Mind Mold

Mind Mold

28/04/2017

Sentient Ruin Laboratories

Lorsqu’un argument marketing d’un label repose sur une accroche comme une définition de style un peu bancale, c’est systématique, je me fais toujours avoir, séduit par l’inédit de la chose.

Souvent, le traquenard se referme sur moi au fur et à mesure de l’écoute, n’ayant rien à voir avec l’appât jeté à la surface de ma curiosité, mais parfois, je me sens satisfait d’avoir placé ma confiance en des termes un peu abscons, du moins assez éloignés des standards habituels. C’est souvent le cas avec le label Sentient Ruin qui a l’habitude de peser ses mots pour ne pas jouer les fanfarons, et de temps à autres, en demi-teinte, non générateur d’une immense déception, mais plutôt d’une atténuation de la surprise.

Ou les deux, puisque c’est aussi confus…

Quel est le cas de figure dans celui de ce nouveau groupe aussi énigmatique que sa musique n’est compacte ? La réponse est difficile à donner, mais ce qui est certain c’est que les MIND MOLD ne font pas partie du tout-venant qui inonde le net de ses divagations stériles ou trop aseptisées.

Selon leur label Américain, les Canadiens joueraient une sorte de Black Doom d’avant-garde, terme qui permet de baliser le terrain vague de façon pas plus nette. Et après écoute de ce premier EP, je serais tenté de dire que la définition est assez juste, même si l’étiquette Post Black aurait tout à fait convenu…

Mais un peu d’histoire avant d’aller plus loin.

Le trio MIND MOLD (Robert LaChance – guitare, WAKE, Will Bjorndahl et Ryan

Kennedy, SEMINARY) serait donc un side-project de trois musiciens d’horizons divers, semblant partager des vues sur un Grind assez sombre et décalé. WAKE est assez connu pour jouer une musique radicale, bruyante et ténébreuse, et SEMINARY s’enorgueillit de pratiquer un Grind d’avant-garde, assez étrange il est vrai. Mais ensemble, les trois hommes ont décidé de partir dans des directions différentes, tout en gardant cette optique d’originalité à laquelle ils semblent tenir par-dessus tout.

Ce qui nous donne donc un résultat à la hauteur de leur bizarrerie commune, à cheval entre un Black Metal vraiment très opaque et abrasif, un Doom plus ou moins impénétrable, et un Post Black/Post Metal aux dissonances prononcées, les rapprochant d’autres groupes tout aussi bruitistes et nihilistes qu’eux.

En citant comme références des artistes/ensembles comme NEUROSIS, RED HARVEST, BLUT AUS NORD, TODAY IS THE DAY, RORSCHACH, JESU/GODFESH, ou les SWANS, Sentient Ruin balaie un spectre suffisamment large pour que cet EP de MIND MOLD y trouve sa place. Les principaux concernés préfèrent parler d’affinités avec les BURNING WITCH, GOATSBLOOD, WATCHMAKER, ou DEADGUY, ce qui brouille encore plus les pistes, et qui finalement ne nous éclaire pas plus quant à leur direction. Mais pour pouvoir la connaître et éventuellement la suivre, une seule solution, écoutez cette musique qui se veut le reflet de personnalités troubles ne s’épanouissant que dans une expression bruitiste contrôlée, éprouvant la lenteur pour la dynamiser de véhémence rythmique assumée.

En gros, des riffs pachydermiques et graves comme une maladie incurable, des confrontations sonores entre une guitare extrémiste et une batterie mixée en arrière-plan peinant à donner le rythme, et un chant affreusement placé en retrait qui hurle son mal-être comme un damné sur le chemin d’une rédemption qu’il n’atteindra jamais.

Il est certain qu’en utilisant les codes génétiques de NEUROSIS et de BLUT AUS NORD, on parvient à délimiter un champ d’action, mais il semblerait que la musique des Canadiens aille beaucoup plus loin que cette simple juxtaposition.

Et une seule oreille posée sur le traumatique final « Nyx » suffit à piger que le seul but des MIND MOLD est de mettre leur auditoire mal à l’aise, et de tester sa résistance à la douleur via des thèmes macabres, résignés, et d’une dissonance torturée, transformant chaque plan en une digression sur l’union des early SWANS et d’INCANTATION, comme si la combinaison de la répétitivité de l’Industriel et de la lancinance d’un Death à tendance Doom inamovible était la seule solution à envisager.

Tout aussi Death processionnel qu’il n’est Black renonciateur, cet EP érige le malaise au rang de dogme, et laisse des compositions libres de toute astreinte faire le job, comme une Némésis absolue, tuant la mélodie et la puissance dans l’œuf.

Certains critiques ont évoqué une jolie image d’association entre les GORGUTS et DEATHSPELL OMEGA, pris en tronçons et réassemblés dans le désordre, ce qui est assez séduisant en soi, mais l’évocation d’un PARADISE LOST des jeunes années perverti par l’esprit sombre d’un FUNERAL converti aux sub-fréquences droniques d’un JESU débarrassé de toute contrainte morale peut aussi convenir sans être trop précis.

A vous de voir quelle description vous sied le mieux, et même à proposer la vôtre pourquoi pas…

Le mérite du trio est de ne pas avoir tourné autour du pot et de nous prendre à la gorge dès les premières secondes de « Whimpering Plague », sorte de Post Black maladif qui accumule les traumatismes pour ne laisser filtrer aucun doute sur son affiliation à une expression malsaine et abstraite. Guitare qui semble partir dans des délires personnels incontrôlables, et qui change de voie à intervalles réguliers, rythmique qui suit le mouvement en y imprimant des blasts, des cassures, des silences, et toujours ce chant qui survole les débats avec détachement. La recette est simple, mais brillement mise à exécution, empêchant toute catégorisation un peu trop précise.

Arythmie, harmonies biaisées et bruit tout sauf maniéré, c’est une nouvelle conception d’un Black Indus assez inédit, bruyant (assourdissant à plein volume), et sans complaisance.

Et si la cohérence est de mise, elle ne se veut pas linéarité, et chaque entrée propose son lot d’idées, tendant parfois vers un spleen mélodique déformé (« Antipath », comme un songe d’EMPEROR envahi de personnages à la DEATHSPELL OMEGA).

Il est évident que les plus sensibles seront rebutés par ces nuances infimes que seuls les habitués sauront repérer, mais en tant que premier EP, Mind Mold fait preuve d’une véritable personnalité.

Quant à savoir s’il pose les jalons d’un style à part entière, l’avenir nous laisse le deviner. Mais je parie sur les MIND MOLD et leur soif de créativité. Et gageons qu’un futur LP saura me prouver que j’ai raison d’y croire.


Titres de l'album:

  1. Whimpering Plague
  2. Antipath
  3. Opyl
  4. Viceregal Inhumation
  5. Nyx

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2017 à 14:08
70 %    466

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai d'abord eu peur en pensant qu'il était décédé, et vu ma réaction cela m'aurait fait un vrai choc, mais bien mauvaise nouvelle.
Allez LG, nique lui sa gueule à ce putain de cancer.

09/08/2020, 20:17

Buck Dancer

Vu en 2012 au Bataclan et j'ai pris un pied énorme. Et au contraire de toi RBD, j'ai eu cette sensation de spontanéité, qui manque cruellement a 99% des groupes metal que j'écoute. Phil hésitait pas à stoppé un morceau en plein milieu, pour mieux le recommencer ensuite, parce que le public ne(...)

09/08/2020, 16:32

KaneIsBack

Dans le genre LDOH-worship, c'est plutôt bon. Dommage que ça soit si court !

09/08/2020, 11:33

Jus de cadavre

2009 était sans doute l'une des meilleures année pour voir Down sur scène. Phil était sobre, son chant redevenu plus juste (forcément sans abus c'est plus facile), le groupe dans son ensemble était touché par la grâce. Ils avaient sorti 2 ans auparavant un album cathartique ou toutes leurs t(...)

09/08/2020, 11:01

LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43