Sammy Hagar, c’est un peu le mec que vous allez croiser dans un Cabo Wabo, hirsute, la paille dans la bouche, pieds nus sur son tabouret, et qui à une heure indue va vous raconter ses souvenirs de jeunesse. Le type cool, en chemise hawaïenne à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, qui ne se prend pas la tête mais à qui on ne la fait pas. Il vous paiera un coup, ou vous obligera à lui en payer un, vous inondera de sourires carnassiers, pour finir la soirée une guitare à la main à reprendre des standards…de sa propre carrière. En même temps, il a de quoi piocher, ce qu’il fait d’ailleurs depuis cinq ans avec ses acolytes de tournée, à mélanger pendant plus de deux heures les classiques de sa période solo, de son passage chez MONTROSE, de sa période prolongée en compagnie des frères VAN HALEN, ou de son stage chez les CHICKENFOOT, autre supergroupe blindé d’égo. Après tout, quand on joue avec Michael Anthony, Jason Bonham et Vic Johnson, et qu’on s’appelle Sammy HAGAR, pourquoi se gêner ? Tout le monde vous connaît, tout le monde connaît vos chansons, et tout le monde est prêt à payer soixante ou cent billets le ticket, alors autant en profiter. Tout ça est d’ailleurs logique et parfaitement charmant, mais au bout d’un moment, les tics de création commencent à s’agiter sous le bocal, après ou avant un shot de tequila bien salée. On n’a pas composé « (I Can’t Drive) 55 » pour faire joli dans les soirées et assurer la tapisserie à la façon d’un Dave Lee Roth planqué sous un abat-jour. Sauf que le père Sammy ne s’attendait pas à être pénétré de bon sens artistique, et que ce premier album de sa troupe THE CIRCLE est plutôt une surprise pour tout le monde, à commencer par lui-même. Non, il n’avait pas vraiment prévu d’aller en studio, de composer dix morceaux, et de devoir sacrifier du LED ZEP pour intégrer ce nouveau répertoire à ses concerts. Mais le fait est, Space Between existe, il est bien concret, et aussi étonnant que ça puisse paraître, il est frais, entraînant, crédible, et tout à fait à sa place dans le rôle de l’épouvantail de la production aseptisée actuelle.

« Au départ, je ne savais même pas que j’allais enregistrer un album. Je voulais juste boucler une ou deux chansons, quelques idées, mais au fur et à mesure, en avançant à l’instinct, sans y penser, ça a pris forme. Et de fil en aiguille, je me suis immergé dans le truc, au point de me lever la nuit pour enregistrer. Et durant le processus, j’ai fini par piger que j’écrivais un concept album… »

Un concept album de la part du rockeur rouge ? Le principe est pour le moins surprenant, l’homme se sentant plus concerné par le plaisir de jouer et de partager que par le sort du monde et son destin peu enviable. Et c’est pourtant ce qui s’est passé, l’histoire prenant corps, celle de cet homme ayant tout ce qu’un homme peut souhaiter avoir, et perdant tout du jour au lendemain pour finalement prendre un autre chemin. Le capitalisme, la réussite, la déchéance, la solitude, l’amour, l’empathie, autant de sujets qui animent ce Space Between qui réduit d’autant plus la distance le séparant de son public le plus exigeant, celui qui attendait depuis longtemps une nouvelle offrande de notre Big Lebowski nonchalant et trinquant. Seule inconnue, l’osmose dont allait faire preuve ce supergroupe en studio, les prétentions individuelles étant parfois difficiles à gérer, ainsi que les techniques de jeu si particulières. Si l’on en croit le beau Sammy, tout s’est parfaitement bien passé, Jason apportant ses idées et son jeu si emprunté, Michael cimentant le tout de ses lignes de basse qui n’ont pas changé depuis « You Really Got Me » ou « Ice Cream Man », et Vic jouant comme il a toujours joué, sincèrement, efficacement, et toujours au service de son vieux pote. Le résultat ? Un disque humain, aux proportions raisonnables, qui sans marquer au fer rouge l’histoire de la musique populaire américaine, tient parfaitement debout malgré sa durée très limitée et ses influences plus que marquées.

Mais Sammy, avec ses décennies de carrière derrière lui n’allait certainement pas s’amuser à sortir de ses sentiers si battus, cette route qu’il connaît bien pour l’avoir arpentée à des vitesses parfois déraisonnables, et loin des 55mph qu’il a si bien chantés. Et c’est sans doute pour ça que ce premier LP du projet SAMMY HAGAR & THE CIRCLE semble si familier, dans chacune de ses intonations. On y retrouve la gouaille d’un interprète qui en solo était fort en gueule, le groove des années VAN HALEN, les prémices de chez MONTROSE sans qu’il y fasse directement allusion, mais aussi le plaisir retiré de l’aventure CHICKENFOOT, cette joie de partager un Rock plutôt dur mais pas vraiment Hard. En prenant ce disque pour ce qu’il est, à savoir plus une récréation et une reprise de position plutôt qu’une assertion définitive, il est tout à fait possible d’en tirer un plaisir infini, celui qui émane d’un groupe n’ayant pas cherché à bluffer ou en mettre plein la vue, mais simplement partager une petite demi-heure de musique tantôt exubérante, parfois intimiste, souvent électrique mais ne refusant pas l’acoustique, pour un résultat cohérent, mais un peu bancal. D’ailleurs, tout commence par un truc un peu bizarre, à moitié a cappella, « Devil Came To Philly », l’un des premiers morceaux composés pour l’occasion. Sans juger de la pertinence ou de l’intérêt du concept développé, ce titre nous cueille à froid et nous surprend de son gospel un peu décalé, entre hymne à reprendre en stade et confession un peu louche après la messe du coin. Mais dès « Full Circle Jam (Chump Change) », Sammy revient dans le giron d’un Boogie de tradition, un peu VH dans le fond, mais surtout symptomatique de ses propres inclinaisons de diable rouge qui sort de sa boite.

Produit en trio par Jaimeson Durr, Sammy Hagar et Vic Johnson, Space Between est un genre de plaisir coupable, de break entre deux longues traversées mondiales, comme en témoigne « Can’t Hang », lorsqu’on appelle sa famille et que vient le moment redoutable de raccrocher. C’est plus qu’un caprice, une reprise de contact avec la création, chose qui n’est jamais facile quand on passe sa vie sur scène et qu’on atteint un âge plus que respectable. Alors, on module, des ballades touchantes aux chœurs discrets (« Wide Open Space »), des Rock bouillants qui agitent le palpitant (« Bottom Line »), des choses plus ambitieuses qui pourraient même se faire une place dans la setlist de classiques (« Trust Fund Baby », un peu CHICKENFOOT, un peu ZEP, mais totalement HAGAR), et un final aux cordes fédératrices et truffé de ces onomatopées que le flamboyant chanteur aime tant pour regrouper (« Hey Hey (Without Greed) »). Mais je suis sûr que le pote Sammy vous raconterait ça mieux que moi, à la terrasse d’un de ses bars, une téquila à la main, l’air serein. Tiens, serein, ça colle bien avec l’ambiance ça. Après tout, les plaisirs mineurs ne sont pas les moins agréables…    

  

Titres de l’album :

                         1. Devil Came To Philly

                         2. Full Circle Jam (Chump Change)

                         3. Can’t Hang

                         4. Wide Open Space

                         5. Free Man

                         6. Bottom Line

                         7. No Worries

                         8. Trust Fund Baby

                         9. Affirmation

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2019 à 17:35
80 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert