Attunement to Death

Invocation

21/02/2020

Iron Bonehead

Trois données à prendre en compte. Du Black/Death, le Chili, et Iron Bonehead. Avec ça en tête, inutile de venir vous plaindre parce que ça va faire du bruit et vous faire peur. On le sait depuis la nuit des temps, l’extrême sud-américain n’est pas des plus tendres, et fait partie des références du style. Les exemples ne manquent pas, que j’ai déjà cités à l’occasion d’une récente chronique de VULCANO, mais si l’underground des origines était l’un des plus actifs du monde, celui d’aujourd’hui est encore plus prolifique que son illustre modèle, et encore plus vilain. En reprenant à son compte les arguments bestiaux de ses aînés, la génération actuelle fait montre d’encore plus de violence et de sournoiserie, s’imposant comme la digne représentante de Satan sur terre. De fait, parlons donc des INVOCATION, entité démoniaque créée en 2015 du côté de Valparaiso. Quatre années auront donc suffi aux chiliens pour se forger une solide réputation dans les entrailles de la terre et se faire remarquer par l’un des labels les plus incorruptibles du circuit, mais il n’y a rien d’étonnant à cela. Avec une première démo qui sentait bon les cavernes et les incantations étranges (Seance Part. I, 2016), et un mini LP en confirmation (The Mastery of the Unseen, deux morceaux seulement, mais largement assez pour comprendre), le power-trio plus evil qu’un cauchemar d’Euronymous nous en revient avec un nouveau mini format sous le bras, mini dans l’amplitude mais pas dans l’effet. Quoiqu’avec ses trente-huit minutes d’horreur musicale, Attunement to Death bat le pavé d’un longue-durée qui ne devrait plus trop tarder. Six morceaux dont une intro, tous conséquents, tous emprunts d’un formalisme Black/Death patent, mais qui exhalent pourtant d’un parfum occulte très prenant. Insistant sur l’aspect hypnotique de leur musique, les trois instrumentistes aux pseudos inventifs (Sense of Premonition - guitare/chant, Sense of Clairaudience - batterie et Sense of Clairvoyance - basse) nous proposent donc une immersion totale dans leur monde nocturne et claustrophobique, en s’appuyant sur des éléments faussement simples.

Musicalement, on sait le Black/Death poisseux et gluant, mais celui pratiqué par INVOCATION va plus loin que ça, et reste intelligible dans son agression. On a souvent l’impression d’entendre le fruit de séances lunaires entre le MAYHEM de légende et l’INCANTATION le moins compromis, pour un résultat cryptique et assez épais. Car loin de se contenter de rapides saillies entre deux chênes, les chiliens agencent leurs chansons pour qu’elles prennent la forme de formules évolutives, soulignant donc le côté vraiment « croyant » de leur musique. Après tout, on ne propose pas au public des titres qui dépassent les sept ou huit minutes sans solides arguments, et dès le monstrueux (dans le sens littéral) « Flying Ointments », le décor est planté. La guitare est sous-mixée et rudimentaire, la rythmique blastée comme à la parade, le chant grumeleux et caverneux en soutien pour un festival de sensations fortes qui n’hésitent pas à emprunter au Doom, au Thrash, au Black de quoi élaborer un décorum infernal. Infernal, mais pas repoussant. En acceptant d’intégrer des mélodies vénéneuses dans leur barouf intense, les trois grands mages nous proposent donc un mélange corsé mais tout à fait buvable, et surtout, concentré en gravité. Les deux références utilisées à titre de comparaison sont viables, même si subjectives, et il convient évidemment de leur ajouter l’héritage géographique des années 80, tout comme l’affiliation à une scène underground actuelle qu’Iron Bonehead connaît mieux que quiconque.  

« Divine Transition » vous expliquera d’ailleurs tout ça bien mieux que moi, avec son intro glaciale qui tournoie comme un vautour affamé. On sent sur cette intro une passion indéfectible pour la scène Death des années 90, et pour le rigorisme suédois réchauffé d’une surtension sud-américaine de la décennie précédente. Sans jamais tomber dans le piège du brouet infâme et puant, mais en gardant le cap sur une sauvagerie qui ne se dément jamais, INVOCATION parvient à tutoyer les cimes de l’ultra-bestialité tout en restant compréhensible et écoutable. On apprécie particulièrement ces ambiances stables qui évoluent, se transforment, se densifient, gardant au morceau sa cohérence tout en lui évitant un statisme borné et gênant. Accumulant les plans sans jouer l’overdose, le groupe nous offre donc une digression intéressante sur une tradition séculaire, et si tous les morceaux évoluent sur le même terrain souillé, ils n’en gardent pas moins une identité forte que des idées vraiment percutantes mettent en relief. Ainsi, « The First Mirror » nous offre une plongée en enfer avec ses percussions martelées et son chant possédé, tandis que le final en spirale de « Secret Tongues » confirme toutes les prises de position en allant encore plus loin dans la débauche. Aussi Death qu’il n’est Black, Attunement to Death est une belle litanie de mort, qui empeste les secrets inavouables, les recoins les plus sombres de l’âme humaine, et plus prosaïquement, l’incarnation d’une musique toujours aussi impénétrable, mais qui accepte volontiers de convertir les fidèles et quelques curieux. Un mini LP que vous pouvez tout à fait considérer comme un album entier avec ses quarante minutes, et qui laisse présager d’un avenir sombre comme la poix pour ce groupe qui n’a pas fini de hanter vos nuits blanches.               

     

Titres de l’album :

                        01. Oppresssion

                        02. Flying Ointments

                        03. Divine Transition

                        04. The First Mirror

                        05. The Officiants

                        06. Secret Tongues

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/03/2020 à 17:45
80 %    467

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
25/03/2020, 11:01:19
Tout juste écouté : terrible.
Du Death raw, sombre et caverneux !

Pomah
@69.165.135.179
27/03/2020, 02:26:33
Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.

Jus de cadavre
membre enregistré
27/03/2020, 11:16:17
"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...

Simony
membre enregistré
27/03/2020, 13:31:56
La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !

Pomah
@69.165.135.179
27/03/2020, 14:42:49
+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29