Jouer du Thrash primitif teinté de Black incisif, n’est pas chose difficile. En gros, n’importe quel groupe aux références affirmées est capable de se répandre dans la bestialité d’un Blackened Thrash sans aucune difficulté. Ce qui devient plus compliqué, c’est de transcender le genre pour y apporter sa patte, ce que bon nombre de combos n’ont pas encore pigé, pensant que singer les HELLHAMMER, POSSESSED et autres SARCOFAGO suffit à faire d’eux de bons disciples de Lucifer, mettant la planète Metal à feu et à sang sans avoir à verser le leur (quoique…).

A force de me noyer dans cette déferlante de groupes baignant dans les eaux saumâtres du Thrash à connotation BM, je finissais par me demander si j’allais un jour tomber sur un représentant un peu plus valeureux que la moyenne, sinon audacieux, mais au moins assez efficace pour que sa musique m’inspire un laïus un peu moins complaisant qu’à l’habitude.

L’aurais-je trouvé en ce joli mois de mai ?

Peut-être, mais il m’aura fallu remonter jusqu’au mois de février pour ça. Mais loin d’être déçu de ma quête à postériori, je m’enchante en ce mercredi d’être tombé sur une bande de barbares qui n’ont ni les riffs dans leur poche, ni leurs cartouchières pendant des partoches.

Quoi que je ne sois pas sûr qu’ils en comprennent les lignes et les croches.

Direction la chaude Colombie, pour y faire la connaissance d’un concept aussi cruel qu’officiel. Quatuor né à l’orée des années 2010, LUCIFERA au nom prédestiné a eu un peu de mal à se stabiliser, puisqu’après trois années à ramer, le groupe a finalement rendu les armes en 2013, pour mieux redémarrer après un repos forcé. 2014 fut donc l’année de la renaissance, et depuis, les musiciens possédés n’ont pas chômé, puisqu’ils ont sorti la bagatelle de trois longues durée en à peine deux ans.

Despues de la Muerte fut le premier en 2015, vite suivi par un Sed de Venganza & Legiones de Metal en 2016 immédiatement enchaîné à ce Preludio Del Mal en février, ce qui en dit long sur la productivité de ces méchants satanistes cloutés.

Longtemps concentré sur une formule duo dont les responsabilités étaient partagées par l’impressionnante Alejandra Blasfemia (basse/chant, mais aussi manager et parolière) et David HellRazor (guitare, compositions et dépositaire du nom), LUCIFERA a fini par accueillir en son sein deux nouveaux musiciens, Acid Witch à la guitare et C. Commander à la batterie, histoire de compléter le line-up pour le solidifier.

Mais comparses additionnels ou pas, les fondations étaient déjà bien solides, et le duo formé par Alejandra et David mène le bal sans ambages, l’une usant de sa voix rauque et possédée, l’autre troussant des hymnes à l’immoralité de sa guitare acide et empoisonnée. Le résultat ? Un Thrash bestial qui se nourrit des essences putrides de SODOM et consorts pour densifier le tout d’une approche Black assez opaque, mais toujours festive et expressive.

Comme je le disais, jouer un Blackened Thrash est chose facile, mais en jouer un bon n’est pas tâche aisée. L’essentiel étant de trouver l’équilibre entre des riffs simples et catchy et une atmosphère délicieusement paillarde et déliquescente, sans tomber dans les excès ou le pêché de timidité.

Cette gageure a été relevée avec brio par LUCIFERA qui fait tomber les barrières entre les époques et les styles de son optique résolument atomique, qui combine le radicalisme d’un Thrash mid 80’s et d’un BM purement sud-américain des 90’s (« Alianzas de Acero y Metal », SARCOFAGO meets POSSESSED, le tout chanté par une admiratrice de Dawn Crosby et d’Abbath).

Pourtant, les quatre colombiens n’ont pas choisi la facilité de mise en place, et osent proposer des titres à la longueur inhabituelle dans le créneau.

Il est en effet très rare de tomber sur des compositions dépassant toutes les quatre minutes, pour parfois piétiner les cinq ou les six, comme à l’occasion de l’entame dantesque offerte par « Esclavos de Dios », qui prend son temps pour opacifier l’ambiance.

Intro grondante qui use sans abuser d’échos de voix possédées, pour une attaque directe qui ne ménage ni les BPM, ni les blasts histoire de mettre les choses au point. On pense à ce moment-là à une forme très rudimentaire de BM maculée de Thrash rancunier, et le chant en idiome local d’Alejandra accentue le malaise de ses harangues diaboliques.

Mais si la grande majorité des titres se focalisent sur une brutalité de fond et une véhémence de ton, le long final processionnel « Blasfemias » vient à point final nommé pour prouver que les Colombiens sont tout sauf des bêtes sauvages déchaînées tout juste bonnes à grogner et mordre pour le plaisir de faire saigner.

Et d’un Doom long et tendu, ils démontrent qu’ils maitrisent tous les aspects de la question, traduisant dans un langage local le vocable du BATHORY le plus impérial, ou du HELLHAMMER le plus mis à mal, grâce à des riffs circulaires ingénieux et une rythmique qui crève les yeux.

Chœurs en possession riant au nez de l’exorciste trop confiant, breaks simples mais efficients, c’est une clôture au propos impressionnant qui en dit long sur la culture musical des déments.

  

Mais c’est évidemment dans la vitesse et la violence instrumentale que les LUCIFERA s’épanouissent le plus, même si le mid tempo surprenant de « Preludio Del Mal » dégénérant en Thrash fatal démontre qu’ils manient la plume acide et le verbe limpide pour parvenir à leurs fins.  

Nuançant parfois les harmonies pour séduire (« A Traves de la Muerte »), travestissant le Speed rapide en Thrash cupide pour ne pas dénaturer la violence ou l’atténuer (« Leyendas Mortuorias », au refrain à la DEICIDE assez flippant), ou se mouvant dans la poisse d’un Heavy occulte redondant (« Culto Ancestral », sorte de digression sur le KREATOR des premières années de brutalité), toutes les options sont bonnes pour peu qu’elles restent sur le terrain de la noirceur paillarde et assumée.

Instrumentistes capables, cherchant le plan efficace et non la démonstration salace, compositions légèrement alambiquées pour ne pas lasser, et surtout, parfaite homogénéité entre Thrash dégoulinant de cruauté et Black suintant de méchanceté, Preludio Del Mal est donc une visite aux Enfers rondement organisée, qui confirme que l’Amérique du Sud est bien la terre des excès métalliques.

Un album cornu aux morceaux fourchus, qui réhabilite un peu le genre qui semblait se perdre dans le labyrinthe de la redite, sans parvenir à trouver une porte de sortie.

Guitares charnues, chant pointu, démonstration de puissance tendue, ce troisième effort des LUCIFERA leur fait passer un degré supplémentaire dans la hiérarchie des démons terrestres, les transformant de petits lutins diaboliques en gros diablotins lubriques.

Rappelons pour la forme que l’album est disponible en format CD chez les salvadoriens de Morbid Skull Records, édité à 666 exemplaires évidemment.

On n’est pas à un symbole près…


Titres de l'album:

  1. Esclavos de Dios
  2. Los Demonios de Loudun
  3. Tiempos Siniestros
  4. Alianzas de Acero y Metal
  5. Tormentas de Sangre
  6. Culto Ancestral
  7. A Través de la Muerte
  8. Preludio del Mal
  9. Leyendas Mortuorias
  10. El Señor de las Moscas
  11. Letanías Infernales
  12. Blasfemias

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/06/2017 à 17:27
77 %    448

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !