Point Break

Hydra

12/08/2022

Frontiers Records

Tonton Serafino a dû se dire que la fanbase de son label crevait de chaud sous des températures caniculaires, et a donc décidé de la rafraichir avec une salve de sorties mélodiques, gorgées de jus Hard-Rock, et étanchant n’importe quelle soif d’harmonies et de chœurs angéliques. De fait, en avalant goulument les premières gorgées de sa salve de sorties aoutiennes, on sent que notre gorge se décrispe, et que la chaleur nous atteint moins, comme si un dôme de fraîcheur s’était construit au-dessus de nos têtes sans que l’on s’en rende compte. Et sous ce dôme, résonnent les accords d’un premier album impressionnant de maîtrise, pondu par des musiciens de références, le genre de naissance que Frontiers passe sous couveuse pour être sur du résultat. 

Première effluves de bien-être, le projet HYDRA. Les connaisseurs auront immédiatement reconnu le titre de l’un des albums de TOTO, et même si HYDRA est évidemment plus musclé que le collectif des frangins Porcaro, il garde en point commun cet amour des chansons bien écrites et des parties jouées à la croche près.

Nul ne connaît encore HYDRA, puisque le groupe n’existait pas il y a encore quelques mois. Par contre, sa naissance ne date pas d’hier, mais bien aux premières envies solo de son créateur Henrik Hedström, auteur/compositeur suédois de génie totalement conscient de son talent et de ses capacités. L’homme se décrit d’ailleurs comme une sorte de prodige de la musique, ce qui peut paraître légèrement présomptueux, mais qui en fait colle aux faits. Après avoir travaillé pour Warner / Chappell en tant que compositeur Pop, Henrik a largué les amarres pour se concentrer sur une musique plus agressive. En 2007 il rencontre l’infatigable Daniel Flores (FIRST SIGNAL, FIND ME, THE MURDER OF MY SWEET), et les deux hommes décident de composer ensemble…quelques morceaux Pop.

Encore une fois manquée, l’occasion se représente quelques années plus tard, Lorsque Daniel demande à Henrik de lui renvoyer quelques morceaux de l’époque, et si possible les plus Rock. Dès lors, la version définitive d’HYDRA prend forme, et le duo se sent prêt à proposer un répertoire plus agressif, mais toujours aussi mélodique. Avec l’aide et le soutien musical d’Andi Kravljaca au chant et à la guitare, et de Jonny Trobro à la basse, le duo revient quatuor, et enregistre donc ce premier album d’HYDRA, qui est certainement l’une des productions Frontiers les plus remarquables de cette année.        

 

Et je n’irai pas par quatre chemins en affirmant que tous les fans du TOTO de l’époque Joseph Williams retrouveront là des inflexions que leur cœur connaît bien. A vrai dire, et en version plus Rock, Point Break pourrait être le petit cousin légitime d’albums comme The Seventh One ou XIV.

Musicalement évidemment, à cause du timbre si caractéristique de Kravljaca, proche de celui magique de Williams, mais aussi en termes de composition, certains morceaux comme « Stay A While » ou « No Lullaby » rappelant de très près la science exacte de TOTO pour flouter la frontière entre Smooth Jazz, AOR, Pop et Soft Rock west coast. De petits bijoux ciselés à la main par des orfèvres du genre, qui nous offrent là une partition magique en feel-good album qu’on écoute pour se remettre d’une rude journée.

Mais réduire HYDRA à un simple clone de TOTO serait une injustice grave, et pour cause. Car les morceaux les plus nerveux du quatuor l’éloigne de la Californie pour le rapprocher de Stockholm, et le talent incomparable des suédois pur trouver l’équilibre parfait entre Hard Rock puissant et Melodic Rock insistant. L’ouverture « Stop The Madness » en est un témoignage particulièrement valide, avec son up-tempo bondissant et son refrain irrésistible. Le meilleur des deux ou trois mondes, même si le projet porte parois le sceau Frontiers, sceau qu’il ; est impossible de briser, spécialement lorsqu’on s’appelle Flores ou Del Vecchio.

Mais justement, en s’associant à Henrik Hedström, Daniel a trouvé le moyen de contourner ses obligations contractuelles, pour oser s’aventurer en terre harmonique, sans avoir à recycler encore une fois ses idées les plus symptomatiques. Nous avons donc droit à un véritable duel de talents entre les deux instigateurs du projet, qui nous transportent dans les années 80, lorsque le Billboard était encore crédible et les radios passionnées. « Forever My Love » tube qui aurait gravi les marches jusqu’au podium, « Never Be The Same », qu’on aurait adoré retrouver sur la BO d’un film à la mode, « Doors Of Love » qui justement ouvre les portes de ces génériques de sitcoms, généreux, mélodiques à souhait et ensoleillés d’une joie irradiante.

De tout, du précieux, de l’inestimable, et quarante-six minutes de bonheur entre la Suède, les Etats-Unis, l’Italie, pour un trip immersif loin de la visite guidée. Entre fugue d’amoureux et journal intime truffé de références, Point Break est le point de rupture entre Hard Rock et Pop, et certainement le meilleur album proposé par le label transalpin depuis quelques mois. On se prend d’amour pour ces chœurs veloutés, pour ces arrangements en néon bleus et roses, et pour ces lignes de chant de velours, posées sur le satin d‘un instrumental smooth.

Des erreurs, quelques accrocs ? Non, du tout, au contraire, une perfection qui laisse pantois et bouche bée, et un final très sentimental, avec le MOR de « Suspicious » et les au-revoir de « To Say Goodbye » qui laisse l’œil humide et le cœur battant la chamade.

Superbe premier album pour un projet qu’on espère pérenne, tant ses possibilités semblent infinies. Un nouveau TOTO des années 2020 ? Sans aller jusque-là, mais un sosie très crédible qui a su garder sa personnalité derrière l’admiration pas si aveugle que ça.

 

         

Titres de l’album :

1. Stop The Madness

2. Bringing Down The Moon

3. No Lullaby

4. Stay A While

5. Angela

6. Forever My Love

7. Never Be The Same

8. Doors Of Love

9. The Most Wanted

10. Suspicious

11. To Say Goodbye


Facebook officiel


par mortne2001 le 10/08/2022 à 16:55
98 %    573

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Thanks a lot! The best review ever!! Henrik/Hydra
@188.148.120.138
17/08/2022, 04:19:35

Thanks a lot! The best review ever!! Henrik/Hydra


Gargan
@86.233.3.59
17/08/2022, 10:56:37

On dirait un générique de séries 80s US en boucle   

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14