Vous pouvez faire confiance à Osmose pour ne pas vous refourguer n’importe quoi ou des trucs un peu trop classiques pour être honnêtes dans la démarche artistique. Après tout, avec bientôt trente ans de carrière productive derrière lui, le légendaire label français peut s’enorgueillir d’avoir fait son devoir envers l’underground et l’extrême, en signant ou distribuant certaines des œuvres les plus essentielles de l’histoire. Et cette histoire n’est pas prête d’arriver à sa conclusion si j’en juge par la qualité du troisième album du collectif VORTEX OF END, qui ne prête pas vraiment à sourire, et qui ne risque pas de susciter l’indifférence. Allons droit au but, sous des atours formels, ce nouveau chapitre de la légende des originaires du Grand-Est n’est rien de moins qu’une épiphanie de violence, de méchanceté qui suinte de tous les riffs, d’impressions persistantes et d’échos caverneux, se matérialisant dans un désir ultime de brouiller les pistes entre le Black et le Death. Et le résultat est si probant et époustouflant que j’en viens à regretter de les avoir rangés dans la catégorie un peu putassière du Black Death, puisqu’Ardens Fvror en rejette la facilité vulgarisatrice, et propose tellement d’idées qu’il ne mérite absolument pas d’être réduit à un concept trop simple. En reprenant les choses à leur origine, précisons encore que ce groupe à cheval entre Paris, Reims et Troyes a débuté sa carrière en 2005, qu’il n’a patienté qu’un an avant de publier sa première démo (Satanik Nuklear-Engined Turbodefekator, vendue d’ailleurs sans l’accord du groupe qui n’a donc touché aucun bénéfice) et un de plus avant de se jeter corps et âme dans les eaux du longue-durée, via In Satan and Plutonium We Trust, qui à l’époque n’avait pas mis tout le monde d’accord.

Il faut dire qu’avec une approche aussi singulière et extrême, VORTEX OF END est l’archétype du groupe qui ne peut que créer des schismes entre les passionnés et les écœurés. Certes, à l’époque la musique était encore à peaufiner, le concept pas encore abouti, mais on sentait déjà que le groupe avait autre chose à dire qu’un lénifiant discours sur l’extrême déjà prononcé des centaines de fois. Et après quelques formats courts et partagés, c’est Fvlgvr Lvx Terror qui a pris la suite, beaucoup plus élaboré et escarpé. Et aujourd’hui, cette fureur ardente déboule tout droit des enfers les plus cramoisis des sept cercles, avec son cortège de plans démoniaques, de guitares rouillées comme du barbelé autour d’une tombe, ses excès rythmiques explosifs et ses lignes de chant incantatoires. Plus que du Death Black ou l’inverse, ce nouvel album se rapproche d’ailleurs plus volontiers du BM des origines, et peut aisément faire penser à une traduction très personnelle des philosophies de 1349, avec toutefois une ambition beaucoup plus prononcée. C’est ainsi que NGH (guitare/chant), PRZ (guitare/chant), HRS (basse/chœurs) et NKR (batterie) nous accueillent avec une intro purement Ambient qui met dans l’ambiance, avant de lâcher les chiens sur le féroce « Venomovs Triangle ». Ce premier véritable titre de l’album est une acmé en soi, tant son déferlement de violence saute à la gorge, rappelant toute l’importance des avancées norvégiennes des nineties, tout en cherchant sans relâche le motif accrocheur qui retiendra l’édifice à des fondations plus malléables.

Difficile en effet de ne pas penser aux cadors du froid de la période 91/94 en écoutant ce troisième LP, qui s’évertue à combiner ce que l’extrême compte d’idées les plus néfastes, pour les assombrir encore plus et atteindre un degré d’intensité énorme. N’acceptant aucun compromis, mais évitant avec beaucoup d’intelligence les récifs du chaos, les VORTEX OF END musicalisent la colère, harmonisent la haine, et structurent la brutalité pour transformer chacun de leurs morceaux en symphonie d’outrance. Cet art consommé de l’ambivalence est manifeste sur des segments aussi grandiloquents que « Ira Dei », concrétisant ces jours de colère en une sorte de progression dantesque et apocalyptique. Toute la finesse de composition du quatuor se sent en filigrane de cette composition qui s’autorise toutes les audaces, de ce pont avec une basse ronflante à ce soudain écrasement rythmique, permettant un chant scandé très efficace et franchement vindicatif. Le travail vocal est d’ailleurs l’un des points forts de cette réalisation, qui loin de se contenter d’une accumulation de cris travaille la théâtralité, superpose les couches de chœurs avec une emphase dramatique patente, et transforme le cheminement naturel en descente aux enfers. Mais le tout reste accessible aux plus timorés, grâce à une aisance dans les mélodies froides qui rapproche encore le groupe d’une version contemporaine des grand classiques BM d’il y a trente ans. Et si le spectre de DISSECTION pointe parfois le bout de son nez, dites-vous que les VORTEX OF END en approchent souvent du génie malfaisant de Storm of the Lights Bane ou The Somberlain. Et le compliment n’est ni gratuit, ni usurpé.

A la différence qu’Ardens Fvror est certainement encore plus intense que n’importe quelle folie de feu Jon Nodtveidt. Non que le quatuor soit supérieur en termes artistiques, mais il n’hésite jamais à aller plus loin que la moyenne, et ose parfois le danger de la cacophonie pour mieux stimuler les sens, et nous faire chavirer dans un tourbillon de violence pure (« Ov Dancing Snakes and Circling Crows », sorte de mix gargantuesque entre 1349 et DEATHSPELL OMEGA). Et cette envie de s’extirper d’une linéarité trop prévisible s’incarne avec efficience sur cette fameuse ouverture de « Venomovs Triangle », qui se casse en une césure à l’hémistiche pour dérouler un break purement Ambient, glauque, suintant, et assez inquiétant. Sans vouloir dévoiler toutes les surprises d’un LP qui en contient un nombre conséquent, autant dire que de son entame à son terme, Ardens Fvror n’est que brutalité, inventivité et efficacité. D’ailleurs, son épilogue « Satvrnian Ascension » ose le gimmick parfait et définitif, avec son « Six, six, six » hurlé comme une litanie, qui n’occulte cependant pas la montée en crescendo, ni la juxtaposition de chœurs désincarnés et les accumulations de riffs concentriques orgiaques. Plus qu’une confirmation, ce troisième chapitre de la saga VORTEX OF END est une transfiguration, et la révélation éclatante d’un potentiel énorme. On imagine avec effroi le résultat produit en live par ces titres qui bousculent toutes les conventions, nous apprêtant à réserver à ce groupe unique l’accueil qu’il est en droit de mériter et revendiquer. Un petit chef d’œuvre du mal.


Titres de l'album :

                            1.BFTIVV

                            2.Venomovs Triangle

                            3.Voraciovs Egregore

                            4.Transvbstantiation

                            5.Ira Dei

                            6.Ov Dancing Snakes and Circling Crows

                            7.Emergence

                            8.Satvrnian Ascension

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/06/2019 à 17:04
88 %    382

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Werewolf
@78.192.38.132
08/06/2019 à 11:58:09
Je trouve la comparaison avec DSO et 1349 exagérée tant ce groupe manque de folie, d'agressivité et de de force de frappe. Quant à un quelconque chaos soutenu par une maîtrise technique...

Les bons moments sont noyés dans un océan de platitude et d'absence de personnalité. C'est peut être cela le soucis: en écoutant cet album on ne ressent rien et on n'identifie aucune signature propre.
Cela ne laissera aucune trace.

Ajouter un commentaire


Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...