Trinity

Unbeing

09/12/2016

Blk Coq Musik

Il y avait bien longtemps que je ne m’étais penché sur le cas de la scène Progressive instrumentale mondiale. J’ai donc décidé ce matin de réparer cette erreur en la regardant par le bout de la lorgnette Canadienne, au travers de la lentille UNBEING, groupe de Montréal en activité discographique depuis le début des années 2010. Par contre, trouver des infos sur leur dernière réalisation fut une gageure que je ne suis pas parvenue à relever, ne trouvant trace que de leurs efforts précédents sur la toile et leur Bandcamp.

Mais un coup d’œil aux tracklisting de leurs productions m’a soudainement fait comprendre que ce Trinity n’était rien de plus qu’une sorte de compilation, regroupant le meilleur de leurs trois sorties, Unbeing, paru en 2011, le EP Raptus sorti en 2014, et leur petit dernier, Ceres, proposé en mai de cette même année 2016.

Sur les dix-huit morceaux qui jalonnent leur jeune carrière, nous en retrouvons donc la plupart ici, ce qui propose un survol assez complet de leur parcours tortueux, à l’image d’une musique qui ne l’est pas moins.

Progressif, Metal, à tel point que le quintette Canadien a baptisé son style ProgEpic InstruMetal, ce qui ma foi correspond assez bien à leurs capacités techniques et à leur désirs mélodiques. Et puis, un combo qui ose baptiser un de ses morceaux « Chuck Norris » mérite bien un minimum d’attention non ?

Les UNBEING sont donc cinq musiciens (Sherif Maghraby (Guitare lead), Alexandre Murdock D'Amour (Basse), Martin Labelle (Claviers), Mat Paré (Guitare rythmique) et Alekseiev Delbes (Batterie)), qui avancent à leur rythme entre parutions digitales sur leur Bandcamp et concerts dans leur Canada natal, s’attirant des critiques assez dithyrambiques de la presse spécialisée, ce qui à l’écoute de leurs morceaux est parfaitement justifié.

Evidemment, les influences notables sont manifestes, de DREAM THEATER à PERIPHERY, en passant par RUSH, ANIMALS AS LEADERS, STEP IN FLUID, et des tonnes d’autres pour peu qu’on y réfléchisse quelques instants, mais l’approche des Canadiens garde une identité propre qui les rend assez uniques dans leur genre, même si les harmonies et autres pattern rythmiques sont assez proches d’une norme progressive telle que nous la connaissons depuis le début des années 90.

Le niveau technique est bien évidemment largement au-dessus de tout soupçon, mais il n’entraîne pas pour autant le groupe sur le terrain de la démonstration, et il est évident que les cinq musiciens préfèrent la déconstruction évolutive de l’harmonie et l’accroche syncopée à l’étalage de capacités et la flagornerie de bas étage.

Humaine, leur musique l’est, même si cette petite touche synthétique qui l’enrobe dans une production très propre et brillante lui confère une dimension presque « sur-humaine », dans le sens le plus littéral du terme. Ce qui l’est aussi sans conteste, c’est la durée de cette compilation qui dépasse les quatre-vingt minutes, et risque de rebuter l’auditeur lambda, plutôt porté sur la concision. Et il est certain que c’est sur ce point-là que les qualités intrinsèques de Trinity deviennent son talon d’Achille, proposant une quantité conséquente, qui peut lasser au bout de quelques morceaux, même si l’homogénéité de l’entreprise ne devient jamais redondance ou répétitivité à outrance.

Mais les points communs entre les morceaux étant parfaitement viables, certains trouveront le tout un peu indigeste. Cela dit, rien ne vous empêche de faire le tri, et de décomposer cet album en trois parties, ce qu’il représente après tout.

Ces trois parties sont agencées de façon plus ou moins logique, avec toutefois un éclatement des morceaux présents sur leurs trois réalisations, pour éviter l’empilement trop évident. Ainsi, si les quatre titres de Raptus s’enchaînent logiquement (de « Rapture » à « 2nc Cup »), ceux d’Unbeing et de Ceres s’entremêlent en début en fin d’album, permettant de mesurer l’évolution du groupe tout en assurant une osmose à l’album.

Cet album justement, propose divers aspects du Progressif moderne tel que nous le connaissons, abordant ses versants les plus abrupts et rythmiquement techniques, mais aussi ceux plus abordables et harmoniquement policés.

Les instants les plus soft, à l’instar de « Betterie Faible » et ses presque sept minutes envoutantes, développent de belles constructions en demi-teinte, et laissent de plus grands espaces aux climats feutrées, presque Jazz-Rock dans l’esprit, mais résolument Metal dans le fond.

Beaucoup de délicatesse, des parties de guitares oniriques et des contrepoints de claviers pertinents, pour une approche à la RUSH/Allan Holdsworth en toute humilité.

Mais bien sûr, le point fort des Canadiens est sans conteste cette énergie rythmique qui transforme l’assemblée de musiciens en poumon central les propulsant vers d’autres galaxies, comme le démontre sans complexe l’entame gargantuesque « Octo8 », qui pendant huit minutes passe en revue toutes les figures imposées du genre, se rapprochant d’un mélange entre DREAM THEATER, PERIPHERY et ENTITIES.

Précision à la demi-croche près, numéro de funambule sans filet, pour une symphonie sans grandiloquence qui n’oublie jamais l’humour sur la ligne d’une partition oubliée. C’est ce que démontre « Chuck Norris », proposant un Metal progressif évidemment très musclé, aux mélodies euphoriques et à la versatilité rythmique assez ludique.

Quelques intermèdes assez Jazzy dans l’esprit, perturbés par des arrangements synthétiques (« Autopsy »), des tentatives d’ouverture qui rappellent même le Jazz-Rock fusion des 80’s transposé dans un contexte futuriste («Citizens Of Earth »), des pointes d’agressivité à la lisière d’un Techno-Thrash de très haute volée (« Godspeed »), quelques dédales rythmiques endiablés et balayés de soli spatiaux (« Arisen »), pour finalement proposer un épilogue d’une troublante beauté Zen (« Zomb ! »), qui après une longue avancée harmonique laisse tomber un shunt nous évacuant sur des strates de son d’un autre monde, ouvrant des perspectives intéressantes…

Cette compilation tombe à pic pour découvrir un groupe unique, qui joue sa musique crânement, sans se préoccuper des conséquences, et qui affiche une belle liberté instrumentale. S’inspirant de codes établis pour mieux les plier à sa volonté, UNBEING nous offer avec Trinity l’intégralité de son œuvre, mais surtout, un joli périple dans les landes Progressives, en nous les faisant découvrir sous un jour nouveau, très ensoleillé et le sourire aux lèvres.

Une musique positive et chaleureuse, qui utilise la technique comme un moyen et non un but. Il suffit de se laisser emporter, de fermer les yeux et de voyager en leur compagnie.

 Qui est très agréable.


Titres de l'album:

  1. Octo8
  2. Mercury
  3. Chuck Norris
  4. Versus 10 Behemoths
  5. Rapture
  6. Batterie Faible
  7. Tetris Rufus
  8. 2nd Cup
  9. Citizens Of Earth
  10. Godspeed
  11. Leviathan
  12. Autopsy
  13. Arisen
  14. Black Box
  15. Zomb!

Site officiel


par mortne2001 le 23/12/2016 à 17:15
80 %    701

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29