Space Between

Sammy Hagar

10/05/2019

Bmg Rights Management

Sammy Hagar, c’est un peu le mec que vous allez croiser dans un Cabo Wabo, hirsute, la paille dans la bouche, pieds nus sur son tabouret, et qui à une heure indue va vous raconter ses souvenirs de jeunesse. Le type cool, en chemise hawaïenne à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, qui ne se prend pas la tête mais à qui on ne la fait pas. Il vous paiera un coup, ou vous obligera à lui en payer un, vous inondera de sourires carnassiers, pour finir la soirée une guitare à la main à reprendre des standards…de sa propre carrière. En même temps, il a de quoi piocher, ce qu’il fait d’ailleurs depuis cinq ans avec ses acolytes de tournée, à mélanger pendant plus de deux heures les classiques de sa période solo, de son passage chez MONTROSE, de sa période prolongée en compagnie des frères VAN HALEN, ou de son stage chez les CHICKENFOOT, autre supergroupe blindé d’égo. Après tout, quand on joue avec Michael Anthony, Jason Bonham et Vic Johnson, et qu’on s’appelle Sammy HAGAR, pourquoi se gêner ? Tout le monde vous connaît, tout le monde connaît vos chansons, et tout le monde est prêt à payer soixante ou cent billets le ticket, alors autant en profiter. Tout ça est d’ailleurs logique et parfaitement charmant, mais au bout d’un moment, les tics de création commencent à s’agiter sous le bocal, après ou avant un shot de tequila bien salée. On n’a pas composé « (I Can’t Drive) 55 » pour faire joli dans les soirées et assurer la tapisserie à la façon d’un Dave Lee Roth planqué sous un abat-jour. Sauf que le père Sammy ne s’attendait pas à être pénétré de bon sens artistique, et que ce premier album de sa troupe THE CIRCLE est plutôt une surprise pour tout le monde, à commencer par lui-même. Non, il n’avait pas vraiment prévu d’aller en studio, de composer dix morceaux, et de devoir sacrifier du LED ZEP pour intégrer ce nouveau répertoire à ses concerts. Mais le fait est, Space Between existe, il est bien concret, et aussi étonnant que ça puisse paraître, il est frais, entraînant, crédible, et tout à fait à sa place dans le rôle de l’épouvantail de la production aseptisée actuelle.

« Au départ, je ne savais même pas que j’allais enregistrer un album. Je voulais juste boucler une ou deux chansons, quelques idées, mais au fur et à mesure, en avançant à l’instinct, sans y penser, ça a pris forme. Et de fil en aiguille, je me suis immergé dans le truc, au point de me lever la nuit pour enregistrer. Et durant le processus, j’ai fini par piger que j’écrivais un concept album… »

Un concept album de la part du rockeur rouge ? Le principe est pour le moins surprenant, l’homme se sentant plus concerné par le plaisir de jouer et de partager que par le sort du monde et son destin peu enviable. Et c’est pourtant ce qui s’est passé, l’histoire prenant corps, celle de cet homme ayant tout ce qu’un homme peut souhaiter avoir, et perdant tout du jour au lendemain pour finalement prendre un autre chemin. Le capitalisme, la réussite, la déchéance, la solitude, l’amour, l’empathie, autant de sujets qui animent ce Space Between qui réduit d’autant plus la distance le séparant de son public le plus exigeant, celui qui attendait depuis longtemps une nouvelle offrande de notre Big Lebowski nonchalant et trinquant. Seule inconnue, l’osmose dont allait faire preuve ce supergroupe en studio, les prétentions individuelles étant parfois difficiles à gérer, ainsi que les techniques de jeu si particulières. Si l’on en croit le beau Sammy, tout s’est parfaitement bien passé, Jason apportant ses idées et son jeu si emprunté, Michael cimentant le tout de ses lignes de basse qui n’ont pas changé depuis « You Really Got Me » ou « Ice Cream Man », et Vic jouant comme il a toujours joué, sincèrement, efficacement, et toujours au service de son vieux pote. Le résultat ? Un disque humain, aux proportions raisonnables, qui sans marquer au fer rouge l’histoire de la musique populaire américaine, tient parfaitement debout malgré sa durée très limitée et ses influences plus que marquées.

Mais Sammy, avec ses décennies de carrière derrière lui n’allait certainement pas s’amuser à sortir de ses sentiers si battus, cette route qu’il connaît bien pour l’avoir arpentée à des vitesses parfois déraisonnables, et loin des 55mph qu’il a si bien chantés. Et c’est sans doute pour ça que ce premier LP du projet SAMMY HAGAR & THE CIRCLE semble si familier, dans chacune de ses intonations. On y retrouve la gouaille d’un interprète qui en solo était fort en gueule, le groove des années VAN HALEN, les prémices de chez MONTROSE sans qu’il y fasse directement allusion, mais aussi le plaisir retiré de l’aventure CHICKENFOOT, cette joie de partager un Rock plutôt dur mais pas vraiment Hard. En prenant ce disque pour ce qu’il est, à savoir plus une récréation et une reprise de position plutôt qu’une assertion définitive, il est tout à fait possible d’en tirer un plaisir infini, celui qui émane d’un groupe n’ayant pas cherché à bluffer ou en mettre plein la vue, mais simplement partager une petite demi-heure de musique tantôt exubérante, parfois intimiste, souvent électrique mais ne refusant pas l’acoustique, pour un résultat cohérent, mais un peu bancal. D’ailleurs, tout commence par un truc un peu bizarre, à moitié a cappella, « Devil Came To Philly », l’un des premiers morceaux composés pour l’occasion. Sans juger de la pertinence ou de l’intérêt du concept développé, ce titre nous cueille à froid et nous surprend de son gospel un peu décalé, entre hymne à reprendre en stade et confession un peu louche après la messe du coin. Mais dès « Full Circle Jam (Chump Change) », Sammy revient dans le giron d’un Boogie de tradition, un peu VH dans le fond, mais surtout symptomatique de ses propres inclinaisons de diable rouge qui sort de sa boite.

Produit en trio par Jaimeson Durr, Sammy Hagar et Vic Johnson, Space Between est un genre de plaisir coupable, de break entre deux longues traversées mondiales, comme en témoigne « Can’t Hang », lorsqu’on appelle sa famille et que vient le moment redoutable de raccrocher. C’est plus qu’un caprice, une reprise de contact avec la création, chose qui n’est jamais facile quand on passe sa vie sur scène et qu’on atteint un âge plus que respectable. Alors, on module, des ballades touchantes aux chœurs discrets (« Wide Open Space »), des Rock bouillants qui agitent le palpitant (« Bottom Line »), des choses plus ambitieuses qui pourraient même se faire une place dans la setlist de classiques (« Trust Fund Baby », un peu CHICKENFOOT, un peu ZEP, mais totalement HAGAR), et un final aux cordes fédératrices et truffé de ces onomatopées que le flamboyant chanteur aime tant pour regrouper (« Hey Hey (Without Greed) »). Mais je suis sûr que le pote Sammy vous raconterait ça mieux que moi, à la terrasse d’un de ses bars, une téquila à la main, l’air serein. Tiens, serein, ça colle bien avec l’ambiance ça. Après tout, les plaisirs mineurs ne sont pas les moins agréables…    

  

Titres de l’album :

                         1. Devil Came To Philly

                         2. Full Circle Jam (Chump Change)

                         3. Can’t Hang

                         4. Wide Open Space

                         5. Free Man

                         6. Bottom Line

                         7. No Worries

                         8. Trust Fund Baby

                         9. Affirmation

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2019 à 17:35
80 %    353

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14