Ophiuchus

Dark Zodiak

30/01/2021

Autoproduction

Si je vous dis Death Metal à chanteuse, vous allez immédiatement et assez justement penser à ARCH ENEMY. Logique, puisque c’est la première référence qui vient à l’esprit. Mais si je vous dis Death Metal à chanteuse qui vient d’Allemagne la réponse risque d’être différente. Et pour cause, puisque les DARK ZODIAK font partie de l’underground et n’ont pas encore explosé au niveau européen comme leurs collègues suédois. Mais leur carrière ne faisant que commencer, tous les espoirs sont permis, spécialement en se basant sur la qualité de leur discographie, et celle plus précise de ce troisième album. Alerté par un mail envoyé à la rédaction, j’ai été je l’avoue charmé par le fait que le quintet soit mené par une chanteuse au timbre rauque, et c’est avec plaisir que j’ai écouté les dix pistes de ce troisième chapitre. Fondé en 2011 du côté d’Eggingen, DARK ZODIAK est en quelque sorte l’archétype de combo évoluant dans les eaux du professionnalisme, sans avoir été remarqué par un gros label, alors qu’il le mérite amplement. Le groupe jouit néanmoins d’un certain rayonnement, ce qui lui a permis d’évoluer sur scène aux côtés de TANKARD, DEBAUCHERY, ELUVEITIE, STILLBIRTH, ou PRIPJAT, et si ses productions restent éparses pour le moment, elles témoignent toutes d’un savoir-faire indéniable dans la brutalité. Et c’est après une initiale démo sortie en 2012 (Throwing Stones) que le quintet a vraiment démarré son parcours, nous laissant patienter deux ans avant de publier son premier long (See You in Hell) qui en disait long sur ses intentions. Il y a trois ans, Landscapes of Our Soul avait confirmé tous les espoirs nés des deux premières réalisations, et c’est donc avec un certain nombre d’exigences qu’Ophiuchus sera accueilli par la fanbase.

Mais rassurez-vous, accros à la brutalité made in Germany, la qualité est là, et la diversité aussi. En baptisant son album le plus important du nom d’une constellation de l’équateur céleste, et couramment représentée comme un homme saisissant un serpent, DARK ZODIAK justifie donc son nom et ses inclinaisons, et nous propulse dans un monde fantasmagorique à la violence bien réelle. Le quintet mixte (chant: Simone Schwarz, batterie: Dieter Schwarz, guitares: Charly Gak & Benni Poeck, basse: Steffi Bergmann) nous propose donc encore une fois un solide compromis entre la fluidité du Thrash et la solidité du Death, et si les riffs ont parfois tendance à se ressembler, l’ambiance de ce nouvel album reste suffisamment créative pour interpeller. Et pour cause, puisque le groupe ne se contente pas de pilonner pendant quarante-cinq minutes, mais varie son propos, insère des transitions mélodiques très à-propos, accélère le tempo, emprunte au Goregrind ses cris de goret si symptomatiques, et mélange le tout dans une énergie de tous les diables. Alors autant vous prévenir, si vous pensez être fixé dès l’écoute de l’introductif « Do More Say Less », vous faites fausse route : les musiciens en ont assez dans la besace pour vous surprendre d’un méchant coup de collier ou d’un adoucissement tout à fait imprévisible.

Première constatation, pour un album autoproduit, Ophiuchus a le son, et bien méchant. Les guitares sont vraiment agressives et blessantes, tandis que le chant est bien mixé sur le canal central pour nous attraper par les burnes. Sans effort, on parvient même à discerner les arabesques de basse de Steffi Bergmann, qui assure un lien créatif avec la frappe déterminée de Dieter Schwarz. Les structures sont classiques, et répondent au besoin de cruauté du Death moderne, celui justement inspiré des modèles suédois d’ARCH ENEMY et consorts, mais pas question de mimétisme ici, ni de gimmicks. Le groupe est soudé, sonne comme tel, et prend un véritable plaisir à jouer ces compositions alambiquées, et néanmoins directes. Talent technique individuel, osmose collective, la sauce prend, et si la voix très particulière de Simone Schwarz reste le point d’attraction principal, les deux guitares de Charly Gak et Benni Poeck ne la laissent pas empiéter sur leur terrain. Roulements, beat martial, coupures, reprises en coup du lapin, soli inspirés, et violence globale méchamment distillée, tels sont les ingrédients de cette constellation métallique qui regroupe les étoiles les pus brillantes de la galaxie Death.

Rois du riff emphatique qui trompe sur les directions, les DARK ZODIAK savent aménager l’espace, et construire de véritables pièces évolutives qui ne se satisfont pas d’une simple bestialité de surface. Et bien que les allemands se montrent très à l’aise dans les attaques les plus sanglantes (« Heaven, Earth And Beneath »), ils n’en restent pas moins d’habiles compositeurs qui savent aérer les morceaux pour leur éviter la linéarité. Jamais avares d’une trouvaille (harmoniques, couinements), les allemands nous saisissent dès les premiers instants, et ne relâchent jamais la pression, malgré des intermèdes mélodiques omniprésents. A l’aise dans les agressions instantanées et fulgurantes (« Invisible Apocalypse », qui rappelle méchamment CALAVERA CONSPIRACY), et dans les évolutions plus construites et mystiques (« Ophiuchus »), DARK ZODIAK présente donc un solide best-of de ses capacités, et étonne de sa créativité dans un contexte d’ordinaire assez rigide. Et finalement, les quasi cinquante minutes passent très vite en leur compagnie (au sens propre comme au figuré), entre les concassages en règle (« Destroy Destruction »), et les délires en communion qui montrent que les musiciens sont vraiment unis, et qu’ils considèrent la musique sous son aspect le plus ludique (« Humor »).

Ce qui n’empêche pas la grondante Simone de couiner comme un porc éventré (« From Thrash Till Death »), ce qui n’empêche pas le quintet de fondre dans la bestialité du Death le groove du Thrash, ce qui n’empêche pas des morceaux comme « 2020 A.D. » de se souvenir de la pesanteur guerrière éprouvante des BOLT THROWER, et ce qui n’empêche pas Ophiuchus de sonner plus carré, plus créatif et plus efficace que bien des sorties de gros indépendants. On imagine d’ailleurs assez bien cet album distribué par Nuclear Blast, ses qualités en faisant une bonne tête de gondole pour la maison de disques allemande. Et comme en plus ces marsouins terminent par une dernière claque bien dans la face (« Ignorance »), on reste au tapis, collé à la moquette par un Death de première catégorie, joué par des passionnés.

Belle performance, de l’envie, de l’enthousiasme contagieux, et une sacrée façon de démarrer l’année 2021 sur les chapeaux de tripes.



Titres de l’album:

01. Do More Say Less

02. Heaven, Earth And Beneath

03. Invisible Apocalypse

04. Ophiuchus

05. Destroy Destruction

06. Humor

07. From Thrash Till Death

08. 2020 A.D.

09. Total Freedom

10. Ignorance


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2021 à 14:59
82 %    53

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50