Vous connaissez ce grand classique. Vous envoyez un gros pavé par texto à un pote ou à un membre de votre famille, et vous obtenez en réponse un lapidaire « OK », ou un saugrenu « LOL ». Le genre de truc pas du tout frustrant, qui réduit une conversation à néant et qui entame sérieusement votre envie de communication bilatérale. Alors, sachez qu’avec les OXX, l’effet est inverse. Lorsque vous leur demandez simplement comment s’appelle leur nouvel album, ils vous répondent The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance. Mais après tout pourquoi pas. Et si vous poussez l’interrogation plus loin en vous enquérant de leur style, ils vous regardent goguenard en arguant d’un improbable « Mathcore expérimental à tendance Sludge, versant Post Hardcore bruitiste avec influences Grind et Free-Jazz ». Là encore, je ne suis pas contre. Mais du coup, à priori, on a un peu peur de se glisser leur dernier album entre les feuilles, par risque de se voir inonder d’informations alors que notre seul questionnement était : « musicalement, ça donne quoi ? »

Un peu tout, pas n’importe quoi, et surtout, un LP intrigant, aussi glauque que bruyant, aussi énergique qu’engluant, aussi fou que rationnel, aussi anti-musical qu’harmonique. Enfin, pour ce dernier point, ça reste à prouver. Dans les faits, ce trio de barges s’est formé en 2012, autour d’acteurs/activistes de la scène Punk/Metal danoise. Venus d’Aarhus, ces trois musiciens étaient plus volontiers habitués à la pratique de divers courants, dont l’Afrobeat, l’avant-garde, et les musiques de films. Décrétant un beau jour qu’un trait d’union entre les trois pratiques se devait d’exister, ils ont donc regroupé leurs forces pour hurler le plus fort possible tout en jouant le plus dissonant possible. Dont acte, et un dernier LP qui a réjoui les américains de Nefarious Industries, assez habitués à tant de bordel.

Notons. Cette œuvre n’est pas pour tout le monde. Pour en prendre la mesure, il faudrait parvenir à imaginer une explosion rayant de la carte les locaux de répétition des NAILS, de DEP, CONVERGE, Mike PATTON, John ZORN, PAINKILLER, CANDIRIA, PRIMITIVE MAN, FULL OF HELL et autres fascinés noisy qui ne se sont jamais inquiétés pour la tranquillité de leurs voisins immédiats. Ou mieux, car plus précis. Faites jouer Calculating Infinity par des fans de CONVERGE s’enfilant du NAKED TRUTH à leurs heures perdues, et vous aurez un bel aperçu de ce qui vous attend sur The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance. Car de « Labyrinth (Minotaur Hymn) » à « The Skeleton is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance », tout n’est que bruit, fureur, mais aussi dextérité, aisance, nuisance, distorsion, discordance, absolu, et absence de limites. On connaît pourtant l’appétit de certains en ce qui concerne les décibels et les BPM, mais la foi des OXX en une forme de violence totale est tout à fait admirable. Abordant le Punk et le Metal comme des styles qui ne supportent aucune contrainte, les trois danois nous font le coup des jazzmen complètement défoncés découvrant les joies de la pratique instrumentale libre. On les imagine très bien d’ailleurs sortir d’un bar à la faune interlope l’œil hagard, se ruant sur le dernier disquaire encore ouvert (oui, car dans les fantasmes, les disquaires existent toujours et restent ouverts jusqu’à des heures indues), pour y fouiner en vinyle des perles comme Guts of a Virgin, Ire Works, Disgrace to the Corpse of Sid, et autres joyeusetés pour fans de Disco sous acide. Point, à la ligne.

Ne pensez pas dans un réflexe de condescendance savoir déjà de quoi je parle, parce qu’il n’en est rien. Moi-même, rompu à l’exercice de la douleur auditive, j’ai eu mal pour mes tympans dont les membranes ont vibré sévère. Et pourtant, le Grind, le Math, le Noise, le Sludge, l’Avant-Garde, sont des univers qui me sont familiers, mais il y a un tel paroxysme dans l’attitude des OXX, qu’ils n’ont pas vraiment d’équivalent actuel sur la scène présente ou passée. A moins de considérer des parties de batterie écrites par Mick Harris mais jouées par Damon Bellorado, des lignes de chant composées par Frank Mullen, mais braillées conjointement par Dimitri Minakakis et ‎Will Rahmer. Des plans de guitare tricotés par Todd Jones et dénoués par Attila Zoller. Soit, le bordel absolu, de quoi y perdre le nord et y laisser sa chemise, mais ressortir de l’expérience lessivé avec un énorme sourire aux lèvres en forme de point d’interrogation. Je ne suis toujours pas sûr de ce que j’ai écouté, mais je sais qu’il y avait des passages très lourds, d’autres hyper rapides, des cris à foutre les jetons à Nadine Morano, et des rythmiques impaires, instables, des riffs se métamorphosant en quelques secondes, et une impression générale de crossover gigantesque entre tous les courants les plus déviants du Punk, du Hardcore et du Metal. Mais, en dépit de ce constat qui pourra sembler affolant même aux plus barrés, le tout reste logique, musical, et surtout, le fruit du travail de véritables instrumentistes doués, sachant parfaitement ce qu’ils faisaient. Et les pires exactions ne sont jamais aussi effrayantes que lorsqu’elles sont commises de sang-froid, par des psychopathes cohérents et intelligents.

Mais pour la blague, envoyez un texto au groupe. Juste pour le fun. Demandez-leur, « mais franchement, à quoi ça rime tout ça ? ».

S’ils vous répondent « LOL », j’en ferai mes nouveaux héros, au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire. 

   

Titres de l’album :

                             1.Labyrinth (Minotaur Hymn)

                             2.Screwdriver Hymn

                             3.Birthday Song

                             4.Trespassers

                             5.A Multiplicity of Endings

                             6.Circle

                           7.The Skeleton is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/01/2020 à 18:09
90 %    185

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)