Le collagène est une famille de protéines, le plus souvent présente sous forme fibrillaire. Elle est présente dans la matrice extracellulaire des organismes animaux. Ces protéines ont pour fonction de conférer aux tissus une résistance mécanique à l'étirement. (Wikipedia, thanks again).

Mais attendez…On s’en fout !!!! Quoiqu’un peu de culture étymologique et biologique n’a jamais fait de mal à personne non plus…

Mais en étant plus pertinent, je dois pouvoir cibler le sujet un peu plus précisément. En dehors de l’utilisation faite dans les cliniques de chirurgie esthétique, et des quelques injections qui permettent de redonner de l’élasticité au visage, les COLLAGEN sont aussi un quatuor se vautrant dans le Punk Hardcore le plus virulent sans se demander si ça va leur retomber sur des dents et abimer leur joli sourire grinçant.

Venus de Victoria, Colombie Britannique, Canada, ce quatuor somme toute assez jeune a déjà proposé une démo en 2015, qui leur a permis d’attirer l’attention de quelques médias, et de figurer au top 20 des meilleurs nouveaux venus chaotiques Canadiens.

Pas mal pour un groupe sorti de nulle part, et qui ne devrait pas y retourner de sitôt, au jugé de la qualité de leurs morceaux.

Mais ils le disent eux-mêmes, leur groupe c’est « simple comme bonjour, du pur Punk Hardcore chaotique joué par quatre individus au-dessus de tout soupçon ».

C’est en tout cas leur façon de se présenter, et leur EP fraîchement pas encore publié (dans moins d’une semaine) ne les contredit d’aucune manière.

Enfin, précisons quand même. Puissant, certes, énergique, sans conteste, furieux, la production en atteste, mais chaotiques, faut-il encore passer le test.

Et celui-ci est concluant, même si les COLLAGEN restent dans une moyenne Hardcore abrasif pas encore assez heurté pour se frotter aux références les plus bordéliques du genre.

Mais ça joue, simple, ça tourne, rond, ça hurle, pour de bon, et les quatre individus en question ont le mérite de varier le tempo et le ton pour ne pas que ces dix minutes paraissent un tantinet trop longues.

Mené de micro de fer par une vocaliste qui n’a pas oublié ses cris dans sa gorge, un guitariste qui aligne les riffs bien trapus, et une section rythmique qui nous laisse repus, cet EP sans nom va s’en faire un très bientôt, en alignant les morceaux de bravoure Punk, qui ne crachent d’ailleurs pas sur une jolie ambiance un peu sombre, dans la grande tradition de l’Anarcho-core Anglais des early 80’s.

Et avec des pamphlets comme « Bullshit », et son homérique « we don’t wanna hear your bullshit anymore », gageons que les Canadiens vont trouver un écho favorable dans le cœur de révolte des fans de Hardcore qui mord.

Vous voulez du mid tempo qui déroule un riff velu et bien vu ? « Detached » fera l’affaire, et vous ramènera à l’époque des CRASS, tout en touchant de la haine la plus pure le NYHC le plus cru.

Vous préférez un truc bien vilain qui tire sur le Crust le plus malsain ? Alors envoyez-vous « Moniker » et son feedback bien crade d’introduction, qui vous fera décoller pour de bon.

« Rough » ose la cowbell sacrée pour une tranche de Punk rondement découpée, et tailladée de breaks limpides, mais qui ont le don de relancer. Une fois de plus, le chant survole l’instrumental de sa colère folle, et la simplicité reste de mise. « Empathy » n’en montre pas beaucoup de son entame en roulements qui tournent fou, et se montre le plus véloce de l’ensemble, avec cette fois-ci des envolées de micro, un rythme D-beat rapide comme il faut, et moins d’une minute et trente seconde de costaud.

« Vigil Light » termine le second chapitre des canadiens de COLLAGEN avec un joli cri de hyène, qui laisse augurer d’une grosse boucherie ensanglantée, de celui qu’on retrouvait sur les faciès des kids du CBGB’s en fin de soirée.

Pour en finir, la vocaliste donne tout ce qu’elle a dans le larynx et hurle comme une damnée, nous condamnant sans équivoque à remettre cet EP à son entrée pour tout recommencer.

En effet, les COLLAGEN ont plus ou moins le même effet que la protéine dont ils tirent leur nom. Grâce à leur Punk Hardcore béton, vos muscles vont retrouver de leur tonicité, et vous pourrez donc pogoter sans craindre la luxation ou l’entorse, puisqu’ils n’en commettent aucune par rapport aux dogmes du style qu’ils endorsent.

 Mais un brin de folie vocale et une diversité fatale font d’eux de sérieux espoirs de la scène Canadienne. A eux maintenant de nous en convaincre en osant le LP, mais en attendant, cet EP fait largement l’affaire pour patienter.


Titres de l'album:

  1. Bullshit
  2. Detached
  3. Moniker
  4. Rough
  5. Empathy
  6. Vigil Light

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/02/2017 à 17:01
70 %    428

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !