Tiens, ça fait plaisir de retrouver des potes, surtout lorsqu’ils viennent d’aussi loin. Pensez-donc, la distance séparant la Bulgarie du serveur de Metalnews.fr doit être équivalente à celle éloignant un militant d’extrême-droite de l’intelligence et de la pertinence, ce qui en dit long sur l’envie de ces trois-là de se rappeler à notre bon souvenir. Et si les vôtres ne vous trahissent pas comme Alzheimer brouille les noms de rues d’un pauvre octogénaire parti poster une lettre, vous vous rappellerez sans doute que je vous ai déjà entretenu de cette bande à l’occasion de leur troisième effort, Stop Believing Lies, publié il y a trois ans ou presque. D’ailleurs, on commençait sévère à s’inquiéter pour les originaires de Bourgas, qui nous avaient habitués à plus de régularité, leurs trois premiers pamphlets n’ayant au pire connu qu’un espacement de deux années entre deux jets. Mais c’est plus en forme que jamais que ces trois-là (Mariyan Georgiev – basse et chœurs, Staffa – guitare et batterie, et George « Peich » - chant) nous en reviennent avec le quatrième tome de leurs aventures heurtées, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils étaient attendus au tournant. Pensez-donc, Stop Believing Lies m’avait tellement enthousiasmé que j’y avait vu une relève crédible de la Second Wave of American Thrash Metal, et c’est donc de baskets fermes que j’attendais une suite aux pérégrinations de ces olibrius. Fighting The Poison est donc l’antidote à la morosité ambiante dont nous avions tous besoin, et continue de pousser les potards de bonne humeur au maximum, sans tomber dans le piège du Crossover un peu trop gras et grossier pour être dégusté. Car malgré un nom qui pousse à croire que les bulgares se vautrent dans un délire à la Venice/Tromaville un peu trop prononcé, les MOSH-PIT JUSTICE sont beaucoup plus qu’un simple groupe de Mosh qui Crossover, ou l’inverse, et osent les croisements culottés, pour un résultat toujours aussi corsé et épicé que précieux et élaboré.

Ce qu’on a tout de suite remarqué chez ce groupe, c’est sa versatilité. Capable de passer d’attaques franches et soniques à la EXUMER/MUNICIPAL WASTE à des digressions plus opératiques à la FORBIDDEN/HEATHEN, le trio s’amuse beaucoup à synthétiser tous les courants en vogue de notre décennie sacrée, et de rappeler avec toujours autant d’acuité la versatilité d’un style qui parait uniforme au grand public. Mais en l’occurrence, le grand public on s’en fout, puisqu’on reste entre initiés, de ceux qui sont facilement capables de faire la différence entre Eternal Nightmare et Forbidden Evil. Oui, vous avez tapé dans le mille, VIO-LENCE et FORBIDDEN sont toujours les références les plus évidentes de ce trio qui n’a pas renoncé à son sens du dramatisme mélodique pour le substituer à une force de frappe stérile. Les MOSH-PIT JUSTICE combinent toujours les deux, et osent des inserts mélodiques, des passages lourds et doomy, des interludes acoustiques subtils et des charges purement Thrash pour notre plus grand bonheur, se permettant même cette fois-ci d’appuyer sur la pédale de la théâtralité emphatique à l’occasion d’un dantesque et guerrier « The Serpent’s Call ». On sent que les trois années consacrées à d’autres projets et à préparer leur grand retour ont été mises à profit, tant les petites erreurs de mise en place d’antan ont complètement disparu, révélant le visage mur d’un groupe mature, sûr de son fait et de ses qualités. Et alors que la plupart des combos versant dans la nostalgie à outrance se contentent souvent de piller les grands anciens, les trois bulgares approfondissent leurs différences, pour se poser en alternative crédible au consensus général un peu trop prévisible. Il est toujours aussi compliqué dans leur cas de savoir quelle transition va nous mener où, et c’est justement cette versatilité qui les rend encore plus attachants, et dans le cas de Fighting The Poison cette qualité est encore plus flagrante.

Huit morceaux pour quarante minutes, c’est un timing parfait pour une œuvre qui prend quand même ses aises et qui distille son contrepoison avec beaucoup d’intelligence. Attention toutefois à l’agencement du travail en question, puisque le groupe a pris soin de tirer à vue dès l’entame pour mieux asseoir ses positions ensuite. C’est ainsi que les trois premiers titres canardent méchamment sur un tempo que les WEHRMACHT n’auraient pas renié, truffant les couplets de chœurs fédérateurs, et de lignes vocales toujours aussi haut perchées. La tendance est toujours à la mixité entre Heavy lyrique et Thrash typique, et la voix de George « Peich » n’a rien perdu de ses caractéristiques uniques, réconciliant une fois encore VIO-LENCE et FORBIDDEN en acceptant la tradition Metal des eighties comme contrepoids parfait aux grognements made in Bay-Area. Fighting The Poison se veut donc aussi solide et agressif que ses prédécesseurs, et si comme toujours, le beat ralentit à intervalles réguliers pour oser des breaks en tragédie grecque, c’est pour mieux ressusciter l’esprit des TOURNIQUET, qui eux non plus ne crachaient pas sur l’alternance entre bourrasques purement Thrash et esprit progressif ludique. Si l’on se croit toujours un peu perdu dans les arcanes de Twisted Into Form ou de Pathogenic Occular Dissonance, c’est normal puisque l’esprit qui anime ces différents combos est le même, échapper à une étiquette un peu trop restrictive et utiliser des éléments disparates pour concocter un élixir unique. C’est manifeste sur la tuerie absolue « Feed Me to the Flames », qui a de faux airs de pièce mise en musique par des acteurs/musiciens, mais aussi sur des à-coups plus francs de la trempe de « God Wills It » et « State of Damnation » qui usent de la saccade comme d’autres du panier à salade. Ça virevolte dans tous les sens, on n’a pas vraiment le temps de faire attention aux gouttes, mais ça fait suer, dans le bon sens du terme, et ça reste plus créatif que quatre-vingt-dix pour cent de la production contemporaine.

On craque ? Mais complètement, puisque la lassitude et l’indifférence ont été sagement occultées pour nous permettre d’apprécier un LP hors-norme mais pas hors sujet. Aussi exubérant qu’il n’est affolé, aussi rapide qu’il n’est posé, aussi complexe qu’il n’est accessible, Fighting The Poison est de loin l’album revival de ce début d’année, et confirme tout le bien qu’on pensait d’un groupe complètement décalé. Et malgré la longueur conséquente des morceaux, les idées s’accumulent et s’empilent avec du recul, chaque note et plan paraissant clairement pensés, que la rythmique concasse alors que le chant fracasse (« In the Final Days »), ou que la vitesse s’envole, soufflée par un chant qui décidément n’admet aucune mesure classique. Un travail admirable une fois encore produit par les MOSH-PIT JUSTICE, dont le nom simpliste peine de plus en plus à cacher la richesse musicale.  


Titres de l'album :

                           1.Bound to Decay                 

                           2.Feed Me to the Flames                  

                           3.God Wills It           

                           4.The Serpent's Call              

                           5.State of Damnation            

                           6.In the Final Days               

                           7.Prove Your Faith               

                           8.Forging Our Fate

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/06/2019 à 16:47
90 %    148

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)