Voici donc une compilation qui vient à point nommé remettre sur le tapis des débats l’importance de la première vague underground de Death Metal centre européen…Non que nous doutions de son importance au regard de la production de ses homologues américains et suédois, mais on a souvent tendance à oublier que l’Allemagne, ou l’Autriche ont eux aussi apporté leur pierre à l’édifice du mausolée…C’est d’ailleurs du côté de Klagenfurt que l’histoire nous ramène, et le mot est d’ailleurs bien choisi. En abordant le cas des DISASTROUS MURMUR, je savais que je m’attaquais à une des légendes les plus opaques de l’underground, eut égard à leur contribution au style, mais aussi à leur parcours chaotique. Fondé en 1988, ce trio (Manfred Perack - batterie, Elmar Warmuth - Chant/guitare et le petit dernier depuis 2014, Mike Hell - basse) ne s’est pas contenté de prémices, mais a bien géré son parcours, même si un hiatus de trois ans a sanctionné leur colère. Avec quatre longue-durée à leur actif (Rhapsodies In Red, 1992, Folter, 1994, …And Hungry Are The Lost, 2001 et Marinate Your Meat en 2006), on peut parler d’un héritage conséquent laissé à la nouvelle génération, qui doit certainement regarder d’un drôle d’œil ce combo au passé presque illustre pour une poignée de passionnés qui n’ont pas oublié…Mais oublié quoi au juste ? Les débuts des autrichiens, cette période reliant 1989 à 1991, durant laquelle le trio a quand même propagé ses idées nauséabondes au travers de deux démos et d’un single, pour poser les bases de sa philosophie morbide. Nous retrouvons donc sur Skinning Beginning (1989-1991) les deux maquettes initiales, Empryotic Uterogestation et Flesh... Is What I Need, ainsi que le single de 89 Extra Uterine Pregnancy, et rien que l’énoncé des titres doit vous indiquer à qui vous risquez d’avoir affaire…

Bien évidemment, personne n’a le monopole ni le copyright des analyses anatomico-gore les plus immondes du marché, mais admettons quand même que les précurseurs de CARCASS furent les premiers à adopter un certain vocabulaire de pathologiste averti pour baptiser leurs morceaux. Et c’est sans surprise que nous retrouvons sur cette entame de compilation l’influence des légistes anglais, via leurs œuvres les plus cultes Reek of Putrefaction et Symphonies of Sickness, qui se retrouvent tous deux gerbés dans un même tas de viscères fumantes à même le carrelage saignant. Ce Death sourd et primaire, très basique dans la forme mais gravissime dans le fond, qui se satisfait d’une production parfaitement abjecte, laissant grésiller les cymbales et frappant de mutisme la basse, que des 80’s mourantes ont découvert à l’agonie, retrouve ici une seconde jeunesse post-mortem absolument délicieuse. Difficile en effet d’éviter la comparaison, spécialement lorsque le son se perd dans un magma de bile régurgitée d’un estomac mortifié, sur « Bloated Corpses In A State Of Putrefaction », qui emprunte même les trémolos si caractéristiques de la guitare de Bill « meat grinder » Steer. Le chant étant au moins aussi également incompréhensible et gargouillesque que celui de Jeff Walker, le parallèle crève les tympans, et les laisse en l’état, dégoulinant de cette substance rouge qui bientôt ne coulera plus dans nos veines, mais sur la table de dissection. Il serait aussi tentant de rapprocher les DISASTROUS MURMUR de leurs frères d’armes de PUNGENT STENCH, dont ils adoptent la rigidité inique en choisissant de traiter la mort comme une façon avant-gardiste de perdre la vie, mais les points communs sont plus rares, et si d’aventure leur pays d’origine n’avait pas été le même, le jeu de dupes aurait été rapidement hors-contexte.

Au-delà de toutes ces considérations, il est très facile de jauger du potentiel d’un groupe encore en gestation, mais déjà assez campé sur ses positions. Si les niveaux changent d’une production à l’autre, la démarche reste la même, chancelante et gémissante, et exhalant dans un dernier râle une odeur pestilentielle de pourriture mortelle. Ainsi, dès l’horrible « Extra Uterine Pregnancy », et ses échos secs et mats, le doute n’est plus possible, nous nageons en plein home made travaillé à la cuisson, qui handicape une batterie dont la grosse caisse imite à la perfection les trépidations d’un chat enfermé derrière ses peaux, tandis que la musique se dégage plus ou moins de ses références passées pour se diriger vers un Death moins clinique, et plus symptomatique des MORGOTH, sans la technique ni la délicatesse. « Flesh…Is What I Need » nous entraîne vers un professionnalisme qu’on sentait déjà pointer sur le single précédent, et augure des premiers LP du groupe qui auront tôt fait d’asseoir leur réputation. Arrangements plus fouillés, parties plus alambiquées, atmosphère glauque et renfermée, pour une adaptation des standards en vogue à l’époque, sans refuser cette singularité qu’on pouvait trouver sur les travaux les plus directs des… PUNGENT STENCH, qui cette fois-ci servent de caution valable pour signer le bail. Mais la violence, aussi palpable soit-elle n’occulte absolument pas le fait que les musiciens avaient alors en deux ans grandement mis leur temps à profit, et progressé d’un point de vue instrumental, ce qui leur permettait de proposer des titres plus construits et évolutifs, à la limite d’un progressif encore trop perturbé par son manque de moyens pour être vraiment concret. Mais l’entraînant « Satisfaction (In The Morgue) » et son beat percutant, dégénérant soudainement en orgie nécrophile, ou l’opaque « Masked Killer » et ses plans s’entrechoquant comme deux clavicules arrachées à la volée, démontrent que les DISASTROUS MURMUR n’étaient pas là pour amuser la galerie, mais bien l’agrémenter de quelques suicides, si toutefois l’allusion vous parle…

Loin d’être anecdotique, Skinning Beginning (1989-1991) s’avère témoignage d’importance sur une ère de transition, et brosse le portrait d’un groupe qui mérite vraiment d’être reconnu. Bien sûr, depuis ces temps reculés, les autrichiens ont changé, mais il n’y a aucun mal à se pencher sur sa fougueuse jeunesse tout en continuant à avancer. Et comme ils n’ont pas produit grand-chose depuis 2006 (hormis le live 25 Years of Slaughter Rock il y a quatre ans), autant se rabattre sur cette pitance qui a de quoi satisfaire les systèmes digestifs les plus délabrés. Gore basique, Noise atypique, et Techno-Death critique, la visite guidée des couloirs de la morgue est variée, et laisse avec une vieille odeur de formol dans le nez. Espérons seulement que les DISASTROUS MURMUR ne se laissent pas embaumer…


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Sanguinary Contusion
  3. Ulceration
  4. Mucous Chyme  Mummified Flesh
  5. Bloated Corpses In A State Of Putrefaction
  6. Dissolve In Putrescence
  7. Extra Uterine Pregnancy
  8. Ptomaine Poisoning
  9. Flesh... Is What I Need
  10. Satisfaction (In The Morgue)
  11. Into The Dungeon
  12. Masked Killer

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/02/2018 à 18:09
78 %    308

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
16/02/2018 à 23:33:19
Bou Diou, voilà un nom et des illustrations qui nous remettent trèèès loin.

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

+ Overkill + Flotsam And Jetsam

16/09 : Cco, Villeurbane (69)

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Valley Of The Sun + Dirty Raven + Qilin

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


En effet, ce n'est vraiment rien de transcendant pour du Nile. Mais le groupe est tellement au-dessus de la mêlée pour moi que même avec un titre passable ils restent en lévitation.


Pas très bon, mais tout de même au dessus de tout ce qu'ils ont sorti depuis qu'ils sont chez Nuclear Blast.