Un petit détour par la Belgique pour y rencontrer un nouveau groupe fort sympathique, s’inscrivant avec beaucoup de panache et d’humilité dans la vague nostalgique actuelle. Les HUNTER, de leur baptême et de leurs choix artistiques s’ancrent donc dans la mouvance des combos old-school passionnés par l’histoire du Metal des années 80, et propose avec son premier LP une musique entraînante, puissante, fluide mais solide, qui sans révolutionner le genre, lui apporte un peu de fraîcheur et de naïveté. Fondé il y a deux ans par des vétérans de la scène nationale, qui ont tâté de l’originalité et de la reprise (CRUSADER, MONSTER JOE, les tribute-bands OZBORN, FISTED SISTER et THUNDERSTEEL, en hommage à qui-vous-avez-deviné), HUNTER est donc un nouveau projet à prendre comme une délicieuse friandise épicée, qui se retourne vers le passé pour y piocher son inspiration. Quintet (Joost Vlasschaert & Thomas Abeel - guitares, Jeroen Wauters - basse, Dries Deturck - batterie et David Walgrave - chant), ce groupe n’a d’autre ambition que de se et de vous faire plaisir, avec des chansons plus ou moins épiques, et des références directes et plus inconscientes. En avouant une passion pour JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN, METAL CHURCH, MANILLA ROAD ou OMEN (mais sans s’y limiter), ce premier LP fait montre d’indéniables qualités, tout en parvenant à garder l’authenticité d’un son certes passéiste, mais passionné. Pour plus de clarté, voyez cet album comme un panaché de l’histoire du Metal des années 80, avec de fréquentes allusions à la NWOBHM, mais aussi de nombreux clins d’œil à la scène américaine de la même époque, qui entre deux blagues Glam et deux beignes Thrash se penchait avec singularité sur des courants plus médiums.

Cinq musiciens, tous éminemment capables, soudés, à l’investissement renforcé par des années de pratique, une pochette qui fleure bon le cliché, et surtout, un vocaliste à l’organe lyrique, capable d’imiter avec conviction les cadors que furent et sont toujours Rob Halford, Bruce Dickinson et Ronnie James Dio. Une bande instrumentale ente Heavy épique et épidermique, et un résultat qui tient parfaitement la comparaison avec la déferlante old-school de cette dernière décennie. Certes, rien de bien original à se mettre sous la dent, mais un joli melting-pot entre MAIDEN, le métissage étrange et évolutif de MANILLA ROAD, et quelques allusions plus agressives à un Power Metal qui sans prôner la vitesse, joue la rudesse. Certes, sept morceaux concis pour moins d’une demi-heure de musique ne permettent pas de juger du potentiel exhaustif d’un groupe qui semble avoir encore pas mal de choses à dire, mais ça suffit amplement pour s’enthousiasmer d’un Hard Rock formel, mais enflammé. Avec une production étonnamment propre qui autorise la rythmique à briller et aux guitares à laminer, Hunter est donc l’archétype d’œuvre qui ne marquera pas forcément les esprits à long terme, mais qui procurera un plaisir instantané indéniable. On oscille donc entre mid tempo bien cogné et lourdeurs assumées, histoire de faire la jonction entre les époques, et on navigue à vue entre les inspirations, qui de temps à autres se rapprochent de la scène dure et Heavy américaine, avec les METAL CHURCH en point de mire (« The Knight of the Black Rose »).

Sans jouer la progression prononcée et à outrance, le quintet belge n’hésite jamais à truffer ses morceaux de nombreuses idées, plantant le décor avec hargne pour mieux nous prendre à revers d’une violence certes contrôlée, mais palpable (« Dominion »). Difficile de ne pas voir en ce mélange une union tout à fait logique entre le MAIDEN le plus pugnace et le PRIMAL FEAR le plus malléable, mais le parcours étant jonché de petites surprises et de variations appréciables, il est impossible de rattacher les HUNTER à une mouvance particulière, autre que celle très généraliste du Metal des 80’s. Notons évidemment les capacités de David Walgrave, maître de cérémonie louable, mais aussi la volonté d’un collectif qui ne saurait se cantonner à un seul second-rôle. D’ailleurs, cette envie d’explorer est manifeste dès « Infiltrator », qui renforce l’admiration d’un DIO avec une puissance presque Thrash, vocalises à la David Wayne en appui pour une brutalité manifeste, mais totalement raisonnable. Entre lyrisme et efficience, les belges jouent crânement leur carte, sans chercher à bousculer l’ordre établi, mais en multipliant les poses héroïques, les passages homériques, ou les petites astuces d’arrangements (sifflantes, bends hystériques, cassures rythmique galvanisantes). Quelques soli bien placés et efficaces viennent agrémenter des compositions classiques, et permettent d’oublier quelques tendances au pilotage automatique qui plombent certains morceaux (« Underground », belle ambiance mystique, mais thème Heavy éculé).

Il convient évidemment de prendre en compte le côté introductif de ce premier LP aux allures d’EP, et de ne pas se montrer trop pointilleux. La marge de manœuvre des HUNTER est encore conséquente, et il n’est pas difficile de comprendre qu’ils s’éloigneront petit à petit de ce côté trop connoté, même si leur passé dans des tribute-bands montre qu’ils s’en accommodent très bien. Mais entre des inserts mélodiques dramatiques (« No Man's Land »), et un final qui pose une conclusion ferme à l’ensemble (« Glorious »), Hunter mérite le détour et le coup d’oreille, malgré une tendance à utiliser les techniques les plus symptomatiques de MAIDEN pour les renforcer d’une énergie presque Thrash. Une carte de visite qu’on accepte en comptant vraiment faire appel aux services des belges à l’avenir, et une adjonction de qualité au phénomène nostalgique contemporain. Voilà de quoi passer un bon moment, au passé et au présent, sans se montrer trop exigeant quant à un futur qui se dessinera en temps voulu.       

    

Titres de l’album :

                     1. Dominion

                     2. Infiltrator

                     3. Then Comes the Night

                     4. Underground

                     5. No Man's Land

                     6. The Knight of the Black Rose

                     7. Glorious

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/07/2019 à 14:05
78 %    241

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...


Un groupe énorme qui a marqué mon adolescence.

Contrairement à Humungus, je ne pense pas que Slayer reviendra. Araya a voulu lâcher l'affaire à plusieurs reprises. Si ça se faisait, ça risquerait bien d'être sans lui.

Et il a bien raison. Faut savoir s'arrêter à t(...)


Pareil. Un groupe sans qui le metal au sens large ne serait pas le même aujourd'hui. Un héritage considérable et un palanquée d'albums et de shows d'une intensité rare. Un moment de vie qui s'en va, pour de nombreux fans pour sûr.