Lorsqu’un argument marketing d’un label repose sur une accroche comme une définition de style un peu bancale, c’est systématique, je me fais toujours avoir, séduit par l’inédit de la chose.

Souvent, le traquenard se referme sur moi au fur et à mesure de l’écoute, n’ayant rien à voir avec l’appât jeté à la surface de ma curiosité, mais parfois, je me sens satisfait d’avoir placé ma confiance en des termes un peu abscons, du moins assez éloignés des standards habituels. C’est souvent le cas avec le label Sentient Ruin qui a l’habitude de peser ses mots pour ne pas jouer les fanfarons, et de temps à autres, en demi-teinte, non générateur d’une immense déception, mais plutôt d’une atténuation de la surprise.

Ou les deux, puisque c’est aussi confus…

Quel est le cas de figure dans celui de ce nouveau groupe aussi énigmatique que sa musique n’est compacte ? La réponse est difficile à donner, mais ce qui est certain c’est que les MIND MOLD ne font pas partie du tout-venant qui inonde le net de ses divagations stériles ou trop aseptisées.

Selon leur label Américain, les Canadiens joueraient une sorte de Black Doom d’avant-garde, terme qui permet de baliser le terrain vague de façon pas plus nette. Et après écoute de ce premier EP, je serais tenté de dire que la définition est assez juste, même si l’étiquette Post Black aurait tout à fait convenu…

Mais un peu d’histoire avant d’aller plus loin.

Le trio MIND MOLD (Robert LaChance – guitare, WAKE, Will Bjorndahl et Ryan

Kennedy, SEMINARY) serait donc un side-project de trois musiciens d’horizons divers, semblant partager des vues sur un Grind assez sombre et décalé. WAKE est assez connu pour jouer une musique radicale, bruyante et ténébreuse, et SEMINARY s’enorgueillit de pratiquer un Grind d’avant-garde, assez étrange il est vrai. Mais ensemble, les trois hommes ont décidé de partir dans des directions différentes, tout en gardant cette optique d’originalité à laquelle ils semblent tenir par-dessus tout.

Ce qui nous donne donc un résultat à la hauteur de leur bizarrerie commune, à cheval entre un Black Metal vraiment très opaque et abrasif, un Doom plus ou moins impénétrable, et un Post Black/Post Metal aux dissonances prononcées, les rapprochant d’autres groupes tout aussi bruitistes et nihilistes qu’eux.

En citant comme références des artistes/ensembles comme NEUROSIS, RED HARVEST, BLUT AUS NORD, TODAY IS THE DAY, RORSCHACH, JESU/GODFESH, ou les SWANS, Sentient Ruin balaie un spectre suffisamment large pour que cet EP de MIND MOLD y trouve sa place. Les principaux concernés préfèrent parler d’affinités avec les BURNING WITCH, GOATSBLOOD, WATCHMAKER, ou DEADGUY, ce qui brouille encore plus les pistes, et qui finalement ne nous éclaire pas plus quant à leur direction. Mais pour pouvoir la connaître et éventuellement la suivre, une seule solution, écoutez cette musique qui se veut le reflet de personnalités troubles ne s’épanouissant que dans une expression bruitiste contrôlée, éprouvant la lenteur pour la dynamiser de véhémence rythmique assumée.

En gros, des riffs pachydermiques et graves comme une maladie incurable, des confrontations sonores entre une guitare extrémiste et une batterie mixée en arrière-plan peinant à donner le rythme, et un chant affreusement placé en retrait qui hurle son mal-être comme un damné sur le chemin d’une rédemption qu’il n’atteindra jamais.

Il est certain qu’en utilisant les codes génétiques de NEUROSIS et de BLUT AUS NORD, on parvient à délimiter un champ d’action, mais il semblerait que la musique des Canadiens aille beaucoup plus loin que cette simple juxtaposition.

Et une seule oreille posée sur le traumatique final « Nyx » suffit à piger que le seul but des MIND MOLD est de mettre leur auditoire mal à l’aise, et de tester sa résistance à la douleur via des thèmes macabres, résignés, et d’une dissonance torturée, transformant chaque plan en une digression sur l’union des early SWANS et d’INCANTATION, comme si la combinaison de la répétitivité de l’Industriel et de la lancinance d’un Death à tendance Doom inamovible était la seule solution à envisager.

Tout aussi Death processionnel qu’il n’est Black renonciateur, cet EP érige le malaise au rang de dogme, et laisse des compositions libres de toute astreinte faire le job, comme une Némésis absolue, tuant la mélodie et la puissance dans l’œuf.

Certains critiques ont évoqué une jolie image d’association entre les GORGUTS et DEATHSPELL OMEGA, pris en tronçons et réassemblés dans le désordre, ce qui est assez séduisant en soi, mais l’évocation d’un PARADISE LOST des jeunes années perverti par l’esprit sombre d’un FUNERAL converti aux sub-fréquences droniques d’un JESU débarrassé de toute contrainte morale peut aussi convenir sans être trop précis.

A vous de voir quelle description vous sied le mieux, et même à proposer la vôtre pourquoi pas…

Le mérite du trio est de ne pas avoir tourné autour du pot et de nous prendre à la gorge dès les premières secondes de « Whimpering Plague », sorte de Post Black maladif qui accumule les traumatismes pour ne laisser filtrer aucun doute sur son affiliation à une expression malsaine et abstraite. Guitare qui semble partir dans des délires personnels incontrôlables, et qui change de voie à intervalles réguliers, rythmique qui suit le mouvement en y imprimant des blasts, des cassures, des silences, et toujours ce chant qui survole les débats avec détachement. La recette est simple, mais brillement mise à exécution, empêchant toute catégorisation un peu trop précise.

Arythmie, harmonies biaisées et bruit tout sauf maniéré, c’est une nouvelle conception d’un Black Indus assez inédit, bruyant (assourdissant à plein volume), et sans complaisance.

Et si la cohérence est de mise, elle ne se veut pas linéarité, et chaque entrée propose son lot d’idées, tendant parfois vers un spleen mélodique déformé (« Antipath », comme un songe d’EMPEROR envahi de personnages à la DEATHSPELL OMEGA).

Il est évident que les plus sensibles seront rebutés par ces nuances infimes que seuls les habitués sauront repérer, mais en tant que premier EP, Mind Mold fait preuve d’une véritable personnalité.

Quant à savoir s’il pose les jalons d’un style à part entière, l’avenir nous laisse le deviner. Mais je parie sur les MIND MOLD et leur soif de créativité. Et gageons qu’un futur LP saura me prouver que j’ai raison d’y croire.


Titres de l'album:

  1. Whimpering Plague
  2. Antipath
  3. Opyl
  4. Viceregal Inhumation
  5. Nyx

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2017 à 14:08
70 %    275

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)