Theion

Malakhim

08/01/2021

Iron Bonehead

Du Black Metal suédois. Ecrit comme ça, ça peut vouloir dire plein de choses, et à une époque, c’était même une évidence. Le Black était suédois, norvégien, et point barre. Et puis les autres s’y sont mis, les français, les allemands, les italiens, les anglais, les russes, les polonais, les tchèques, mais n’oublions pas que tout est parti de là-bas, de ces deux pays qui dans les années 80 ne voulaient absolument rien dire en termes de Metal extrême. Mais depuis quelques temps, la Suède semble n’avoir à cœur que de rattraper son retard et de combler le vide de succès des années 80 qui n’auront laissé dans les mémoires que de rares noms, dont ceux d’EUROPE et 220 VOLTS. Alors, on vintage, on customise, on reprend à sa sauce, et on laisse les autres gérer l’héritage de brutalité à tel point qu’une sortie estampillée BM suédois devient rare, et d’autant plus appréciable. Si tant est que la dite sortie respecte les critères de qualité édictés par les formations de légende. Ce qui est assurément le cas de MALAKHIM, qui pendant quelques années n’est resté qu’un nom murmuré par quelques lèvres. Fondé en 2017, le quintet de Västerbotten (TK - basse, VT - batterie, AK & AN - guitares, E - chant) a pris son temps pour écrire sa saga, mais s’est immédiatement fait repérer par les esthètes allemands d’Iron Bonehead, qui ont sauté sur leur première démo, illico pressée en CD. Le label en a fait de même avec le premier EP du groupe, sorti deux ans plus tard, et qui gravait dans le marbre les commandements du combo. Il est donc légitime que la maison de disques soit encore là pour épauler le quintet au moment de lâcher son premier album, ce terrifiant monolithe de violence qu’est Theion.

Theion ne propose absolument rien de neuf, mais perfectionne encore plus l’approche développée sur la première démo et le premier EP. Un BM traditionnel, éminemment violent, légèrement Punk sur les bords, et de temps à autres illuminé de mélodies amères disparates. Un BM tel qu’on le joue en Suède depuis la nuit des temps, noir, nihiliste, bestial mais précis, celui-là même qui sert de comparaison systématiquement, dès que des musiciens fardés essaient d’en perpétrer la violence. Et c’est sous une superbe pochette signée du talent de Mitchell Nolte que nous découvrons ces huit morceaux qui ne jouent pas la montre, et qui se contente des idées les plus porteuses pour traduire dans un langage historique des ambitions actuelles. Alors, de fait, tout y passe, à commencer par la production massive à rendre Morgan Steinmeyer Håkansson et Ihsahn fous de jalousie, d’autant plus que les MALAKHIM se montrent allusifs à leur univers respectifs en plus d’une occasion. C’est en tout cas ce qu’on note sur « Slither O Serpent », qui combine la puissance écrasante de MARDUK et la grandiloquence symphonique d’EMPEROR, sans plagier l’un ou l’autre. Car le BM des suédois est personnel dans son respect, et si le reflet que renvoie le miroir de Theion semble familier, une multitude de détails finissent par être remarqués. Notamment cette utilisation très intelligente des coupures qui relancent le rythme, et cette façon d’aérer la noirceur avec la luminosité de riffs plus Punk que d’ordinaire (« Merciless Angel Of Pestilence »). Beaucoup de formalisme donc, mais traité avec une approche individuelle qui permet à ce premier longue-durée de se démarquer de la faune habituelle des forets suédoises.      

Il faut dire qu’avec une entame aussi majestueuse que malsaine comme « There Is A Beacon », la barre est placée haute, et l’esprit des deux premiers formats encore plus impressionnant de maîtrise. En ayant recours assez souvent à un mid tempo pilonné comme un mantra, le quintet ose donc la rupture, et les blasts, bien présents, ne sont pas qu’un gimmick qu’on refourgue comme une figure imposée. Les accélérations ont donc leur propre raison d’être, et si les guitares adoptent l’acidité des premiers forfaits de MAYHEM, elles n’hésitent jamais à revenir dans le giron des licks les plus ténébreux. De fait, avec seulement quarante minutes de pratique, Theion ne lasse pas, accentue les différences entre les segments, et insuffle à chaque piste une âme qui lui est propre. Ainsi, E trouve une théâtralité de chant qui n’est pas sans rappeler le grand Attila Csihar sur la tranche de vie guerrière de « Chalice Of Ruin », alors que le groupe au complet emballe les débats via le surpuissant « His Voiceless Whisper ». Et cette seconde partie d’album a d’ailleurs tendance à accentuer les aspects les plus violents du combo, qui se manifestent via de courtes déclarations d’intention comme le cruel et impitoyable « Hammer Of Satan ». On imagine alors très bien un guerrier scandinave revenu de la mort pour prendre sa revanche, écrasant la tête de ses ennemis avec un marteau géant, à tel point que l’on peut presque entendre les cranes craquer sous l’impact des baguettes de VT.

Alors bien sûr, tout ceci a déjà été entendu des centaines de fois dans l’histoire, mais je ne peux m’empêcher de penser que pour un premier album, Theion fait preuve d’une maturité incroyable. Et si Iron Bonehead va jusqu’à citer des labels légendaires comme Solistitium records et No Fashion, n’y voyez aucune prétention, le parallèle étant plus que valide. Tout en restant dans des balises raisonnables de créativité, MALAKHIM s’affirme déjà comme un futur leader de la scène suédoise, prêt à déferler sur le monde dès qu’il s’y attendra le moins. 2021 commence donc sous les auspices les plus cruels qui soient.    

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. There Is A Beacon

02. Merciless Angel Of Pestilence

03. Slither O Serpent

04. Chalice Of Ruin

05. His Voiceless Whisper

06. Hammer Of Satan

07. The Splendour Of Stillborn Stars

08. Theion


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/01/2021 à 14:52
82 %    399

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
08/01/2021, 13:11:29

C'est vrai que l'album est bon mais c'et aussi vrai que c'est du déjà entendu. Avis partagé par cette chronique.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47

Wolf88

Tracklist:1- Intro 2:042- Die erste Levitation 5:073- Zelfkastijder 6:034- Hypnotisch Bevel - De daimonische Mensch 7:325- Zelfbestraffingstendenz en occulte Raadsels 6:106- Vom freien Tode 7:377- Scabreusheden uit hed Tuchtarsenaal 9:26(...)

16/04/2021, 14:07