Si vous êtes fan de Death Metal, vous avez forcément entendu parlé de Blood Incantation. Avec leur premier album Starspawn, les gars de Denver ont imposé leur style à grands coups de blast beats épileptiques et de tapping hypnotiques, créant une atmosphère cosmique impitoyable. Tortueux, sauvage, et pourtant si épique et groovy (?), le groupe a réussi à mettre pas mal de monde d’accord dans la sphère Death Metal. Le quartet dit faire du « Mind Bending and Cosmic Death Metal » (« Metal de la mort briseur d’esprit et cosmique » pour les Anglais LV2), entendez par là que le groupe souhaite simplement faire sa recette de Death Metal ; pas Brutal, pas Prog ou Tech, pas Slam, du Death Metal à la Denver, Colorado. Le genre de Death Metal qui arrive à faire rêvasser de galaxie lointaine, hostile,  par des passages légers et aériens, mais qui implacablement, va vous ramener à votre condition d’être inférieur avec une sauvagerie frénétique et pachydermique (des fois en même temps). C’est donc sur un bilan extrêmement prometteur que nous laissait Blood Incantation. C’est 3 ans plus tard que le groupe décidera de sortir leur album sophomore, et si la peur d’une potentielle déception est présente avant la première écoute, la joie de savoir qu’une suite est en route l’emporte clairement.

    Et c’est d’ailleurs avec une joie non dissimulée que j’annonce, si vous avez aimé Starspawn, vous devriez aimer Hidden History Of The Human Race. Sans aucune hésitation. Car tout ce que le groupe a fait dans leur album rookie, Hidden History Of The Human Race le fais, voir en mieux.

    Le premier changement qui marque, et il est bien seul d’ailleurs, c’est le tracklisting. Là où l’album précédent était découpé en 5 morceaux (dont un premier de 13 minutes, et une piste instrumentale) pour une longueur de 35 minutes, ce second album ne contient que 4 morceaux (dont une piste quasi instrumentale, et un morceau fleuve de 18 (!) minutes), pour une longueur de 36 minutes. Là où on croyait se faire enfler, finalement on a du rab.

    En ce qui concerne le son, on reste sur la même patte que l’album précédent, un son massif et caverneux, laissant la part belle à chaque instrument, que ce soit dans les partis énervées, comme dans les passages aériens. Les compos sont toujours alambiquées et sinueuses. Enfin bref qu’est-ce qui a bien pu changer, pour que cet album soit potentiellement mieux ?

    En un mot comme en cent, la maîtrise.

    Du début à la fin, les Denverois vont faire preuve d’une aisance enfantine à dérouler des compositions toutes plus alambiquées les unes que les autres, le tout illustrant à merveille l’univers du groupe. Dès l’ouverture avec « Slave Species Of The Gods », le groupe nous assène ses rythmiques lourdes et épiques, pour finalement nous les retirer comme on arrache un tapis sous nos pieds, nous blastant à la tête sur un riffing halluciné. Et c’est comme ça tout le long du morceau, le groupe va vous perdre de riffs explosifs en lignes de basses vrombissantes.

    Loin de moi l’idée de faire une chronique « track by track », mais rendez-vous compte, tout l’album regorge de petits détails inaudibles à la première audition, qui se découvre pudiquement aux fils des écoutes. Les 2 premiers morceaux sont clairement ce que Blood Incantation peut faire de plus classique. Et Encore. Le pont de « The Giza Power Plant » est franchement inattendu. Ce pont est sans doute un moment charnière de l’album, le groupe tordant ces longues minutes orientales à leur sauce pour créer une ambiance lancinante sans ennuyer le fan de Death Metal avide de sensations fortes.

    En revanche c’est sur les 2 derniers morceaux que le groupe surprend le plus. Une première piste quasi instrumentale que je ne vous gâcherais pas avec des mots, et que je vous incite à aller écouter d’urgence, illustrant le sentiment d’implacabilité que le groupe peut créer. Et un dernier bloc monstrueux de 18 minutes donc, qui montre clairement tout le talent d’écriture et de composition du groupe. En 18 minutes, il peut être rapide de se prendre les pieds dans le tapis. Mais comme ils l’ont déjà prouvé avec « Vitrification Of Blood, Pt 1 » dans Starspawn, les Denverois déroulent avec indécence 18 minutes d’un Death Metal halluciné que Lovecraft s’accaparerait bien.

    Je pourrais écrire des heures encore sur cet album, mais vous avez compris l’idée. Hidden History Of The Human Race est une réussite à tous les niveaux. J’ai volontairement écourté cette chronique pour que vous alliez découvrir par vous même cette deuxième partie dantesque, et ces notes finales que je qualifierais, sans trembler des genoux, de touchantes. Eh oui, même ça ils sont capables de le faire. Enfin bref, peut être ai-je visé haut avec la note, mais j’assume l’entière responsabilité. Il faut dire que, déjà lorsque Starspawn est sorti, on entendait çà et là, au détour d’un festival ou que sais-je, que c’était d’ores et déjà une des meilleures sorties Death Metal de la dernière décennie, et même un album extrêmement rafraîchissant dans la sphère Metal. Aujourd’hui avec Hidden History Of The Human Race, Blood Incantation rentre clairement dans les débats des groupes de Death Metal les plus talentueux et les plus frais de ces 10 voir 15 dernières années. A voir la suite du groupe, mais quand on sait que 3 des 4 membres de ce groupe sont capables, juste pour se détendre, d’enregistrer un excellent album de Doom Death en 2017 sous le nom de Spectral Voice, on se dit que les gars sont plutôt productifs et du genre pleins d’idées. Un avenir qui semble radieux s’ouvre pour Denver, et pour tous les fans de Death Metal du monde entier.


Tracklist

1. Slave Species Of The Gods
2. The Giza Power Plant
3. Inner Paths (To Outer Space)
4. Awakening From The Dream Of Existence To The Multidimensional Nature Of Our Reality (Mirror Of The Soul)

Bandcamp


par Bocchi le 29/11/2019 à 11:00
100 %    164

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


malixomad
@78.192.38.132
30/11/2019 à 10:49:09
Repompe grossiere des plans de Morbid Angel et Immolation entre autres. Grosse hype injustifiée. Aucune personnalité. Next

Buck Dancer
@191.85.155.153
30/11/2019 à 13:33:48
Grosse découverte de mon côté, malgré des influences présentes à tout bout de riffs, ce qui en général à tendance à me rebuter. Mais là, un vrai talent d'écriture sincère, pour rendre le tout personnel, moderne et faire une musique porté vers le futur du death metal. En clair, j'adore !

POMAH
membre enregistré
30/11/2019 à 18:08:17
Vu en première partie d'Immolation y'a deux semaines, une énorme tuerie. Une excellente boucherie sur scène, le son était vraiment optimal.

Maintenant dire qu'ils ont aucune personnalité, c'est vraiment une critique facile...

Pour moi ça sera surement dans mon top de l'année.


malixomad
@78.192.38.132
30/11/2019 à 19:26:31
OK c'est pas mauvais du tout mais trop porté sur ces influences pour mériter plus de 75 voire 80 pourcent en note en étant sympa.

POMAH
membre enregistré
01/12/2019 à 21:39:31
@Malixomad ´: Bah la note j'ai envie de dire que je m'en fou royalement, moi ce que je retiens c'est que le chroniqueur à su soulever les même points que moi quand j'écoute cette galette.

Mais c'est bien en un seul commentaire tu as réussi à remodeler et modérer ton propos ;)

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...