Savez-vous situer la ville de Sonsonate sur une carte ? Si oui, bravo, vous êtes super calé en géographie. Sinon, vous êtes comme moi et certainement beaucoup d’autres, et vous allez prendre un petit cours aujourd’hui. Car Sonsonate est une ville du Salvador, située sur le fleuve Sensunapan, dont le nom dérive de l'amérindien Zezontlatl, signifiant « les 400 sources ». Avec ces quelques indications, vous êtes paré pour une interrogation, mais celle-ci sera plutôt musicale, le propos qui nous concerne en premier lieu. Car cette charmante agglomération de plus de cent mille habitants peut s’enorgueillir de compter parmi ses résidents d’ardents défenseurs de la cause Thrash, dont le parcours ne fut pas des plus linéaires. Les SONSOHELL ont donc décidé de rendre hommage à leur ville, d’une façon un peu particulière et en jouant le jeu de mot d’enfer, mais autant dire que leur patronyme claque tout comme leur boucan, qui se nourrit d’influences de la Bay Area pour mieux en détourner les codes à la new-yorkaise. Il s’agit donc bien de Crossover, et plutôt bon d’ailleurs, tirant ses racines des CRUMBSUCKERS, d’EXCEL, mais aussi d’ANTHRAX, de NUCLEAR ASSAULT, et bien évidemment de quelques cadors plus puristes, dont les SLAYER, mais aussi des TOXIK, et quelques chantres de la vague Speed qu’il est inutile de nommer une fois de plus. Evoquons succinctement la carrière des salvadoriens, en précisant d’emblée que le Thrash n’a pas toujours été leur terrain de jeu préféré.

Ces musiciens proviennent en effet de feu le groupe Doom TEARS IN MOONLIGHT, défunt en 2009, combo qu’ils ont laissé mourir de sa belle mort pour se lancer dans des aventures plus rythmées. Passant par le bref intermède patronymique BLEDDING HATE, avant de changer de nom pour de bon, Peter & Edenilson (guitares), Walter (basse/chant) et Joey (baterie) sont d’abord passé par la case single en 2016, avec le titre « Ashes Of Death » (qu’on retrouve ici), puis par celle de la compilation/split en compagnie des collègues d’EMOHRS, SOCIAL S.S., ASSFIXIA, INDEZOQUIXTIA et MALDEK, avant de proposer un premier jet, que l’on peut écouter depuis mars dernier.

Welcome to Sonsohell est donc la première carte de visite sérieuse des originaires de Sonsonate, et se présente sous la forme d’un EP quatre titres plus intro qui a fière allure, et qui sent bon l’underground. Proposant des titres variés et méchamment bien agencés, les salvadoriens jouent la carte de la méchanceté tranquille, et ne dépassent aucune borne, mais savent très bien utiliser à leur profit des ficelles éprouvées pour nous prendre dans leurs filets. Dotés d’un niveau technique tout à fait acceptable, les instrumentistes préfèrent les optiques simples mais efficaces, et se rapprochent même parfois d’un habile mélange entre TOXIK et TESTAMENT (« Room 69 »). Pas de révolution donc à attendre d’un quatuor qui préfère encore sagement la stabilité, mais avouons que dans le domaine du Thrash, l’innovation est souvent un jeu plutôt risqué. Mais entre le classicisme et le culot, il y a une marge dans laquelle les SONSOHELL semblent se situer, ce qui ne les empêche nullement de tenter le coup de l’hymne instantané qui fouette comme une lanière bien serrée. C’est donc avec délice que l’on découvre ce fameux « Welcome To Sonsohell », introduit par un bon grognement et une basse typiquement NYHC, dégénérant soudain en hit Thrash fatal, avec mid tempo de rigueur, qui accélère à la bonne heure, et un phrasé de chant tout à fait mordant. Un peu VIO-LENCE paisible dans l’esprit, un peu RIGOR MORTIS sans le brin de folie, ce morceau représente tout ce que le Crossover peut proposer de meilleur, avec gimmick de refrain et riff d’airain. C’est du très bon boulot, et ça donne envie de savourer le Thrash au goulot.

Le reste ne l’est pas justement, et tient peu ou prou les mêmes standards de qualité, sans forcément les atteindre complètement. Mais on apprécie les variations, même minimes, qui permettent à « Army Of Extinction » de jouer la mélodie, même si dans ces moments plus posés la production révèle ses limites. Mais avec une paire de guitaristes complémentaires et une section rythmique qui fait l’affaire, SONSOHELL avance à bonne allure, nous convaincant de la probité de son futur, même si quelques breaks encore un peu trop grossièrement amenés justifient d’une marge de progression encore assez remarquée. Un peu EXUMER lorsque Walter s’envole dans les aigus, un peu Speed/Thrash lorsque les harmonies se taillent une bonne place, Welcome to Sonsohell se pose comme jolie introduction/conclusion d’un début de carrière à rebondissements, qui a vu les salvadoriens s’inviter sur la scène de quelques festivals et de s’imposer sur les sillons de compilations. Mais en se plaçant dans une très bonne moyenne, le quatuor abat ses cartes avec impatience, et se faufile dans le peloton de tête des groupes locaux à suivre de très près. Gageons qu’un futur longue-durée saura montrer le bout de ses sillons, et espérons que d’ici là, le groupe gommera quelques imperfections qui traînent encore sur le paillasson. Mais en se montrant aussi efficaces que loquaces, les SONSOHELL pourraient bien déchaîner les enfers dans leur ville natale.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Welcome to Sonsohell
  3. Ashes of Death
  4. Army of Extinction
  5. Room 69

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/05/2018 à 14:45
75 %    168

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.