Unborn Rising

Fleshless Entity

29/06/2023

Nebula Forest Productions

On ne va quand même pas se gêner, vu le bordel actuel dans les rues, pour en rajouter une couche dans la cacophonie ambiante. Des commerces pillés, des agressions multipliées, une défiance affichée, pour ce qui ressemble de plus en plus à une guerre civile qui risque de mal tourner en cas d’impair. Tout ça sent la mort à plein nez, et donc par extension, le Death Metal. Le raccourci est lénifiant j’en conviens, mais le premier album des salvadoriens de FLESHLESS ENTITY constitue pourtant la bande-son la plus crédible à cette agitation frontale et létale.

Formé en 2015 à San Salvador, FLESHLESS ENTITY est une créature de chair et de sang, mais de chair épaisse, et de sang presque coagulé. Inutile de vous attendre à une quelconque faiblesse de sa part, puisque son mode d’expression est massif, au moins autant qu’une bordée de briques balancées à la face d’une escouade de police. Ce quintet imposant (JuanJo - batterie, Erlin de la O - guitare, Alonso Ramos - chant, Zero - basse et Diego Lopez - guitare) s’est déjà exprimé en version condensée via deux EP’s et un split partagé avec KAB'RAKAN (deux morceaux chacun, pas de jaloux), mais attendait le bon moment pour lâcher du lourd, chose faite cette année avec la parution d’Unborn Rising, monument érigé en la mémoire du Death des nineties, réactualisé pour sonner encore plus méchant.

Disponible en intégralité sur YouTube, ce premier long est conséquent, ambitieux dans la nostalgie, mais effectif dès les premières écoutes. Impeccablement produit, flanqué d’un artwork léché, il symbolise à merveille cette nouvelle génération très respectueuse des codes et des anciens mais qui n’hésite pas à imprimer sa patte à cette dévotion somme toute assez légitime.

D’en parler est difficile. Car les structures des morceaux restent classiques, avec cette alternance de plans rapides et d’écrasements étouffants, dans la plus pure tradition de la frange la plus brutale et froide. Inspiré par le pendant américain de la vague morbide, entre SUFFOCATION et DEICIDE, FLESHLESS ENTITY rentre dans le lard comme un couteau bien aiguisé, et découpe de fines tranches qui sentent bon la mort rapide, mais pas sans douleur.

Dix morceaux, une moyenne de quatre minutes par chapitre, et de quoi se sustenter avarié pendant de longues semaines. Disposant d’un bagage technique certain, ces musiciens n’hésitent pas à aplatir dans les grandes largeurs, avant de tout cramer d’une accélération colérique. Parfois à la limite d’un Black/Death raisonnable, cette musique ose l’intensité permanente, et les changements de braquet intempestifs, sans pour autant nuire à la cohérence de la narration. Quelques mélodies sales pour faire bonne figure, une odeur de putréfaction pas trop gênante, pour une visite en règle de la morgue, avec embaumeur pour guide et spécialiste du Death Metal comme arbitre des sens.

Du bon donc, du très bon même parfois, et un exercice de style tout à fait maîtrisé. De la rigueur dans l’agencement, de l’application dans le jeu personnel, pour une osmose générale effective et sans tremblements. On sent que les salvadoriens ont bien rodé leur répertoire avant de le présenter, et qu’ils connaissent toutes les astuces pour parvenir à leurs fins.

J’en veux pour preuve cette guitare acoustique à la PESTILENCE sur « Oblivion », transition délicate mais intermède appréciable, ou cette pesanteur extrême à la MORBID ANGEL sur l’entame diabolique de « Rauddskinna ». Intro soignée, déroulé parfait, ce premier longue-durée se savoure sans arrière-pensée et ne laisse aucun arrière-goût désagréable dans les tympans, comme tous ces sous-produits vintage qui s’entassent de semaine en semaine.

On savourera les deux derniers segments qui forment une symphonie finale jouée en l’honneur de la brutalité la plus froide (et dont certaines intonations ne sont pas sans rappeler 1349), et on clôturera le débat en précisant que de grandes choses peuvent être attendues de la part de FLESHLESS ENTITY, qui a largement les moyens de devenir une référence mondiale du Death contemporain le moins générique. Alors, fans de CANNIBAL, de Glen Benton et autres fossoyeurs de l’extrême, jetez-vous dans la fournaise de ce bucher des vanités, qui incarne un soundtrack to the apocalypse très crédible.


Die.     

   

         

Titres de l’album:

01. Silence

02. Isolate

03. Testimony of Lambs

04. Third Degree

05. Gelt

06. Oblivion

07. Rauddskinna

08. Summa Blasphemia

09. Seven

10. Inoccentia Nihil Probat


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/07/2023 à 16:45
80 %    280

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19