Petit interlude dans mes chroniques habituelles, puisqu’une fois n’étant pas coutume, je m’intéresserai à un obscur combo du Texas, pratiquant un style d’ordinaire aux antipodes de mes obsessions. Non que j’ai quelques arguments à opposer à la pratique d’un Death mélodique à tendance Thrash épique, mais autant reconnaître que ça n’est pas mon verre de soda habituel…Mais comme on ne peut pas toujours rester esclave de ses habitudes, j’ai donc décidé de me pencher sur le cas des sympathiques PLAGUE, qui avec ce premier et éponyme EP nous proposent donc un melting-pot d’influences assez valable, qu’ils ont en plus le mérite d’afficher comme un étendard sur leur page Facebook. Pas grand-chose à vous révéler sur eux, si ce n’est un line-up (Rocky Cadena - chant, Isaac Lara & Roger Gallardo - guitares, Danny Maldonado - basse et Warren Bernard - batterie), une provenance de San Antonio, et des capacités certaines à saucer l’agression à leur convenance, utilisant de fait plusieurs références leur permettant une variété de ton tout à fait appréciable. Nous naviguons donc à vue entre Death harmonique, symptomatique de la fin des années 90, Thrash plus volontiers bourru mais pas forcément concerné par les exactions légendaires de la Bay Area, et même quelques reflux Metalcore loin d’être désagréable. Et à vrai dire, pour tenter de percer le mystère, un recensement de leurs penchants semble être la solution la plus idoine.

Les américains citent donc quelques noms fameux, dont CANNIBAL CORPSE, PANTERA, AT THE GATES, THE BLACK DAHLIA MURDER, SAMAEL, CRYPTOPSY, MEGADETH, METALLICA, UNEARTH, GOD FORBID, NEVERMORE, DREAM THEATER, SHADOWS FALL, LAMB OF GOD, DIMMU BORGIR, en en triant le tout puis en le mixant dans un gros bol, vous obtenez donc ce Plague, qui fait montre de belles qualités instrumentales, et d’une technique affutée et fatale.

Produit et enregistré par Clifton Miles aux Dead Room studios, ce premier EP quatre titres frappe fort, très fort même, et laisse une impression de complétude assez impressionnante pour un groupe quasiment sorti de nulle part. Evidemment, le tout ne dégage pas un parfum d’originalité intense, mais ses fragrances, aussi agressives soient-elles s’embarrassent régulièrement de considérations mélodiques évitant la mièvrerie ou l’accroche trop facile. On déguste donc quatre plats servis très chauds, qui mixent tout ce que les courants violents ont à proposer de plus efficace, saupoudrant le tout d’une grosse cuillère de folie pour ne pas nous laisser en terrain trop conquis. La recette est classique, mais appliquée avec fougue, et on se retrouve très vite embarqué dans un court périple à la frontière des genres, qui piétine les limites, et qui finit par trouver son propre petit coin sans vraiment déborder sur le terrain des voisins. Si l’influence AT THE GATES semble la plus prenante et présente, quelques éléments purement Thrash viennent se porter en porte-à-faux, sans oublier de mentionner une poignée d’écrasements typiquement Hardcore qui permettent au tout de s’aérer sans se disperser. C’est évidemment un peu court encore pour juger du potentiel définitif de ce quintette attachant, mais on sent déjà de belles capacités d’agencement et de dérangement, sans que le produit ne verse dans le chaos, ni qu’il reste dans des limites de stérilité. Bien découpé mais pas trop calibré, Plague offre quatre facettes d’un visage moins facile à identifier qu’il n’y parait, et dès l’entame tonitruante de « Theurgy », la messe est dite aux masses et l’ouverture d’esprit n’est pas à la ramasse. Longue intro évolutive, puis riff massif pour désorganisation technique, avant de se retrouver sur un refrain aux voix multiples qui prône la schizophrénie des graves et médiums dans un ballet de folie. Constellé de petites prouesses personnelles et individuelles, de soudaines poussées de blasts pérennes, et d’harmonies incrustées aux forceps, le brouet proposé par les texans est tout sauf indigeste, et frise même les cimes du techno-Death sans vraiment s’y arrêter pour ne pas trop démontrer. Mais question démontage, le quintette connait son affaire, et peut même parfois se poser en mini alter-ego d’un ARCH ENEMY qui n’aurait pas renoncé à provoquer un pogo (« Filth Of Humanity »).

Alors, comme je le disais, le choix initial des pistes à suivre ne se veut pas foncièrement original, mais l’implication totale des musiciens permet au projet de vraiment décoller, et de se montrer aussi hystérique qu’une boum organisée par les LAMB OF GOD (« Your Saviour »). Avec en exergue une section rythmique qui ne fait pas semblant, un batteur qui n’est pas avare de pirouettes et autres breaks en charrette, et un bassiste qui impose sa gravissime touche en arpentant son manche comme une mouche, PLAGUE est tout sauf un fléau, et se veut plutôt creuset de violence même pas larvée, qui s’exprime autour d’un axe Thrash-Death aux mélodies prononcées. Des soli tout sauf décoratifs, un travail vocal de longue haleine, quelques riffs qui tissent la laine, pour un concept qui dégage une énergie létale. En choisissant au final de ne jamais dépasser un cadre temporel trop élargi, le quintette reste dans un calibrage qui refuse l’élongation jusqu’aux quatre minutes, et signe donc de jolis pamphlets efficaces et concis, et lâche en final un « Damnation » qui laisse une formidable impression de professionnalisme ne le sacrifiant pas à la fraîcheur. En en conclusion, on peut dire que Plague, le EP, impose PLAGUE, le groupe, comme une tendance à suivre, nous laissant espérer un LP de très grande qualité, à la production tout aussi léchée. Du bon travail, bien fait, et suffisamment passionné pour attirer dans ses filets, sans pour autant chercher à provoquer.


Titres de l'album:

  1. Theurgy
  2. Filth of Humanity
  3. Your Saviour
  4. Damnation

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/02/2018 à 14:29
75 %    176

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Torturer

Die In Pain

Binah

Phobiate

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

18/09 : L'empreinte, Savigny Le Temple (91)

Defeated Sanity + Acranius + Epicardiectomy

19/09 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Pain Of Salvation + Kingcrow

19/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Heart Of A Coward

19/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

+ Bukowski + Shoeilager

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...


J'avais le souvenir d'un groupe plus suffocant, là y a un goût de Morbid Angel et j'aimebeaucoup


Énorme date à Rennes hier soir, à ne pas rater pour tous fans de Brutal Death qui se respecte ! Le report en ligne dans quelques jours...


Ce titre n'a pas pris une ride mais nous si !
Quelle chanson et quel album en tous cas !
Pis effectivement, sacrée prise de risque à l'époque. Fallait avoir les couilles de le faire mais putain que cela ne valait le coup bordel ! Un son quasi inimitable...
Par contre, faudra que(...)


Pfff, l'album de Voivod s'annonce ÉNORME.


Magnifique chronique ! Elle met des images en tête ! Bravo ! Et l'album est, comme tu le dis, sublime. J'ai mis du temps à apprécier "The Devil Puts Dinosaurs Here" que je trouve assez aride. Ce n'est pas le cas de "Rainier Fog", plus lumineux ("Fly", "Never Fade", "Rainier Fog"), plus pop en que(...)