Steven Wilson réconcilié avec la distorsion, ou à un RIVERSIDE apaisé.                

     

Petit à petit, le miracle opère au fur et à mesure que les mesures égrènent leurs secrets, et on se retrouve complètement hypnotisé par cette grâce mélodique qui n’empêche pas la puissance de s’exprimer. Et plus qu’un énième clone malhabile de TOOL, plus qu’un pis-aller temporaire, WHEEL devient une véritable référence du genre, prouvant qu’il en a assimilé non seulement les grandes lignes, mais aussi les exigences de détails personnels. La voix incroyable de James Lascelles, qui ne cherche jamais le vibrato impossible ou le lyrisme déplacé s’accorde parfaitement de cet instrumental ciselé, mais encore assez sauvage pour passer pour du Rock. Loin des facilités systématiques d’un DREAM THEATER, et proche d’un RUSH plus concerné par les seventies que par l’aisance synthétique des eighties, Resident Human s’attache aux petites choses qui font les grandes et propose les crescendos les plus magnifiques du Progressif moderne, avec ces acmé de distorsion qui nous explosent en plein visage et qui cautionnent la crédibilité Rock de l’entreprise. Lorsque la basse se durcit en s’accordant d’une guitare toujours aussi stellaire, les sens sont tous sollicités et les images affluent. On accepte alors de ranger le groupe dans la catégorie des combos Metal qui n’oublient pas d’enlever leurs œillères, et on savoure cette musique vraiment construite et au propos clair.

Resident Human is a deconstruction of what it is to be human in the modern age. From venemous online exchanges to introspective revelations, the album explores the duality of our underlying nature; our tendency towards destruction and our capacity for empathy.

 

En gros, tout ce qui constitue l’humanité actuelle, celle d’hier, et celle de demain. Les comportements contradictoires, la rage, la folie, mais aussi l’empathie, l’envie d’un avenir meilleur, et un « Movement » qui permet facilement à Santeri Saksala de se classer parmi les percussionnistes les plus doués de sa génération. En décomposant leur album selon un schéma bien rodé de longs passages et de morceaux plus courts, WHEEL relance l’intrigue, développe des riffs vraiment prenants (« Ascend »), avant de nous entraîner dans une spirale introspective sur le magnifique « Hyperion ». Aussi violent qu’il n’est apaisé, ce second album épouse les contours de l’âme et du comportement humain, joue avec les strates pour exposer une surface fertile et riche, terreau de créativité de demain.

Mais à l’image de TOOL, il est possible de trouver le tout encore trop figé, trop scolaire. La sensibilité de chacun sera le seul juge, mais j’avoue que WHEEL mérite plus qu’un simple titre honorifique de bonne doublure de TOOL. Car si leur musique est encore sous influences, elle a déjà les capacités pour exister par elle-même.   

             

                                                                                                                                                                                           

Titres de l’album:

01. Dissipating

02. Movement

03. Ascend

04. Hyperion

05. Fugue

06. Resident Human

07. Old Earth


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/04/2021 à 17:30
88 %    130

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35