Troisième album déjà pour les chiliens d’ABERRACION, et confirmation d’un potentiel que l’on sentait déjà patent sur leurs deux premières réalisations. Pour ceux ignorant encore ce nom, sachez que ce groupe de pur Heavy Speed nous en vient de Macul, et qu’il existe depuis six ans maintenant, se permettant le luxe de rester indépendant tout en multipliant les sorties et les concerts depuis sa création. Déjà donc deux longue-durée à se mettre sous la dent, Sangre Por Sangre en 2015 et Sentencia en 2017, et c’est donc sur un rythme métronomique d’un LP tous les deux ans que ces musiciens continuent de nous abreuver, puisque ce Nadie Esta Libre est disponible sur de nombreuses plateformes légales depuis le mois de janvier. Toujours axé en formation quatuor (Ignacio Norambuena - guitare/chant, Andrés Espinosa - guitare, Ronnie Rebolledo - batterie et Marco Bravo - basse), ABERRACION ne joue pas la surprise avec ces neuf nouveaux titres qui restent ancrés dans une nostalgie très prononcée, et qui restent fixés sur des obsessions de puissance mélodique. Des riffs jusqu’à plus soif, une section rythmique performante, mais surtout, un respect des aînés et une fougue damnée, pour un bal qui a de vrais airs de balade sur les quais de la mémoire, nationale évidemment, mais aussi internationale, avec des petits arrêts fréquemment marqués dans les capitales européennes, notamment en Allemagne et en Espagne, mais aussi en France, comme le démontrent quelques titres fortement connotés de notre propre vague de Speed mélodique. On trouve donc toujours un peu de tout dans cette auberge chilienne, qui non contente d’accueillir les metalleux voyageurs avec le sourire leur dresse une table riche, sans trop rien demander en retour. Un plaisir qu’il ne faut surtout pas bouder, même si l’on en connaît déjà les effets depuis une trentaine d’années et l’émergence de cette NWOBHM qui nous avait secoués sur nos bases.

Et de fait, ABERRACION est l’archétype même du groupe dont il est inutile de parler, sinon pour signaler une sortie et leur faire un peu de pub. Leur musique est toujours la même, se professionnalise avec le temps, mais en respectant les mêmes principes de rattrapage de temps, se fondant sur l’opposition entre une rythmique rapide et des riffs hautement mélodiques, le même genre de décalage qu’on retrouvait chez les HELLOWEEN, CROSSFIRE, mais aussi chez nos ADX nationaux, ce que le premier véritable morceau révèle de sa fougue. Car passée l’intro de rigueur, on plonge direct dans le bain de fureur, via « Lamentos » qui ne fait pas de quartier, mais qui ne laisse pas non plus les trottoirs ensanglantés. Rien de particulièrement neuf à souligner, si ce ne sont des compétences qui s’affirment, et un tempo toujours aussi partagé entre envolées Speed et martèlement Heavy, pour un troisième chapitre qui nous la joue courte et qui s’arrête une fois la demi-heure passée. Pas de quoi craindre une redite ou du bavardage inutile, même si les plans se répercutent chez les chiliens d’album en album et de morceau en morceau. Mais avouons quand même que le quatuor se place dans une très bonne moyenne de groupes old-school, genre qui décidément ne connaît aucune baisse de régime niveau production, et qui de mois en année truste la pole position des créneaux les plus occupés. Nous l’avons déjà dit, aucun mal à ça, puisque les amateurs de sensations passées sont toujours aussi nombreux, et qu’ils seront certainement ravis du menu proposé par Nadie Esta Libre. Personne n’est libre, et tout le monde est enchaîné à son propre passé, tel est le message que ce troisième LP souhaite faire passer, et il le fait bien, même si on aurait encore une fois aimé plus de distanciation, et des citations moins évidentes dans la forme et le fond.

Mais doté d’un très bon son, sec mais pas trop passéiste, ce concentré de rage harmonique est très plaisant à écouter, même si on a souvent le sentiment d’avoir les oreilles posées sur un groupe lambda, de ceux dont je vous rebats les mirettes à longueur de chroniques. Ceci étant dit, difficile de résister à des charges aussi intenses que le title-track, qui joue la saccade à outrance, et qui nous ramène aux meilleures heures de SCANNER et de la vague teutonne de Speed qui détonne. C’est d’ailleurs ce côté-là qu’on apprécie le plus chez les chiliens, qui ne se montrent pas forcément inspirés en terrain lourd, et qui proposent des choses un peu trop figées comme le lourd et emphatique « No se si es Verdad » qui singe plus volontiers les tics les plus irritants de RUNNING WILD et GRAVE DIGGER. Mais heureusement pour nous et pour eux, ces instants-là sont rares, et c’est l’énergie qui emporte les suffrages, même lorsqu’elle prend la forme de syncopes à la MAIDEN le temps d’une intro, avant de dégénérer en carnage Speed lorsqu’augmente le tempo (« Devoción »). Pas grand-chose à leur reprocher donc, si ce n’est une indéniable stagnation stylistique, qui à terme risque de les enfermer dans un créneau bien particulier. Mais comme ils en maîtrisent les codes à la perfection, inutile de s’en plaindre puisqu’on sait très bien ce qu’on vient chercher chez eux, et de riffs qui virevoltent en tierces qui connotent, le résultat est à la hauteur des exigences (« Sobrepasar »). Ils ont en outre le mérite de ne pas s’éterniser, et de nous laisser en route quelques intermèdes plus posés, comme cet instrumental qui vient aérer la moiteur ambiante de sa délicatesse de cordes. Le tout est très classique, presque trop par moments, mais permet de retrouver l’impulsion du Speed des origines, le tout agrémenté de mélodies typiquement sud-américaines et latines, pour un ballet étourdissant qui s’il ne laisse pas sur le séant, nous permet de headbanguer céans. Rendez-vous donc dans deux ans pour le quatrième tome de la saga, très appréciée du public national, et qui donne toujours lieu à des concerts impeccables et furieux.  


Titres de l’album :

                          1.Intro

                          2.Lamentos

                          3.Decepción

                          4.No se si es verdad

                          5.Cegado

                          6.La intriga (Instrumental acústico)

                          7.Nadie está libre

                          8.Devoción

                          9.Sobrepasar

Facebook officiel

Bandcamp officiel 



par mortne2001 le 10/03/2019 à 19:19
78 %    248

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)