Petit interlude dans mes chroniques habituelles, puisqu’une fois n’étant pas coutume, je m’intéresserai à un obscur combo du Texas, pratiquant un style d’ordinaire aux antipodes de mes obsessions. Non que j’ai quelques arguments à opposer à la pratique d’un Death mélodique à tendance Thrash épique, mais autant reconnaître que ça n’est pas mon verre de soda habituel…Mais comme on ne peut pas toujours rester esclave de ses habitudes, j’ai donc décidé de me pencher sur le cas des sympathiques PLAGUE, qui avec ce premier et éponyme EP nous proposent donc un melting-pot d’influences assez valable, qu’ils ont en plus le mérite d’afficher comme un étendard sur leur page Facebook. Pas grand-chose à vous révéler sur eux, si ce n’est un line-up (Rocky Cadena - chant, Isaac Lara & Roger Gallardo - guitares, Danny Maldonado - basse et Warren Bernard - batterie), une provenance de San Antonio, et des capacités certaines à saucer l’agression à leur convenance, utilisant de fait plusieurs références leur permettant une variété de ton tout à fait appréciable. Nous naviguons donc à vue entre Death harmonique, symptomatique de la fin des années 90, Thrash plus volontiers bourru mais pas forcément concerné par les exactions légendaires de la Bay Area, et même quelques reflux Metalcore loin d’être désagréable. Et à vrai dire, pour tenter de percer le mystère, un recensement de leurs penchants semble être la solution la plus idoine.

Les américains citent donc quelques noms fameux, dont CANNIBAL CORPSE, PANTERA, AT THE GATES, THE BLACK DAHLIA MURDER, SAMAEL, CRYPTOPSY, MEGADETH, METALLICA, UNEARTH, GOD FORBID, NEVERMORE, DREAM THEATER, SHADOWS FALL, LAMB OF GOD, DIMMU BORGIR, en en triant le tout puis en le mixant dans un gros bol, vous obtenez donc ce Plague, qui fait montre de belles qualités instrumentales, et d’une technique affutée et fatale.

Produit et enregistré par Clifton Miles aux Dead Room studios, ce premier EP quatre titres frappe fort, très fort même, et laisse une impression de complétude assez impressionnante pour un groupe quasiment sorti de nulle part. Evidemment, le tout ne dégage pas un parfum d’originalité intense, mais ses fragrances, aussi agressives soient-elles s’embarrassent régulièrement de considérations mélodiques évitant la mièvrerie ou l’accroche trop facile. On déguste donc quatre plats servis très chauds, qui mixent tout ce que les courants violents ont à proposer de plus efficace, saupoudrant le tout d’une grosse cuillère de folie pour ne pas nous laisser en terrain trop conquis. La recette est classique, mais appliquée avec fougue, et on se retrouve très vite embarqué dans un court périple à la frontière des genres, qui piétine les limites, et qui finit par trouver son propre petit coin sans vraiment déborder sur le terrain des voisins. Si l’influence AT THE GATES semble la plus prenante et présente, quelques éléments purement Thrash viennent se porter en porte-à-faux, sans oublier de mentionner une poignée d’écrasements typiquement Hardcore qui permettent au tout de s’aérer sans se disperser. C’est évidemment un peu court encore pour juger du potentiel définitif de ce quintette attachant, mais on sent déjà de belles capacités d’agencement et de dérangement, sans que le produit ne verse dans le chaos, ni qu’il reste dans des limites de stérilité. Bien découpé mais pas trop calibré, Plague offre quatre facettes d’un visage moins facile à identifier qu’il n’y parait, et dès l’entame tonitruante de « Theurgy », la messe est dite aux masses et l’ouverture d’esprit n’est pas à la ramasse. Longue intro évolutive, puis riff massif pour désorganisation technique, avant de se retrouver sur un refrain aux voix multiples qui prône la schizophrénie des graves et médiums dans un ballet de folie. Constellé de petites prouesses personnelles et individuelles, de soudaines poussées de blasts pérennes, et d’harmonies incrustées aux forceps, le brouet proposé par les texans est tout sauf indigeste, et frise même les cimes du techno-Death sans vraiment s’y arrêter pour ne pas trop démontrer. Mais question démontage, le quintette connait son affaire, et peut même parfois se poser en mini alter-ego d’un ARCH ENEMY qui n’aurait pas renoncé à provoquer un pogo (« Filth Of Humanity »).

Alors, comme je le disais, le choix initial des pistes à suivre ne se veut pas foncièrement original, mais l’implication totale des musiciens permet au projet de vraiment décoller, et de se montrer aussi hystérique qu’une boum organisée par les LAMB OF GOD (« Your Saviour »). Avec en exergue une section rythmique qui ne fait pas semblant, un batteur qui n’est pas avare de pirouettes et autres breaks en charrette, et un bassiste qui impose sa gravissime touche en arpentant son manche comme une mouche, PLAGUE est tout sauf un fléau, et se veut plutôt creuset de violence même pas larvée, qui s’exprime autour d’un axe Thrash-Death aux mélodies prononcées. Des soli tout sauf décoratifs, un travail vocal de longue haleine, quelques riffs qui tissent la laine, pour un concept qui dégage une énergie létale. En choisissant au final de ne jamais dépasser un cadre temporel trop élargi, le quintette reste dans un calibrage qui refuse l’élongation jusqu’aux quatre minutes, et signe donc de jolis pamphlets efficaces et concis, et lâche en final un « Damnation » qui laisse une formidable impression de professionnalisme ne le sacrifiant pas à la fraîcheur. En en conclusion, on peut dire que Plague, le EP, impose PLAGUE, le groupe, comme une tendance à suivre, nous laissant espérer un LP de très grande qualité, à la production tout aussi léchée. Du bon travail, bien fait, et suffisamment passionné pour attirer dans ses filets, sans pour autant chercher à provoquer.


Titres de l'album:

  1. Theurgy
  2. Filth of Humanity
  3. Your Saviour
  4. Damnation

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/02/2018 à 14:29
75 %    244

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)