Trois données à prendre en compte. Du Black/Death, le Chili, et Iron Bonehead. Avec ça en tête, inutile de venir vous plaindre parce que ça va faire du bruit et vous faire peur. On le sait depuis la nuit des temps, l’extrême sud-américain n’est pas des plus tendres, et fait partie des références du style. Les exemples ne manquent pas, que j’ai déjà cités à l’occasion d’une récente chronique de VULCANO, mais si l’underground des origines était l’un des plus actifs du monde, celui d’aujourd’hui est encore plus prolifique que son illustre modèle, et encore plus vilain. En reprenant à son compte les arguments bestiaux de ses aînés, la génération actuelle fait montre d’encore plus de violence et de sournoiserie, s’imposant comme la digne représentante de Satan sur terre. De fait, parlons donc des INVOCATION, entité démoniaque créée en 2015 du côté de Valparaiso. Quatre années auront donc suffi aux chiliens pour se forger une solide réputation dans les entrailles de la terre et se faire remarquer par l’un des labels les plus incorruptibles du circuit, mais il n’y a rien d’étonnant à cela. Avec une première démo qui sentait bon les cavernes et les incantations étranges (Seance Part. I, 2016), et un mini LP en confirmation (The Mastery of the Unseen, deux morceaux seulement, mais largement assez pour comprendre), le power-trio plus evil qu’un cauchemar d’Euronymous nous en revient avec un nouveau mini format sous le bras, mini dans l’amplitude mais pas dans l’effet. Quoiqu’avec ses trente-huit minutes d’horreur musicale, Attunement to Death bat le pavé d’un longue-durée qui ne devrait plus trop tarder. Six morceaux dont une intro, tous conséquents, tous emprunts d’un formalisme Black/Death patent, mais qui exhalent pourtant d’un parfum occulte très prenant. Insistant sur l’aspect hypnotique de leur musique, les trois instrumentistes aux pseudos inventifs (Sense of Premonition - guitare/chant, Sense of Clairaudience - batterie et Sense of Clairvoyance - basse) nous proposent donc une immersion totale dans leur monde nocturne et claustrophobique, en s’appuyant sur des éléments faussement simples.

Musicalement, on sait le Black/Death poisseux et gluant, mais celui pratiqué par INVOCATION va plus loin que ça, et reste intelligible dans son agression. On a souvent l’impression d’entendre le fruit de séances lunaires entre le MAYHEM de légende et l’INCANTATION le moins compromis, pour un résultat cryptique et assez épais. Car loin de se contenter de rapides saillies entre deux chênes, les chiliens agencent leurs chansons pour qu’elles prennent la forme de formules évolutives, soulignant donc le côté vraiment « croyant » de leur musique. Après tout, on ne propose pas au public des titres qui dépassent les sept ou huit minutes sans solides arguments, et dès le monstrueux (dans le sens littéral) « Flying Ointments », le décor est planté. La guitare est sous-mixée et rudimentaire, la rythmique blastée comme à la parade, le chant grumeleux et caverneux en soutien pour un festival de sensations fortes qui n’hésitent pas à emprunter au Doom, au Thrash, au Black de quoi élaborer un décorum infernal. Infernal, mais pas repoussant. En acceptant d’intégrer des mélodies vénéneuses dans leur barouf intense, les trois grands mages nous proposent donc un mélange corsé mais tout à fait buvable, et surtout, concentré en gravité. Les deux références utilisées à titre de comparaison sont viables, même si subjectives, et il convient évidemment de leur ajouter l’héritage géographique des années 80, tout comme l’affiliation à une scène underground actuelle qu’Iron Bonehead connaît mieux que quiconque.  

« Divine Transition » vous expliquera d’ailleurs tout ça bien mieux que moi, avec son intro glaciale qui tournoie comme un vautour affamé. On sent sur cette intro une passion indéfectible pour la scène Death des années 90, et pour le rigorisme suédois réchauffé d’une surtension sud-américaine de la décennie précédente. Sans jamais tomber dans le piège du brouet infâme et puant, mais en gardant le cap sur une sauvagerie qui ne se dément jamais, INVOCATION parvient à tutoyer les cimes de l’ultra-bestialité tout en restant compréhensible et écoutable. On apprécie particulièrement ces ambiances stables qui évoluent, se transforment, se densifient, gardant au morceau sa cohérence tout en lui évitant un statisme borné et gênant. Accumulant les plans sans jouer l’overdose, le groupe nous offre donc une digression intéressante sur une tradition séculaire, et si tous les morceaux évoluent sur le même terrain souillé, ils n’en gardent pas moins une identité forte que des idées vraiment percutantes mettent en relief. Ainsi, « The First Mirror » nous offre une plongée en enfer avec ses percussions martelées et son chant possédé, tandis que le final en spirale de « Secret Tongues » confirme toutes les prises de position en allant encore plus loin dans la débauche. Aussi Death qu’il n’est Black, Attunement to Death est une belle litanie de mort, qui empeste les secrets inavouables, les recoins les plus sombres de l’âme humaine, et plus prosaïquement, l’incarnation d’une musique toujours aussi impénétrable, mais qui accepte volontiers de convertir les fidèles et quelques curieux. Un mini LP que vous pouvez tout à fait considérer comme un album entier avec ses quarante minutes, et qui laisse présager d’un avenir sombre comme la poix pour ce groupe qui n’a pas fini de hanter vos nuits blanches.               

     

Titres de l’album :

                        01. Oppresssion

                        02. Flying Ointments

                        03. Divine Transition

                        04. The First Mirror

                        05. The Officiants

                        06. Secret Tongues

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/03/2020 à 17:45
80 %    352

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
25/03/2020 à 11:01:19
Tout juste écouté : terrible.
Du Death raw, sombre et caverneux !

Pomah
@69.165.135.179
27/03/2020 à 02:26:33
Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.

Jus de cadavre
membre enregistré
27/03/2020 à 11:16:17
"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...

Simony
membre enregistré
27/03/2020 à 13:31:56
La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !

Pomah
@69.165.135.179
27/03/2020 à 14:42:49
+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !