Lorsqu’un argument marketing d’un label repose sur une accroche comme une définition de style un peu bancale, c’est systématique, je me fais toujours avoir, séduit par l’inédit de la chose.

Souvent, le traquenard se referme sur moi au fur et à mesure de l’écoute, n’ayant rien à voir avec l’appât jeté à la surface de ma curiosité, mais parfois, je me sens satisfait d’avoir placé ma confiance en des termes un peu abscons, du moins assez éloignés des standards habituels. C’est souvent le cas avec le label Sentient Ruin qui a l’habitude de peser ses mots pour ne pas jouer les fanfarons, et de temps à autres, en demi-teinte, non générateur d’une immense déception, mais plutôt d’une atténuation de la surprise.

Ou les deux, puisque c’est aussi confus…

Quel est le cas de figure dans celui de ce nouveau groupe aussi énigmatique que sa musique n’est compacte ? La réponse est difficile à donner, mais ce qui est certain c’est que les MIND MOLD ne font pas partie du tout-venant qui inonde le net de ses divagations stériles ou trop aseptisées.

Selon leur label Américain, les Canadiens joueraient une sorte de Black Doom d’avant-garde, terme qui permet de baliser le terrain vague de façon pas plus nette. Et après écoute de ce premier EP, je serais tenté de dire que la définition est assez juste, même si l’étiquette Post Black aurait tout à fait convenu…

Mais un peu d’histoire avant d’aller plus loin.

Le trio MIND MOLD (Robert LaChance – guitare, WAKE, Will Bjorndahl et Ryan

Kennedy, SEMINARY) serait donc un side-project de trois musiciens d’horizons divers, semblant partager des vues sur un Grind assez sombre et décalé. WAKE est assez connu pour jouer une musique radicale, bruyante et ténébreuse, et SEMINARY s’enorgueillit de pratiquer un Grind d’avant-garde, assez étrange il est vrai. Mais ensemble, les trois hommes ont décidé de partir dans des directions différentes, tout en gardant cette optique d’originalité à laquelle ils semblent tenir par-dessus tout.

Ce qui nous donne donc un résultat à la hauteur de leur bizarrerie commune, à cheval entre un Black Metal vraiment très opaque et abrasif, un Doom plus ou moins impénétrable, et un Post Black/Post Metal aux dissonances prononcées, les rapprochant d’autres groupes tout aussi bruitistes et nihilistes qu’eux.

En citant comme références des artistes/ensembles comme NEUROSIS, RED HARVEST, BLUT AUS NORD, TODAY IS THE DAY, RORSCHACH, JESU/GODFESH, ou les SWANS, Sentient Ruin balaie un spectre suffisamment large pour que cet EP de MIND MOLD y trouve sa place. Les principaux concernés préfèrent parler d’affinités avec les BURNING WITCH, GOATSBLOOD, WATCHMAKER, ou DEADGUY, ce qui brouille encore plus les pistes, et qui finalement ne nous éclaire pas plus quant à leur direction. Mais pour pouvoir la connaître et éventuellement la suivre, une seule solution, écoutez cette musique qui se veut le reflet de personnalités troubles ne s’épanouissant que dans une expression bruitiste contrôlée, éprouvant la lenteur pour la dynamiser de véhémence rythmique assumée.

En gros, des riffs pachydermiques et graves comme une maladie incurable, des confrontations sonores entre une guitare extrémiste et une batterie mixée en arrière-plan peinant à donner le rythme, et un chant affreusement placé en retrait qui hurle son mal-être comme un damné sur le chemin d’une rédemption qu’il n’atteindra jamais.

Il est certain qu’en utilisant les codes génétiques de NEUROSIS et de BLUT AUS NORD, on parvient à délimiter un champ d’action, mais il semblerait que la musique des Canadiens aille beaucoup plus loin que cette simple juxtaposition.

Et une seule oreille posée sur le traumatique final « Nyx » suffit à piger que le seul but des MIND MOLD est de mettre leur auditoire mal à l’aise, et de tester sa résistance à la douleur via des thèmes macabres, résignés, et d’une dissonance torturée, transformant chaque plan en une digression sur l’union des early SWANS et d’INCANTATION, comme si la combinaison de la répétitivité de l’Industriel et de la lancinance d’un Death à tendance Doom inamovible était la seule solution à envisager.

Tout aussi Death processionnel qu’il n’est Black renonciateur, cet EP érige le malaise au rang de dogme, et laisse des compositions libres de toute astreinte faire le job, comme une Némésis absolue, tuant la mélodie et la puissance dans l’œuf.

Certains critiques ont évoqué une jolie image d’association entre les GORGUTS et DEATHSPELL OMEGA, pris en tronçons et réassemblés dans le désordre, ce qui est assez séduisant en soi, mais l’évocation d’un PARADISE LOST des jeunes années perverti par l’esprit sombre d’un FUNERAL converti aux sub-fréquences droniques d’un JESU débarrassé de toute contrainte morale peut aussi convenir sans être trop précis.

A vous de voir quelle description vous sied le mieux, et même à proposer la vôtre pourquoi pas…

Le mérite du trio est de ne pas avoir tourné autour du pot et de nous prendre à la gorge dès les premières secondes de « Whimpering Plague », sorte de Post Black maladif qui accumule les traumatismes pour ne laisser filtrer aucun doute sur son affiliation à une expression malsaine et abstraite. Guitare qui semble partir dans des délires personnels incontrôlables, et qui change de voie à intervalles réguliers, rythmique qui suit le mouvement en y imprimant des blasts, des cassures, des silences, et toujours ce chant qui survole les débats avec détachement. La recette est simple, mais brillement mise à exécution, empêchant toute catégorisation un peu trop précise.

Arythmie, harmonies biaisées et bruit tout sauf maniéré, c’est une nouvelle conception d’un Black Indus assez inédit, bruyant (assourdissant à plein volume), et sans complaisance.

Et si la cohérence est de mise, elle ne se veut pas linéarité, et chaque entrée propose son lot d’idées, tendant parfois vers un spleen mélodique déformé (« Antipath », comme un songe d’EMPEROR envahi de personnages à la DEATHSPELL OMEGA).

Il est évident que les plus sensibles seront rebutés par ces nuances infimes que seuls les habitués sauront repérer, mais en tant que premier EP, Mind Mold fait preuve d’une véritable personnalité.

Quant à savoir s’il pose les jalons d’un style à part entière, l’avenir nous laisse le deviner. Mais je parie sur les MIND MOLD et leur soif de créativité. Et gageons qu’un futur LP saura me prouver que j’ai raison d’y croire.


Titres de l'album:

  1. Whimpering Plague
  2. Antipath
  3. Opyl
  4. Viceregal Inhumation
  5. Nyx

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2017 à 14:08
70 %    317

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.