C’est étrange comment parfois un album vient à nous. A l’air d’internet, les algorithmes calculent maintenant vos envies avant même qu’elles apparaissent. On analyse vos données, vos goûts, on vous propose un groupe X s’emboitant parfaitement avec l’écoute précédente. Vous écoutez et ça vous plait, mais pourtant l’arôme de satisfaction n’est pas là. On vous a fourni votre dose de nouveauté, pourtant vous n’êtes ni surpris ni enjoué par ce riff démentiel qui résonne dans vos oreilles. Comme plongé dans une léthargie profonde par ce flux d’albums incessant et grandissant, il est bien souvent difficile de sortir de cette matrice qu’on s’est construit et dans laquelle on se perd bien souvent.  Pourtant quelques rares fois, c’est comme si tous les astres de l’univers s’alignaient pour vous fournir une expérience musicale correspondant parfaitement à ce que votre, corps, votre cerveau et votre esprit ont besoin à l’instant présent. 

Ces jours de confinement que nous connaissons tous en ce moment nous amènent pour beaucoup à faire face à notre propre isolement intérieur, un tête à tête qu’il est parfois dur d’assimiler. C’est là que VAISSEAU débarque pour vous emmener vers un monde inconnu, aux contours étranges et fascinants. Cet album, personne ne l’attendait. Découvert par hasard en regardant l’actualité du Label Totem Cats Records un soir où mes yeux avaient du mal à trouver le sommeil, sa pochette aux couleurs à la fois sombres et flashy présentant cette scène fantasmagorique m’a éveillé de curiosité, une opportunité soudaine de sortir de la matrice…

Si vous cherchez du metal avec des grosses guitares, des solos à couper le souffle et du chant guttural à profusion alors passez votre chemin cet album n’est pas fait pour vous. Par contre si vous êtes curieux, que vous avez envie de vivre une réelle expérience musicale, alors saisissez cette opportunité d’écouter Horrors Waiting In Line, sorti fraichement le 13 Mars 2020. Alors que le monde entier fait face à un nouveau virus du nom de Covid-19 forçant l’économie à s’arrêter et la population à rester confinée chez elle. Ce nouveau groupe de Brest vient nous sortir de chez nous pour nous emmener directement dans l’espace à travers un style innovant qualifié de Synth Doom.

Les premières notes donnent directement le ton dans lequel s’inscrit l’album. Avec ces grosses nappes de synthés bouillonnant dans le vide intersidéral, la musique nous transporte sur une planète inconnue, étrange et colorée, à la fois terrifiante et fascinante. Rajoutez à cela des rythmes de batterie effrénés, vous donnant cette sensation étrange d’être emprisonné dans cet amas de sonorités futuristes et inquiétantes. La composition peut sembler quelques peu minimaliste sur papier mais il n’en n’est rien. Composé  seulement d’un synthé et d’une batterie le groupe fournit une musique riche, qui évolue de manière permanente, avec une grande variété dans les morceaux, certains plus rythmés d’autres plus lancinants tout en gardant cette connexion avec ce monde enfoui dans les abysses de l’univers. Naviguant toujours entre morbidité et onirisme, le duo nous montre la redoutable efficacité de cette symbiose Synthé + Batterie, combo plutôt rare il faut dire. Un peu à la manière d’un ZOMBI, croisé avec un PERTUBATOR.

Pour ma part cet album est venu me chercher à un moment où je voyais toutes les musiques se ressembler, où je ne voyais plus rien de réellement innovant, comme si l’humain avait fait le tour des possibilités de la création. VAISSEAU m’a arraché à cette pensée en me montrant qu’il était toujours possible d’innover. Coincé dans ma chambre pour les raisons que l’actualité nous impose, ce groupe arrive en transperçant l’espace-temps à coups d’ondes sonores, et parvient à me faire évader loin de mes 4 murs. Comme si la toile de l’univers au-dessus de moi se distordait, pour m’emmener dans un cabinet de curiosité intergalactique, où le rêve et le cauchemar ne font qu’un. Découvrir une dimension surréaliste, voilà ce que vous propose ce Horrors, waiting In Line. Un premier album d’une richesse et d’une originalité vraiment remarquable, qui laisse entrevoir un avenir prometteur pour ce groupe. 

Titres de l’album :

01. The Liberator
02. Lo Spettro Della Frustrazione
03. Sonic Disclocation
04. Ride The Slime
05  Force Macabre : From Deep Space, Down To The Styx
06. A Good Death

Bandcamp
Facebook
Totem Cat Records

par L'Apache le 25/03/2020 à 12:00
90/100 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!