Troisième album déjà pour les chiliens d’ABERRACION, et confirmation d’un potentiel que l’on sentait déjà patent sur leurs deux premières réalisations. Pour ceux ignorant encore ce nom, sachez que ce groupe de pur Heavy Speed nous en vient de Macul, et qu’il existe depuis six ans maintenant, se permettant le luxe de rester indépendant tout en multipliant les sorties et les concerts depuis sa création. Déjà donc deux longue-durée à se mettre sous la dent, Sangre Por Sangre en 2015 et Sentencia en 2017, et c’est donc sur un rythme métronomique d’un LP tous les deux ans que ces musiciens continuent de nous abreuver, puisque ce Nadie Esta Libre est disponible sur de nombreuses plateformes légales depuis le mois de janvier. Toujours axé en formation quatuor (Ignacio Norambuena - guitare/chant, Andrés Espinosa - guitare, Ronnie Rebolledo - batterie et Marco Bravo - basse), ABERRACION ne joue pas la surprise avec ces neuf nouveaux titres qui restent ancrés dans une nostalgie très prononcée, et qui restent fixés sur des obsessions de puissance mélodique. Des riffs jusqu’à plus soif, une section rythmique performante, mais surtout, un respect des aînés et une fougue damnée, pour un bal qui a de vrais airs de balade sur les quais de la mémoire, nationale évidemment, mais aussi internationale, avec des petits arrêts fréquemment marqués dans les capitales européennes, notamment en Allemagne et en Espagne, mais aussi en France, comme le démontrent quelques titres fortement connotés de notre propre vague de Speed mélodique. On trouve donc toujours un peu de tout dans cette auberge chilienne, qui non contente d’accueillir les metalleux voyageurs avec le sourire leur dresse une table riche, sans trop rien demander en retour. Un plaisir qu’il ne faut surtout pas bouder, même si l’on en connaît déjà les effets depuis une trentaine d’années et l’émergence de cette NWOBHM qui nous avait secoués sur nos bases.

Et de fait, ABERRACION est l’archétype même du groupe dont il est inutile de parler, sinon pour signaler une sortie et leur faire un peu de pub. Leur musique est toujours la même, se professionnalise avec le temps, mais en respectant les mêmes principes de rattrapage de temps, se fondant sur l’opposition entre une rythmique rapide et des riffs hautement mélodiques, le même genre de décalage qu’on retrouvait chez les HELLOWEEN, CROSSFIRE, mais aussi chez nos ADX nationaux, ce que le premier véritable morceau révèle de sa fougue. Car passée l’intro de rigueur, on plonge direct dans le bain de fureur, via « Lamentos » qui ne fait pas de quartier, mais qui ne laisse pas non plus les trottoirs ensanglantés. Rien de particulièrement neuf à souligner, si ce ne sont des compétences qui s’affirment, et un tempo toujours aussi partagé entre envolées Speed et martèlement Heavy, pour un troisième chapitre qui nous la joue courte et qui s’arrête une fois la demi-heure passée. Pas de quoi craindre une redite ou du bavardage inutile, même si les plans se répercutent chez les chiliens d’album en album et de morceau en morceau. Mais avouons quand même que le quatuor se place dans une très bonne moyenne de groupes old-school, genre qui décidément ne connaît aucune baisse de régime niveau production, et qui de mois en année truste la pole position des créneaux les plus occupés. Nous l’avons déjà dit, aucun mal à ça, puisque les amateurs de sensations passées sont toujours aussi nombreux, et qu’ils seront certainement ravis du menu proposé par Nadie Esta Libre. Personne n’est libre, et tout le monde est enchaîné à son propre passé, tel est le message que ce troisième LP souhaite faire passer, et il le fait bien, même si on aurait encore une fois aimé plus de distanciation, et des citations moins évidentes dans la forme et le fond.

Mais doté d’un très bon son, sec mais pas trop passéiste, ce concentré de rage harmonique est très plaisant à écouter, même si on a souvent le sentiment d’avoir les oreilles posées sur un groupe lambda, de ceux dont je vous rebats les mirettes à longueur de chroniques. Ceci étant dit, difficile de résister à des charges aussi intenses que le title-track, qui joue la saccade à outrance, et qui nous ramène aux meilleures heures de SCANNER et de la vague teutonne de Speed qui détonne. C’est d’ailleurs ce côté-là qu’on apprécie le plus chez les chiliens, qui ne se montrent pas forcément inspirés en terrain lourd, et qui proposent des choses un peu trop figées comme le lourd et emphatique « No se si es Verdad » qui singe plus volontiers les tics les plus irritants de RUNNING WILD et GRAVE DIGGER. Mais heureusement pour nous et pour eux, ces instants-là sont rares, et c’est l’énergie qui emporte les suffrages, même lorsqu’elle prend la forme de syncopes à la MAIDEN le temps d’une intro, avant de dégénérer en carnage Speed lorsqu’augmente le tempo (« Devoción »). Pas grand-chose à leur reprocher donc, si ce n’est une indéniable stagnation stylistique, qui à terme risque de les enfermer dans un créneau bien particulier. Mais comme ils en maîtrisent les codes à la perfection, inutile de s’en plaindre puisqu’on sait très bien ce qu’on vient chercher chez eux, et de riffs qui virevoltent en tierces qui connotent, le résultat est à la hauteur des exigences (« Sobrepasar »). Ils ont en outre le mérite de ne pas s’éterniser, et de nous laisser en route quelques intermèdes plus posés, comme cet instrumental qui vient aérer la moiteur ambiante de sa délicatesse de cordes. Le tout est très classique, presque trop par moments, mais permet de retrouver l’impulsion du Speed des origines, le tout agrémenté de mélodies typiquement sud-américaines et latines, pour un ballet étourdissant qui s’il ne laisse pas sur le séant, nous permet de headbanguer céans. Rendez-vous donc dans deux ans pour le quatrième tome de la saga, très appréciée du public national, et qui donne toujours lieu à des concerts impeccables et furieux.  


Titres de l’album :

                          1.Intro

                          2.Lamentos

                          3.Decepción

                          4.No se si es verdad

                          5.Cegado

                          6.La intriga (Instrumental acústico)

                          7.Nadie está libre

                          8.Devoción

                          9.Sobrepasar

Facebook officiel

Bandcamp officiel 



par mortne2001 le 10/03/2019 à 19:19
78 %    47

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)