« ACCELERATOR débuta lorsque le guitariste Tim Como rencontra le batteur Weston Mahalic suite à une petite annonce publiée par ce dernier. Ils ont répété pendant quelques semaines, et ont finalement décidé de former un groupe. Ils ont fini par rencontrer le bassiste Scott Finn, qui avait l’attitude et le style de jeu dont ils avaient besoin pour leur Thrash, mais il leur manquait toujours un chanteur. Après pas mal d’auditions, ils ont fini par tomber sur Joe Murray ».

 

Corrigez-moi si je me trompe, mais cette biographie pourrait incarner l’archétype d’histoire de formation de groupes depuis la nuit des temps. Pas d’anecdote incroyable, pas de hasard imprévisible ou de cadeau du ciel, la constitution d’ACCELERATOR s’est faite suivant une logique d’abnégation et de rencontres, qui ont abouti à la cohésion d’un quatuor qui semble avoir des choses à dire. Un discours agencé et éminemment Thrash évidemment, qui respecte à la lettre les codes du genre lorsqu’il croise le fer avec un Death light, lui apportant un surplus de puissance non négligeable.

Death en apport, mais aussi Hardcore, au point que ce premier longue durée pourrait être appréhendé comme le skeud crossover du mois, dans une veine qui n’est pas sans rappeler quelques influences que ces originaires de Long Island se plaisent à citer sur leurs pages officielles.

Ils nous parlent donc de MUNICIPAL WASTE, LAMB OF GOD, METALLICA, ANTHRAX, DEMOLITION HAMMER, LED ZEPPELIN, PANTERA, HAVOK, D.R.I, JUDAS PRIEST, ALICE IN CHAINS, MEGADETH, IRON MAIDEN, SUICIDAL TENDENCIES, ENFORCER, EXODUS, MOTORHEAD, SOLSTICE, MORBID SAINT, sans doute plus dans un désir de nous annoncer la couleur de leurs goûts personnels que pour situer leur musique qui ne se contente pas de décalquer ces références sans réfléchir.

MUNICIPAL WASTE, MORBID SAINT, HAVOK et DEMOLITION HAMMER seront celles que je retiendrai au moment de juger de ce premier longue durée, qui n’hésite pourtant pas à durcir et épaissir le ton lorsque les compositions l’exigent. Oscillant entre Thrash de la Bay Area classique, fusion de Venice plausible et Thrashcore agressif et impulsif, Anthropophagy Outbreak bouffe en effet à tous les râteliers, et fait ripaille de tous les courants les plus agressifs de la fin des 80’s. Un disque vintage Thrash de plus ? Pas vraiment et oui en même temps, mais force est d’admettre que l’énergie déployée par les ACCELERATOR leur permet de valider leur nom et leur intitulé de LP, qui fait montre d’un cannibalisme phagocytant tout ce que l’extrême à de plus dévorant.

Ne tombant pas dans le piège de la redondance et de la linéarité, le quatuor se permet même quelques interventions louchant sur le format Core, avec des attaques furieuses et immédiates comme le diablement véloce « Nuclear Beerfare », dont les cinquante-cinq secondes nous rappellent crument les délires de WEHRMACHT. Mais même en format court, les américains savent aussi varier le terrain, ce que démontre le très ludique et atypique « Insomniac », empreint de NWOBHM et de la première vague speed US. Guitares mordantes, riffs qui tourbillonnent et rythmique qui pilonne, la recette fonctionne et la mécanique de variation est si bien huilée qu’on se retrouve entraîné dans un jeu de piste qui nous passionne et nous incite à accepter le deal proposé.

Jamais trop bourrin, mais toujours malin, Anthropophagy Outbreak accélère, varie, joue pépère, et brusque les passants dans les fougères pour nous frapper d’une influence un peu Punk (« Sexaholic ») qui se manifeste au travers d’accroches de guitares vraiment joyeuses mais sévères.

Toujours crédibles, même en version longue, puisque « Black March » et ses presque cinq minutes thrashe grave et aligne les staccatos et les glissandos avec une maestria rappelant le meilleur ASSASSIN, tandis que « Pale Rider » joue sur le même terrain et moshe bien ses refrains pour nous éviter les coups de soleil de bon matin.

C’est efficace en diable, et ça tourne à bonne allure, tout en prenant soin de placer à intervalles réguliers des breaks très malins. La méthode est d’usage, mais employée ici avec une bonne humeur qui fait vraiment plaisir à entendre, d’autant plus que chaque musicien est à sa place et connaît le chemin. Dans son rôle de maître de cérémonie, Joe Murray se montre très convaincant, et harangue les fans potentiels de son timbre grave et essentiel, tandis que son acolyte Tim Como brode des soli assez typiques, dégoulinant d’une dextérité sobre et efficace qui ne rajoute jamais la note de trop une fois l’addition réclamée.

Et lorsque les trois instrumentistes mettent le paquet en même temps, ça nous donne une orgie king size que « Sinister » célèbre de ses BMP enflammés et de ses licks embrasés.

Difficile de reprocher quoi que ce soit à un groupe qui a décidément tout compris à la chose Thrash, et qui revisite le catalogue des figures imposées avec son propre talent. Certes, certaines pistes sentent bon l’AT THE GATES gardé sous contrôle (« When The World Turns Black »), d’autres sont peut-être encore un peu pataudes de leur Heavy à la EXODUS un peu refroidi (« Killing Machine », qui ressuscite les syncopes de Bonded By Blood et Pleasures of The Flesh en à peine six-cents secondes, en les noyant dans une inflexion KREATOR), mais quand l’usine laisse tourner ses turbines même la nuit tombée, on se prend une bonne grosse fumée dans les naseaux, qui les ramone façon ENFORCER nocturne (« Hexed Mass »).

Basse et batterie à l’unisson pour intro carton d’un crossover en fusion (« Deadlocked », au phrasé de chant démoniaque d’aisance et de flow), et un résultat largement à la hauteur des standards les plus exigeants du créneau.

En tant que premier album, Anthropophagy Outbreak tient la dragée haute à bon nombre de réalisations plus officielles de cadors un poil fatigués par les années. Il n’est certes pas foncièrement original, mais explosif et collégial, et nous offre un bon résumé de toutes les tendances thrash n’moshées depuis ces trente dernières années.  

Et même avec un parcours perso un poil bateau, les ACCELERATOR ont quand même pris le temps d’affirmer leur identité avant de débarquer.  Les riffs aux dents et le Thrash dans le vent.


Titres de l'album:

  1. Despondency
  2. Anthropophagy Outbreak
  3. Sexaholic
  4. Deadlocked
  5. Nuclear Beerfare
  6. Sinister
  7. When the World Turns Black
  8. Killing Machine
  9. Black March
  10. Insomniac
  11. Pale Rider
  12. Hexed Mass

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/08/2017 à 14:01
78 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !